Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2020

"La rentrée scolaire."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La rentrée scolaire domine les gros titres des médias italiens. Les observateurs en soulignent les enjeux pour le pays (et le gouvernement) après six mois de fermeture totale. Ce sont notamment les difficultés d’organisation (manque de personnel enseignant et d’espaces permettant la distanciation, les transports) qui sont évoquées : « Ecole, l’épreuve la plus difficile » - ‘’Réouverture après 6 mois, voici le vadémécum’’ (Corriere della Sera), « Ecole, départ en pente dure » - ‘’Un étudiant sur trois restera à la maison, au Sud réouverture le 24. Retards dans la livraison de bancs et de masques’’ (La Repubblica), « L’école rouvre, les pédiatres inquiets » - ‘’Six millions d’étudiants prévus pour la rentrée, dans un contexte d’incertitude sur les masques et les enseignants’’ (La Stampa), « A l’école avec une pénurie de 150 000 enseignants » (Sole 24 Ore), « En classe après un test de groupe » - ‘’Le ministère de la Santé consulte le Comité scientifique sur des tests rapides’’ (Il Messaggero).  

L’ouverture des journaux télévisés est consacrée à la rentrée scolaire pour environ six millions d’élèves, au débat politique autour du plan européen de stabilité (MES) relancé à nouveau par le dirigeant démocrate N. Zingaretti (PD) aux alliés du gouvernement et à la baisse de la courbe de contagion.

ENTRETIEN, Il Fatto Quotidiano de samedi, de Paolo Sileri, vice-ministre de la Santé « ‘Ok pour une quarantaine courte mais il faut aussi faire plus de tests’’ » : « ‘’Les études nous disent qu’en 5-6 jour, en cas de contact, on ressort positif du test. En 7 jours, nous arrivons donc à repérer tous les contaminés. Il y en a aussi qui développent cela en 14 jours. En tout cas, il est moins coûteux de faire un test que de laisser une personne à la maison pendant 14 jours. Il faut faire plus de tests, environ 3-4 000 par jour, surtout pour les semaines où cela servira davantage, en hiver’’ »

 

Politique intérieureARTICLE, Corriere della Sera, C. Bozza : « Zingaretti aux alliés et au gouvernement : assez avec les hypocrisies et les retards » : « Le Pd et, donc le gouvernement aussi, risquent tout en sept jours. Les derniers sondages montrent une situation dangereuse, avec la possibilité d’une seule victoire [pour le PD]  sur les 5 régions. Si le Pd devait perdre également en Toscane, il serait difficile pour Zingaretti de rester à la tête du parti. Et le maintien du gouvernement serait en question aussi. Le vice-secrétaire du Pd, Andrea Orlando, anticipe la nécessité d’un remaniement en cas de débâcle aux Régionales et le nom de Stefano Bonaccini continue d’être évoqué ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, d’Enrico Letta, ancien président du Conseil : « ‘’Quoi qu’il arrive, Zingaretti doit rester. Je suis personnellement en campagne pour ma Toscane ‘’ » : « ‘’ Dans le rapport avec l’Europe, qui est la chose la plus importante, le Pd a fait la différence. Nous avions un gouvernement anti-européen et maintenant nous avons un gouvernement pro-européen, et cela est grâce au travail de Zingaretti avec le M5S. L’important est que ce gouvernement soit avec Berlin, Paris et Madrid et non pas avec Budapest et Varsovie. Nous sommes passés d’Orban à Merkel, Macron et Sanchez. Le Fond de Relance est un résultat extraordinaire. Les Régionales ne sont pas un test national, Conte ne doit pas démissionner en cas de défaite des partis au gouvernement. Nous gagnerons en Toscane, c’est la région italienne la plus connue au monde, il faut éviter l’image dramatique d’une Toscane dans les mains de la Ligue. Je suis convaincu que les élections générales auront lieu en 2023. ‘’ »

ARTICLE, Repubblica, P. Colaprico-S. De Riccardis, « Les fonds de la Ligue disparaissaient grâce aux comptables » : « L’enquête milanaise se penche sur un million trois cent cinquante mille euros passés du parti aux trois comptables arrêtés, à travers l’ancien directeur de la banque Ubi de Seriate, Ghilardi, qui révèle : ‘’j’ai tout passé sous silence’’. Des virements auraient aussi été faits au trésorier du parti Centemero. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Résultats du premier tour des municipales à Bregenz, capitale du Vorarlberg.

