Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2021

Canton de Soleure : l'UDC n'entre pas au sein du gouvernement.

UDC.jpg 

Suisse. Canton de Soleure (Solothurn). L'UDC échoue une nouvelle fois dans sa tentative d'entrer au gouvernement du canton. Son candidat Richard Aschberger arrive au septième rang.

Canton de Soleure : l'UDC progresse.

UDC.jpg

Suisse. Canton de Soleure (Solothurn). L’UDC (SVP en allemand) obtient 20,8 % (soit +1,1 %) lors de l’élection du Parlement du Canton. Son nombre de députés passe à 21 (+3 par rapport à 2017).

(https://sostimmt.so.ch/gui/layout/2021/36)

Suisse : le peuple vote en faveur de l'interdiction de se dissimuler le visage.

UDC.jpg

Suisse. Le peuple a voté, à 51,21 % et à une majorité de cantons, en faveur de l'interdiction de se dissimuler le visage.

Suisse 1.jpg

05/03/2021

"Pour la Frise"

FvD.png

Pays-Bas. Frise.

FvD 1.jpg

"Pour la Frise"

Frères d'Italie de Giorgia Meloni talonne désormais le PD.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

Italie. Alors que le Parti Démocrate de centre-gauche est en crise, un sondage donne les patriotes de Frères d’Italie à 18,9 % et le Parti Démocrate à 19,1 %. Ces deux partis sont devancés par la Ligue donnée à 23,5 %.

Meloni Salvini.jpg

Giorgia Meloni et Matteo Salvini

La justice allemande suspend le placement sous surveillance de l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. La justice suspend le placement sous surveillance de l'AfD :

https://www.challenges.fr/monde/la-justice-allemande-susp...

L'ancien député du Vlaams Belang Francis Van den Eynde est décédé.

VB.jpg

Belgique. Francis Van den Eynde est décédé :

https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/l-ancien-...

"Démission de Nicola Zingaretti de la direction du Parti démocrate."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La démission de Nicola Zingaretti de la direction du Parti démocrate, dans un climat de tensions internes en raison de la répartition des postes ministériels et de conflit au sein du parti est aussi largement citée : « Zingaretti démissionne, le PD sous le choc » - L’annonce sur les réseaux sociaux à l’insu des démocrates (Corriere della Sera), « Zingaretti : j’ai honte du PD » - Le dirigeant déplore les conflits internes dans un contexte de pandémie (La Repubblica), « Draghi fait exploser le PD » - après les 5 Etoiles, c’est le tour de la gauche (Il Giornale), « Draghi fait exploser le PD et les 5 Etoiles » (Fatto Quotidiano)

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, de F. Basso « La stratégie de Draghi contre les grands groupes pharmaceutiques, l’Italie bloque l’exportation d’AstraZeneca » : « Draghi avait déclaré que "les entreprises qui ne respectent pas leurs engagements ne doivent pas être excusées’’. Les faits ont suivi les déclarations : l'Italie a bloqué, avec le feu vert de l'UE, l'exportation de 250 000 vaccins AstraZeneca destinés à l'Australie et fabriqués dans l'usine d'Anagni. Notre pays est le premier de l'UE à avoir bloqué le départ d’un stock de doses depuis fin janvier, quand la Commission européenne a créé le mécanisme de notification et d'autorisation pour l'exportation de vaccins anti-Covid en dehors de l'Union. La mesure de contrôle a été mise en place après que la société pharmaceutique britanno-suédoise AstraZeneca a annoncé une réduction de 60 % des doses destinées à l'UE. L'Italie n'a fait qu'appliquer la réglementation du mécanisme de l'UE et a rejeté la demande d'autorisation parce que le pays destinataire, l'Australie, est considéré comme "non vulnérable". Il y a toujours une pénurie de vaccins dans l'UE et en Italie et des retards persistent de la part d'AstraZeneca. Le stock à exporter était composé d'un nombre élevé de doses par rapport à la quantité de flacons livrés à l'Italie et aux pays de l'UE jusqu'à présent. Ce n'était pas un choix facile sur le plan diplomatique, même si l'Australie n'est pas en situation d'urgence. Mais l'intervention de Draghi avait reçu le soutien du président français Emmanuel Macron et d'autres. Tous les États membres sont confrontés à la lenteur des vaccinations. Le gouvernement travaille en collaboration avec Bruxelles : outre les appels téléphoniques entre Draghi et la présidente Ursula Von der Leyen, le commissaire à l'industrie Thierry Breton était hier à Rome pour rencontrer le ministre du développement Giancarlo Giorgetti pour discuter de la production de vaccins sur notre territoire. La Commission a toujours dit que l'objectif était de contrôler, non de bloquer. Von der Leyen a tweeté  sur les 14 400 doses livrées à la Moldavie par Covax, dont l'UE est le principal contributeur.»

PREMIER PLAN, Il Messaggero, d’A. Gentili « Un nouveau plan si le nombre de contaminations remontait en flèche : couvre-feu dès 20h et confinement à Pâques » : « Le gouvernement craint que le décret devant entrer en vigueur demain ne soit déjà dépassé compte tenu de la virulence des variants. On parle de plus en plus de troisième vague, face à laquelle les nouvelles mesures seraient probablement inefficaces, Roberto Speranza a donc déjà annoncé qu’il se tenait prêt à durcir les mesures. L’hypothèse serait alors celle d’un confinement le week-end et les jours fériés jusqu’à la mi-avril, Pâques compris, et d’un couvre-feu avancé à 20h. Dans ce cas, il n’y aurait pas non plus de réouvertures des lieux culturels à partir du 27 mars. Draghi préfère toutefois miser sur les arrêtés pour le moment. Ses ministres et lui savent bien que le pays n’en peut plus et qu’un quelconque nouveau tour de vis déclencherait une vague de protestations voire de désobéissance civile. Mardi lors du sommet consacré à la situation sanitaire, c’est la solution d’un confinement généralisé de 3 ou 4 semaines qui est ressortie, mais au Palais Chigi on préfère attendre encore un peu de voir quel effet auront les dernières mesures (fermeture des écoles en zone rouge, confinements locaux…). Cet éventuel durcissement ne devrait toutefois pas se prolonger au-delà, les experts se disent convaincus qu’après Pâques la situation s’améliorera, comptant notamment sur l’arrivée en masse de vaccins ainsi que sur l’ « effet Figliuolo » qui est désormais en charge de la campagne de vaccination. »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, d’Attilio Fontana (Ligue), président de la région Lombardie « La Covid touche aussi les étudiants. Je suis désolé pour les familles mais la fermeture des écoles était le bon choix » : « Le président lombard a signé hier une ordonnance plaçant la région en zone orange renforcée à partir de minuit : ‘’Le ministre de la Santé R. Speranza partage ma vision : dans une situation telle que celle dans laquelle se trouve l’Italie, même 24 heures font la différence. D’où la décision d’agir en prenant de l’avance. Ce sont les experts qui nous disent qu’il faut des choix rapides et rigoureux. Jusque-là nous avions fermé peu d’écoles mais beaucoup de classes. Et puis le virus est en train de se propager aussi parmi les plus jeunes, qui semblaient être épargnés par cette pandémie’’ ». 

