Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2020

Thuringe : l'AfD dispose d'un vice-président au Parlement.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. L’AfD dispose désormais d’un vice-président au sein du Parlement de Thuringe : Michael Kaufmann.

"Ecoles fermées, l’Italie se blinde."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus continue de faire les gros titres des médias transalpins, avec notamment l’annonce de la fermeture, hier par le gouvernement, des écoles et des universités, prévue jusqu’au 15 mars : « Ecoles fermées jusqu’à mi-mars » (Corriere della Sera), « Italie à huis-clos » - « ‘’ Conte s’adresse au pays à travers un message vidéo ‘’ » (La Repubblica), « Ecoles fermées, le non des scientifiques » (La Stampa), « Ecoles fermées, l’Italie se blinde » - ‘’ Décret valable pour toute l’Italie’’ (Il Messaggero), « Tout le monde à la maison » (Il Fatto Quotidiano), « Mesures choc anti-crise : 3 mille milliards pour les infrastructures demandées par Confindustria » (Sole 24 Ore).

ENTRETIEN de Pierpaolo Sileri, vice-ministre de la Santé : « ‘’La priorité est de contenir la contagion, personnel et lits vont arriver ‘’ » (Sole 24 Ore) : « ‘’Il faut absolument contenir la contagion, c’est notre priorité. Nous avons besoin de personnel et d’instruments médicaux qu’il faut récupérer rapidement, en privilégiant les Régions plus en difficulté. Des ressources financières devraient être allouées, 400 ou 500 millions, et je veux espérer autant que possible parce que tout ce que nous donnons en faveur de notre Service sanitaire national sera un patrimoine pour l’avenir ‘’».

COULISSES, Stampa, I. Lombardo, « Le point de vue des experts nommés par la Protection civile : ‘’fermer les écoles est inefficace’’. Le président du Conseil furieux suite au court-circuit en terme de communication sur les mesures restrictives de l’exécutif » - « ‘’Si le virus arrive au Sud c’est le désastre’’ : le choix final de Conte contre l’avis des scientifiques » : « Conte ne voulait pas fermer toutes les écoles, mais il l’a fait, cédant aux pressions des ministres Speranza (Santé) et Franceschini (Culture et chef de délégation PD). Il a été convaincu par les chiffres qui lui ont été communiqués. Les premières indiscrétions sont sorties alors que rien n’avait été officiellement confirmé. Le président du Conseil a été furieux de ce couac. Son vidéo-message a été fait pour rassurer : ‘’en cas de croissance exponentielle des contagions, aucun pays ne tiendrait le choc’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

04/03/2020

Le post-communiste Bodo Ramelow est élu ministre-président de Thuringe.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. Le post-communiste Bodo Ramelow est élu, au troisième tour de scrutin, ministre-président. Il refuse de serrer la main du chef de file de l'AfD au Parlement de Thuringe Björn Höcke. Dans son discours d'investiture, Ramelow qualifie l'AfD d'incendiaire et prône une Thuringe ouverte.

Lors des deux premiers tours, 46 voix sur 90 étaient nécessaires : Ramelow en a obtenu 42 (die Linke + SPD + Verts), la CDU s’est abstenue, le FDP n’a pas voté et l’AfD a voté pour son candidat Björn Höcke.

Lors du troisième tour, celui obtient le plus de voix est élu. Seul Ramelow s’est présenté. Les députés ont été invités à voter « Oui », « Non », « Abstention ». Ramelow a été élu avec 42 voix. Le FDP n’a pas voté. En conséquence, un CDU a voté « Non », les autres CDU se sont abstenus. L’AfD a voté « Non ».

T 1.png

Bodo Ramelow et Björn Höcke

"Italie en quarantaine pendant un mois."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus fait encore les gros titres des médias transalpins. La presse écrite rapporte notamment les nouvelles mesures et les recommandations des experts du gouvernement afin de mettre fin à la propagation du virus : « Virus, nouvelles règles dans toute l’Italie » (Corriere della Sera), « Se saluer de loin sans se toucher » - ‘’Nouvelles recommandations aux citoyens pour bloquer la propagation du virus » (La Repubblica), « ‘’Italie en quarantaine pendant un mois’’ » - ‘’Les experts du Palais Chigi se prononcent. 2263 positifs, 79 décès et 160 personnes guéries’’ (La Stampa), « Sacrifices et limites antivirus » - ‘’Aujourd’hui le décret valable pour toute l’Italie’’ (Il Messaggero), « Virus, nouvelles restrictions pour tous » (Il Mattino), « Cela ne suffit pas » - ‘’Fonds au rabais pour le Nord, des miettes pour les zones touchées par le virus’’ (Il Giornale).