FPÖ.jpg

Autriche. Vorarlberg. BregenzLors du premier tour des municipales, le FPÖ obtient 6,81 % et le candidat du FPÖ à la mairie 5,53 %. Un deuxième tour pour l'élection du maire aura lieu dans deux semaines.

Maire :

Bregenz.jpg

Conseil municipal :

Bregenz 2.jpg

ÖVP : sociaux-chrétiens

SPÖ : sociaux-démocrates

FPÖ : patriotes

Grüne : écologistes

Neos : libéraux

Rhénanie du Nord-Westphalie : l'AfD double son score lors des municipales.

AfD.jpg

Rep.jpg

Allemagne. Rhénanie du Nord-Westphalie. Lors des élections municipales, l’AfD double son score et obtient 5 %, dont : 12,9 % à Gelsenkirchen, 9,29 % à Duisburg, 7,59 % à Oberhausen, 7,18 % à Mühlheim. Les Républikaner obtiennent 780 voix et 0 %. (Les nationalistes radicaux du NPD et de die Rechte décrochent 0 %.)

(https://www.im.nrw/kommunalwahlen-2020-519-prozent-wahlbe...)

NRW 1.png

CDU : démocrates-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

Grüne : écologistes

FDP : libéraux

die Linke : post-communistes

AfD : patriotes

Sonstige : autres

13/09/2020

Dieter Egger du FPÖ est réélu maire de Hohenems avec 63 %.

FPÖ.jpg

Autriche. Vorarlberg. Lors des élections municipales, Dieter Egger du FPÖ est réélu maire de Hohenems avec 63 %. Le FPÖ y obtient 44,2 % (soit +1,9 point) lors de l’élection du Conseil municipal.

Dieter Egger.jpg

Dieter Egger

"Tous les Italiens qui veulent libérer l'Italie du gouvernement de la gauche et du M5S votent Frères d'Italie."

FI-AN.jpg

Italie.

FdI 1.jpg

"Tous les Italiens qui veulent libérer l'Italie du gouvernement de la gauche et du M5S votent Frères d'Italie."

12/09/2020

Rhénanie du Nord-Westphalie : les élections municipales ont lieu ce 13 septembre 2020.

AfD.jpg

Allemagne. Rhénanie du Nord-Westphalie. Les élections municipales ont lieu ce 13 septembre 2020.

AfD 1.jpg

"Ce dimanche, toutes les voix pour l'AfD !"

La CSU a 75 ans.

CSU.jpg

Allemagne. Bavière.

CSU 1.jpg

Interview d’Attila Dabis par Lionel Baland : défendre les minorités nationales autochtones européennes.

Breizh-info.png

Hongrie et Union européenne. Défendre les minorités nationales autochtones européennes. Entretien avec Attila Dabis à propos de l’ICE pour les régions nationales :

https://www.breizh-info.com/2020/09/12/150099/defendre-le...

11/09/2020

Meeting avec Meloni et Salvini à Bari.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

Italie. Le samedi 12 septembre 2020 à 18h30, le dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni, Antonio Tajani (Forza Italia) et le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini prendront part à un meeting de soutien à Rafaelle Fitto (Frères d'Italie).

I 1.jpg

"Gros ennuis pour Salvini, trois experts comptables arrêtés ."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Coronavirus, et notamment le débat autour à la rentrée scolaire qui se présente en ordre dispersé malgré les efforts du gouvernement pour une réouverture ordonnée, fait les gros titres des médias italiens. « La pente est rude pour la réouverture des écoles » - ‘’Plusieurs problèmes à résoudre (bancs, masques, certificats médicaux), les directeurs d’école se plaignent’’ (Corriere della Sera), « Enseignement à distance pour toute l’année » - ‘’C’est ce qui est prévu pour les établissements supérieurs ne permettant pas la distanciation. 13 000 enseignants testés positifs’’ (Il Messaggero, Il Mattino), « Chaos dans les écoles, 13 000 enseignants testés positifs » (Il Giornale).  Le quotidien économique anticipe en Une le plan du gouvernement sur les tests : « Plan d’automne avec 200 000 tests par jour » - ‘’Des tests rapides pour les aéroports, les écoles, les structures sanitaires et les services publics’’ (Sole 24 Ore).