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, M. Franco « Un parti qui a du mal à comprendre l’effet Draghi sur le système politique » : « On ne peut pas interpréter la décision de Nicola Zingaretti de démissionner de son poste de secrétaire du Parti démocratique simplement comme un geste impulsif. Ce choix est le fruit d'une réflexion pendant plusieurs jours. Il doit plutôt être vu comme une réponse extrême à un parti dominé par ses courants et incapable d’affronter la nouveauté représentée par le gouvernement Draghi. Mais traverser ces prochains mois cruciaux pour le pays tandis qu’un des pivots de l'alliance vacille sur sa stratégie et son leadership est une perspective dangereuse. Cela reviendrait à ajouter aux tourments du M5S ceux du Pd, tous deux vétérans du gouvernement précédent ; et à donner de facto le contrôle de la coalition à un centre-droit plus apte au changement. La surprise qu'il a provoquée au sein du parti fait croire qu'il s'agit d'une manœuvre visant à prendre de court les rivaux. La tentative de Zingaretti est de mettre fin à une stratégie d'usure qui a été mise en place depuis des semaines. L'initiative du secrétaire doit être interprétée comme un défi. Il peut le remporter ou le perdre. Une assemblée du parti a été fixée à la mi-mars pour prendre des décisions. Quoi qu'il en soit, cela ne suffira pas à effacer l'image d'un parti incapable de se refonder en termes d'identité et d'alliances. Le M5S tente de trouver un équilibre avec Giuseppe Conte à la barre ; tout comme la Ligue cherche un nouveau profil, plus pro-européen. Le Pd semble être en retard, par rapport à l'accélération objective que le gouvernement Draghi a donnée à l'évolution du système politique. Zingaretti a peut-être compris que le projet qu'il avait jusqu'à présent mis en place s'est effondré. Attention toutefois à ne pas déverser sur un pays déjà épuisé des problèmes internes qui n’intéressent personne. Et ils ne font que refléter les limites culturelles, plutôt que politiques, de toute une classe dirigeante. ».

ENTRETIEN, Fatto Quotidiano, de Riccardo Fraccaro (M5S), ancien secrétaire d’Etat auprès de la présidence du Conseil « Il est logique d’agir dans le gouvernement depuis l’intérieur, autrement nous aurions déjà perdu le revenu de citoyenneté » : « ‘’Les 5 étoiles jugeront Draghi sur la base de ce qu’il fera pour la transition écologique. Si le Mouvement était resté à l’écart du nouvel exécutif, il aurait perdu le revenu de citoyenneté. La démission de N. Zingaretti au PD n’entravera pas le pacte avec le M5S, qui demeure un parti post-idéologique.  A propos de la possible direction du Mouvement par G. Conte, je réitère mon soutien. Celui qui dirigera le M5S devra le faire en ayant les mains libres. Concernant la plateforme Rousseau de David Casaleggio, c’est un outil essentiel pour recueillir l’avis des adhérents des 5 étoiles mais il faut désormais clarifier les liens de la plateforme avec le Mouvement’’ »

ARTICLE, La Repubblica, de L. L. Sabbadini, directrice de l’ISTAT, [l’article reflète l’opinion de son autrice et ne se veut pas représentatif de l’ISTAT] « Le Nord se découvre plus pauvre qu’on aurait pu le croire » : « 5,6 millions de personnes en situation de pauvreté absolue. Un niveau jamais atteint et ce malgré les mesures de chômage partiel, le blocage des licenciements, le revenu de citoyenneté et d’urgence. Il y a de quoi s’interroger sur nos instruments de lutte contre la pauvreté. C’est l’un des effets de la pandémie, car à la différence de 2012, l’augmentation a été immédiate, fulgurante. Par ailleurs, cette augmentation a davantage concerné le Nord que le Sud : l’écart historique s’est considérablement réduit, malheureusement à cause d’un nivellement par le bas. On observe également une augmentation de la pauvreté chez les travailleurs et leurs familles, en particulier pour les ouvriers (+30%) et les travailleurs indépendants (+46%). Les femmes et les jeunes sont les nouveaux pauvres du ‘’grand Nord’’, le chômage a davantage augmenté pour ces catégories. Les mineurs ont été touchés de façon dramatique par l’augmentation de la pauvreté. A l’inverse, la récession a peu touché les personnes âgées et les retraités, dont les pensions ont été garanties. Les grands oubliés de cette crise restent les familles étrangères ou mixtes, pourtant 4 fois plus touchées par la pauvreté que les familles italiennes. La situation dans son ensemble est terrible et requiert des investissements socio-économiques massifs pour générer de l’emploi et de la cohésion sociale. Le Nord a été touché de façon inédite, mais le Sud a continué à être le premier bénéficiaire des aides de l’Etat, ne faudrait-il pas revoir les critères d’éligibilité ? »

ENTRETIEN, Avvenire, de Maria Cecilia Guerra, secrétaire d’Etat auprès du Ministère de l’Economie et des Finances, « Renforçons le revenu de solidarité pour les familles nombreuses et les immigrés » : « On observe en ce moment une forte augmentation de la pauvreté partout en Italie. Si la situation a indéniablement été aggravée par la pandémie, les chiffres mettent tout de même en avant des problématiques de fond. L’un des aspects les plus inquiétants est que, sur le marché du travail italien, beaucoup de personnes se trouvent en-dessous ou à peine au-dessus du seuil de pauvreté, alors même qu’elles travaillent. De façon générale, les familles sont plus fragiles. Certaines dynamiques territoriales et d’autres liées à l’immigration ont aussi émergé. On connait la problématique méridionale, elle est chronique et la pauvreté y a beaucoup d’incidence, mais le Nord aussi est à bout de souffle et la situation s’y est dégradée d’un coup : beaucoup de gens ont récemment basculé sous le seuil de pauvreté. Les familles immigrées ou mixtes sont particulièrement touchées, ce qui constitue un problème sérieux. Le ‘’revenu de citoyenneté’’, forme de revenu universel réservé aux personnes résidant en Italie depuis au moins 10 ans, pénalise les communautés étrangères. Ce prérequis est absurde et il faut le faire évoluer, premièrement en élargissant l’éligibilité à quiconque détient un permis de séjour de longue durée, et deuxièmement en revoyant les paramètres de façon à ne pas pénaliser les familles nombreuses. C’est aussi une question d’égalité des chances pour tous les enfants. Sans aides et autres mesures de protection sociale durant ces derniers mois, les chiffres auraient été pires encore. Il faudra en tenir compte pour consolider ce filet de protection. Le nouveau décret prévoit des aides en soutien aux entreprises ainsi qu’aux familles, de nouveaux fonds pour le revenu de citoyenneté et la protection de l’emploi (chômage partiel etc). Avec les nouvelles fermetures d’école, la prochaine question à affronter est celle des congés parentaux et des aides pour la garde d’enfants (‘’bonus baby-sitter’’).

(Traduction : ambassade de France à Rome)

04/03/2021

Le Vlaams Belang (autrefois dénommé Vlaams Blok) d’Anvers fête ses 40 ans d’existence.

VB.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). Le Vlaams Belang (autrefois dénommé Vlaams Blok) d’Anvers fête ses 40 ans d’existence. En effet, un secrétariat du parti a été ouvert en 1981 à Anvers.

L’AfD est placée, partiellement, sous la surveillance des services de protection de la Constitution.

AfD.jpg

Allemagne. L’AfD est placée, partiellement, sous la surveillance des services de protection de la Constitution, les services de renseignement :

https://www.france24.com/fr/europe/20210304-en-allemagne-...

"Le PPE et la ligue à l’heure du choix."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La hausse des contaminations (+0,8% ; 20 884 nouveaux cas en 24 heures) et l’entretien entre Mario Draghi et la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen au cours duquel il a demandé une accélération sur les vaccinations font la Une de la presse italienne. La possibilité que l’Italie puisse produire directement les vaccins d’ici 6 mois est également citée. « La moitié de l’Italie va vers la zone rouge » - Le taux de cas positifs en hausse, le gouvernement et les régions sont prêts à  resserrer l’étau (Corriere della Sera), « Vaccins, les régions sont en retard, la Protection civile intervient » - Draghi-Von der Leyen : pressions sur Big Pharma (La Repubblica), « Le ministre Bianchi annonce : des cours à distance même après la période d’urgence sanitaire » (La Stampa), « Vaccin, six mois pour la création d’un pôle italien » - Draghi appelle Von der Leyen (Sole 24 Ore), « Voici le plan de vaccination » (Il Messaggero), « Le tournant sur les aides » - Plus d’argent aux entreprises dans le décret de Draghi (Il Giornale).

