Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2021

Viktor Orban : "Si nous laissons les autres nous dire comment vivre notre vie, à qui autoriser l'entrée dans notre pays et comment éduquer nos enfants, alors nous périrons."

Fidesz.png

Hongrie. Le Premier ministre Viktor Orban : « Si nous laissons les autres nous dire comment vivre notre vie, à qui autoriser l'entrée dans notre pays et comment éduquer nos enfants, alors nous périrons. »

O 1.jpg

Jaroslaw Kaczynski est réélu président du PiS.

PiS.jpg

Pologne. Jaroslaw Kaczynski est réélu président du PiS.

Jaroslaw Kaczynski.jpg

Pourquoi JA21 n'a-t-il finalement pas signé la Déclaration sur le futur de l’Europe?

PVV.jpg

JA21.png

Fidesz.png

Pays-Bas et Union Européenne. Alors que le PVV de Geert Wilders n’a pas signé la Déclaration sur le futur de l’Europe, car le PVV est favorable à la sortie des Pays-Bas de l’Union Européenne, le parti JA21 – qui est une scission du Forum voor Démocratie – en a discuté, mais n’a finalement pas signé car Joost Eerdmans de JA21 s'est prononcé en faveur du mariage homosexuel et est fortuniste (adepte de Pim Fortuyn, qui était ouvertement homosexuel) et donc JA21 ne veut finalement pas signer aux côtés du parti du Premier moinistre Viktor Orban, le Fidesz, à cause de la loi votée au Parlement hongrois à propos de l’homosexualité.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2021/07/02/16-...)

02/07/2021

16 partis ont rédigé une déclaration commune à propos du futur de l'UE.

Union Européenne. 16 partis ont rédigé une déclaration commune à propos du futur de l'UE :

https://rassemblementnational.fr/communiques/le-rassemble...

(Mise à jour : le parti néerlandais JA 21 se rétracte et ne signe finalement pas.)

16  partis.jpg

"La médiation a échoué, les 5 Etoiles vont vers la scission."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse. 

PREMIER PLAN, La Repubblica, d’A. Cuzzocrea « La médiation a échoué, les 5 Etoiles vont vers la scission » : « Aujourd’hui  V. Crimi annoncera le vote en ligne pour élire le nouveau comité de direction, comme demandé par Grillo. Ce vote ne se fera pas sur la plateforme Rousseau mais sur SkyVote, site mis en place par deux nouvelles sociétés contactées par le M5S. Cela permettra d’avoir une direction enfin pleinement légitimée et éventuellement d’adopter les nouveaux statuts. Tout cela pourrait prendre plusieurs semaines et Giuseppe Conte a perdu toute patience. Une heure de réunion avec Di Maio, qui avait tenté d’apaiser les tensions, n’a pas suffi à lui faire changer d’avis. La distance entre lui et Grillo est désormais trop importante. Si Grillo insiste pour que le vote se tienne via la plateforme Rousseau, comme le veulent les statuts, Crimi estime pour sa part que cela est impossible : il y a déjà eu des contentieux et des problèmes avec l’ancienne plateforme, perdant la confiance de la plupart des élus. Les 5 Etoiles sont divisés et il y a un fait révélateur de leur état de santé : hier la maire de Rome V. Raggi a perdu 4 de ses élus et se retrouve désormais en minorité. C’est un épilogue qui n’est pas de bon augure pour les prochaines élections municipales, notamment dans la Capitale où les 5 Etoiles (ou plutôt ceux qui restent) ont décidé de se présenter seuls pour reconfirmer Raggi.»

(Traduction : ambassade de France à Rome)

01/07/2021

"Rupture entre le fondateur du Mouvement Cinq Etoiles, Beppe Grillo, et le chef désigné, Giuseppe Conte."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne consacre toujours ses unes à « la rupture » entre le fondateur du Mouvement Cinq Etoiles, Beppe Grillo, et le chef désigné, Giuseppe Conte, qui proposait de reprendre le parti avec de nouveaux statuts. La presse relève la possibilité que l’ancien président du Conseil puisse fonder un nouveau parti avec le soutien de plusieurs ténors du Mouvement : « Affrontement final au sein des 5 Etoiles » -  Environ 100 voire 150 parlementaires seraient prêts à suivre Conte. Grillo demande à Crimi de lancer la consultation en ligne (Corriere della Sera), « Conte et la direction du M5S prêts à défier Grillo» - Le fondateur attaque toujours, l’ancien président du Conseil prêt à faire naitre un nouveau parti (La Repubblica), « Conte prépare son parti » - L’ancien président du Conseil assure: “Je ne laisserai pas mon projet de côté “. Grillo défie d’abord Crimi sur la consultation en ligne, puis baisse le ton (Il Messaggero), « Conte fait son parti, plusieurs élus sont prêts à le suivre » - Grillo attaque ceux qui s’en vont. Conte prêt à diffuser les emails échangés avec le fondateur (Il Fatto Quotidiano).

ARTICLE, Fatto Quotidiano : « Adieu aux 5 Etoiles, Conte va de l’avant avec son nouveau parti» : « Conte a déjà franchi le gué et se trouve au-delà du Mouvement. ‘’Il y a un grand soutien de la part des citoyens, nous avons réalisé un projet politique et il est clair que je ne veux pas le laisser de côté, car l’opposition d’une seule personne ne peut pas freiner une proposition politique que je crois être ambitieuse et utile à l’Italie’’. Ainsi, l’ancien président du Conseil confirme, avant 20h, qu’il va rester dans l’arène politique. Beppe Grillo, son adversaire, ne pourra pas le bloquer. Du coup, la scission est déjà une possibilité évaluée par Conte, avec une question adressée aux ténors et aux élus contactés ces dernières heures ‘’tu es de mon côté ou du côté de Casaleggio ?’’. Conte pense désormais à son parti, à sa liste qu’il faut construire en vidant le M5S de la composante Grillo. Conte publiera prochainement son projet de statut, qui sera la base de sa structure politique, où il n’y aura aucune trace de la figure du garant. Impossible de revenir en arrière. Un sénateur assure ‘’nous sommes environ une centaine et au Sénat nous sommes tous unis’’. Pour former un groupe parlementaire autonome il faudra néanmoins le symbole d’un parti déjà existant. Ce qui n’est pas un détail ».           

ARTICLE, Fatto Quotidiano : « Di Maio reste silencieux et invite à rester calme, le fait d’avancer dans l’inconnu aura des conséquences sur la scission» : « Le Sénat représente un peu la réserve de chasse de Conte. Mais à la Chambre, c’est une toute autre histoire. Des propos durs ont été entendus lors de la réunion des élus ‘’Conte a été un bon président du Conseil mais il n’est pas un bon politique’’. Parmi eux se trouvent plusieurs nouveaux élus, hostiles aux vétérans qui voudraient abolir la limitation à deux mandats (qui est en revanche défendue ouvertement, ce n’est pas un hasard, par Grillo). L’homme qui est encore ministre, Di Maio, déserte l’assemblée des 5 Etoiles : l’heure n’est pas aux déclarations. Il avait déjà dit à ses collègues ministres ‘’nous devons rester calmes, ce n’est pas le moment de choisir son camp’’. Par ailleurs, Di Maio a eu la chance d’être pris par le G20 au moment où éclatait la guerre au sein du M5S »

LETTRE, Corriere della Sera de Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue « Nos alliances en Europe s’expliquent par notre volonté de lutter contre l’austérité et pas pour des raisons idéologiques » : « Cher Directeur, j’ai été surpris par l’éditorial du Corriere d’hier. Je ne peux pas cacher ma consternation d'avoir vu dans vos lignes la description d'un monde loin de la réalité, où les problèmes des citoyens italiens ne sont pas le chômage, la santé, la pauvreté, les impôts, l'école et la justice, mais le fascisme, le nazisme, la Pologne ou la Hongrie. Critiquer l’UE, quand cela est nécessaire, n’est pas une apologie du nazisme mais l’expression de cette liberté. De cette Europe libre et démocratique font partie aussi la Hongrie, la Pologne et leurs peuples. Et un peuple, dans un régime démocratique, décide de ses gouvernants et de ses priorités. Je suis également perplexe sur l’analyse du Corriere sur les élections en France. L’abstention, qui a pénalisé tous les partis à commencer par celui d’Emmanuel Macron, est un problème de système et cela ne concerne pas que la France. Or, le Corriere semble oublier que la Ligue est un parti de majorité et qu’elle participe de cet effort d’unité nationale pour mettre en sécurité le pays après un an d’urgence. Nos idées sont et seront claires et nettes (par exemple sur la défense de nos racines judéo-chrétiennes) et sur celles-ci nous serons jugés par les citoyens : Nos alliances dans l'UE ne se feront certainement pas sur la base de schémas désormais vétustes mais simplement avec ceux qui veulent éviter un retour à des politiques de chômage forcé et d'austérité destructrices, qui sont aujourd'hui condamnées par l'histoire tout comme certaines idéologies »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

30/06/2021

"Rupture entre Conte et Grillo."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne consacre aujourd’hui ses unes à « la rupture » entre le fondateur du Mouvement Cinq Étoiles, Beppe Grillo, et le chef désigné, Giuseppe Conte, qui proposait de reprendre le parti avec de nouveaux statuts. La presse relève les propos très durs du fondateur et ancien humoriste à l’égard de l’ex président du Conseil et envisage le risque d'une scission inévitable au sein des 5 Étoiles ainsi que la perte de repères pour les militants : « Grillo rompt avec Conte » -  Le fondateur répond durement aux doutes exprimés par Conte et déplore un manque de vision (Corriere della Sera), « Grillo chasse Conte » - Le fondateur attaque l'ancien président du Conseil et se rapproche de la plateforme Rousseau. Les parlementaires en révolte (La Repubblica), « Grillo torpille Conte, le M5S dans le chaos » - Le fondateur lance l’attaque depuis son blog et se rapproche de Casaleggio (La Stampa), « Grillo décide d’aller vers la rupture, l’hypothèse d'une scission » - Le dernier revers pour Conte: “il n'a pas de vision politique et son logiciel est daté“. Le gouvernement et le PD sont inquiets (Il Messaggero), « Il n'en restera plus qu'un » - Grillo chasse Conte mais la base se rebelle (Il Fatto Quotidiano).