L’enquête à Milan visant trois membres de la Ligue pour fraude fiscale et abus de biens publics est également citée : « Trois arrestations, la Ligue tremble » - ‘’Les experts comptables qui gèrent les caisses de la Ligue assignés à résidence’’ (La Repubblica), « Gros ennuis pour Salvini, trois experts comptables arrêtés » (Il Fatto Quotidiano).

ARTICLE, Corriere, M. Cremonesi, « Un ton (presque toujours) soft. Salvini se fait mielleux pour récupérer la Toscane » : « La nouvelle stratégie de Salvini ? Faire profil bas, ne pas hausser le ton, renoncer aux effets de manche qui donnent une forte visibilité mais peuvent avoir des retombées négatives pour qui aspire à entrer au gouvernement. C’est devenu un jeu, les membres de la ligue se répètent entre eux « fly down’’. La leçon de l’Emilie-Romagne produit ses effets et Salvini est attentif à ne pas compromettre le résultat des défis régionaux en cours. Il a parfois du mal, certes. Par exemple, la ligne a toujours été de refuser de faire le lien entre l’issue des régionales et le sort du gouvernement, mais il n’a pas pu s’en empêcher à Cernobbio : ‘’si nous avons 60% des voix, comme le disent les sondages, nous en tirerons les conclusions’’. La Toscane surtout est concernée par cette attitude de profil bas, où il clôturera sa campagne avec Meloni et Tajani. Un partisan de Salvini proche du chef de la Ligue explique : ‘’dans une région très polarisée, il faut éviter de stimuler les réflexes conditionnés par d’anciennes allégeances politiques ».

ARTICLE, Repubblica, P. Colaprico, S. De Riccardis : « Enquête en Lombardie, trois experts-comptables proches de la Ligue arrêtés » : « Tournant dans l’affaire dite Film Commission : Alberto Di Rubba, ancien commissaire aux comptes du parti, Andrea Manzoni et Michele Scillieri ont été arrêtés. La vente d’un immeuble à un prix surévalué est au centre de l’enquête. Première réaction musclée de Salvini : ‘’ L’encerclement recommence, mais je ne me laisserai pas intimider.’’ Tous les parlementaires de la Ligue sont convoqués à Catane pour la première audience du procès Open Arms. »

ARTICLE, Repubblica, E. Lauria : « Le Non tente une remontée face au défi du référendum. Saviano secoue le Pd» : « Les chiffres ne peuvent pas être divulgués, mais la remontée du camp du « non » est réelle. Le « Oui » reste favori mais des indices laissent à penser que les jeux sont encore ouverts : en premier lieu le taux de participation. L’écrivain Roberto Saviano a durement critiqué le Pd pour son choix de voter « Oui » : ‘’Le Pd est victime d’un manque criant d’identité politique, on dirait de la vapeur’’. »

ENTRETIEN de Stefano Bonaccini, président de la Région Émilie-Romagne : « ‘’Sur le MES, des déclarations surréalistes. Il y en a assez du veto du M5S ‘’, La Stampa : « ‘’ Le M5S préfère-t-il vraiment se contenter d’un statut d’observateur et joindre son non à celui des partis de droites, lequel est purement instrumental ? Le président Conte a dit qu’il pourrait porter le sujet devant le Parlement : qu’il le fasse et que chacun assume ses responsabilités devant les Italiens.  Le Fond de relance et le Mécanisme européen de stabilité sont des trains qui ne passent qu’une fois et qui peuvent permettre à l’Italie de faire un saut qualitatif dont nous avons absolument besoin s’il existe un plan important de reprise et de modernisation. L’Europe met à notre disposition 36 milliards pour la Santé, prenons-les et prouvons que nous savons les dépenser vite et bien. En Toscane, les conditions sont réunies pour une victoire de Giani (centre gauche). On gagne quand on a un projet sérieux et convainquant. La coalition de gouvernement a discuté avec trop de retard des accords pour les élections régionales. ‘’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

10/09/2020

Flandre : les deux partis nationalistes donnés ensemble à plus de 50 %.

VB.jpg

N-VA.jpg

Belgique. Flandre. Un sondage Dedicated donne les deux partis nationalistes flamands N-VA et Vlaams Belang ensemble à plus de 50 % en Flandre. Le Vlaams Belang est donné à 27 % (soit 8,5 point de plus que lors des élections de 2019) et la N-VA est donné à 23,3 % (soit 1,5 point de moins que lors des élections de 2019).