ARTICLE, Corriere della Sera, M. Galluzzo, M. Guerzoni : « Le Palais Chigi ne lâche pas prise : ‘’La situation est grave ‘’ : « Sur la table, les nouvelles règles sanitaires et les mesures pour anticiper un violent contrecoup sur l’économie, et aussi le report du référendum sur la réduction du nombre de parlementaires. La décision n’est pas encore prise, mais cette hypothèse semble devenir de plus en plus concrète. Conte a convoqué les représentants des forces politiques pour parler avec eux de l’urgence sanitaire. Nous n’en sommes pas à la pandémie, mais le nombre de décès et de contaminés nous disent que le pays doit être prêt. La priorité est de renforcer les hôpitaux et donc d’éviter que le système sanitaire n’implose. ‘’La contamination pourrait encore s’étendre, nous ne savons pas quand le pic sera atteint. Nous ne pouvons pas exclure, dans l’absolu, la fermeture totale des écoles ‘’ a affirmé le Président du Conseil. Tandis que les Italiens modifient leur style de vie, les partis continuent de se disputer. Et tant pis pour l’unité nationale. Matteo Salvini rompt brusquement le dialogue : ‘’ Si le décret n’est pas amélioré, il n’aura jamais le vote de la Ligue. ‘’ Le M5S propose un paquet de propositions économiques et Italia Viva considère que les 3.6 milliards d’euros prévus par le gouvernement ne sont pas suffisants. »

EDITORIAL La Stampa M. Sorgi : « L’opposition mise sur le désastre » : « La tentative pourtant louable de Conte d’impliquer les oppositions dans la définition des mesures économiques anti-crise pour assurer aux décrets gouvernementaux un passage parlementaire plus rapide a mal commencé. Les oppositions estiment que la crise du coronavirus sera longue et que le gouvernement, qui à ce stade bénéficie d’un certain consensus, finira par en ressentir les conséquences et ne parviendra pas à présenter les remèdes nécessaires à l’effondrement de l’économie qui était à bord de la récession déjà avant-même l’épidémie ».

COMMENTAIRE Sole 24 Ore L. Palmerini « Les tentatives (difficiles) de dialogue avec l’appui du Quirinal » : «  Il s’agissait d’un choix nécessaire ou bien d’un geste politique ? En tout état de cause, il n’était pas possible de renoncer au dialogue au moment où des mesures doivent être nécessairement partagées. Hier Salvini, qui a du mal à se détacher de son rôle d’attaquant, a été rattrapé par le devoir de collaboration et a fini par envoyer ses représentants à la réunion du Palais Chigi. La Ligue ne pouvait pas être absente à une rencontre qui naît sous la poussée de l’urgence sanitaire ».

ARTICLE, Sole 24 Ore G. Pelosi « Di Maio lance le plan export à hauteur de 716 millions » : « Pour le plan extraordinaire concernant le « Made in Italy », le ministre Di Maio a annoncé un paquet de mesures à hauteur de 716 millions d’euros et 400 millions du Fonds Simest pour l’internationalisation. Des fonds, selon Di Maio, qui seront dépensés pour des interventions de crédit aux entreprises, mais aussi des services gratuits pour les entreprises ne dépassant pas les 100 employés dans les bureaux à l’étranger, la promotion des salons virtuels, la formation sur les excellences agro-alimentaires pour les managers, les hôtels et des  influencers. La Farnesina et les ministères économiques travailleront pour lutter contre les limitations sur les denrées et les voyages » .

ARTICLE Il Messaggero F. Pierantozzi « La satire de choc, l’Italie proteste et Canal+ s’excuse » : « Giorgia Meloni a été la première à repérer la vidéo diffusé par Canal+ le 28 février, en la considérant « dégoûtante » en se demandant si l’indignation serait venue également des bancs de la majorité PD-M5S. L’indignation est bien arrivée et même encore plus large du périmètre gouvernemental ou de la majorité. Le ministre des Affaires étrangères Di Maio a défini le spot de « honteux », la ministre des politiques agricoles T. Bellanova d’« irrecevable » et la ville de Naples a même menacé de mener des ‘’actions légales contre ceux qui ont terni l’image d’un produit d’excellence’’. L’Ambassade de France en Italie a immédiatement ramené le calme sur le front diplomatique en se dissociant ‘’totalement’’ d’une satire qui ‘’ne correspond en aucune façon au sentiment des autorités et du peuple français’’. La tension a progressivement baissé et la pizza est revenue à sa noblesse traditionnelle. Le ministre Di Maio a invité l’Ambassadeur français à manger une pizza. Avec le même esprit, à Paris, l’ambassadrice Castaldo s’est rencontrée au Sénat avec le groupe d’amitié italo-français ». 

(Traduction : ambassade de France à Rome)

03/03/2020

L'élection du ministre-président de Thuringe aura bien lieu ce mercredi à 14h.

Allemagne. Thuringe. L'infection d'un député CDU du Parlement de Thuringe par le coronavirus n'est pas confirmée : le test est négatif ! En conséquence, l'élection du ministre-président de Thuringe aura bien lieu ce mercredi 4 mars 2020 à 14 h.

Dernières nouvelles avant l'élection du ministre-président de Thuringe.

AfD.jpg

Allemagne. Le président fédéral du parti libéral FDP Lindner annonce que, dans la situation actuelle, les députés de son parti au Parlement de Thuringe ne prendront pas part demain au vote pour le poste de ministre-président de Thuringe.

L’élection du ministre-président est fixée ce mercredi 4 mars 2020 à 14h. Les deux candidats, jusqu’à présent, sont le post-communiste Bodo Ramelow et le nationaliste Björn Höcke.

Un député de Thuringe de la CDU a peut-être le Coronavirus. Si le test s'avère positif, le vote pourrait ne pas avoir lieu. Les résultats du test sont attendus.