ARTICLE, La Repubblica, « Des groupes en révolte : “il nous détruit“. L'ancien premier ministre pense à créer un parti. Deux ministres sont prêts à le suivre » : «  Giuseppe Conte lit le message de Beppe Grillo directement depuis son téléphone portable. Il lui arrive par texto, et c'est comme une entaille. "Il a fait son choix - il dit simplement - il a décidé d'être le père maître de sa créature". Pour lui, le chemin avec le Mouvement 5 étoiles ne peut que se terminer ici. Parce que "c'est la preuve que le statut actuel avait besoin d'un saut qualitatif sur la démocratie interne, alors j'ai travaillé quatre mois sur un projet qui devait être sérieux et crédible."  Députés et sénateurs ont exigé des réunions qui se tiendront aujourd'hui, les feux de la résistance sont allumés, mais combien de temps dureront-ils  Et où peuvent aller le mécontentement, la perplexité, la colère, des anciens ministres Alfonso Bonafede et Riccardo Fraccaro, des actuels Stefano Patuanelli et Federico D'Incà, de la vice-présidente du Sénat Paola Taverna ? Sous le billet de Beppe Grillo, sur son propre blog, il y a plus de 6 000 commentaires. Et beaucoup lui demandent de se retirer. C'est l'écho de ce qui se passe dans les groupes parlementaires, surtout parmi ceux qui sont dans leur deuxième mandat. Les anciens élus du premier gouvernement Conte voient dans ce désastre une opportunité : être re-candidats au prochain tour, en se débarrassant des " vieux " lieutenants pour lesquels l'ancien Premier ministre avait déjà préparé les dérogations. Mais il semble impossible d'arrêter Grillo maintenant, et il sera tout aussi difficile d'empêcher une grande partie des élus de suivre Conte vers un nouveau parti. Qui pourrait déjà naître à l'intérieur du Parlement, tout comme Italia viva était né d'une côte du PD. Roberta Lombardi, conseillère municipale dans le Latium, explique : "Je ne partage pas une virgule de ce poste. Ni l'appréciation de Conte, ni le fait que nous ayons été remis entre les mains de Rousseau, ni le fait que maintenant le garant se réveille en nous demandant de voter sur le comité directeur alors que c'est lui qui l'a annulé il y a trois mois, ne bousculent le résultat des États généraux. À ce stade, nous devrions nous rebeller, car au-delà de l'affection et de l'estime, plus rien n'a de sens". Comment a-t-il pu dire devant les députés : "Nous avions 10 ministres et nous n'avons rien réalisé". Pour Roberto Fico et Luigi Di Maio, quitter le Mouvement est impensable. Le ministre des affaires étrangères a espéré un accord jusqu'à la fin, mais il est difficile de dire adieu à Grillo pour suivre l'ancien premier ministre. Au lieu de cela, il est probable que ce soit le garant lui-même qui lui demande de se présenter au bureau exécutif afin de soustraire la direction du M5S à ceux qui ont beaucoup de voix sur le blog, mais peu de pouvoir politique. Cela ne lui convient pas, il risque de prendre la tête d'un parti mourant. Mais si Draghi et le parti démocrate étaient également favorables à cette solution, pourrait-il y échapper ? Quant au président de la Chambre des députés, il se retrouvera dans le même embarras car, bien qu'il ait partagé et soutenu Conte jusqu'au bout, il a rejoint les rencontres de Beppe Grillo avant même la naissance du Mouvement. Le quitter n'a jamais été une option. C'est différent pour Stefano Patuanelli. Le ministre de l'agriculture est membre du parti 5 étoiles depuis aussi longtemps qu'il s'en souvienne, mais sa relation avec l'ancien Premier ministre est très forte. Et sa loyauté envers lui est inébranlable. Cela vaut pour lui, pour le président des sénateurs Ettore Licheri, pour le ministre des Relations avec le Parlement Federico D'Incà, pour l'ancien ministre de la Justice Alfonso Bonafede. Ce sont des noms de poids. Si Conte devait créer une faction au Parlement par leur intermédiaire, les conséquences pourraient être dévastatrices. Une guerre civile s'ensuivrait, face à laquelle les dernières scissions seraient insignifiantes. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, par Stefano Folli, «  Celui qui émerge de la crise des 5 étoiles, c’est Di Maio » : «  Le psychodrame quelque peu grotesque se poursuit et nous descendons chaque jour de quelques marches sur l'échelle qui mène au sous-sol de la politique. Le narcissique historique, Grillo, a traité le narcissique challenger, Conte, avec un mépris total et l'a traité d'incapable. Et c'est maintenant à l'ancien premier ministre de décider s’il doit rejoindre les rangs du M5S historique, la queue entre les jambes, ou choisir de partir vers d'autres aventures. Mais étant dépourvu de qualités politiques et de compétences managériales, il est à exclure, laisse entendre Grillo, que le narcissique numéro deux soit capable de créer son propre parti ou de lancer une autre initiative politique réussie. Tout cela se passe au moment où Luigi Di Maio (le meilleur des ministres des affaires étrangères, selon les mots du fondateur) s'entretient avec le secrétaire d'État américain à Matera, en lançant des projets contre la faim dans le monde. La logique voudrait que ce soit maintenant Di Maio lui-même qui dirige la troupe parlementaire du M5S, qui est toujours la force de la majorité relative au Parlement. Ce choix ferait voler en éclats le monde des 5 étoiles, qui est déjà en morceaux, mais ne mettrait pas en danger le gouvernement Draghi. N'oublions pas que Di Maio, contrairement à Conte, est un partisan sans réserve de l'exécutif. Il en incarne l'âme, disons, institutionnelle et peut s'entendre sans problème avec Grillo : d'abord, parce qu'il ne le conteste pas mais le flatte plutôt ; ensuite, parce qu'il respecte l'équilibre des pouvoirs. Il fait de même à l'égard de Mario Draghi, conscient du ridicule de l'attaquer de manière vague, sans savoir ensuite dans quelles mers naviguer en Italie et hors d'Italie. Le système politique est trop faible pour construire une alternative à l'exécutif d'unité nationale à court terme. Et maintenant, c'est aussi au parti démocrate de repenser une stratégie qui avait en Conte l'alpha et l'oméga d'une alliance désormais fracturée. 

ENTRETIEN, La Stampa, d’Enrico Letta, dirigeant du Parti Démocrate : «  La crise des 5 Etoiles met en péril la partie sur le Quirinal ». «  ‘’C'est un gros problème... c'est une rupture à laquelle je ne m'attendais pas. Il y a deux choses qui m'inquiètent : la peur d’offrir un avantage à la droite, et le risque que tout cela affecte le match sur le Quirinal, qui est un défi important et délicat". "Nous nous approchons de la dernière phase de la mandature, au moment où le Président de la République sera choisi, et là nous devons être déterminés et avoir des idées claires". Letta n'envisage aucune conséquence sur la pérennité du gouvernement Draghi : "Avec la campagne de vaccination en cours, la peur des variants, le Plan de Relance national, l'idée que l'on puisse mettre le gouvernement en danger me semble vraiment improbable". »