"Les doutes des directeurs d’école mais Conte insiste : ‘’on rouvre’’."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Coronavirus, et notamment la conférence conjointe du Président du Conseil G. Conte et de la ministre de l’Education L. Azzolina en vue de la rentrée scolaire fait les gros titres des médias italiens. Les observateurs relèvent à la fois le ton rassurant du gouvernement sur l’aspect de la sécurité et les doutes des directeurs d’école. La nouvelle de la suspension dans les essais du vaccin européen du groupe AstraZeneca à la suite d’une réaction indésirable chez un patient volontaire, est également citée : « Conte aux directeurs d’école : la rentrée sera pour le 14 septembre » - ‘’Le Président du Conseil répond aux doutes. Coup de frein sur le vaccin européen en raison à une réaction imprévue’’ (Corriere della Sera), « Conte aux proviseurs : coup d’envoi des écoles le 14 » - ‘’Stop au vaccin Astrazeneca’’ (La Stampa), « Conte : l’école rouvre avec 11 millions de masques pour les étudiants » (Sole 24 Ore), « Tests obligatoires à l’école, mécontentement chez les enseignants » (Il Mattino), « Virus, coup de froid sur le vaccin » - ‘’Un volontaire contaminé, stop aux essais cliniques. Un retard de six mois possible sur le vaccin’’ (La Repubblica).

ARTICLE, Il Corriere della Sera, M. Galluzzo, « Les doutes des directeurs d’école mais Conte insiste : ‘’on rouvre’’. »

ARTICLE, Repubblica, M. Bocci, T. Ciriaco : « Le gouvernement réduit à 10 jours le temps de la quarantaine. Mais les experts sont partagés. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

09/09/2020

Matteo Salvini attaqué par une Congolaise.

Ligue.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini a été attaqué par une jeune Congolaise lors d’un meeting à Pontassieve en Toscane. Elle lui a arraché sa chaîne en or, lui a enlevé son masque de la bouche et lui a déchiré sa chemise.

"Le défi de Salvini aux élections régionales, entre Zaia et Meloni."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Les discussions au sein de la majorité autour des instruments financiers communautaires, notamment au sujet de l’utilisation du mécanisme européen de stabilité (MES) soutenu par le PD malgré les réticences du M5S, font les gros titres des médias italiens : « Conte s’ouvre au MES » - ‘’Le Président du Conseil fait tomber un tabou imposé par le M5S’’ (La Repubblica), « Franceschini propose un pacte pour les réformes avec les partis de droite » - ‘’Conte s’ouvre au MES : le parlement en décidera’’ (La Stampa), « Recovery : un objectif PIB à hauteur de +1,6% et des investissements publics à hauteur de 3% » - ‘’Travail à distance, les 10 réponses-clé » (Sole 24 Ore).

ANALYSE, Sole 24 Ore, L. Palmerini : « Le défi de Salvini aux élections régionales, entre Zaia et Meloni » : « Après avoir prévu un score 7 à 0, hier Salvini est revenu sur ses pas en expliquant que les prochaines élections régionales n’étaient qu’un test local, évitant ainsi de répondre sur la question de leur impact sur le gouvernement. Il s’agit aussi d’une tactique électorale : il s’agit du premier test sur sa popularité, après des mois de confinement et d’absence dans les rues, après les tergiversations sur le port des masques, la défaite en Emilie-Romagne et les enquêtes judiciaires. Le vrai match pour Salvini sera la région toscane : c’est là où il jouera son va-tout. Tout d’abord car il y a une candidate de la Ligue, puisqu’en Vénétie il y a Zaia, tandis que pour les Marches et les Pouilles, les candidats sont issus de Fratelli d’Italia de Meloni. Si la Ligue ne devait pas faire d’exploit dans les régions du Sud, elle devra revoir son projet de parti national. Et puis il y a la situation de Forza Italia. Si, après les élections, Salvini et Meloni devaient demander des élections anticipées, les premiers à se mettre de travers seront justement les parlementaires du parti de Silvio Berlusconi. Tout d’abord car le leadership de Berlusconi apparaît de plus en plus fragile, en raison aussi de ses conditions de santé. Les ‘’azzurri’’ ont besoin de temps pour s’accorder sur une collaboration. Une accélération des élections anticipées déboucherait pour plusieurs d’entre eux sur la fin du statut de parlementaires. Et puis parce que Forza italia a toujours été un parti-entreprise. Avec la décision de la Cour de justice européenne, le sort de Mediaset est incertain ».