ENTRETIEN La Repubblica, de Carlo Sibilia, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur et membre du M5S « Si la plateforme Rousseau va contre le M5S, autant se dire adieu » : « ‘’Si un accord avec Rousseau n’est pas trouvé, nous nous adresserons à d’autres sociétés pouvant nous offrir un produit semblable. Le bon vieux « Rousseau » allait bien tant qu’il servait comme groupe de réflexion du M5S. Aujourd’hui, il est plutôt perçu comme un parti au sein du Mouvement, financé par les parlementaires pour faire toutefois des actions qui vont contre le M5S. Il y a eu plusieurs précédents. Les parlementaires expulsés du Mouvement ? Nous avons fait un choix clair : soutenir Draghi pour travailler à la transition écologique et défendre ce qui a été fait de positif sur la lutte contre la corruption et le revenu de citoyenneté. Si nous trouvons un point commun sur cela, on peut en discuter. Autrement, ceux qui sont à l’opposition resteront là où ils sont’’ ».

COMMENTAIRE, La Repubblica, de S. Folli, « Le PPE et la ligue à l’heure du choix » : « Le groupe du PPE au Parlement de Strasbourg et de Bruxelles a pris sa décision, il a annoncé qu’il mettait en place de nouvelles règles défendant les droits des citoyens et a poussé ainsi le dirigeant hongrois Orban a écrire une lettre d’adieu à ses anciens amis. Rien de trop sensationnel, à vrai dire. Dire que cela ouvre la porte de Salvini au PPE, c’est un peu rapide. La lettre de solidarité de Salvini à Orban, avec qui il a d’excellents rapports, est une façon pour le dirigeant de la Ligue de sauver la face : se justifier auprès de son électorat qui aurait du mal à digérer une adhésion rapide au PPE alors qu’il y a quelques mois il voulait incarner l’image la plus éminente du souverainisme, à l’instar de Marine Le Pen et des Allemands de l’Afd. Le chemin de Salvini vers le PPE n’en est qu’à ses débuts. Si le groupe européen est méfiant à l’égard de la Ligue, ce dernier doit tenir compte de ses électeurs, qui sont dépaysés, et de la concurrence de Fratelli d’Italia sur le front nationaliste et ‘’orbanien’’. Par ailleurs, le tournant de la Ligue ne peut pas rester à mi-chemin, car il y aurait autrement une régression inévitable. Jusque-là, la nouvelle ligne de Giorgetti a permis le soutien à Draghi, l’entrée dans l’exécutif d’unité nationale avec des ministères de poids, le soutien au Plan de relance et la rupture [à concrétiser] avec les mouvements d’extrême droite européens. L’entrée au sein du PPE renforcerait de manière définitive ce tournant. Cela ne sera ni facile ni rapide, aussi pour les Allemands, mais l’alternative est un retour à la case départ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)                                        

03/03/2021

Le Fidesz de Viktor Orbán annonce qu'il quitte le groupe du Parti populaire européen.

Fidesz.png

Hongrie et Union Européenne. Le Fidesz de Viktor Orbán annonce qu'il quitte le groupe du Parti populaire européen (PPE) après la décision de ce dernier de suspendre le Fidesz.

"L’axe Salvini-Zingaretti pour un système électoral majoritaire."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Le nouveau décret sur les mesures applicables dans le cadre de l’urgence sanitaire, en vigueur du 6 mars au 6 avril, qui prévoit notamment la fermeture des écoles dans les zones rouges, fait les gros titres des médias italiens.  « Ecole et vie nocturne, voici les nouvelles règles » (Corriere della Sera),  « Les écoles fermées dans la moitié de l'Italie» - La propagation du virus pourrait conduire à fermer les écoles également dans les zones oranges ou jaunes (La Repubblica),   « Draghi : 12 milliards d’euros d'aides » - Le nouveau décret prévoit des aides pour les entreprises et les travailleurs indépendants (La Stampa), « Covid, les écoles fermées dans les zones rouges » (Sole 24 Ore),   « Les régions décideront s’il faut ou non fermer les écoles » (Il Messaggero),  « Nouveau décret, l'école sacrifiée (encore une fois !)» (Il Fatto Quotidiano), « Draghi aussi décide de fermer » - Le nouveau décret instaure la rigueur jusqu'à Pâques (Il Giornale).

ARTICLE, La Repubblica, de T. Ciriaco « La transformation du banquier au politicien : Draghi va très vite et bouscule les habitudes des partis » - Même méthode, mais des décisions plus rapides. Hier, seuls les ministres ont tenu une conférence de presse pour "faire équipe", mais le Président du Conseil confirme qu'il va bientôt s’adresser au pays : - « Le Draghi politique n'est pas exactement le même que le Draghi technocrate et banquier central. Nous constatons la même méthode, mais aussi un timing différent pour les décisions. Le calendrier du Président du Conseil est devenu beaucoup plus rapide, et pas seulement en raison de la situation d'urgence sanitaire et économique que nous connaissons. Depuis l'Eurotower de Francfort, siège de la Banque centrale européenne, Draghi prenait ses décisions quand il savait qu'il disposait d'un large consensus qui réduisait la marge de manœuvre de ses adversaires. Depuis le Palais Chigi, où il dirige la politique italienne, Draghi prend très rapidement ses décisions - en n'impliquant que ses collaborateurs les plus proches, à commencer par le secrétaire d’Etat Roberto Garofoli - et en exploitant l'absence d’opposition. Il est prêt aussi à défier les mécontents de la majorité, après que le Président du Conseil a confié aux ministres Roberto Speranza (Santé) et Mariastella Gelmini (Affaires régionales) le projet de premier décret de la Présidence du Conseil des ministres. Un décret qui, comme on peut le deviner à sa lecture, porte la marque personnelle de Mario Draghi. Les nominations de Curcio à la Protection civile et de Figliuolo à commissaire extraordinaire pour la pandémie sont cohérentes avec l’objectif de vacciner le plus grand nombre de citoyens en peu de temps. Il faut voir aussi si la relance de l’« autonomie stratégique » européenne parviendra à favoriser un nouveau leadership construit selon un axe Rome-Paris.  »

ARTICLE, Corriere della Sera, de Massimo Franco «La mutation du M5S n’empêchera pas son implosion» : «  : L’impression est qu’une partie du Mouvement est en train de passer dans l’opposition. Ni les promesses de pardonner aux exclus du mouvement ni les gesticulations de Beppe Grillo ou le leadership virtuel de Giuseppe Conte ne sont en mesure de freiner cette tendance. Jusque-là, le choix de la cohérence et de la fidélité aux idéaux originels du mouvement avaient provoqué la fragmentation. Du coup, une dizaine des 5 Etoiles se retrouvera dans l’opposition aux côtés de Giorgia Meloni et Fratelli d’Italia. La décision de nommer Conte comme nouveau chef politique avec un tout nouveau statut ‘’à la carte’’ du Mouvement est significatif. Cela n'arrêtera pas l’hémorragie des élus ni celle des électeurs. L’aile qui se laisse attirer par la version othodoxe de Di Battista a déjà refusé l’hypothèse d’un retour dans le Mouvement. Certains se préparent déjà à la bataille devant les tribunaux. Les vrais problèmes de Grillo ne sont pas les rebelles. Les propos de l’ancien ministre Spadafora sont révélateurs ‘’cela ne peut pas se réduire en une opération de communication pour cacher nos contradictions’’. C’est un message adressé au fondateur du M5S mais aussi à Conte. Derrière Spadafora il est possible d’entrevoir la silhouette de Luigi Di Maio, représentant de la fidélité à tout prix au gouvernement. Ces contradictions pourraient compliquer le rapport avec Draghi. Il y a le doute que Conte puisse devenir l’instrument de l’aile la plus hostile à la nouvelle majorité : celle qui voudrait déverser sur le Palais Chigi tous les problèmes du M5S, alimentant le mythe du bon vieux temps où il était Président du Conseil. On assiste à une “opération nostalgie” qui est le fruit du regret d’avoir perdu le pouvoir.»