ARTICLE, Corriere della Sera, « Un parti unique ? Non, une fédération". Salvini s’oppose au plan de Berlusconi ». « Le débat sur l'avenir du centre-droit se poursuit depuis des semaines, mais il n'y a toujours pas de point d'arrivée. Le leader de Forza Italia a réitéré son intention d'arriver pour le vote de 2023 à un seul parti de centre-droit, qui pourrait s'appeler Cdu, Centre-droit uni, avec une claire référence à la formation historique allemande d'Angela Merkel, centre de gravité dont Berlusconi voudrait que la créature s'inspire des valeurs. Un parti avec tout le centre-droit, y compris Giorgia Meloni, qui continue cependant à dire qu'elle n'est pas intéressée par le projet. Pourtant, même Matteo Salvini ne respire pas l'enthousiasme. Alors que Gianfranco Rotondi, qui est le "propriétaire" du nom Cdu en Italie pour l'avoir déposé il y a quelque temps, le met à la disposition du Cavaliere, le leader de la Lega semble très froid : "Le parti unique n'est pas à l'ordre du jour, c'est un débat qui intéresse beaucoup les journalistes. Nous en parlerons plus tard, ce n'est pas à mon ordre du jour", dit-il fermement. La crainte est de faire apparaître le gouvernement de centre-droit comme engagé dans des définitions internes qui - comme le répète Meloni - n'intéressent guère les électeurs. Un risque que Salvini ne veut pas prendre : " 2023, c'est loin. Je propose au centre-droit de s'unir dans les faits. Puisque vendredi nous sommes sur les places pour collecter des signatures pour les référendums sur la justice, je m'attends à ce que le centre-droit ne soit pas un parti unique, car ils ne naissent pas du jour au lendemain, mais sur les places il y a toutes les forces qui composent la coalition“. Berlusconi lui-même a déclaré que son parti "participerait" à la collecte de signatures pour le référendum sur la justice : "La réforme de la justice, de la fiscalité et de la bureaucratie est une condition nécessaire pour que le pays redémarre. Nous travaillons avec le président Draghi et le ministre Cartabia". Et Salvini a relancé son invitation à Enrico Letta à se rencontrer pour parler de réformes, "de bureaucratie, de fiscalité, de justice". La présidente des sénateurs FI, Anna Maria Bernini, indique que "le recul du populisme extrémiste en Europe, avec l'affirmation en France et en Allemagne des partis qui se réfèrent au PPE, est une indication que nous avons le devoir de saisir, car après le Covid rien ne sera politiquement le même qu'avant", il faut donc partir "d'une fédération sur des choses concrètes". »

ARTICLE, La Repubblica, « La Chine et la Russie snobent le G20. Di Maio relance un pacte anti-pauvreté »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

29/06/2021

Nouveau livre de Janez Janša : "Nous nous sommes levés et avons survécu."

Unser Mitteleuropa.png 

Communiqué de Unser Mitteleuropa :

Le livre "Nous nous sommes levés et avons survécu. (Analyse des tournants de l’indépendance et de la guerre pour la Slovénie en 1991)." a été publié pour la première fois en slovène et en anglais par la maison d'édition Nova obzorja (Ljubljana/Laibach) à l'occasion du 30e anniversaire de l'indépendance de la Slovénie. 

UNSER MITTELEUROPA a obtenu le droit de publier également une édition en ligne en allemand, polonais, français et espagnol pour les lecteurs de toute l'Europe. 

Janez Janša, ministre de la défense en 1991 et actuel Premier ministre de Slovénie, présente dans ce livre tous les textes essentiels pour comprendre l'indépendance de son pays et la guerre pour la Slovénie. 

Le premier texte est une analyse des événements décisifs de l'indépendance et a été publié pour la première fois dans le "Livre blanc". L'auteur y décrit en détail la période entre 1990 et 1991, lorsque la Slovénie était internationalement isolée dans ses aspirations à l'indépendance, et les développements politiques internes, comment l'opposition de gauche de l'époque a jeté des pierres aux pieds de Démos et a conclu des pactes avec le gouvernement fédéral de la Yougoslavie d'alors. 

Citation, "L'unité de la nation, le courage de ses forces armées, la ferme volonté politique de la coalition gouvernementale Demos sous la direction du Dr Jože Pučnik, et l'initiative d'une multitude de commandants individuels des unités tactiques de l'OT (armée territoriale slovène) et de la police ont forgé la victoire dans la guerre pour la Slovénie. Une victoire élevée dans sa finalité à l'Olympe slovène, une victoire plus importante que toutes les batailles menées par nos ancêtres, malheureusement souvent aux dépens des autres, dans le maelström de l'histoire ingrate des siècles passés." 

Le second texte est une analyse de la guerre pour la Slovénie et a été publié pour la première fois en tant que livre d'accompagnement du livre War for Slovenia. L'auteur y analyse le conflit militaire qui, grâce à l'unité du peuple, s'est terminé par la défaite de l'agresseur, l'Armée fédérale yougoslave (JNA). 

Le troisième texte est la préface de la 3e édition du livre "Mouvements", dont près de 100 000 exemplaires ont été vendus. Le texte d'introduction de Janez Janša constitue les mémoires de l'auteur et son analyse des événements depuis son arrestation (1988) jusqu'à la reconnaissance internationale du nouvel État. La particularité de l'introduction et de la 3e édition est que l'auteur discute et révèle certains documents qui n'étaient pas connus au moment de la première édition (1992), mais qui sont très importants pour la compréhension de l'indépendance slovène. 

"Il s'agit d'un document contemporain inestimable. Nous devons savoir comment nous avons construit notre souveraineté, comment nous avons ressenti de l'amour pour notre patrie et combien nous étions reconnaissants pour ce moment de l'histoire. Mais ils doivent aussi savoir qui est contre. Non pas pour juger ou persécuter qui que ce soit, mais simplement parce que ce sont les faits. Le fait de romancer l'histoire aujourd'hui en affirmant que la Slovénie a facilement obtenu sa souveraineté est une déformation des faits et sert de justification à ceux qui ont saboté tout ce que le gouvernement Démos a fait à des moments cruciaux. Il est vrai que la nation était unie, mais la gauche politique transitoire de l'époque a tout fait pour que la Slovénie n'ait pas sa propre armée, que la Slovénie ne devienne même pas indépendante, mais reste dans le chaudron des Balkans", écrit dans sa préface Jože Biščak, directeur de la maison d'édition Nova Obzorja et rédacteur en chef du magazine Demokracija.

Les éditions slovène et anglaise du livre peuvent être commandées sur info@demokracija.si.

La version linguistique en français est disponible gratuitement ici :

https://unser-mitteleuropa.com/janez-jansa-nous-nous-somm...

28/06/2021

Le Forum voor Democratie va en justice contre Youtube.

FvD.png

Pays-Bas. Le Forum voor Democratie de Thierry Baudet va en justice contre Youtube, qui n’hésite pas à censurer des discours tenus par des représentants du parti à la Chambre des députés.

Les patriotes de Frères d'Italie, encore plus haut. Les patriotes de la Ligue donnés deuxièmes.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Les patriotes de Frères d'Italie, encore plus haut. Les patriotes de la Ligue donnés deuxièmes.

Italie.jpg

Frères d'Italie : patriotes

Ligue : patriotes

Parti Démocrate : centre-gauche

M5S : anti-système

Forza Italia : conservateurs

"Appel téléphonique entre Grillo et Conte."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne titre sur  le passage en zone blanche de l’ensemble de l'Italie -  soit l'état d'alerte sanitaire le plus bas -  et la levée de l'obligation du port du masque en extérieur. Les craintes sur le variant Delta sont aussi évoquées ainsi que les recommandations des experts : « Figliuolo : nous sommes plus libres mais ce n'est pas fini » - Le commissaire spécial pour la pandémie et les experts lancent un appel à la prudence. Foyer à Majorque (Corriere della Sera), « Alerte variant Delta, 15 millions de personnes à risque » - Vacances et réouvertures, crainte pour les personnes âgées de moins de 40 ans qui ne sont pas vaccinées (La Repubblica), « L'Italie en zone blanche et sans masque » -

L'appel téléphonique entre le fondateur du M5S, B. Grillo, et le chef désigné, G. Conte, après le coup de froid de ces derniers jours sur le nouveau statut devant décider de la gouvernance du Mouvement, est aussi cité : « Appel téléphonique entre Grillo et Conte » - Des signes de paix après le coup de froid (Il Fatto Quotidiano).

ENTRETIEN, La Gazzetta del Mezzogiorno, de Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères italien : « Le Sud sera au centre du monde ». « ‘’Le choix de la ville de Matera pour la réunion des ministres des Affaires étrangères et les rendez-vous internationaux qui se tiendront à Bari et à Brindisi dans le cadre du G20 n’ont pas été un hasard. Le Sud est vraiment central et représente un acteur principal d’un  événement international important. L’Italie est la ‘’voie méditerranéenne’’ de l’Europe et le Sud est géographiquement au cœur de cette ‘’voie’’. Nous soutenons une nouvelle approche en Méditerranée élargie, en mettant au centre des dossiers tels que les flux migratoires, la transition énergétique et numérique, l’intervention et la résolution des conflits. L’Italie est en première ligne dans la stabilisation de la Libye.  Elle est un acteur crucial dans la région. Nous sommes  en train de voir enfin les fruits du travail fait jusque-là : l’accord pour le cessez-le-feu d’octobre dernier, et la mise en place d’un exécutif unifié et transitoire qui devra accompagner le pays vers des élections libres le 24 décembre prochain. La réponse internationale à la pandémie a montré l’importance d’une approche multilatérale afin d’affronter les grands défis globaux. Le multilatéralisme efficient sera lui aussi au centre de la ministérielle de Matera. La nomination d’Emanuela Del Re en tant que Représentante de l’UE pour le Sahel représente pour nous un résultat dont nous sommes très satisfaits. Notre contribution contre le terrorisme et la criminalité transnationale qui frappent la région est cruciale aussi pour la sécurité de nos citoyens.’’ »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

27/06/2021

L’UDC allume des feux de la liberté dans tous les cantons suisses.