ENTRETIEN, Sole 24 Ore, de Dario Franceschini, ministre de la Culture et chef de délégation du PD « ‘’Un pacte avec l’opposition pour les réformes. Le gouvernement ne tombera pas’’ » : « ‘’Si le « oui » devait l’emporter lors du référendum, comme je le crois, il serait intelligent pour la majorité et pour l’opposition de prendre cette consultation comme une occasion pour faire les réformes constitutionnelles nécessaires. Si nous tombons tous d’accord sur le fait que le système électoral a besoin de corrections, utilisons donc ce qui reste de la législature pour y travailler, à commencer par modifier le bicaméralisme parfait. Je ne sais pas si le climat actuel est propice : il y a une campagne électorale mais certains pourraient changer d’avis’’ ».

ARTICLE, Corriere della Sera, G. A. Falci : « Di Maio ‘’largue’’ Crimi : maintenant un sommet nécessaire » : « Sur les plateaux télévisés de La7 à l’émission Di Martedi’, Luigi Di Maio a répondu pendant une demi-heure aux questions des directeurs du Corriere della Sera, Luciano Fontana, de la Stampa, Massimo Giannini et de Libero, Piero Senaldi : ‘’ C’est un automne compliqué qui s’annonce. Sans une action au niveau national, il est logique que nous nous trouvions ensuite à décider à la dernière minute si nous devons soutenir le candidat du Pd ou pas. Les régionales ne peuvent pas être un test pour le gouvernement, car en Italie on vote tous les six mois. Le M5S ne peut plus attendre, il a besoin d’une organisation votée et légitime, un leadership fort’’. Di Maio a ensuite ajouté ‘’Mario Draghi est une ressource pour notre pays. Sa personnalité peut cohabiter avec Conte’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Interview du président du parti nationaliste hongrois Mi Hazank, László Toroczkai, par Lionel Baland.

Breizh-info.png

Mi Hazank.jpg

Hongrie. László Toroczkai, le Hongrois qui avait lancé l’idée d’une barrière anti-migrants :

https://www.breizh-info.com/2020/09/09/150049/laszlo-toro...

08/09/2020

Le Brexit Parti est donné à 1 %.

Brexit party.jpg

Royaume-uni. Le Brexit Parti est donné à 1 %.

R-U 1.png

conservateurs

travaillistes

libéraux-démocrates

écologistes

SNP

Brexit Party

autres

"Nous aimons l'Italie et nous combattons pour elle."

FI-AN.jpg

Italie. 

FdI 1.jpg

Giorgia Meloni : "Nous aimons l'Italie et nous combattons pour elle."

"L’axe entre Conte et le PD signé à Modène."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Coronavirus, et notamment le décret du conseil des ministres prorogeant l’état d’urgence, ainsi que la réouverture partielle des écoles, fait les gros titres des médias italiens.

La direction du Parti démocrate convoquée par N. Zingaretti pour décider de la ligne sur la réforme du nombre des parlementaires, est aussi abordée. Les observateurs soulignent notamment l’appel du chef démocrate adressé aux partis de coalition pour que le mécanisme de sauvetage européen (MES) soit maintenant adopté : « ‘’Que le PD soit uni ou se sera la débâcle’’ » - ‘’Zingaretti obtient le feu vert pour le « oui » au référendum et impose son ultimatum aux dissidents. Appel à Conte pour l’adoption du MES’’ (La Repubblica).

ARTICLE, Corriere della Sera, M. T. Mieli : « Referendum, le oui de Zingaretti » : « Nicola Zingaretti est satisfait à l’issue de la réunion de Direction du Pd. De son point de vue, tout s’est bien passé : il a réussi à orienter le parti vers un ‘Oui’ au référendum sans trop de déchirements. Au cours de son intervention il a souligné ‘’qu’une victoire n’ouvrira pas la porte aux populistes’’ ; il est convaincu que ‘’c’est à partir de là que les réformes peuvent commencer’’. Il a annoncé vouloir lancer une collecte de signatures pour un bicaméralisme différencié. Zingaretti a relancé le MES et répété que le Pd restera dans le gouvernement ‘’tant que celui-ci fera des choses utiles’’. »