ARTICLE, La Stampa, de C. Bertini « L’axe Salvini-Zingaretti pour un système électoral majoritaire » : « Le tournant qui pourrait marquer une nouvelle fois la politique italienne, une réforme du système électoral pouvant restaurer la bipolarité entre le centre-droit et le centre-gauche, a été annoncé par le chef du PD aux cadres locaux de son parti. Le secrétaire en a parlé avec Matteo Salvini, qui a tout intérêt à ce que la loi électorale permette de préserver l’unité des coalitions en évitant la fuite de Forza Italia. "Et maintenant qu'il est au gouvernement, il oppose son veto à la réforme proportionnelle qui avait été proposée à l'époque de Conte." C'est pourquoi les sherpas de gauche et de droite réfléchissent déjà à la manière de s'en sortir. Une nouvelle loi électorale se profile qui éliminerait les contestations dans les circonscriptions prévues par l'actuel mode de scrutin, le “Rosatellum’’ (un tiers majoritaire et deux tiers proportionnel), mais avec un correctif décisif : une prime de 55% des sièges à celui qui arrive en tête dans les urnes. Cela conduit à une concentration presque obligatoire des partis dans des coalitions, afin d'arracher une voix de plus à leurs concurrents. Cela évite également le risque - craint par la gauche - que le centre-droit unifié puisse plus facilement remporter des scrutins dans les circonscriptions contre une coalition peu consolidée telle que l’alliance Pd-M5S-Leu. "En supprimant les circonscriptions et en ayant la prime fixe, vous avez un gagnant mais pas un super-gagnant", est l'argument des techniciens du parti démocrate favorables à cette réforme. Si Zingaretti ne convoque pas le congrès et les primaires lors de l'assemblée du 13 mars, les anciens Renziens quitteront le secrétariat unifié du parti. Mais si une nouvelle loi électorale majoritaire devait voir le jour, la dynamique dans les partis pourrait changer. D’une part Renzi aurait du mal à faire une alliance et d’autre part, Calenda a déjà compris la nouvelle donne et se pose comme un allié possible. »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Giorgia Meloni, cheffe de file de Fratelli d’Italia, « Les récentes nominations renvoient un signal positif ; mais maintenant je demande au gouvernement de marquer concrètement la rupture » : « Je salue la décision, enfin, de remplacer Domenico Arcuri ; c’est l’une des premières choses que nous avions demandé. Nous restons à disposition pour collaborer avec les figures récemment nommées. Puissent-ils rompre définitivement avec leurs prédécesseurs. Mais pour le moment, sur le contenu, ce que fait Draghi me paraît encore trop semblable à ce que faisait Conte. Finissons-en avec les décrets d’urgence de la présidence du conseil des ministres et retournons enfin aux procédures démocratiques normales en impliquant à nouveau le Parlement. Pour notre part, nous souhaitons en finir avec la politique surréaliste des fermetures de bars et restaurants le soir alors que les personnes âgées s’entassent et font la queue pour se faire vacciner plutôt que de recevoir l’injection chez elles. Il en va de même pour le problème des transports publics surchargés. Nous demandons davantage de transparence autour des données du comité technique et scientifique qui limitent nos libertés individuelles. Enfin, le mode de calcul des aides compensatoires de l’Etat (ristori) doit être revu ; Draghi, en grand économiste, le sait bien. Sur toutes ces questions, j’attends une vraie rupture. Il faut que le centre-droit se coordonne, j’ai d’ailleurs proposé la formation d’un intergroupe. Mais certaines positions de la Ligue et de Forza Italia m’ont frappé, je ne voudrais pas qu’au final ils subissent la ligne des autres. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

02/03/2021

"Effet Conte : le M5S à 22% dépasse même le PD."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La hausse des contaminations et la nomination du général Figliuolo au poste de commissaire extraordinaire pour l'urgence Covid, chargé d’organiser la distribution et l'administration des vaccins, fait les gros titres des médias italiens :  « Urgence Covid, Arcuri remplacé » - Un général pour aller plus vite sur les vaccins (Corriere della Sera),  « Un général contre le virus» - Draghi confie le plan vaccinal au général Figliuoli, expert en logistique (La Repubblica), « Draghi jette aux oubliettes l'ère Conte-Arcuri» (La Stampa), « Arcuri évincé, Figliuoli nouveau commissaire Covid » (Sole 24 Ore), « Hausse des contagions, l'Armée intervient pour répartir les vaccins » (Il Messaggero), « Un général pour les vaccins » - Draghi vire à droite et satisfait Salvini et Berlusconi (Il Fatto Quotidiano), « Arcuri évincé » - un super-général à sa place (Il Giornale).

ARTICLE, Fatto Quotidiano « Effet Conte : le M5S à 22% dépasse même le PD » : « L’effet Conte, du moins sur le M5S, existe bien. Les derniers sondages tablent sur une hausse des intentions de vote allant de 4 à 6 points pour le Mouvement. Ce qui permettrait au M5S de revenir au seuil des 20% et de dépasser le PD et Fratelli d’Italia. Toutefois, presque tous les instituts de sondage sont d’accord : Conte attirera des voix vers les 5 Etoiles mais son arrivée ne changera pas grand-chose aux intentions de vote en faveur de la coalition jaune-rouge. Ces chiffres flatteurs veulent accorder une valeur ajoutée à l’arrivée de l’ancien président du Conseil à la tête du mouvement. Ce pourcentage pourrait augmenter si Conte était en mesure de tirer parti de son avantage par rapport aux collègues 5 Etoiles : soulagé de toute charge, il aurait plus de temps pour se consacrer au Mouvement et pour faire le tour de l’Italie en renouant des liens avec l’électorat. Selon Ghisleri ‘’les électeurs de centre gauche vont l’observer avec intérêt. S’il n’est pas pressé, il pourra attirer encore plus de personnes’’. Selon Noto Sondaggi, la remontée du M5S serait en grande partie due à la comptabilisation des voix des abstentionnistes, notamment parmi les anciens électeurs 5 Etoiles de 2018. Ce rebond serait immédiat et stable car ‘’Conte est bien connu et il a un niveau de popularité très élevé’’. Selon l’Institut Tecné, ‘’la récupération des voix des indécis pourra difficilement permettre de combler l’écart avec le centre droit’’. »  

ARTICLE, La Repubblica, « AU PD, l’alliance avec les 5 étoiles est toujours d’actualité. Mais pas celle d’un Conte fédérateur [du centre-gauche] » : « Zingaretti en a assez d’être balloté entre les différents courants de son parti, qui plutôt que de réfléchir à la façon de se refonder, cherchent plutôt à le faire démissionner. Il fixe une échéance pour les primaires à 2023, ce qui fait bondir ses adversaires au sein du parti. Oui par contre aux alliances, mêmes avec les 5 étoiles, mais sans que Conte ne tienne le rôle de fédérateur des forces du centre-gauche. Conte est à présent le chef d’un parti concurrent du PD, on est donc entrés dans une nouvelle phase. Zingaretti est furieux contre ceux qui l’accusent d’avoir ressuscité à la fois les 5 étoiles et « l’avocat du peuple » par ce soutien indéfectible pendant des semaines. Ces derniers temps, Zingaretti a été accusé de tous les maux : un homme qui manquerait de courage, captif des 5 étoiles, incapable de redonner un élan à son parti qui est encore très bas dans les sondages d’opinion, au même niveau où il se trouvait quand Renzi l’a quitté. La discussion sur le rôle précis du PD dans le gouvernement Draghi sera menée, promet-il, mais c’est tout. « Base riformista », le principal courant a fait savoir qu’ils ne souhaitent pas de changement de leader, simplement une redéfinition de la ligne du parti, notamment en se défaisant de l’alliance avec les M5S. On réfléchit actuellement chez Zingaretti à confier, pour sortir de l’impasse, le rôle de vice-secrétaire à un membre du courant réformiste, ou à la porte-parole Cecilia D’Elia [afin aussi d’avoir une femme au sommet du mouvement]».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Le Forum voor Democratie désire que des affaires juridiques dans l’intérêt général soient impossibles.

FvD.png

Pays-Bas. Le Forum voor Democratie de Thierry Baudet désire que des affaires juridiques dans l’intérêt général soient impossibles. Il estime que les juges doivent décider dans des cas spécifiques, mais qu’en ce qui concerne l’intérêt général, le peuple doit décider via le référendum et le politique.