UDC.jpg

26/06/2021

Les patriotes de Frères d'Italie de Giorgia Meloni donnés au-dessus des patriotes de la Ligue de Matteo Salvini.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

 
Italie. Les patriotes de Frères d'Italie de Giorgia Meloni donnés au-dessus des patriotes de la Ligue de Matteo Salvini.
Italie.jpg

Frères d'Italie : patriotes

Ligue : patriotes

Parti Démocrate : centre-gauche

M5S : anti-système

Forza Italia : conservateurs

Article de Daniele Scalea : Que contient réellement la "loi anti-LGBTQ" controversée de la Hongrie ?

M.jpg

 Par Daniele Scalea

Dans les mêmes heures au cours desquelles une partie du gouvernement italien a dénoncé la prétendue "ingérence" du Vatican dans les affaires intérieures de l'Italie (pour avoir signalé que la loi libérale Zan censurerait les catholiques, violant ainsi le Concordat, c'est-à-dire un traité international), cette même partie a décidé la participation de l'Italie à l'ingérence de nombreux pays de l'UE contre la Hongrie, coupable d'avoir fait passer une loi par le Parlement régulièrement élu par son peuple souverain lors d'élections libres. Mais que dit exactement cette "loi anti-LGTBQ" controversée, comme l'ont baptisée les médias progressistes ?

Il s'agit d'une loi qui durcit les sanctions à l'encontre des pédophiles et autres criminels qui commettent des violences sur les enfants. Elle a été adoptée par une très large majorité interpartis (157 sur 199), bien que certains députés de l'opposition de gauche aient choisi de ne pas participer au vote. Un certain nombre de dispositions spécifiques ont fait l'objet de controverses. Le premier est l'article 6/A modifié de la loi 31/1997, qui se lit comme suit :

Afin d'assurer la réalisation des objectifs prévus par la présente loi et la mise en œuvre des droits de l'enfant, il est interdit de mettre à la disposition des personnes n'ayant pas atteint l'âge de dix-huit ans tout contenu à caractère pornographique ou présentant la sexualité de manière permissive ou propageant ou présentant une déviation de l'identification correspondant au sexe de naissance, le changement de sexe ou l'homosexualité.

La même disposition est contenue dans l'article 3 modifié de la loi 48/2008 et dans l'article 5/A modifié de la loi 211/2011.

Un amendement à la loi 75/2010 concerne les médias de masse :

Les programmes sont à classer dans la catégorie V s'ils sont susceptibles d'influencer négativement l'épanouissement physique, mental ou moral des mineurs, en particulier si cela est dû au fait qu'ils contiennent, comme élément central, de la violence, de la propagande ou la représentation de la déviation de l'identification correspondant au sexe de naissance, du changement de sexe ou de l'homosexualité, ou des représentations directes, naturalistes et injustifiées de la sexualité. Ces programmes doivent être classés comme "inadaptés au public de moins de dix-huit ans".

La modification de la loi 190/2011, section 11, concerne l'éducation :

Lors de la réalisation d'activités traitant de la culture sexuelle, du genre, de l'orientation sexuelle et du développement sexuel, une attention particulière doit être accordée aux dispositions de l'article XVI, c. 1 de la Constitution. Ces activités ne doivent pas viser à propager la déviation de l'identification correspondant au sexe de naissance, au changement de sexe ou à l'homosexualité.

À mon avis, ces dispositions sont non seulement légales, mais pleinement justifiées.

Budapest a souligné l'intention de respecter les choix éducatifs de la famille et de ne pas mettre le système scolaire en conflit avec eux. La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, qui a valeur de traité contraignant, stipule à l'art. 14 c. 3, stipule que "la liberté de créer des établissements d'enseignement, dans le respect des principes de la démocratie, et le droit des parents de pourvoir à l'éducation et à l'enseignement de leurs enfants conformément à leurs convictions religieuses, philosophiques et pédagogiques, doivent être respectés conformément aux lois nationales qui en régissent l'exercice". Sous réserve du fait qu'il est désormais illégal dans l'Union européenne de ne pas suggérer l'idéologie du genre ou l'homosexualité comme valeurs de référence à ses enfants, la réglementation hongroise est parfaitement légitime et défend même un droit fondamental des parents non "progressistes". La loi hongroise n'interdit aucune orientation ou comportement sexuel, y compris l'homosexualité ; elle interdit uniquement la propagande dans les écoles, c'est-à-dire les actions visant à influencer les élèves dans une certaine direction. Et pourquoi les enfants devraient-ils se voir "enseigner" une orientation sexuelle ou être persuadés d'avoir certaines préférences à l'école ? En bref, pour poser la question de la Hongrie aux gouvernements des pays qui les accusent, dont l'Italie : pourquoi se soucient-ils tant que les écoles sexualisent les enfants ?

La législation hongroise interdit également la propagande de l'idéologie du genre à destination des enfants. On ne peut plus enseigner aux sujets qui sont encore en train de développer leur identité et leur sexualité que c'est une erreur de se contenter de s'identifier à leur sexe de naissance, mais qu'ils peuvent choisir et changer de "genre" quand ils le veulent, et bien sûr qu'ils peuvent ajuster leur physique par des interventions pharmacologiques et chirurgicales. Il est tout à fait louable que, du côté hongrois, on veuille éviter d'endoctriner les mineurs avec une théorie idéologique et non scientifique qui, en outre, conduit de nombreux enfants à opter prématurément pour des interventions médicales difficiles et douloureuses (en grande partie encore expérimentales) de "réassignation sexuelle". Là où, comme au Royaume-Uni, cette prescription a été appliquée à la légère, une remise en question semble avoir lieu. C'est en grande partie grâce aux efforts de Keira Bell, une jeune fille à l'enfance difficile qui a été incitée à subir une opération de changement de sexe à l'adolescence ; à l'âge adulte, elle a réalisé qu'elle avait été trompée et a poursuivi (avec succès) le National Health Service. Le Dr Lisa Littman a étudié comment les cas de "dysphorie de genre" apparaissent dans des groupes d'enfants par le biais de l'usurpation d'identité. Pourquoi le gouvernement italien veut-il que les enfants soient "séduits" par des thérapies traumatisantes, irréversibles et expérimentales ?

Daniele Scalea

Fondateur et président du Centro Studi Machiavelli. Il est titulaire d'une licence en histoire (Université de Milan) et d'un doctorat en sciences politiques (Université Sapienza). Il est professeur d'"Histoire et doctrine du djihadisme" et de "Géopolitique du Moyen-Orient" à l'Université Cusano. De 2018 à 2019, il a été conseiller spécial sur l'immigration et le terrorisme auprès du sous-secrétaire d'État aux affaires étrangères Guglielmo Picchi. Son dernier livre (écrit avec Stefano Graziosi) est "Trump vs. Everyone. L'Amérique (et l'Occident) à la croisée des chemins".

Cette publication est parue en premier sur CENTRO MACHIAVELLI, notre partenaire de la COOPÉRATION MEDIA EUROPÉENS.

Le FPÖ donné à 18 %.

FPÖ.jpg

Autriche.

Autriche.png

ÖVP : sociaux-chrétiens / conservateurs

SPÖ : sociaux-démocrates

FPÖ : patriotes

Grüne : écologistes

NEOS : libéraux

Autres

25/06/2021

"#IostoconOrban, (#jesuisavecOrban)."

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Conseil Européen, et notamment les critiques des dirigeants européens contre la législation hongroise sur le genre, fait la Une de la presse italienne. Les observateurs relèvent aussi que le projet de Mario Draghi pour une relocalisation des migrants dans l’UE « a encore une fois été reporté » (La Stampa) : « Droits, l’Europe contre Orbàn » - La loi homophobe hongroise divise l’UE. Draghi : notre traité défend les libertés (Corriere della Sera), « UE, bataille sur les droits » - La Commission européenne contre la Hongrie, Orbàn dénonce l’hypocrisie de ses partenaires (La Repubblica), «  L’UE divisée sur Poutine mais unie contre la loi homophobe d’Orbàn (Sole 24 Ore).

Enfin, les divisions au sein des 5 Etoiles, et notamment le bras-de-fer sur le nouveau statut du Mouvement entre le fondateur B. Grillo et le chef désigné G. Conte, sont aussi évoquées : « Grillo fait tout sauter » - Conte prêt à s’en aller (Fatto Quotidiano), « Le coup d’Etat de Grillo » - Les 5 Etoiles dans le chaos (Il Giornale), « M5S, coup de froid entre Grillo et Conte (Il Mattino).

Sur Twitter, à signaler le hashtag #IostoconOrban, (#jesuisavecOrban) suite aux déclarations du leader de la Ligue M. Salvini en soutien du Premier ministre Hongrois. 