COMMENTAIRE, Sole 24 Ore, L. Palmerini « L’axe entre Conte et le PD signé à Modène » : « La direction du PD où N. Zingaretti a choisi le camp du « oui » au référendum n’était pas la vraie nouveauté d’hier. C’est plutôt la nouvelle selon laquelle Conte sera présent à la Fête de l’Unità de Modène [fête annuelle du Parti Démocrate, ndt.]. C’est la preuve que le gouvernement n’est pas tout à fait à l’abri du test électoral et que le Président du Conseil ressent l’exigence d’accorder de l’attention au parti qui risque le plus dans ce vote. Certaines régions sont cruciales et incertaines, comme les Pouilles et même la Toscane. Conte comprend bien qu’une perte de consensus compliquerait la permanence au Palais Chigi. Par ailleurs, l’analyse sur une éventuelle défaite verrait comme principale cible le Gouvernement Conte et sa gestion dans l’urgence économique déterminée par la Covid. Conte a ainsi intérêt à faire un peu de campagne électorale jusqu’ à Modène et à tenter de motiver un électorat PD qui dans deux semaines devra décider d’une partie de son destin politique. Face à une éventuelle défaite, le PD devra faire un règlement de comptes avec son chef qui a soutenu loyalement Conte. Aujourd’hui à Modène, Conte lui rendra la pareille »

ARTICLE, Il Fatto Quotidiano, L. De Carolis : « Di Maio bouscule les ténors : il faut une réunion de direction tout de suite » : « Di Maio a souvent répété au cours de ces derniers jours que le M5S avait besoin d’un leadership fort et pluriel. ‘‘Je ne pense pas à redevenir le chef politique du M5S ‘’. Mais il pourrait devenir éventuellement le coordinateur d’un cabinet politique qui aurait en son sein toutes les âmes du M5S. L’objectif est ne pas se faire devancer par Davide Casaleggio qui a fixé un nouvel événement le 4 octobre, en profitant de la lenteur du M5S romain. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

07/09/2020

Premières rentrées scolaires dans le Nord de l’Italie.

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Coronavirus, et notamment les déclarations du ministre de l’Economie sur le « Recovery Plan » italien qui sera bientôt présenté à la Commission Européenne, font les gros titres des médias italiens. Les premières rentrées scolaires dans le Nord de l’Italie sont également évoquées : « Le plan pour les fonds européens » - ‘’Ecole, énergie et numérique, voilà comment sera utilisé le Recovery Fund’’ (Corriere della Sera), « Coupe des impôts à hauteur de 10 milliards » - ‘’Gualtieri prévoit une baisse du PIB inférieure à 10%. Les anesthésistes préviennent : le virus est agressif comme avant’’ (La Stampa), « Chèque unique pour la famille et nouvelle déclaration d’impôts, les nouveautés » (Sole 24 Ore), « Fisc, nouveau report à novembre » - ‘’Gualtieri confirme une réforme du fisc’’ (Il Mattino), « Ecoles, un demi-départ » - ‘’Premières rentrées à Milan, Turin et Haut-Adige mais l’enseignement à distance demeure. La production du vaccin a commencé, il sera disponible en novembre’’ (La Repubblica), « Bonus vélos, des remboursements à moitié » - ‘’Le gouvernement annonce de nouveaux fonds pour calmer les polémiques’’ (Il Messaggero).

ARTICLE, La Stampa, A. Di Matteo : « L’attaque de Salvini : ‘’Ils ont dissimulé les risques ‘’. Speranza ‘Petit leader’ » : « Le conflit est ouvert entre le gouvernement et Matteo Salvini sur les procès-verbaux du Comité technique scientifique ; le leader de la Ligue accuse le gouvernement d’avoir caché les documents des experts et le ministre de la Santé, Roberto Speranza, lui répond en qualifiant l’ancien vice-président du Conseil de ‘petit leader qui met les intérêts partisans avant ceux du pays ‘’.  Selon Speranza, les régions et aussi les oppositions étaient informées. La diffusion publique des documents a été par contre empêchée suite à une décision qui a été prise directement par le Comité ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

06/09/2020

Matteo Salvini fait le plein à Manduria, située en plein sud du pays dans le talon de la botte.

Ligue.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini fait le plein, ce 6 septembre 2020 au soir, à Manduria, située en plein sud du pays dans le talon de la botte.

L 1.jpg

L 2.jpg

05/09/2020

La votation de l’UDC sur l’immigration serait rejetée à 61 %.