Alors que le dirigeant de l'organe de jeunesse de la CDU a invité les députés CDU du Parlement de Thuringe à quitter la salle lors du vote de demain, le groupe des élus CDU au Parlement de Thuringe rejette cette proposition.

Les résultats du test du Coronavirus sur le député CDU au Parlement de Thuringe sera connu à 19h. L'individu avait pris part encore ce lundi à une réunion du groupe des élus CDU de Thuringe.

T 1.jpg

Di Maio : " L’Italie exige du respect, pas de fermetures contre notre pays."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus fait toujours les gros titres des médias transalpins. Les observateurs relèvent notamment les nouvelles mesures économiques décidées par le gouvernement ainsi que les nouveaux cas dans d’autres régions, ainsi que le premier ralentissement de la contagion : « Nouvelles aides pour l’emploi et les entreprises » (Corriere della Sera), « Contagions, premier ralentissement » (La Repubblica), « Virus, deux nouveaux foyers » - ‘’Bergame et Cremone touchées’’ (La Stampa), « 10% des entreprises en danger » (Sole 24 Ore), « Rome, le jour des contagions »  - ‘’Dix nouveaux cas’’ (Il Messaggero), « Virus, un décret contre la crise » (Il Mattino)..

ENTRETIEN, La Stampa, de Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères, « L’Italie exige du respect, pas de fermetures contre notre pays » : « ‘’Nous sommes face à une situation délicate et nous avons le devoir de réagir rapidement. Nous sommes en train de mettre en place les instruments et les initiatives visant à sauvegarder les entreprises et le secteur du tourisme. J’ai convoqué pour aujourd’hui une réunion extraordinaire sur l’export au ministère des Affaires étrangères. Nous mettrons 600 millions d’euros en soutien des entreprises. Les prévisions de l’OCDE sur une croissance zéro pour l’Italie ? Nous devons nous activer et travailler : le gouvernement est en train de travailler à d’autres instruments pouvant donner de l’oxygène à nos entreprises et donc à l’économie nationale. Je ne peux pas nier que les mesures prises par certains pays qui bloquent nos concitoyens nous irritent. Car il s’agit d’exagérations qui ne sont basées sur aucun critère. Il est clair que face à ces blocus insensés nous répondrons car l’Italie est un pays qui mérite et qui exige du respect. Ce point, à notre demande, sera discuté au prochain Conseil des Affaires européennes. Les recommandations du Président Macron sur le fait d’éviter de se serrer la main ? Chaque pays est libre d’adopter les précautions qu’il considère les plus efficaces. L’essentiel est qu’elles soient prises sur la base de critères scientifiques’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

02/03/2020

Législative partielle à Rome : le candidat de centre-gauche l'emporte.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Lors d’une élection législative partielle à Rome, le candidat du Parti Démocrate [centre-gauche] Roberto Gualtieri l’emporte avec 62,2%. Le représentant du centre-droit (Ligue, Frères d’Italie, Forza Italia, …) Maurizio Leo (Frères d’Italie) obtient 26 %. Rossella Rendina du M5S décroche 4,3 %.

La stratégie de Torben Braga.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. Le manager du groupe des élus AfD au Parlement de Thuringe Torben Braga explique que le fait que Höcke se présente comme candidat montrera, si le post-communiste Ramelow est élu, que des élus CDU et/ou FDP ont voté pour ce dernier.

Torben Braga.png

Torben Braga

Björn Höcke est candidat au poste de ministre-président de Thuringe.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. Le groupe des élus de l’AfD au Parlement de Thuringe annonce que son chef de file Björn Höcke sera candidat ce mercredi 4 mars 2020 au poste de ministre-président.

Björn Höcke.png

Björn Höcke

"L’UE prête à accorder de la flexibilité à l’Italie."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus fait toujours les gros titres des médias transalpins. La demande de l’Italie à Bruxelles de pouvoir bénéficier de plus de flexibilité budgétaire afin de faire face à l’urgence sanitaire et les contrecoups économiques sont particulièrement commentés : « L’UE face à l’urgence » - Bruxelles ouvre à la demande italienne sur un dépassement du plafond budgétaire’’ (Corriere della Sera), « Sept jours pour arrêter le virus » - ‘’L’Institut sanitaire lance un appel pour « un effort décisif »’’ (La Repubblica), « Virus, l’UE ouvre au déficit italien » (La Stampa), « La crise du virus » (Sole 24 Ore), « Fermetures et restrictions » - ‘’Le décret indique les modalités afin d’éviter les contaminations’’ (Il Messaggero), « Mesures anti-virus : les écoles et les stades fermés » (Il Mattino), « Il faut faire vite » ‘’500 nouveaux cas en un jour’’(Il Giornale). Le quotidien romain évoque la fermeture de l’église Saint-Louis des Français suite à la contamination d’un prêtre français ayant fait un voyage à Milan (Il Messaggero).