COMMENTAIRE, La Stampa, de M. Sorgi « L’aube d’un nouveau dualisme » : « La rupture entre Grillo et Conte était prévisible mais elle est destinée à marquer le début d’un dualisme au sein du Mouvement qu’aucun statut ne parviendra à résoudre. Ce sont en effet deux visions opposées du Mouvement qui se concrétisent et qui sont difficilement conciliables. Grillo avait décidé des deux principaux tournants politiques du M5S de cette mandature : d’abord la formation du gouvernement avec le PD puis l’adhésion à l’exécutif d’unité nationale dirigé par Draghi. Ces décisions étaient aussi destinées à la placer au centre du Mouvement que les électeurs lui ont assigné avec les élections de 2018 mais qui est aujourd’hui en grande partie remise en cause en raison des expulsions, des scissions, des séparations et des compromis. Grillo se sent toujours le chef des 5 Etoiles et il est persuadé que son autorité peut assurer leur unité. La vision de Conte est complètement différente : elle est basée sur son autorité d’ancien Président du Conseil (encore très populaire dans les sondages) et sur la refonte du M5S sur le territoire grâce aussi à son expérience de gouvernement. Conte revendique ainsi son autonomie pour gérer une phase de rapprochement avec le PD, même si de façon collégiale avec le groupe des ténors qui ont survécu et une nouvelle phase où le M5S ressemble davantage au soit disant ‘’parti de Conte’’ auquel il a renoncé pour assurer la direction des 5 Etoiles. Il est clair qu’un parti de cette nature attendrait difficilement la fin de la mandature pour aller aux élections. Et il ne pourrait jamais accepter que Grillo puisse être en désaccord. »

ARTICLE, La Repubblica, « L’ombre des conservateurs derrière celui qui a fait fuiter la Note verbale du Saint-Siège » : «   Il y a un passage dans le discours du cardinal Parolin qui révèle un aspect troublant de la crise diplomatique entre le Saint-Siège et l'Italie. C'est lorsque le Secrétaire d'Etat du Vatican, reconstituant la genèse de la Note verbale sur le projet de loi Zan, dit en toutes lettres que oui, en l'approuvant "j'avais pensé qu'il pourrait y avoir des réactions". Pourtant, et c'est là l'essentiel, "il s'agissait d'un document interne, échangé entre Etats par voie diplomatique. Un texte écrit et conçu pour communiquer certaines préoccupations, certainement pas pour être publié". C'est-à-dire qu'elle devait rester confidentielle. Des mots utiles pour dissiper le soupçon selon lequel ce serait l'entourage du Pape qui a voulu faire apparaitre au grand jour le désaccord avec le palais Chigi afin de bloquer une loi considérée comme inconvenante. Mais qui a fait fuiter la note ? Des s sources fiables proposent une intrigue semblable à une histoire d'espionnage dans les palais romains. On parle de contacts continus entre les cercles les plus conservateurs de la Curie - ceux qui ont fait pression sur la diplomatie vaticane  pour qu'elle officialise son désaccord avec la loi Zan - et un parti politique spécifique, qui cultive depuis un certain temps le même objectif : faire échouer le texte de loi. En premier lieu, la Ligue, qui tient en otage la proposition de loi depuis des mois au sein de la commission de la justice, grâce à l'obstructionnisme du président salvinien Andrea Ostellari. L'autre personnage qui, dit-on, aurait favorisé la diffusion serait Maria Elisabetta Alberti Casellati. La présidente du Sénat aurait contribué à la fuite pour que l'affaire explose avec le plus de bruit possible. Entre-temps, sur le front parlementaire, le vote du 6 juillet visant à inscrire au calendrier la discussion générale du projet de loi dans l'hémicycle pour la semaine suivante (le 13) a ravivé la controverse. Le chef de groupe adjoint Franco Mirabelli a mis au défi les leghistes de convoquer immédiatement une réunion pour "discuter des mérites et élargir le consensus sur le ddl Zan sans le déformer". Ainsi, le mercredi 30, tous les chefs de groupe se réuniront pour travailler sur un compromis. Renzo Faraone a expliqué : "Il s'agit d'une tentative de trouver un accord. Calderoli, le magicien des amendements est prêt : "Nous pouvons trouver un terrain d'entente sans rien lâcher“. Mais Salvini entre en scène - "L'article 1 doit être modifié, nous ne voulons pas que l'éducation sur le genre entre dans les écoles, et nous ne pouvons pas non plus tolérer les restrictions à la liberté de pensée ou de parole. Sans dialogue, il n’y aura pas assez de voix pour faire passer le texte ne sont pas là". Le Pd réagit : "L'offre de dialogue de la Ligue n'est pas crédible. Ils veulent seulement enliser la mesure, qui doit être approuvée sans modifications". Letta est plus explicite : "Pour nous, le projet de loi Zan a toutes les garanties, donc le mieux est d'aller au Parlement et tout le monde aura son mot à dire. Notre rôle est de l'approuver tel quel".

ARTICLE, Il Messaggero, « De l'argent pour l'Afrique du Nord. L'UE choisit de payer pour arrêter le flux de migrants ».

ARTICLE, La Repubblica, « L'UE est pour la tolérance. Mais Salvini répond : je suis avec Budapest » : « À un certain moment du dîner, Mario Draghi s'est adressé directement à Viktor Orban en citant l'article 2 du Traité européen, qui est à la fois une exaltation de la tolérance et du respect des minorités, après des siècles où l'oppression ne manquait pas sur le Vieux Continent. " Il a dit au Premier ministre hongrois : " Écoutez, ce texte, que la Hongrie a également signé, est précisément celui qui désigne la Commission comme gardienne du traité lui-même. C'est à la Commission d'établir si oui ou non Budapest viole les règles". Le président du Conseil avance droit devant. Il montre qu'en Europe, la question des droits est centrale et qu'il existe un continent à des années-lumière des murs culturels et politiques érigés par les souverainistes. Et un jour après avoir pris position au Parlement en faveur de la laïcité de l'État, il franchit un nouveau pas, cette fois de l'autre côté de la frontière. Il n'est pas le seul. Dans la matinée, il a signé, avec quinze autres dirigeants, un appel en faveur des droits de la communauté LGBT. Un geste symbolique, car il intervient après plusieurs jours d'âpre controverse en Italie également, après les protestations du Vatican contre la loi Zan. La bataille de Draghi a un antécédent. Mardi dernier, Rome a retardé de quelques heures son adhésion à la pétition de treize États membres contre la loi voulue par Orbán. En réalité, cette hésitation n'était que le résultat du temps nécessaire au vice-ministre Enzo Amendola pour consulter les chefs de la majorité, alors qu’Orban reste l'inspirateur de nombreuses positions de Matteo Salvini, membre de la majorité gouvernementale. Sur ce point, cependant, l'ancien banquier central décide de s'en tenir à la ligne européenne, sans calculs de politique intérieure. A Bruxelles, on voit aussi le fossé qui sépare les deux côtés de l'Union. D'une part les seize signatures des dirigeants, dont celle de Draghi, pour la "condamnation" de Budapest. De l'autre, Giorgia Meloni, qui, par un froid mercredi soir à Bruxelles, se prépare à un dîner de souverainistes avec Viktor Orbán. Matteo Salvini  est absent. J'ai lu la loi hongroise", a-t-il déclaré, "et je pense que chaque État peut décider de ce qu'il faut enseigner à l'école. Je ne comprends pas cette ingérence."

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Le FPÖ donné à 16 %.

FPÖ.jpg

Autriche.

FPÖ 1.jpg

ÖVP : sociaux-chrétiens / conservateurs

SPÖ : sociaux-démocrates

FPÖ : patriotes

Grüne : écologistes

NEOS : libéraux

24/06/2021

"Les deux âmes de l’Europe."

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Fidesz.png

Italie. Revue de presse.

PREMIER PLAN, La Repubblica, de G. Vitale « Le Président du Conseil opte pour la fermeté en accord avec Mattarella pour défendre l’Etat italien » : « Avant son intervention au Sénat, Mario Draghi s’est entretenu avec le Président de la République et a rencontré Napolitano. Ce contentieux avec l’Eglise catholique sera résolu grâce à la voie du droit, et ses conseillers juridiques préparent déjà une réponse écrite. Ceux qui le connaissent bien ne pouvaient pas s’attendre à un discours différent, au nom de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la Constitution ayant toujours été sa bible laïque. Il fera donc savoir au Vatican sa foi en la République et les institutions démocratiques, tout en veillant à ne pas briser le lien et à rétablir de bonnes relations diplomatiques dans les meilleurs délais. S’il était bien conscient de l’irritation de la Curie, l’ancien dirigeant de la BCE a été surpris par la Note verbale formulant expressément la désapprobation du Saint-Siège la loi Zan contre la transhomophobie, arrivée sans préavis. Mais le Premier ministre garde ce sang-froid qui le caractérise depuis son arrivée au palais Chigi. Chaque mouvement est réalisé en accord avec le Chef de l’Etat, également destinataire de la note bien qu’il ne puisse à aucun titre intervenir sur un projet de loi en cours d’approbation par les pouvoirs législatifs. Le Vatican ne s’est peut-être pas rendu compte de la portée de ses propos alors qu’il rappelait à Sergio Mattarella qu’il est le garant de la Constitution, remettant en doute la figure du Président et insinuant qu’une loi italienne puisse violer les principes constitutionnels. Le Saint-Siège a commencé à s’inquiéter du possible coup porté aux relations avec l’exécutif italien et à relativiser les faits. Mais Mario Draghi s’est montré ferme et a appelé les forces politiques à ne pas alimenter les polémiques, message reçu par Giorgia Meloni et surtout Matteo Salvini. Enrico Letta a fait preuve de la même fermeté vis-à-vis du Saint-Siège, tout en cherchant le compromis entre les forces parlementaires, en harmonie avec le Président du Conseil. A  présent, le PD cherche à inscrire la début de la discussion au calendrier du Sénat le 13 décembre ; c’est le 6 juillet, jour de la réunion des groupes sur l’agenda parlementaire, que la décision devrait être prise, selon le souhait du PD. Même si la Ligue et FDI a cherché à demander une vérification des arguments avancés par le Vatican avant d’envisager une inscription au calendrier, en vain».