01/03/2021

Le FPÖ chute lors des municipales en Carinthie.

FPÖ.jpg

Autriche. Carinthie. Lors des élections municipales du 28 février 2021, le FPÖ chute de 17,96 à 13,82 %.

(https://www.ktn.gv.at/wahlen/grwahl2021/)

"Le retour de Salvini constitue une menace pour la France et l’Allemagne."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La décision du M5S de nommer Giuseppe Conte comme chef politique du Mouvement est également citée : « Conte accepte la direction du M5S » - Un nouveau M5S accueillant et intransigeant (Il Fatto Quotidiano).

ARTICLE, Corriere della Sera, de M. Guerzoni « L’avocat Conte a demandé à avoir les mains libres » : « Après des jours de réflexions et de doutes, G. Conte, qui imaginait un parti à lui, a accepté l’invitation du fondateur du M5S et a bien voulu travailler à une ‘’restructuration intégrale’’ de la première force politique du Parlement italien, divisée sur le soutien à apporter au gouvernement Draghi et affaiblie par les départs et les expulsions. L’avocat des Pouilles s’est rendu à l'hôtel romain ‘’Forum’’ pour en ressortir trois heures plus tard comme chef désigné. Pour le moment. Conte s’est donné environ une semaine pour obtenir les dernières assurances et pour travailler au projet. ‘’S’il est accepté par tous, je m’engage à le mettre en œuvre avec les adhérents, les parlementaires et les sympathisants ‘’ aurait-il dit lors de la réunion avec les ténors du Mouvement. Conte est donc disponible et heureux d’accepter, mais à ses conditions. En s’appuyant sur le soutien d’environ 4 millions d’Italiens - d’après les sondages de son porte-parole -, Conte a pratiquement demandé d’avoir toute latitude dans ce projet : liberté de pensée et d’action pour transformer ce Mouvement antisystème en une force plus ouverte à la société civile, européenne, environnementale, modérée et qui ne renonce pas aux thèmes historiques de son ADN tels que le respect du droit, la transition écologique et la lutte contre la corruption. L’idée de Grillo est que l’ancien président du Conseil puisse assumer la direction du Mouvement en tant que chef unique, sans ce comité de direction formé de 5 membres pouvant devenir un foyer de friction entre les différents courants et qui pourrait l’affaiblir. Conte non plus n’a pas confiance en cette structure qui a été approuvée via un vote sur la plateforme ‘’Rousseau’’. Toutefois, les spasmes au sein du Mouvement n’ont pas cessé. Selon les plans de Conte, il faut tourner la page et tout changer.»

ARTICLE, La Repubblica, de R. Mania « Draghi est pressé et écrira lui-même le plan de relance » : « Mario Draghi a décidé de réécrire lui-même le nouveau plan de Relance italien. Il le fera avec le ministre de l’Economie Daniele Franco et une poignée de conseillers dont Francesco Giavazzi et l’expert en droit administratif Marco d’Aliberti. Il n’a que deux mois devant lui car le projet doit être présenté à la Commission Européenne fin avril au plus tard. Et il ne pourra plus être modifié. Il s’agit d’une occasion qui ne se répétera pas, la plus importante opération de redressement économique depuis l’après-guerre, pour un pays qui a vu sa richesse nationale se réduire de 9%, perdre environ 500 000 emplois et des centaines de milliers de petites entreprises disparaitre. Le fait que le président du Conseil écrive lui-même le plan de relance présenter des garanties pour l’Europe, laquelle s'était plainte à plusieurs reprises de l’absence de vision du projet présenté par le gouvernement Conte II. Il faudra qu’il présente non seulement les projets mais aussi les retombées économiques attendues de celui-ci, y compris sur le taux d’emploi, afin de débloquer la seconde tranche d’aides. Cette tâche a été confiée au ministère de l’Economie, à l’instar d’autres pays européens, à commencer par la France. L’axe Draghi-Franco se renforce, les deux ayant un passé au sein du ministère de l’Economie. Franco a déjà entamé les consultations et les vérifications nécessaires à tous les niveaux.»

ARTICLE, Domani, de Piero Ignazi « Le retour de Salvini constitue une menace pour la France et l’Allemagne » : « La détermination de Giuseppe Conte avait permis la marginalisation d’un parti comme la Ligue, faisant pousser un soupir de soulagement au reste de l’Europe. Les orientations de Giuseppe Conte en matière de politique extérieure n’étaient d’ailleurs pas moins européennes et atlantistes, si l’on s’en réfère au discours à l’occasion du vote de confiance sur le gouvernement Conte II. Si différence il y a, elle réside dans le retour de Silvio Berlusconi et de Matteo Salvini, qui rend au contraire le gouvernement Draghi moins pro-européen et occidental qu’avant. Mais le problème dérive bien moins de Silvio Berlusconi -de son euro-scepticisme de longue date, de ses penchants à l’Est pour Vladimir Poutine et d’Alexandre Loukachenko- que de Matteo Salvini et de ses rapports avec la droite populiste partout en Europe. La Ligue s’est vue conférer toute la légitimité de la part d’une autorité mondialement reconnue, et pourra ainsi être un appui important pour le Rassemblement national de Marine Le Pen, pour les populistes allemands nostalgiques de l’AFD ou encore pour le PVV hollandais de Geert Wilders. Le Président français Emmanuel Macron n’avait pas eu trop de difficultés à marginaliser la cheffe de file du RN lors des présidentielles, mettant en avant ses positions anti-UE. Mais Angela Merkel et Emmanuel Macron auront bien du mal à dénoncer le manque de fiabilité démocratique des populistes anti-européens maintenant que le Ligue est entrée au gouvernement aux côtés d’un pro-européen de l’envergure de Draghi, le champion de l’ « Union toujours plus étroite ». Vu le faible consensus que recueille actuellement Emmanuel Macron, comme le souligne Le Monde, les nombre d’électeurs tentés par l’abstention dans le cas d’un nouveau ballottage entre lui et Marine Le Pen pourraient augmenter davantage si celle-ci jouait la carte de la reconnaissance européenne. La même partie pourrait se jouer en Allemagne pour l’AFD marginalisée par la chancelière. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

28/02/2021

Thierry Baudet à Venlo.

FvD.png

Pays-Bas. Province de Limbourg. Venlo.

FvD 1.jpg

FvD 2.jpg

27/02/2021

Rassemblement de l'AfD à Schorndorf.

AfD.jpg

Allemagne. Bade-Wurtemberg. Schorndorf. L’AfD a organisé ce samedi 27 février 2021 un rassemblement contre l’agression d’un de ses militants par des gauchistes.

AfD 1.jpg

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2021/02/25/l-a...)

Viktor Orbán écrit à Giorgia Meloni.

Fidesz.png

FI-AN.jpg

Hongrie et Italie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a envoyé une lettre à la présidente du parti Frères d’Italie Giorgia Meloni afin de confirmer qu’il est prêt à accentuer sa collaboration avec ce parti.

26/02/2021

"La stratégie subtile de Salvini."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Le Conseil Européen et notamment l’intervention de Mario Draghi au cours de laquelle il aurait appelé à donner la priorité à la vaccination fait la une des médias italiens. La hausse des cas de covid (+ 3 000 par rapport à la veille) et le débat autour des fermetures prévues jusqu'à Pâques sont également cités :  « Peu de vaccins, l'attaque de Draghi » - Le débuts du Président du Conseil au Conseil européen (Corriere della Sera),  « Draghi : l'UE doit accélérer, tout le monde doit pouvoir bénéficier d’une première dose de vaccin » (La Repubblica),   « Draghi : oui au passeport vaccinal » (La Stampa),   « Vaccins, Draghi prône la ligne dure pour l'UE » (Sole 24 Ore),   « Hausse des contagions : +20 000 en un jour » (Il Messaggero),  «Il faut délivrer des vaccins » - Draghi choisit l'Europe : être inflexible avec les groupes pharmaceutiques en retard sur la livraison (Il Giornale).