ARTICLE, La Stampa : « L’UE prête à accorder de la flexibilité à l’Italie. Une équipe anti-coronavirus se prépare » : « Bruxelles considère raisonnable la demande de 3,6 milliards d’euros (qui n’est pas encore arrivée officiellement dans les bureaux de la Commission). La crainte la plus forte est focalisée sur les répercussions potentielles sur l’économie de la zone Euro et autour du spectre d’une récession. Aujourd’hui la présidente de la Commission lancera la création d’une ‘‘Équipe spéciale’’ pour faire face à la situation d’urgence. En feront partie Paolo Gentiloni (Économie), Janez Lenarcic (Gestion des crises), Ylva Johansson (Affaires internes), Stella Kyriakides (Santé) et Adina Valean (Transports). Il n’y a pas de ‘’grand plan de l’UE’’ prévu à ce stade. Les 27 ministres des Finances se réuniront mercredi ; ils sont appelés à expliquer leurs plans nationaux pour faire face à l’urgence économique qui est liée à celle sanitaire. Gualtieri présentera les mesures du gouvernement italien pour justifier la demande de majeure flexibilité. La somme demandée par Rome ne devrait pas faire provoquer de tensions. »

ENTRETIEN, La Repubblica, de F. Boccia, ministre des Affaires régionales, « ‘’Qui ferme les frontières aujourd’hui pourrait s’en repentir et se retrouver dans notre situation’’ » : « Quand il y a une urgence nationale, c’est l’Etat qui décide et pas les maires de façon individuelle. Les ministres Di Maio et Amendola sont en train de faire un travail énorme pour expliquer à tous qu’il n’y a pas de risques de contamination dans la plupart des régions italiennes, où il y a une vie absolument normale. Les Etats qui annoncent la fermeture de leurs frontières doivent savoir qu’ils pourraient bientôt se retrouver dans notre même situation. J’ai en revanche apprécié le Président français Emmanuel Macron, qui en plus de s’être rendu à Naples, s’est aussi montré comme un véritable ami de l’Italie. L’Union Européenne doit comprendre que s’il y a un virus en Italie, il se trouve également en Europe’’ ».

SONDAGES, Fatto Quotidiano « 61% des Italiens jugent positivement le gouvernement » : « La plupart des Italiens estime que l’exécutif est en train de bien gérer l’urgence coronavirus (sondage publié vendredi par Affari Italiani). En revanche, selon un autre sondage (Pagnoncelli) la popularité du gouvernement baisse un peu (de 45 à 42%) ainsi que celle du président du Conseil G. Conte (de 50 à 48%) ».

ARTICLE La Repubblica C. Vecchio « Le ministre Gualtieri dans le collimateur des 5 Etoiles » : « Au lendemain de l’annonce du ministre de l’Economie Gualtieri dans Repubblica annonçant ‘’ une intervention à hauteur de 3,6 milliards contre le coronavirus’’, le Mouvement 5 Etoiles ouvre un nouveau front. C’est le ministre de l’économie qui finit dans le collimateur car il aurait fourni des ‘’détails sur le dépassement du déficit’’ sans se consulter avec son allié. C’est aussi le leader du Parti démocrate qui est dans le viseur, puisqu’il rencontrera aujourd’hui les parties sociales pour faire le point de la situation. Au M5S on parle d’ ‘’actions unilatérales’’. Le PD a répondu immédiatement. Le responsable pour les entreprises, P. Bussolati, explique ‘’comme le prouve l’article du FT, le ministre Gualtieri a bien fait de prendre la direction du débat en Europe et au niveau international sur les mesures à adopter pour aider les familles et les entreprises’’. Des sources proches de N. Zingaretti font filtrer leur ‘’stupeur’’ suite à l’attaque des 5 Etoiles. A un moment où sens de responsabilité et unité d’intention sont demandés, Conte a convoqué les représentants de la majorité et de l’opposition pour tenter de continuer dans un climat de partage et sans polémiques ».

ARTICLE, La Stampa : « Erdogan défie l’Union Européenne ‘’Des milliers de réfugiés déjà arrivés en Grèce’’ » : « À la frontière entre la Turquie et la Grèce des milliers de migrants souffrent le froid et la faim, dans l’espoir de pouvoir passer en Union Européenne. Dans le nord de la Syrie, la Turquie continue d’attaquer les troupes de Damas dans la zone d’Idlib. Même si la Turquie essaye de ne pas trop irriter l’allié russe, principal défenseur, avec l’Iran, du président syrien Bashar al-Assad, la détermination est au maximum. La rencontre entre le président russe Poutine et son homologue turc Erdogan est fixé pour le 5 mars prochain à Moscou. Le climat n’est pas des meilleurs et de nouvelles tensions sont nées après l’arrestation de trois journalistes d’un journal proche du Kremlin. Parmi les milliers de désespérés qui depuis deux jours campent dans les campagnes autour de Edirne, personne n’arrive d’Idlib. La plupart des migrants arrivent d’Istanbul, d’où sont partis des dizaines d’autobus, plusieurs financés par le gouvernement. L’UE commence lentement à réagir. Cette semaine une réunion de crise des Ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur est prévue.  Josep Borrell a parlé de la nécessité de part de l’UE de ‘’continuer à mobiliser des ressources ‘’ pour réduire les souffrances de la population. Une formule derrière laquelle il pourrait y avoir de nouvelles aides économiques pour la Turquie. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

La voiture du co-président de l'AfD Tino Chrupalla a été incendiée.

AfD.jpg

Allemagne. La voiture du co-président de l'AfD Tino Chrupalla a été incendiée ce dimanche à 23h20. Il est intervenu avec un extincteur, a été intoxiqué par la fumée et est resté plusieurs heures à l'hôpital.