ENTRETIEN, Avvenire, de Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue « Sur la loi Zan, la Ligue est prête à un texte partagé. Le PD ne doit pas ériger de barricades »  : « ‘’Sur le décret de loi Zan, la Ligue a toujours été prête à discuter sur un texte partagé. J’ai demandé publiquement à pouvoir rencontrer Enrico Letta mais je n’ai pas obtenu de réponse. Avant moi, le président de la Commission sur la Justice, P. Ostellari, avait demandé une réunion de discussion. Si l’objectif est de lutter encore plus durement contre la haine et la violence, nous sommes tous d’accord, même si les lois en vigueur sont déjà suffisamment claires. Je ne voudrais pas que l’on fasse une campagne idéologique au détriment des enfants ou pour limiter la liberté d’expression. C’est surtout l’article 1 qui pose problème : nous ne voulons pas que l’éducation sur le genre entre dans les écoles. Je suis content que le Saint-Siège ait exprimé ses doutes. Orban? Je pense que chaque pays, dans le respect des lois et des droits, peut décider de manière autonome de ses propres programmes scolaires, son université, sa justice, ses impôts et ses règles sur le travail. Je pense que l’éducation des enfants relève exclusivement des parents’’.  »

ARTICLE, La Stampa, M. Bresolin « Les deux âmes de l’Europe »  : « La journée qui s’annonce aujourd’hui au Conseil européen est très tendue. Les dirigeants européens sont divisés sur la question des droits. La pomme de discorde est la loi hongroise voulant ''empêcher la propagande homosexuelle’’ et qui a suscité un tollé auprès d’une grande partie des partenaires européens. Jamais auparavant, la Présidente de la Commission ne s’était exprimée aussi durement contre un Etat membre. C’est le signe, fait savoir une source diplomatique, que ‘’cette fois-ci Orban a vraiment dépassé la ligne rouge’’. Seuls les pays de l’Est défendent encore le leader hongrois. Orban a décidé de ne pas se rendre à Munich pour le match Allemagne-Hongrie et a préféré aller à Bruxelles pour dîner avec Giorgia Meloni. La dirigeante de Fratelli d’Italia a entamé son opération séduction pour faire entrer dans le groupe des Conservateurs les eurodéputés de Fidesz, qui ont quitté les rangs du PPE. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

23/06/2021

Viktor Orban rencontre Giorgia Meloni.

Fidesz.png

FI-AN.jpg

Hongrie, Italie, UE. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban n'assiste pas, suite à la volonté allemande d’illuminer le stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel, au match de football Allemagne-Hongrie et rencontre la dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni à Bruxelles.

Giorgia Meloni au Parlement européen.

FI-AN.jpg

Italie et UE. La dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni a visité ce 23 juin 2021 le Parlement européen.

Meloni 1.jpg

"Remigration : la Catalogne n'est pas votre maison."

Som Caralans.jpg

Espagne. Catalogne.

Som 1.jpg

"Remigration  : la Catalogne n'est pas votre maison."

"Le débat politique autour du projet de loi contre la transhomophobie."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne titre sur la visite hier à Rome de la Présidente de la Commission Européenne, U. von der Leyen, à l’occasion de laquelle elle a formalisé l’avis favorable au plan de relance italien : « Feu vert au plan de relance italien » - 15,7 milliards à dépenser dans 105 projets d’ici 2021 (Sole 24 Ore), « Draghi : le défi est de les dépenser honnêtement» - Draghi reçoit von der Leyen à Rome (Il Messaggero), « Italie, un plan de Relance solide mais ce n’est qu’un premier pas » - Entretien avec le vice-président de la Commission V. Dombrovskis. Draghi avec von der Leyen à Cinecittà (La Stampa), « L’argent européen et les gaspillages du M5S » - Von der Leyen fait l’éloge de l’Italie mais les 5 Etoiles et la gauche veulent gaspiller l’argent de l’Union en renforçant le revenu de citoyenneté (Il Giornale).

Le débat politique autour du projet de loi contre la transhomophobie, après les craintes exprimées par le Vatican sur l’impact que ce dernier pourrait avoir sur la liberté d’expression des catholiques, est aussi largement cité : « Loi Zan, Draghi intervient » - Draghi : nous évaluerons les observations du Vatican. Le PD défend le projet de loi ; Salvini et Meloni déplorent une approche idéologique (Corriere della Sera), « La loi Zan divise le Vatican » - La note divise l’aile progressiste proche du Pape. Draghi travaille à une médiation (La Repubblica), « La liberté qu’il faut défendre » - Le Saint-Siège officialise ses doutes sur le projet de loi. Le Président du Conseil s’exprimera aujourd’hui à la Chambre (Avvenire).

ARTICLE, La Repubblica, de G. Casadio, ‘’Décret-loi Zan [contre la transhomophobie] : ‘’Faisons passer cette loi’’ déclare Letta ; mais la droite est sûre de la bloquer au Sénat » : « Enrico Letta, secrétaire du Parti démocrate, a confirmé hier lors de l’assemblée des sénateurs démocrates la ligne de son parti sur la loi Zan. Il s’est exprimé peu après la publication de la note du Vatican dénonçant la violation du Concordat que représenterait cette loi. Le PD active donc ses contacts diplomatiques avec le Vatican et Letta dit vouloir comprendre ses motivations tout en rappelant que le PD reste fermement favorable à la loi d’Alessandro Zan et qu’il ne reculera pas. Enrico Letta s’est également adressé au ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, s’agissant désormais d’une question ‘’entre Etats’’. La loi avait été approuvée à la chambre des députés le 4 novembre dernier mais est depuis restée bloquée en commission Justice du Sénat, présidée par la Ligue. Suite à une intervention de Mario Draghi, le décret-loi doit aujourd’hui être discuté directement au Sénat. Les 5 Etoiles et la gauche s’alignent, mettant en avant la laïcité de l’Etat et l’autonomie du Parlement, et ils tenteront de faire passer la loi au plus vite. Mais Italia Viva adopte une position différente et souhaite une discussion avec la droite. Or c’est la droite, et avant tout la Ligue, qui s’est mise en travers du projet de loi. Salvini offre pourtant à Letta la possibilité de discuter : ‘’Je suis prêt à le rencontrer pour garantir les droits et sanctionner les discriminations et les violences, mais sans céder aux idéologies et à la censure’’ déclare Salvini. Rappelons toutefois qu’un projet de loi anti-Zan a été signé notamment par Salvini et Giorgia Meloni, dont le parti Fratelli d’Italia s’oppose très durement à la loi Zan. Mais deux questions demeurent : la vie des personnes homo et transsexuelles agressées et discriminées, et la laïcité de l’Etat italien qui, depuis 20 ans, n’a toujours pas de loi adaptée. ‘’Les ingérences de l’Eglise dans le processus d’approbation d’une loi sont inadmissibles’’ sanctionne Carlo Calenda. »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Dario Franceschini, ministre de la Culture: « Cinecittà multiplie par deux sa structure avec les fonds européens afin de pouvoir défier les séries télévisées britanniques» : « ‘’[Pour accueillir la Présidente de la Commission Ursula von der Leyen] l’Italie a choisi comme lieu Cinecittà : un lieu qui est un ensemble industriel et culturel. Nous savons bien que la frontière entre le cinéma et l’audiovisuel se fait de plus en plus étroite et que c’est un secteur-clé au niveau mondial. Notre défi est donc une nouvelle gouvernance de Cinecittà, qui sera désormais une société par actions. Cinecittà multipliera par deux sa superficie. Elle est au centre d’un des projets les plus importants du Plan de Relance : 300 millions qui concerneront aussi le Centre expérimental de cinématographie et donc la formation de nouvelles professions. La Caisse de Dépôts et Prêts va céder un terrain tout proche d’ici qui permettra de multiplier par deux l’offre de Cinecittà. 5 nouveaux théâtres seront créés, pour une capacité productive qui augmentera de 60% par rapport à aujourd’hui. Avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, l’Europe devra répondre sur le plan industriel et sur les contenus. Cinecittà sera alors stratégique sur ce front’’ ».