COMMENTAIRE, La Stampa , de M. Sorgi  « La stratégie subtile de Salvini » : « Malgré le fait que Draghi demande aux dirigeants de sa coalition d’éviter les polémiques et de créer un climat conflictuel, nous avons assisté hier à une passe d’armes entre Zingaretti (PD) et Salvini (Ligue) sur les nouvelles restrictions jusqu’à Pâques. Salvini a souhaité une meilleure coordination des fermetures et s’est exprimé contre l’hypothèse d’un confinement. Zingaretti a critiqué le dirigeant léguiste de vouloir ‘’faire dérailler l’Italie ’’. Salvini souhaite surtout s’adresser à cette partie du centre gauche qui n'a pas digéré la naissance d’un gouvernement d’unité nationale avec la Ligue. Dans la stratégie du leader de ce parti, la défense des intérêts des restaurateurs et des PME n’est certainement pas une nouveauté. Toutefois, ce comportement traduit l’idée que l’adhésion à la ligne dure de Draghi sur les fermetures sera temporaire, et qu’une fois entamée la campagne vaccinale, il sera le premier à tenter de faire rouvrir certains secteurs de notre économie en souffrance. Bref, Salvini ne pense pas faire « dérailler » l’Italie en disant ce qu’il a dit, ni mettre Draghi en difficulté. Il veut construire de manière progressive une nouvelle identité pour la Ligue qui ne soit plus celle du souverainisme. Il veut profiter de la participation de son parti au gouvernement pour donner à la Ligue la crédibilité nécessaire pour un nouveau gouvernement de centre droit qui pourrait voir le jour quand le temps sera venu.»

ARTICLE, Repubblica, E. Lauria, « Lamorgese bloque les velléités de la Ligue qui lance l’offensive sur le Viminal » - « Molteni, secrétaired ‘Etat, revendique les décrets sécurité, mais pour la ministre il est hors de question de revenir en arrière et elle gardera la délégation sur les migrants. Salvini dicte les orientations à prendre aux siens » : « Le leader de la Ligue a fêté avec emphase le retour de son député Molteni à l’Intérieur : ce dernier a été son bras droit lors du Conte I et c’est avec lui qu’il a signé les décrets sécurité. Salvini ne les cite pas mais lance une pique à Lamorgese, en notant que parmi les dossiers en cours se trouve la dotation de tasers pour la police. Molteni revendique haut et fort dans sa première déclaration les décrets sécurité ‘’avec orgueil et dignité, 80% sont encore en vigueur’’ dit-il. Et sur les normes pour les migrants, s’il déclare que les secrétaires de parti avec le président du Conseil décideront ou non de les réintroduire, il ajoute : ‘’les ports doivent être défendus, tout comme les frontières, comme le font tous les pays européens. L’immigration doit être régulée et contrôlée’’, promettant ‘’dialogue et confrontation’’ avec la Ministre Lamorgese – qu’il attaquait il y a peu. Celle-ci a bien l’intention de garder sa délégation à l’immigration. On fait noter que les changements aux décrets sécurité avaient été indiqués par le Président Mattarella. Entre Lamorgese et la Ligue, la cohabitation représente un pari pour le nouveau gouvernement ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Nicola Molteni, membre de la Ligue et secrétaire d’Etat à l’Intérieur pour la deuxième fois « J’ai été critique à l’égard de Lamorgese (ministre de l’intérieur) mais maintenant c’est l’Italie d’abord » : « ‘’Mon téléphone est rempli de messages de félicitations de parlementaires du Pd ou du M5S. L’histoire du Molteni qui divise est une manœuvre journalistique. D’ailleurs, les « décrets sécurité » [décrets de Salvini quand il était ministre de l’Intérieur et que Molteni était son secrétaire d’Etat] dont je suis en grande partie à l’origine sont encore presque tous en vigueur. Seule la partie concernant l’immigration a été modifiée [par Luciana Lamorgese, la ministre encore en poste], mais avec Salvini nous voulons croire au dialogue et au rôle que peut jouer la Ligue pour ce pays. J’ai beaucoup apprécié les déclarations de Draghi sur l’immigration : il a relancé la question d’une implication accrue de l’UE, rappelant que les frontières italiennes sont aussi les frontières de l’UE, et a insisté sur l’importance d’une politique de rapatriement. Je voudrais reprendre le travail engagé sur le taser, les expérimentations menées par Salvini avaient été un grand succès puis tout a été interrompu. Notre rôle au gouvernement sera de mettre en avant la sécurité. Alors que la crise économique risque de se transformer en crise sociale voire en crise de l’ordre public, l’Etat doit être présent et visible. Les divisions sur ces thèmes sont importantes, mais aujourd’hui les priorités sont ailleurs (campagne de vaccination, aides économiques de l’Etat…). Je pense aussi qu’il est plus facile de trouver un terrain d’entente aujourd’hui qu’en 2018. Le prestige de Draghi au sein de l’Europe pourrait faire la différence. Son rôle pourra être décisif’’. »

ARTICLE, Sole, « Pression sur Conte, dimanche la réunion » - « Hypothèse d’une rencontre chez Grillo avec les dirigeants du M5S pour s’accorder sur la gouvernance du mouvement » : « Tous en appellent à Conte, à commencer par Grillo et même Di Maio. Ce dernier souhaite désormais un parti ‘’européiste’’, ‘’modéré’’ et ‘’libéral’’, et déclare qu’il faut que « Conte mette un point final à nos ambiguïtés’’.  Plusieurs obstacles : Conte n’est pas inscrit au M5S et ne serait pas dans les temps pour participer à l’élection du nouveau leader (NB : obligation d’adhésion depuis plus de 6 mois), à moins de prévoir de nouveaux statuts, et s’il se présentait, Conte gagnerait haut la main. Mais c’est justement à lui de s’exprimer : il ne souhaite certainement pas être pris dans la nasse des règles statutaires et des bagarres internes infinies. Aujourd’hui, dans l’hémicycle de l’Université de Florence, en visioconférence, il donnera un cours de droit où il devrait souligner entre autres le rôle de l’Europe et le processus du Recovery fund dans cette année de pandémie. Pas un mot sur son rôle à venir. L’alliance avec le PD et Leu reste, pour Conte et Di Maio, une perspective. Le refondation du M5S avec Conte devra avoir l’aval de tous, dont Casaleggio ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

25/02/2021

L'AfD manifestera contre l'agression d'un de ses militants.

AfD.jpg

Allemagne. Bade-Wurtemberg. Schorndorf. Le 27 février 2021 à 15 h :

AfD 1.jpg

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2021/02/21/un-...)

"Conte prendra la tête du M5S."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La nomination des 39 nouveaux secrétaires d'Etat, qui permet de finaliser la formation du gouvernement est en une de la presse : « Secrétaires d'Etat, la manœuvre éclair de Draghi » - Le Président convoque le Conseil des ministres et oblige les partis à faire un choix (La Repubblica) ; « Le gouvernement nomme 39 secrétaire d’Etats et Grillo dit à Conte de prendre la tête des 5 étoiles » (Il Messaggero), « Approbation des secrétaires d’Etat, mais des querelles au sein des partis. Gabrielli récupère la direction des services secrets » (Corriere della Sera).   