AfD 1.jpg

01/03/2020

Législatives en Slovaquie : les patriotes du SNS, qui gouvernaient avec les sociaux-démocrates, n'ont plus d'élus.

SNS Slovaquie.jpg

SME Rodina.jpg

Slovaquie. Lors des élections législatives de ce 29 février 2020, les trois partis constituant la coalition gouvernementale sortante (sociaux-démocrates du Smer, patriotes du SNS et Most-Hid) reculent très fortement.

Les patriotes du SNS passent de 6,64 % à 3,16 % et n’ont plus d’élus.

SME Rodina obtient 8,24 %, soit + 1,61 point. Le parti obtient 17 sièges sur 150 (soit +6).

(Le parti ultranationaliste L’SNS se maintient à environ 8 %.)

(https://volbysr.sk/en/data02p.html)

Le parti anti-corruption OLaNO est vainqueur :

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/01/s...

Slovaquie.jpg

29/02/2020

Italie : Frères d’Italie continue à grignoter la Ligue.

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie. Un sondage Monitor Italia montre que Frères d’Italie continue à grignoter la Ligue.

Italie 1.jpeg

Ligue : patriotes

Parti Démocratique : centre-gauche

M5S : anti-système

Frères d'Italie : patriotes

Forza Italia : conservateurs

Italia Viva : centre / centre-gauche

28/02/2020

Thuringe : la CDU ne votera pas pour le post-communiste Bodo Ramelow.

Allemagne. Le dirigeant démissionnaire - du parti et du groupe des élus - de la CDU de Thuringe Mike Mohring déclare à la télévision que la CDU fédérale, la CDU de Thuringe et le groupe des élus CDU au Parlement de Thuringe ont confirmé dernièrement ne pas vouloir voter pour le post-communiste Bodo Ramelow lors de l’élection du ministre-président de Thuringe.

Il ajoute que le post-communiste Bodo Ramelow se présente au scrutin sans majorité et que si l’AfD vote pour lui, celui-ci devra refuser sa propre élection car le libéral FDP Thomas Kemmerich a été contraint de quitter cette fonction pour cette raison.

Mike Mohring.png

Mike Mohring

(http://eurolibertes.com/politique/parti-dangela-merkel-cd...)

Conte-Macron : "Que les frontières restent ouvertes."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

RN.png

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus fait toujours les titres des médias transalpins. La presse  relève notamment la progression du nombre des guérisons par rapport au nombre des nouveaux infectés ainsi que la polémique entre experts sur une possible surestimation des nombres de cas confirmés : « Virus, le nombre des guéris en croissance » - ‘’Milan rouvre son Duomo’’ (Corriere della Sera), « La semaine qui nous a changé » - ‘’Villes dépeuplées, touristes disparus, la grande peur depuis vendredi dernier’’ (La Repubblica), « Virus, polémique entre les experts » - ‘’ Trop de tests selon un membre de l’OMS’’ (La Stampa), « Le virus effraie les bourses » (Sole 24 Ore), « Plus de guéris, le virus a modifié en Italie » (Il Messaggero), « Campanie, pas de cas de coronavirus » (Il Mattino), « Conte isolé, le Nord rouvre » (Il Giornale).

COMMENTAIRE, La Stampa, M. Sorgi : « Les deux Matteo faibles et isolés dans la recherche du coup de bélier » : « Salvini et Renzi isolés et le ‘’ gouvernement d’urgence ‘’ anti-crise dévoile immédiatement ses faiblesses. Matteo Salvini l’a proposé à nouveau, le même jour où il a rencontré le Président Mattarella au Quirinal, avec comme résultat celui d’entendre une série de « non ». Cela a commencé à partir du « non » ultra-convaincu de Giorgia Meloni. Le sens des responsabilités qui a conduit l’opposition de droite à voter pour le premier décret du gouvernement sur l’urgence du coronavirus est une chose. C’est autre chose que de devoir partager la responsabilité de diriger un pays dans une phase très difficile de récession, avec la flexibilité à négocier avec la Commission et l’opinion publique dans un nuage de panique généré par le coronavirus. A la solitude de Salvini s’ajoute celle de Renzi, lui aussi partisan d’un gouvernement avec une majorité élargie et avec un autre président du Conseil. Le PD, le M5S et LEU, partis de la majorité actuelle, se sont prononcés contre cette hypothèse pour réagir contre leader de la Ligue mais, en réalité, en s’adressant au leader d’Italia Viva. Ils ont souligné qu’il vaut mieux avoir une majorité faible, en essayant éventuellement de la renforcer avec les « responsables », qu’une majorité élargie qui se dispute toujours sur les différentes mesures à adopter ».

ARTICLE, La Stampa : « Di Maio : pays sûr. Mais treize Etats ferment les frontières » : « L’impopularité de l’Italie est en train de se répandre aussi rapidement que la contagion du coronavirus. Luigi Di Maio, ministre des Affaires Etrangères, s'est inquiété lors d’une conférence devant la presse étrangère à Rome des effets de la crise sur l'économie et le tourisme, appelant les touristes à revenir. Le chef de la diplomatie italienne a souligné que sur plus de 7.000 municipalités en Italie, un peu plus d'une dizaine sont concernées par l’épidémie, c’est-à-dire 0,1 % du territoire. Di Maio a ajouté que l'Italie est un pays "fiable et transparent" et qu'elle ne doit pas être pénalisée "parce qu’elle fait plus de contrôles". Une mauvaise information est plus dangereuse que le virus, a t-il affirmé. Luigi Di Maio a donc appelé les touristes à revenir mais, entretemps, treize Etats ont fermé les frontières pour les voyageurs et les touristes provenant d’Italie, accusés de répandre la contagion, humiliés et refoulés ».