ARTICLE, La Repubblica, de Vincenzo Nigo « ‘’Rome aux côtés de Pékin pour le projet de Route de la soie’’ mais Luigi Di Maio (M5S) éclipse la version chinoise » : « ‘’La Chine est disposée à travailler avec l’Italie afin d’intensifier les communications stratégiques, renforcer la confiance réciproque et éviter toute distraction’’. Le ministère des Affaires étrangères a été surpris du ton presque trop enthousiaste de Wang Li, au point de mettre mal à l’aise son homologue Luigi Di Maio. Le ministre italien envisageait ce coup de téléphone comme entre des pays appartenant à deux blocs politiques différents mais ayant toujours collaboré sereinement. La question des droits de l’homme, dont voulait discuter l’Italie, n’a finalement pas été abordée. En revanche la Chine a souhaité rouvrir le dossier des routes de la soie, amorcé sous le gouvernement Conte. Un communiqué du ministre Wang dit que ‘’Pékin est disposée à mener des échanges plus étroits et de haut niveau, faciliter les échanges de personnels et promouvoir la construction conjointe d’une route de la soie avec l’Italie’’. Il s’agit pour la Chine d’un acte géopolitique d’une très grande importance. Mais cet enthousiasme s’explique lorsque le ministre chinois dit espérer que l’Europe adhère à l’autonomie stratégique, pratique un véritable multilatéralisme et promeuve la stabilité et le développement sur le long terme’’, comptant en particulier sur le rôle que pourrait jouer l’Italie dans ce sens. Il s’agit de contrer l’offensive américaine qui vise à priver la Chine de certains alliés voire simplement de certains partenaires à ces initiatives. Au ministère des Affaires étrangères, ceux qui suivent de plus près la relation italo-chinoise évoquent un moment critique, particulier, ‘’parfois pas très clair’’, au moment où le ministère s’apprête à signer une troisième version document pour la collaboration bilatérale entre Italie et Chine. Il n’y a pas encore de directive claire de la part de Draghi sur la question mais les travaux se poursuivent, la Chine formule ses requêtes et les négociations avancent. Visiblement Luigi Di Maio ne veut pas d’une bataille d’arrière-garde et veut défendre l’ouverture vis-à-vis de la Chine remise en cause par le rapprochement avec les Etats-Unis. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

22/06/2021

Tino Chrupalla dépose une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu sur la Place rouge.

AfD.jpg 

Russie Unie.jpg

Allemagne et Russie. Le co-président de l’AfD Tino Chrupalla, en visite à Moscou, a déposé une gerbe de fleurs, sur la tombe du soldat inconnu sur la Place rouge, en souvenir des victimes de l’attaque allemande le 22 juin 1941 contre l’Union soviétique.

Chrupalla est invité, en tant qu’orateur, à une conférence du ministère russe de la Défense.

AfD 1.jpg

AfD 2.jpg

Article d’Álvaro Peñas : Le Parquet européen : un nouvel outil de Soros ?

El Correo.png

Par Álvaro Peñas 

Lors de l'inauguration officielle du nouveau Parquet européen (OEPP), qui a eu lieu à Luxembourg, la vice-présidente de la Commission européenne et commissaire chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová, a déclaré à plusieurs journalistes que l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) concernant l'action de la Hongrie et de la Pologne sur le mécanisme de conditionnalité de l'État de droit interviendrait à la fin de l'été ou au début de l'automne. Le commissaire a déclaré à plusieurs reprises que l'issue du jugement rendu contre les requérants entraînerait l'application de ce mécanisme de conditionnalité et pourrait conduire à un gel des fonds qu'ils reçoivent de l'UE. Pour Madame Jourová, qui a décrit la création de l'OEPP comme un événement sans précédent et exceptionnel dans l'histoire de l'Europe, le fait que la Hongrie et la Pologne n'aient pas rejoint le nouvel OEPP est un signe clair des lacunes de l'Etat de droit dans ces deux pays.

La Hongrie, la Pologne, le Danemark, la Suède et l'Irlande sont les seuls pays qui ont décidé de ne pas adhérer à l'OEPP, une organisation qui supervisera les enquêtes sur les éventuels détournements de fonds européens. Le commissaire européen à la justice, Didier Reynders, s'est fait l'écho des critiques de Mme Jourová, en faisant remarquer que ces pays sont obligés de s'engager et de coopérer avec l'OEPP, car la protection du budget est un effort commun. Le ton de l'UE envers la Hongrie et la Pologne est celui d'une menace permanente. La vérité est qu'aucun des deux pays n'a encore interrogé les organismes d'enquête européens tels que l'Office européen de lutte antifraude au sujet des enquêtes financières sur l'utilisation des fonds européens, mais les nouvelles déclarations de Jourová mettant l'accent sur le recours aux sanctions dès l'inauguration de l'OEPP semblent être un autre signe que nous avons affaire à un nouvel outil de Bruxelles pour persécuter les dissidents, c'est-à-dire tous les gouvernements qui ne veulent pas se plier à l'agenda mondialiste.

Le premier procureur en chef de l'OEPP est l'avocate roumaine Laura Codruta Kövesi, qui a déjà été nommée procureur général européen en octobre 2019. Lors de l'inauguration, M. Kövesi a déclaré que l'OEPP était "le premier instrument de l'UE pour protéger l'Etat de droit". En tant que chef de l'Agence nationale anticorruption (DNA) de Roumanie, M. Kövesi a engagé des poursuites de grande envergure contre des hommes politiques roumains, notamment des mises en accusation massives. En 17 mois, elle a ouvert trois fois plus de dossiers que lors des trois années précédentes, incluant 1 138 personnes, dont 24 maires, cinq députés, deux anciens ministres et un ancien premier ministre. Nombre de ces inculpations n'ont pas abouti devant les tribunaux et Mme Kövesi a été accusée par ses détracteurs, notamment les sociaux-démocrates qui ont été les plus touchés par ses activités, de mener une chasse aux sorcières politique. Ses actions ont conduit à sa révocation de la tête du bureau anti-corruption en juillet 2018, malgré le soutien à l'époque de la société Open Society, qui s'est opposée à sa révocation. Ce n'est guère surprenant, étant donné que les ONG du réseau Soros considèrent la DNA comme leur bras politique. Un an plus tard, Kövesi est élu procureur général européen. En outre, le 5 mai 2020, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), une institution compromise par le rapport Puppinck, a confirmé la plainte de Kövesi contre la Roumanie pour son licenciement en tant que procureur anti-corruption. Dans sa décision, la Cour européenne des droits de l'homme "a tenu compte des avis de l'Open Society Justice Initiative, de l'Institut des droits de l'homme de l'Association internationale du barreau et de la Fondation Helsinki pour les droits de l'homme, qui ont été admis comme intervenants par le président de la section". C'est-à-dire trois ONG du réseau Soros.

Les liens entre Kövesi et Soros ne sont pas passés inaperçus en Hongrie. En juillet 2020, le président du Parlement hongrois, László Kövér, l'a accusée d'être un "agent étranger" et a comparé ses méthodes à celles du dictateur communiste Ceausescu. M. Kövér a déclaré que la procureure roumaine s'était fait un nom en intentant "des dizaines de procès politiques contre ceux qui appartenaient à l'autre camp politique". Entre autres, contre les maires hongrois (en Transylvanie). Ils ont été accusés de manière totalement injuste, emmenés loin de leur famille à l'aube par une unité de police, etc. Au cours de cette période, des centaines de milliers de conversations ont été interceptées grâce à la coopération entre la DNA et la Securitate. Si le camarade Ceausescu était encore en vie, il serait ravi de voir ce qui se passe en Roumanie."

Les médias se sont empressés de souligner que la Hongrie et la Pologne (les autres pays ne sont pas mentionnés), sont opposées au nouveau procureur européen parce qu'elles figurent en bonne place sur la liste des chiens de garde anti-corruption de Transparency International, la coalition mondiale contre la corruption, une ONG dirigée par Michiel van Hulten, qui mentionne dans sa liste de donateurs la fondation Open Society Institute (FOSI), l'Open Society Institute, la Development Foundation, la Foundation to Promote Open Society et l'Open Society Initiative for Europe. Là encore, le bras long du réseau Soros, qui a la main sur le juge, le procureur et l'organisme "indépendant" qui dépose la plainte. La Hongrie et la Pologne ne coopéreront certainement pas avec un projet qui, malgré toute la propagande des médias grand public, n'est qu'un outil de plus entre les mains de leurs pires ennemis.

Cette publication est parue en premier sur EL CORREO DE ESPAÑA, notre partenaire de la Coopération médias européenne.

(https://elcorreodeespana.com/politica/221808495/Fiscalia-...)

"Peu d’engagements sur les migrants et les relocalisations au point mort."