PREMIER PLAN, La Repubblica, de T. Ciriaco « Draghi impose une solution aux partis paralysés par leur opposition aux propositions des autres : ‘’décidez-vous ou c’est nous qui ferons les choix’’ » : « Alors que Mario Draghi vient d’annoncer la liste des nouveaux secrétaires d’Etat, l’ambiance se fait glaciale parmi les partis. L’agacement est prégnant après la nomination laborieuse des secrétaires d’Etat, qui a culminé avec cet ultimatum du Palais Chigi hier, alors que tous pensaient que l’équipe ministérielle ne serait présentée que le lendemain. Un coup destiné à surmonter l’impasse de ceux qui refusaient les propositions de noms faites par les autres ou encore le casse-tête du M5S ne parvenant pas à soumettre une liste définitive et réclamant davantage de sièges. Le Président du Conseil sortant aurait par ailleurs formellement demandé que soit préservé une sorte d’ « effectif Conte » au sein du nouveau gouvernement avec plusieurs de ses anciens fidèles. Mais cela a pris trop de temps et l’équipe de Draghi a averti : ‘’décidez-vous ou c’est nous qui le ferons’’. La confusion continue de régner au sein du Mouvement. Pourtant Draghi est aussi parvenu à faire plier certaines résistances, comme celle du PD  vis-à-vis de Nicola Molteni, le compagnon de route de Salvini dans sa guerre impitoyable contre les migrants, et qui a finalement bien été nommé à l’Intérieur. Ainsi, à l’issue du Conseil des ministres, l’équipe ministérielle a enfin été complétée, mais l’amertume demeure parmi les forces de la majorité. Draghi a conclu par un ‘’et maintenant, au travail’’. »

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, de M. Franco « Le compromis laborieux obtenu par le Palais Chigi » : « Il aurait été paradoxal que le gouvernement dirigé par Mario Draghi se soit présenté au Conseil européen d'aujourd'hui et de demain avec une délégation incomplète. Toutefois, sur la nomination des secrétaires d’Etat, le Palais Chigi a subi les affres des partis de la majorité qui ont révélé leurs tensions et leurs équilibres précaires en se disputant sur les places à distribuer. La réunion a été suspendue pendant une heure. Le sommet européen s’ouvre avec l’espoir que les chancelleries européennes nourrissent à l’égard de ce nouveau Président du Conseil mais aussi avec la menace que sa coalition hétéroclite fait planer sur l’exécutif. Draghi sait qu’il devra faire la démonstration d’une rupture avec le gouvernement précédent. Il doit également obtenir de Bruxelles le feu vert à la production des vaccins en Italie. Le succès de cette négociation aura une influence sur sa capacité à désarmer des partis italiens nerveux et discrédités. L’axe avec une Europe en mesure de rassurer et d’agir rapidement est nécessaire et représente aussi la condition pour éviter que les contaminations ne continuent de monter, une situation qui pourrait redonner de l’oxygène aux formations populistes. Le pari pour Draghi est de faire face à cette phase sans être freiné par les convulsions de sa coalition. Les négociations de dernière minute d’hier ne sont pas un bon présage pour la suite »

ENTRETIEN, La Repubblica, de Luigi Di Maio, Ministre des Affaires Étrangères » : « Oui à Giuseppe Conte, les 5 étoiles sont désormais un mouvement modéré et libéral » :  ‘’Luca Attanasio était l'ambassadeur que nous aimerions tous avoir. Non seulement pour représenter l'Italie au mieux, mais aussi car il a fait en sorte que tout le monde l'aime. Avec sa femme, il avait fondé une ONG, le travail qu'ils faisaient chaque jour nous rendait fiers. Nous baptiserons à son nom un service du ministère, nous organiserons une cérémonie de commémoration et nous donnerons son nom à un projet de coopération pour le développement. Son nom figurera dans le Livre d'or de la Farnesina, réservé à ceux qui sont morts dans l’exercice de leur mission. Pour ce qu'il était, pour la façon dont il a travaillé pour notre pays, il ne sera pas oublié. Nous sommes en train de demander à la fois aux Nations unies et au Pam de nous révéler tous les détails. Nous voulons surtout savoir s'il y a eu des failles dans l'organisation et qui devra en assumer la responsabilité. Le M5S a grandi, il a mûri. Ce gouvernement représente le point d'arrivée d'une évolution dans laquelle les 5 étoiles conservent leurs valeurs, mais sont, finalement, devenus complètement une force modérée, libérale, attentive aux entreprises, aux droits, et qui place l’environnement au cœur de sa mission. La négociation avec le Président du Conseil Draghi s'est faite sur le ministère de la transition. C'est un nouveau départ pour nous. Je serai très heureux si G. Conte décidait de faire un pas en avant en direction du Mouvement. Le Mouvement est maintenant sur une ligne modérée, atlantiste, fermement ancrée au sein de l'UE. Cette évolution peut être complétée avec l'entrée de Conte. L’arrivée dans le M5S de l'ancien Président du Conseil, qui a représenté ces valeurs, pourra mettre fin à nos ambiguïtés’’».

ARTICLE, Il Messaggero, d’E. Pucci « Conte rencontre Grillo ; il accepte. Il prendra la tête du M5S » : « Le revirement a enfin eu lieu pour le Mouvement Cinq Etoiles, Beppe Grillo a décidé de confier la refondation du mouvement à l’ancien Président du Conseil et Giuseppe Conte a accepté. Ce n’est plus qu’une question de temps : une modification des statuts sur la désignation d’un chef est déjà à l’étude et le changement sera ensuite soumis au vote des militants via la plateforme Rousseau. Il faut bien que le choix soit partagé par tous. Avec cette manœuvre, la direction du Mouvement compte notamment récupérer une partie des parlementaires évincés. Conte a déjà fixé l’objectif d’une alliance structurelle avec le Pd et LeU. Mais au fond, tous n’approuvent pas pleinement cette alliance et des positions divergentes demeurent. Pourtant, la figure de Conte à la tête du mouvement doit permettre de renvoyer un signal de ‘’pax interna’’, voire de récupérer une partie de ceux qui s’étaient dissociés du Mouvement au moment d’accorder la confiance à Draghi. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Les neuf vice-ministres et sous-secrétaires de la Ligue.

Ligue.jpg

Italie. Les neuf vice-ministres et sous-secrétaires de la Ligue :

Ligue 1.jpg

24/02/2021

"Rencontre entre le Premier ministre et le Capitaine [Matteo Salvini]."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Les nouvelles mesures de restriction adoptées afin d’éviter une troisième vague et le retard sur les vaccinations font les gros titres des médias italiens. La presse rapporte notamment la réunion d’hier entre le Président du Conseil et ses ministres ainsi que la proposition de Matteo Salvini (Ligue) pour assouplir les mesures de fermeture  des commerces : « Nouvelles fermetures à cause des variants » - La crainte d’une 3e vague, Draghi réunit ses ministres (Corriere della Sera), « Vaccins, Draghi fait pression sur l’UE » - Parmi les propositions : interdiction aux entreprises productrices d’exporter le vaccin, production sur place et passeport vaccinal (La Repubblica), « Alerte sur une troisième vague, pas de réouvertures » - Draghi choisit la ligne de la rigueur. Bientôt des micro-zones rouges (La Stampa), « L’échec du plan de vaccination »- Les régions avancent en ordre dispersé, seule une dose sur dix utilisée (Sole 24 Ore), « Des dédommagements immédiats pour ceux qui devront fermer » - Voici le plan du gouvernement. AstraZeneca revoit à la baisse ses fournitures pour l’Europe (Il Messaggero).

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, M. Franco « Un gouvernement qui se fraie un chemin entre les manœuvres des partis » : « La stratégie de Draghi est de se tenir à l’écart des polémiques quotidiennes qui résonnent au sein du gouvernement. Il veut s’en tenir à la « règle du silence » pouvant lui éviter des surinterprétations ou des manœuvres politiciennes, du moins tant que les choix en matière de vaccins ne seront pas opérationnels. La réunion d’hier au Palais Chigi avec les ministres économiques et les chefs des instituts sanitaires a permis de donner des premières pistes. La question maintenant est de savoir jusqu’à quel point le chemin que font en parallèle les partis et le gouvernement finira par aboutir sans heurt. Le mauvais présage d’une continuité avec le gouvernement Conte II est déjà évoqué malicieusement par les adversaires de Draghi, qui soulignent que la confusion actuelle semble très proche de à celle qui régnait sous l’exécutif précédent. La volonté des régions du Nord d’avoir un rôle de premier plan, en s’opposant à la réglementation nationale, ressurgit malgré le fait que la Ligue soit désormais au gouvernement. Bientôt, la Cour Constitutionnelle se prononcera de manière définitive. Toutefois, politiquement, ce sera plus compliqué de retrouver un climat serein s’il n’y a pas de réelles nouveauté en matière de vaccinations ».