ARTICLE Corriere della Sera M. Galluzzo « Conte-Macron, pacte de Naples ‘’ Que les frontières restent ouvertes’’ » : « C’est le sommet de la paix diplomatique, de « la relance de la coopération entre deux pays », d’une entente stratégique dans le secteur de la migration, de la coopération industrielle et scientifique, mais c’est aussi le sommet qui refroidit les tensions sur le coronavirus. « Les frontières restent ouvertes » est le message des deux leaders. Pour Conte, ‘’ce serait un préjudice économique irréversible’’ tandis que Macron ironise sur la demande de fermeture de M. Le Pen ‘’il semblerait que le virus ne s’arrête pas à la frontière. C’est une urgence qui nous concerne tous et qui mérite une réponse européenne, à commencer par davantage de flexibilité’’. Pour contrer le virus, Conte et Macron ont mis noir sur blanc ces mots dans la déclaration finale du sommet qui a vu la participation de 11 ministres par pays et qui s’est terminé avec le dîner avec le Président Mattarella. L’appel est aussi celui d’un retour à la normalité. C’est pourquoi Conte et Macron ont voulu faire, avant le sommet, une visite culturelle au Théâtre San Ferdinando, où Eduardo De Filippo, acteur cher au président français, jouait ses pièces. De ce sommet qui ‘’représente un saut de qualité’’ selon Conte, c’est aussi le Traité du Quirinal qui voit son coup d’envoi pour renforcer la coopération dans de différents domaines ».

ARTICLE La Repubblica C. Sannino « A Naples, Macron vient en secours de Conte ‘’inutile de fermer les frontières’’ » : « La paix et les accords économiques sont officiellement conclus. Les frontières restent ouvertes et Paris est d’accord avec nous. Emmanuel Macron arrive à Naples et soutient Conte sur le coronavirus après la promenade entre les lieux symboliques de la ville. Le 35e sommet bilatéral entre l’Italie et la France tombe en plein covid-19 et c’est le premier après la grave crise de février 2019, quand l’Elysée décida de retirer son ambassadeur. Cette réunion marque aussi le renforcement de l’axe Rome-Paris sur le domaine politique et politique (‘’l’excellent état de nos rapports qui voit un échange à hauteur de 86 milliards d’euros’’). C’est aussi le travail des « sages » entre Rome et Paris qui reprend et qui devrait se conclure avec la signature du Traité du Quirinal d’ici la fin de 2020, rappellent les deux leaders. Derrières les coulisses, Macron et ses ministres font l’éloge lors du dîner avec leurs collègues italiens de ‘’l’expérience de Rome grâce à laquelle une voie claire a été tracée : isoler les cas, contrôler avec transparence mais en réfléchissant sur la communication’’ ».

ARTICLE Il Messaggero E. Pucci « frontières ouvertes et Fincantieri, nouveau pacte Italie-France » : « Naples. Un pacte anti-Salvini et anti-Le Pen, un rempart contre les populismes et, en même temps, un axe pour faire en sorte que l’Europe puisse octroyer plus de flexibilité et puisse changer de cap sur le budget communautaire, sur l’union bancaire et sur la gestion de l’immigration qui doit être ‘’structurelle et par d’urgence’’. A Naples, le Président du Conseil G. Conte et le Président français signent une alliance pour freiner, dans leur pays respectifs, ceux qui soufflent sur les braises du souverainisme. Et contrairement à d’autres pays, la France comprend que face au coronavirus nous sommes tous dans la même situation. Et qu’il faut bien se préparer ensemble, pour demander par exemple à Bruxelles de la flexibilité, des mesures extraordinaires. C’est surtout la confiance retrouvée entre les deux pays qui marque cette journée, après les incompréhensions de l’année passée ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

27/02/2020

À Hambourg, l’AfD s’est concentrée sur ses électeurs habituels.

AfD.jpg

Allemagne. Lors du scrutin de ce 23 février 2020 pour le Parlement de Hambourg, l’AfD a, à peu près exactement, capté les mêmes électeurs que lors du scrutin précédent. L’AfD a reculé en %, car la participation a augmenté, passant de 56,5 à 63,2 %, parce que les partis de gauche ont mobilisé en jouant sur l’attaque de Hanau.

L’AfD s’est concentrée lors de sa campagne sur ses électeurs de base, après avoir analysé les résultats précédents, au niveau des quartiers et des bureaux de vote.

Le conservateur Janez Jansa désigné Premier-ministre en Slovénie.

Slovénie. Le conservateur anti-migrants Janez Jansa devient Premier-ministre :

https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/le-conservate...

Slovénie 1.jpg

Un individu acquitté pour ses propos envers Sawsan Chebli.

Allemagne. Un tribunal berlinois a acquitté un individu qui avait qualifié sur Internet, au sein d’une vidéo, la Secrétaire d’État sociale-démocrate de l’État de Berlin Sawsan Chebli (SPD) d’« étrangère de quota du SPD » et de « poupée islamique parlante. ». La juridiction a estimé que ces propos relèvent de la liberté d’expression.