UDC.jpg

Suisse. La votation de l’UDC sur l’immigration serait rejetée à 61 % :

https://www.ledauphine.com/politique/2020/09/04/suisse-la...

Vienne : le FPÖ donné à 12 % et la Team Strache à 5 %.

FPÖ.jpg

Team HC Strache.png

Autriche. Vienne. Un sondage Research-Affairs pour les élections du Parlement de l’État de Vienne / Conseil municipal de Vienne d’octobre 2020 donne le FPÖ à 12 % et la liste Strache à 5 %.

Vienne.png

SPÖ : sociaux-démocrates

ÖVP : sociaux-chrétiens

Verts

FPÖ : patriotes

Neos : libéraux

Team Strache : patriotes

04/09/2020

Matteo Salvini et sa compagne à la Mostra de Venise 2020.

Ligue.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini et sa compagne se sont rendus ce 4 septembre 2020 à la Mostra de Venise 2020, 77e édition du festival international du film de Venise.

L 2.jpg

L 1.jpg

Thilo Sarrazin publie un nouvel ouvrage en allemand : L’État à ses frontières / limites.

L’Allemand Thilo Sarrazin, ancien haut cadre du parti social-démocrate SPD, a fait parler de lui au cours des dernières années en publiant divers ouvrages, tel Deutschland schafft sich ab (L’Allemagne se suicide), dont certains ont atteint des tirages phénoménaux, mais également parce qu’il a subi, pour cette raison, des persécutions au sein de sa formation politique, qui a fini par le mettre à la porte alors qu’il avait exercé des fonctions au sein de l’exécutif de l’État de Berlin et de la Bundesbank.

Son nouvel ouvrage, qui paraît au sortir de l’été, s’intitule Der Staat an seinen Grenzen (L’État à ses frontières / limites.). Après avoir dénoncé, au fil de ses publications, l’immigration abusive, l’islamisation, l’absence de liberté d’expression ou l’euro, Sarrazin s’attaque cette fois, au sein de cette publication, à nouveau à l’immigration, comme il l’avait fait, une décennie plus tôt, au sein de son best-seller L’Allemagne se suicide.

Il dément les affirmations ciblant l’immigration et qui visent à établir qu’il est inutile de s’opposer à celle-ci : « L’immigration a toujours existé », « L’immigration est bénéfique », « L’immigration est inévitable ».

En jetant un regard sur le passé, Thilo Sarrazin établit que l’immigration signifie, quasi systématiquement, pour le peuple autochtone, une chute du niveau de vie, une augmentation de la mortalité, du sang versé et même parfois un génocide : « Si l’immigration sert quelqu’un, c’est depuis le début de l’histoire de l’humanité le migrant lui-même. »

Sarrazin concède cependant, que lorsque les conséquences des conflits au sein de la société dus à l’immigration sont, après des décennies ou des siècles, surmontés, une nouvelle culture peut naître d’une liaison entre les migrants et les autochtones. Parfois, lors de cas historiques exceptionnels, l’immigration étant limitée en nombre et constituée de personnes hautement formées et particulièrement travailleuses, celle-ci peut élever le niveau économique et culturel. Sarrazin met en avant l’exemple des Huguenots du Brandebourg ou de l’immigration juive vers l’Europe centrale.

L’auteur explique que, jusqu’en 1960, l’immigration a constitué une exception et n’était certainement pas la règle. Les sociétés et États qui ont connu une longue période de stabilité le doivent au fait qu’ils ont su se protéger. Pour l’auteur, le frontière est l’élément central de la gestion de l’immigration. Il dénonce l’esprit du pacte de l’ONU sur les migrations, voit dans le Brexit une réponse britannique à cette question et estime que si les frontières extérieures de Schengen ne sont pas protégées, le retour aux frontières nationales deviendra inévitable.

Der Staat an seinen Grenzen.jpg

"L’État à ses frontières / limites, à propos des conséquences de l'immigration au cours de l'histoire et actuellement."

Le Vlaams Belang d'Anvers appelle à ce que l’armée patrouille afin de contrer les attaques liées à la mafia de la drogue.

VB.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). Ce 4 septembre 2020 au matin, le Vlaams Belang d'Anvers a appelé, devant la presse, à ce que l’armée patrouille afin de contrer les attaques liées à la mafia de la drogue.

VB 1.jpg

Filip Dewinter, Sam van Rooy, Anke Van dermeersch