M5S.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne ouvre sur la levée de l'obligation du port du masque pour le 28 juin, proposée par le comité scientifique CTS et confirmée par le ministre de la Santé. Les observateurs relèvent la perplexité de certains immunologues face au variant indien Delta ainsi que les déclarations du Président du Conseil sur la possibilité de faire jouer la finale de l'Euro 2020 dans un pays connaissant peu de contaminations. « Levée de l'obligation du port du masque à partir du 28 juin » - Draghi soulève la question de la finale de l'Euro 2020 (Corriere della Sera), « Pour le CTS : adieu au masque à partir du 28 juin» -  Draghi : il serait préférable de faire jouer la finale à Rome (La Repubblica),  « Bas les masques à partir du 28 juin» - Craintes pour le variant indien, Draghi chez Merkel : non à la finale de l'Euro2020 dans un pays ayant une courbe de contaminations élevée ( La Stampa),  « Draghi prend le ballon et la barre de l'Europe » - Attaque sur la finale de l'Euro2020. Aucune entente sur les migrants au sommet avec Merkel (Il Giornale), « Les médecins de famille s'opposent à l’administration du vaccin AstraZeneca » (Fatto Quotidiano).

ARTICLE, Corriere della Sera, « Coup de froid entre Conte et Grillo » : « Les signaux venant du Mouvement 5 étoiles parlent d'"impasse totale", de "chaos", et l'événement prévu pour la présentation des statuts est même reporté. Giuseppe Conte et Beppe Grillo n'ont pas encore réglé leurs différends sur les nouvelles règles du M5S. "On navigue à vue, les prochaines étapes vont sûrement être reportées" dit une source (la réservation de la salle pour l'événement a d’ailleurs été annulée). "Pas d'inquiétude, c'est une discussion normale", fait-on savoir dans les milieux proches de Conte tandis que les proches de Grillo s’inquiètent de la disparition du rôle du fondateur dans le M5S nouvelle formule.  Mais le délai pour mener à bien le processus est court. Si les règles ne sont pas publiées d'ici le 25 juin - un délai qui semble actuellement peu plausible même pour les plus optimistes - la naissance du nouveau Mouvement risque d’être reportée vers la deuxième quinzaine de juillet, ce qui entrainera des difficultés au quotidien. Depuis les territoires, en effet, la pression sur les dirigeants s'accentue : "A qui devons-nous demander l'utilisation du symbole ? Quel symbole ? Qui donnera le feu vert aux listes ?". Autant de questions qui nécessitent des réponses rapides, car dans de nombreuses régions d'Italie, les Cinq Étoiles ont fixé une date limite fixer les candidats d'ici début août. Entre-temps, hier, un nouveau départ a été enregistré chez Rousseau. Pietro Dettori, l'un des trois membres de l'association milanaise, s'en va. Il explique dans un post sur Facebook. "Les derniers mois ont été difficiles et la conclusion des événements, loin d'être indolore, est connue de tous. Le chemin que j'ai choisi est différent. Parce que je crois encore au Mouvement. Ceux qui me connaissent savent que j'ai une relation presque charnelle avec le Mouvement. C'était un choix presque obligatoire après les tensions de ces derniers mois. "

ENTRETIEN, Il Messaggero, de Vincenzo Amendola, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, « C’est le coup de sifflet initial, stop aux polémiques ; les fonds devront être investis dans leur totalité pour 2026 » : « La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, doit lancer officiellement l’émission des fonds du Plan de Relance avec le versement des premiers 13%. Il nous faut quant à nous cesser les polémiques et nous mettre immédiatement au travail pour la bonne réalisation du Plan. C’est le véritable progrès qui servirait à l’Italie. Concentrons-nous sur les réformes pour la simplification de l’administration afin que tout aille ensuite plus vite sur chacun des projets. Les deux chantiers doivent progresser en parallèle. Il va falloir être rapide et la totalité des fonds devra avoir été investie pour 2026. Contrairement à l’année dernière, tous les partis semblent satisfaits du PNRR, et même Giorgia Meloni s’est montrée ouverte au Next Generation UE. Il faut donc une synergie entre forces politiques, représentants des filières industrielles et partenaires sociaux plutôt que de mener la traditionnelle bataille sur les réseaux sociaux. Les réformes de la Justice et de l’Administration ne sont pas imposées par Bruxelles, elles sont absolument nécessaires à notre pays, tout dépendra de la réelle volonté des partis, ensuite ce changement, même profond, pourra se faire assez rapidement, au nom de l’intérêt national. Au cours de ces dernières années, l’Europe a rencontré deux grands problèmes dérivant d’un manque de solidarité : les politiques d’austérité d’une part, problème dépassé avec les fonds pour la relance, l’immigration d’autre part, sujet qui sera à l’ordre du jour du prochain conseil européen, sur proposition de l’Italie, alors que la dernière discussion date de 2018. Il y a deux objectifs : accélérer la renégociation du Traité de Dublin qui est trop lente et marquer un tournant dans la politique de gestion des flux migratoires qui relèvent de la politique extérieure de l’UE et pas uniquement des relations bilatérales entre l’Italie et la Libye. Le gouvernement italien présentera à ce sujet au Parlement une résolution déjà signée par toutes les forces politiques de la majorité et qui devrait donner un important élan aux négociations. »

ARTICLE, Il Foglio : « Draghi parvient un peu à convaincre Merkel ». « Au Palais Chigi, on est conscient que le facteur temps joue cette fois-ci contre l'Italie. Car Mario Draghi sait qu'il doit obtenir un changement de cap immédiat sur la gestion des flux, pour faire face à l'habituel exode estival. Toutefois, si hier le Président du Conseil a confié à ses collaborateurs que la rencontre avec A. Merkel s'est déroulée "un peu mieux que prévu", c'est parce que sur au moins deux aspects il est convaincu d'avoir reçu de sa part le soutien qu'il espérait en vue du Conseil européen de jeudi. D'une part, il existe en effet un accord sur la relocalisation des migrants sauvés en mer. L'Italie a obtenu qu'avec la France et l'Allemagne, ces trois pays, à parts égales de 30 % chacun, assument la charge de la redistribution, les 10 % restants étant répartis entre les différents pays "volontaires" (Luxembourg, Irlande, Roumanie). Un accord sur lequel la ministre de l’Intérieur Lamorgese travaille depuis un certain temps. Cette dernière a eu avec son homologue français Gérald Darmanin en marge du Conseil européen début juin, une conversation très animée d'une demi-heure, ce qui montre bien que la médiation reste compliquée. Macron et Merkel souhaitent que Draghi exerce un contrôle accru sur les mouvements secondaires et, surtout en ce qui concerne l'Allemagne, que l'Italie s'engage à accepter sur son territoire tous les "dublinés" en attente d'extradition en raison de la pandémie. Merkel pourrait, le cas échéant, s'ériger en modèle sur un autre aspect : celui de la recherche d'une immigration qualifiée. On pourrait tenter de donner un rôle accru aux ambassades européennes dans les pays de départ, pas seulement africains, pour coordonner les flux avec les besoins du marché du travail. Ce n'est pas un hasard si Merkel et Draghi ont parlé hier d'un projet visant à créer des écoles de spécialisation professionnelle dans les capitales des États dans lesquels la politique de voisinage de l'UE est en vigueur. Des perspectives d'avenir, certainement. Or l'été vient juste de commencer. »

ARTICLE, La Stampa, « Peu d’engagements sur les migrants et les relocalisations au point mort » : «Sur les migrants, A. Merkel et M. Draghi sont contraints de trouver un accord au rabais. Oui à l'aide aux pays d'Afrique du Nord, mais rien n'a été décidé - du moins à ce stade - sur la relocalisation des demandeurs d'asile débarquant sur les côtes italiennes. Le premier sommet bilatéral entre les deux dirigeants pourrait même être le dernier. L'Italien aurait aimé arriver à Berlin plus tôt, l'agenda dicté par la pandémie ne le lui a permis qu’au moment où l'Allemagne se trouve en pleine campagne électorale. Mme Merkel, qui a un pied hors de la Chancellerie, ne peut se permettre de prendre des engagements sur un sujet aussi délicat que l'immigration. Les diplomaties avaient évoqué un accord à trois permettant une répartition équitable des arrivants, mais Paris que Berlin ont demandé en contrepartie le retour des migrants secondaires : les personnes qui ont transité par l'Italie et qui se sont ensuite dispersées en Europe. Les élections allemandes (en septembre) et les élections du printemps en France ne permettent pas de faire de prévisions. Emmanuel Macron, jusqu'à présent l'excellent allié de l'Italie dans ce dossier aussi, doit faire face à la débâcle des élections régionales de dimanche. Draghi peut toutefois se réjouir d'avoir imposé la question à l'ordre du jour de la réunion des dirigeants européens, en surmontant l'approche du gouvernement Conte qui avait tenté de construire une coalition des pays du Sud. Il faut maintenant espérer que l'été ne s'accompagne pas d'une urgence migratoire et que la question ne s'impose pas d'elle-même. »

ARTICLE, Corriere della Sera : « Sur les migrants, l’entente Draghi-Merkel :"Il faut renouveler l’accord avec la Turquie"».

(Traduction : ambassade de France à Rome)