Sawsan Chebli.png

Sawsan Chebli

UDC : la Suisse doit provisoirement renoncer à accueillir des requérants d'asile d'Italie.

UDC.jpg

Suisse. Communiqué de l’UDC, premier parti de Suisse :

L'UDC Suisse critique la décision des autorités italiennes de ne plus réadmettre des requérants d'asile d'autres pays européens sous le prétexte du coronavirus. En raison du nombre croissant de malades et de morts en Italie, l'UDC invite la Confédération à refuser l'entrée aux requérants d'asile en provenance de sa voisine du sud.

En Italie, le nombre de personnes infectées par le coronavirus a dépassé le chiffre de 300. En outre, 12 personnes contaminées sont décédées entre-temps. On a néanmoins du mal à comprendre pourquoi l'Italie se sert de ce prétexte pour stopper les réadmissions de requérants d'asile qui ont passé en Suisse. Il serait en revanche raisonnable que la Suisse refuse jusqu'à nouvel avis l'entrée aux requérants d'asile en provenance d'Italie en raison de la forte propagation du virus dans ce pays. L'UDC Suisse invite donc le Secrétariat d'Etat aux migrations de prendre des mesures dans ce sens.

"Salvini lance maintenant des signaux pour un gouvernement d’urgence."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Le coronavirus fait toujours les gros titres des médias transalpins. La presse relève notamment la modification de la communication du gouvernement qui tente désormais d'éviter tout alarmisme pour ne pas porter préjudice à l'économie et à l'activité touristique du pays. Les médias soulignent également  que le leader de la ligue,  M. Salvini, aurait demandé un entretien à S. Mattarella pour lui proposer de former un "gouvernement d'urgence" : « L’OMS : l’Italie fait bien son travail, stop à la panique » - ‘’Milan rouvre ses clubs et bars’’ (Corriere della Sera), « Le Maire Sala : ‘’rouvrons Milan’’ » (La Repubblica), « Hypothèse d’un gouvernement d’urgence pour contrer le virus » - ‘’Salvini demande un entretien avec Mattarella’’ (La Stampa), « Tourisme et entreprises en berne » (Sole 24 Ore), « Virus, des indemnités et des aides au tourisme » (Il Messaggero), « Virus en Campanie, les écoles fermées »-‘’Pour ‘’Pour désinfestation après deux cas positifs’’(Il Mattino).

ARTICLE, La Stampa : « Les touristes annulent les réservations, cinémas et théâtres en pleine crise » : «L’économie italienne risque de sombrer dans la récession et des milliers de touristes ont annulé leurs voyages en Italie. 90 % d’annulations à Rome jusqu’en mars et 60 % jusqu’en juin. Face au développement de l'épidémie de coronavirus, les touristes ont donc décidé de ne pas se rendre dans notre pays, même le tourisme religieux est en berne, avec beaucoup d’annulations et les excursions scolaires ont été annulées à 100 %. En pleine crise aussi les secteurs de cinémas et de théâtres. Le président national d’Assoviaggi, Gianni Rebecchi, a déclaré que la situation pour le tourisme est pire que celle qui a suivi l’attentat des Tours Jumelles et du Bataclan  ».

 ARTICLE, Corriere della Sera, G. Rossi : « La collaboratrice du président Fontana positive au test du coronavirus. Le président de la Région Lombardie en isolement » : « A partir d’aujourd’hui, le président de la Région Lombardie, Attilio Fontana, se place à l’isolement parce qu’une de ses plus proches collaboratrices, qui avait participé à toutes les conférences de presse de la Région, a été positive au test du coronavirus. Le président Fontana, négatif au test, avec le masque, a déclaré qu’il ne faut pas avoir peur mais qu’il se placera à l’auto-isolement pour deux semaines pour éviter au maximum les contacts avec les autres personnes. Il a aussi souligné qu’il s’agit tout simplement d’une précaution à l’égard de ceux qui travaillent avec lui ».

RETROSCENA (Coulisses), La Stampa : « Salvini lance maintenant des signaux pour un gouvernement d’urgence » : « Il n’est pas encore né et probablement il ne naîtra jamais, mais il a déjà un nom qui le résume bien : « gouvernement de Santé publique ». Si l’Italie reste le pays le plus touché par le coronavirus, dans les 15 prochains jours, et avec le spectre de la récession de plus en plus proche, la possibilité de la chute naturelle du gouvernement Conte pourrait devenir plus concrète avec la naissance simultanée d’un gouvernement d’unité nationale. Un exécutif donc, pour sauver l’Italie de l’urgence sanitaire et économique. A ce propos le leader de la Ligue, Matteo Salvini, aurait demandé hier un entretien à Sergio Mattarella pour lui proposer de former un "gouvernement d'urgence", dans un esprit constructif et de collaboration pour faire face à cette situation. Cette hypothèse plaît aussi à Matteo Renzi, leader d’Italia Viva. Le Quirinal a communiqué que le Président de la République décidera aujourd’hui ».