ARTICLE, Il Sole 24 Ore, de L. Palmerini « Dans les coulisses de la rencontre entre le Premier ministre et le Capitaine [Matteo Salvini] » : « Depuis que le gouvernement a vu le jour, on se demande comment le Premier ministre entend structurer le dialogue avec les partis. Son tête-à-tête d’hier avec le chef de la Ligue nous indique qu’il entend notamment s’entretenir directement avec les dirigeants des partis. Mario Draghi l’a en effet invité à discuter pour revenir sur les points les plus épineux de ces derniers jours, comme les nouvelles mesures sanitaires. Matteo Salvini ne sera pas le seul à être reçu, et cela fait partie des rapports normaux entre un Président du Conseil et sa majorité. Mais c’est de lui que Mario Draghi doit craindre le plus de remous, car c’est aussi lui qui a le plus à perdre, en particulier dans la compétition avec Giorgia Meloni. Ainsi Mario Draghi a écouté ses revendications une demi-heure durant, de la « souveraineté » vaccinale aux réouvertures. Certaines seront prises en compte, mais c’était avant tout symbolique : lui permettre de faire entendre sa voix. Draghi cherche ainsi à normaliser ses relations avec le dirigeant le plus coriace de sa majorité : il est important, dans le contexte actuel, que Salvini soit du côté de l’exécutif. Plus que quiconque, le chef du premier parti d’Italie a le pouvoir de préserver le calme parmi ses partisans ou alors de les déchaîner. Il fallait donc institutionnaliser ses requêtes à travers cet entretien formel au Palais Chigi plutôt que de les laisser en seulement aux catégories exténuées par la crise. »

ARTICLE, La Repubblica, de E. Lauria « Le bras-de-fer se poursuit sur les secrétaires d’Etat, Draghi attendra jusqu’à jeudi » : « La date butoir serait fixée à jeudi, mais les noms des nouveaux secrétaires d’Etat pour compléter l’équipe gouvernementale ne filtrent toujours pas. Draghi fera certains choix techniques, notamment pour le ministère du Sport, mais il ne veut pas avoir à porter la responsabilité de dénouer tous les nœuds politiques de sa majorité. Il attend un sursaut d’orgueil de la part des partis qui le soutiennent. Du coup, tout est suspendu et le coup d’envoi de la composition définitive du nouveau gouvernement n’arrive toujours pas. Salvini a voulu jouer les premiers de la classe en disant : ‘’nous avons déjà présenté notre liste mais certains n’ont pas fait leurs devoirs’’. L’allusion de Salvini aux camarades moins préparés du M5S est évidente. Les 5 Etoiles sont en train de vivre un psychodrame car l’élargissement de la majorité les pousse à une réduction des postes et l’éviction des 40 rebelles réduit de surcroît le vivier de secrétaires d’Etat. Le PD non plus n’a pas fourni sa liste. La nécessité de rééquilibrer la parité dans les portefeuilles pousse à des sacrifices parmi les ministres sortants. La consigne du Palais Chigi de fournir au moins 50% de femmes a rebattu toutes les cartes sur les noms proposés. Les partis n’arrivent pas à trouver un accord, sous le regard inquiet, voire bientôt agacé, de Draghi».

ENTRETIEN, La Stampa, de Giorgia Meloni, dirigeante de Fratelli d’Italia « Le gouvernement est entre les mains du PD » : « ‘’L’Europe n’a pas bien gérer la question des vaccins, cela est évident. Il y a quelque chose qui ne va pas dans cette Europe qui se veut pro-européenne et qui voit l’Allemagne acheter elle-même ses vaccins. Si j’avais fait cela au sein de mon gouvernement, on aurait considéré mon comportement comme celui d’un souverainiste imprésentable. Pour ce qui concerne le gouvernement Draghi, j’ai l’impression que dans ses intentions il n’y a aucune rupture avec l’exécutif précédent. Je constate également une présence démesurée du PD, qui a de plus en plus de poids alors que sa popularité chez les électeurs baisse. Confirmer Lamorgese à l’Intérieur signifie poursuivre la même politique migratoire. Confirmer Speranza signifie continuer la lutte contre la pandémie avec des fermetures sectorielles que nous avons contestées ces derniers mois’’. »

ENTRETIEN, Il Messaggero, de Silvio Berlusconi, fondateur et dirigeant de Forza Italia « ‘’il faut réformer la justice’’» : « ‘’Dans la campagne de vaccination quelque chose n’a pas marché et pas seulement en Italie. Nos principaux partenaires européens sont, eux aussi, en difficulté. Je crois que la bonne voie est d’acheter les licences et de faire produire les vaccins directement par les usines italiennes qui sont en mesure de le faire. Entretemps, le gouvernement devra exiger avec force le respect des accords pris avec les groupes pharmaceutiques sur les livraisons. Pour les restrictions sanitaires, il faut respecter deux règles : une information claire et rapide pour les citoyens et des dédommagements immédiats pour les activités qui ferment. Forza Italia a toujours plaidé en faveur d’une justice exemplaire, nous soutiendrons et assurerons la ministre Cartabia de notre collaboration sur cette réforme. C’est l’Europe qui nous le demande. Aujourd’hui, il faut mettre en œuvre ce que Draghi a indiqué dans son programme : un allégement progressif des taxes sur le travail, notamment pour la classe moyenne. Il faut une réforme organique du système fiscal. Ce gouvernement, que j’ai voulu avec détermination, représente sans doute une exception qui a été produite par des circonstances extraordinaires. Malheureusement, nous ne sortirons pas de cette crise en peu de mois’ ’».

OPINION, La Repubblica, « Draghi-Macron, c’est possible », « Un front à reconstruire pour le bien de l'Europe » par Bernard Guetta : « Ce sont eux deux, Mario Macron ou Emmanuel Draghi (selon votre préférence), qui doivent maintenant faire front commun et se doter d'un programme car la bataille a été gagnée mais, dans le même temps, commence. La bataille de l'unité européenne a été gagnée là où elle a commencé en 1957, à Rome, avec une Ligue de Matteo Salvini qui fait désormais partie d'un gouvernement dont le chef, Mario Draghi, souhaite une Union "toujours plus étroite" avec un "budget public commun". Dans l'Europe des vingt-sept, il ne reste donc aucune formation majeure pour empêcher la marche vers l'unité européenne. Les États-Unis, quant à eux, viennent d'accepter une invitation de l'Union à reprendre les négociations avec l'Iran sur la question nucléaire.  Jeudi, l'Union, et c'est une première, est apparue comme un acteur majeur sur la scène internationale, peu après qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel se soient engagés à poursuivre le projet d’avions de chasse et de chars européens. Avant que les conséquences de la renaissance commune ne se fassent sentir, une crise sociale et politique pourrait éclater, et bien que nous ayons fait des progrès rapides, nous avançons encore trop lentement.  Nous devrions accélérer, encourager les plus timides et, surtout, ne pas attendre que l'Allemagne ait choisi une nouvelle majorité et un nouveau chancelier en septembre prochain. Pour tout cela, il est essentiel que les deux dirigeants de l'Union qui partagent la plus grande audace et ambition européennes appellent à une mobilisation générale sans plus attendre. Mario Draghi et Emmanuel Macron doivent travailler ensemble à une proposition concrète pour l'Europe qui, dans le sillage du New Deal, combine investissement collectif massif et nouvelles protection sociale. C'est précisément ce que Joe Biden s'apprête à expérimenter aux États-Unis. C'est ce que Macron et Draghi doivent faire ensemble, mais c'est à l'Italie de faire le premier pas, car il serait contre-productif que la France semble se distancer de l'Allemagne et monter un front italo-français contre elle. Il appartient à l'ancien banquier central de l'Union, l'homme qui a sauvé l'euro en 2008, de mettre sur la table les bases et les orientations d'un nouveau projet européen que la France pourrait ensuite contribuer à enrichir. Ce faisant, le plan serait déjà prêt pour la période post-électorale allemande. Quant à l'Allemagne, elle aura alors eu le temps de s'y habituer, et les autres États membres de l'UE d'y adhérer. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)