COMMENTAIRE ARTICLE, Sole 24 Ore « L’exécutif institutionnel de Giorgetti fait surface » : « Giancarlo Giorgetti (Ligue) voit sa proposition d’un gouvernement institutionnel poussée par un événement que personne ne pouvait prévoir mais qui peut agir comme un détonateur. L’alliance alerte sanitaire et récession, ajoutée au fait que les partis de majorité sont minoritaires dans le pays et notamment dans les régions du Nord, représente un ensemble révélant une certaine fragilité. La nouveauté, c’est le fait que M. Salvini a cessé de jouer son disque rayé des « élections tout de suite » et a demandé un entretien avec le chef de l’Etat Mattarella en anticipant sa ‘’disponibilité à un gouvernement à temps déterminé à condition d’avoir une date certaine pour les élections’’. La réalisation d’une telle hypothèse est liée à beaucoup d'éléments qui devront se réaliser et tout dépendra de la situation économique. A la buvette de la Chambre, Giorgetti expliquait ‘’d’ici peu, les classes productives du Nord se rebelleront et ouvriront malgré les interdictions’’ et il n’y avait pas que les hommes de la Ligue qui étaient en train de l’écouter ». 

Giancarlo Giorgetti.jpg

Giancarlo Giorgetti

RN.png

ARTICLE Il Mattino V. Di Giacomo « Libye, économie et environnement au sommet Conte-Macron » : « Migrants, Libye, environnement et rapports économico-industriels : voici les thèmes qui seront sur la table de ce qui est déjà rebaptisé le «pacte de Naples ». Pour une journée, il y aura en ville non seulement le Président de la République Macron, mais aussi le Président Mattarella, le Président Conte et une délégation de 12 ministres. La réunion bilatérale portera nécessairement sur le coronavirus, qui avait remis en cause, pendant un temps, la tenue même de la réunion. Ce n'est que mardi soir qu'elle a été confirmée. Dans un moment aussi compliqué pour le Palais Chigi, il est fondamental d'avoir du soutien de la part des partenaires européens et de ne pas donner la sensation d'être isolé. Macron a décidé de venir, fait remarquer l'entourage de Di Maio, notant que M. Salvini n’a pas trouvé les mêmes soutiens de la part de son alliée M. Le Pen qu'il n'a même pas rencontré. En pratique, avant même les premières conclusions du sommet, le fait que la réunion ait lieu est déjà un succès. Pendant ces dernières semaines, le titulaire de la Farnesina a voulu enterrer la hache de guerre qui, il y a un an, avait provoqué la rupture des relations entre l'Italie et la France et le rappel de l'ambassadeur français. C'était en février dernier lorsque le vice-président du conseil de l'époque avait rencontré des gilets jaunes. Seule l'opération de patience du Président Mattarella avait réussi à rattraper la situation. Aujourd'hui, Di Maio cherchera à relancer les relations diplomatiques mais aussi les relations personnelles. Le point de départ de la relance sera le traité du Quirinal dont il est discuté depuis quelques temps maintenant ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

26/02/2020

Mercredi des Cendres du FPÖ.

FPÖ.jpg

Autriche. Le FPÖ a tenu son traditionnel mercredi des Cendres politique à Ried im Innkreis.

FPÖ 2.png

HC Strache est de retour.

DAÖ 3.jpg

Autriche. L’ancien président du FPÖ Heinz-Christian Strache a pris part, en tant qu’orateur, ce mercredi 26 février 2020 au mercredi des Cendres politique de la DAÖ à Vienne. Il a déclaré vouloir se présenter aux élections pour le Conseil municipal / Parlement de Vienne.

Strache a eu un accident de ski et a été, en conséquence, opéré au genoux. Il a tenu son discours en étant assis.

Thilo Sarrazin à propos de la Thuringe.

Allemagne. L’écrivain Thilo Sarrazin estime que la mise au pas de la CDU et du FDP de Thuringe par leur direction fédérale respective cause un dommage de longue durée à ces deux partis dans l’Est de l’Allemagne.

Il ajoute que le retrait de la dauphine d’Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, en est la conséquence, mais que si la CDU ne change pas fondamentalement sa politique, son successeur à la tête du parti n’aura d’autre choix que de commenter la chute du parti.

[CDU : démocrates-chrétiens, FDP : libéraux]

(https://www.bvoltaire.fr/lecrivain-social-democrate-thilo...)

Sarrazin 1.jpg

Thilo Sarrazin

Hongrie : un candidat du Jobbik, soutenu par les autres partis d’opposition, bat le candidat indépendant soutenu par le Fidesz.

Jobbik.jpg

Fidesz.png

Mi Hazank.jpg

Hongrie. Le candidat de l’opposition unie (Jobbik, Coalition démocratique, LMP, MSZP, Momentum et Párbeszéd) Gergely Kálló (Jobbik) a battu, avec plus de 56 %, le candidat indépendant soutenu par le Fidesz Tibor Molnár, qui obtient près de 38 %, lors de l’élection parlementaire partielle qui s’est tenue le dimanche 16 février 2020 au sein du district 4 du comté de Fejér, qui se situe à et autour de Dunaújváros.

János Árgyelán, le candidat du parti nationaliste Mi Hazánk (Mouvement Notre patrie) obtient 2,23 % avec 431 voix. [Ce parti est dirigé par László Toroczkai.]

Ce scrutin a eu lieu à la suite du fait que, le député sortant, Tamás Pintér du Jobbik, a été élu maire lors des élections municipales d’octobre 2019.

Gergely Kálló.jpg

Gergely Kálló