Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2019

Jörg Meuten est réélu co-président de l’AfD et Tino Chrupalla est élu co-président de l’AfD.

AfD.jpg

Allemagne. Jörg Meuten est réélu co-président de l’AfD et Tino Chrupalla est élu co-président de l’AfD lors du congrès du parti, ce 30 novembre 2019, à Brunswick.

AfD 1.png

"Bienvenue. Dixième congrès fédéral de l'Alternative pour l'Allemagne."

Jörg Meuten.png

Jörg Meuten

Tino Chrupalla.png

Tino Chrupalla

Le FPÖ de Vienne en campagne.

FPÖ.jpg

Autriche. État de Vienne. Le FPÖ est en campagne pour les élections pour le Parlement de l'État de Vienne de 2020.

FPÖ 1.jpg

"Vienne n'a pas besoin d'immigration ! Lorsqu'il en va de notre mode de vie, il y a seulement une force en laquelle on peut avoir confiance. FPÖ. Le parti des Viennois. Dominik Nepp."

29/11/2019

Traditionnelle rencontre du Nouvel An du FPÖ le 11 janvier 2020.

FPÖ.jpg

Autriche. Le  FPÖ organise sa rencontre du Nouvel An 2020 le 11 janvier 2020. Cet événement se déroulera à Oberwart, au Burgenland. [Les élections pour le Parlement du Burgenland ont lieu le 26 janvier 2020.]

FPÖ 1.jpg

"Le chef de file des élus FPÖ à la Chambre des députés Herbert Kickl, le président du parti et Troisième président de la Chambre des députés Norbert Hofer et le vice-gouverneur FPÖ du Burgenland Johann Tschürtz."

"L’affrontement sur le MES a atteint des niveaux jamais vus. / Di Maio et Di Battista replacent le M5S à droite."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg 

Italie. Revue de presse.

La réforme du Mécanisme de sauvetage européen (MES) fait toujours les gros titres des médias transalpins. La presse relève notamment l’opposition ferme de M. Salvini (Ligue), menaçant de porter plainte contre le Président du Conseil qui serait, selon lui, responsable d’une « norme nuisible aux intérêts des Italiens » et fait appel au Président de la République, S. Mattarela. Pour sa part, G. Conte rappelle la participation de la Ligue à l’époque des négociations : « UE, Conte dénonce Salvini » - ‘’Le Président du Conseil se prononcera à la Chambre lundi’’ (Corriere della Sera), « Di  Maio-Salvini, le retour de flamme » - ‘’Le chef du M5S mobilise les siens contre le MES’’ (La Repubblica), « Salvini traite Conte de menteur et sollicite l’intervention du Quirinal » (La Stampa), « Le Gouvernement : ‘’ Le MES doit être modifié’’ » - ‘’Conte et le Trésor font pression sur l’UE pour des modifications’’ (Il Messaggero), «  Le gouvernement s’adresse à l’Europe pour modifier le MES » (Il Mattino).

ARTICLE, Corriere della Sera, A. Trocino : « Salvini intensifie son jeu sur Conte. Le président du Conseil : ‘’ Maintenant ça suffit, je porte plainte ‘’ » : « Matteo Salvini continue d’attaquer le président du Conseil Giuseppe Conte sur la réforme du Mécanisme de sauvetage européen (MES) menaçant de porter plainte parce qu’il serait, selon lui, responsable d’une « norme nuisible aux intérêts des Italiens » et il a fait appel au Président de la République, S. Mattarella, en traitant Conte de menteur et en sollicitant l’intervention du Quirinal. Giuseppe Conte, pour sa part, a rappelé que la Ligue avait participé aux négociations de cette réforme et il a répondu que c’est une calomnie et qu’il va porter plainte contre Salvini ».

COMMENTAIRE Sole 24 Ore L. Palmerini « Compétition à droite, fin du tournant modéré de Salvini » : « Au vu de la journée d’hier, le tournant modéré de Salvini a fini par faire marche arrière. Dans la bataille sur le MES, il a voulu impliquer le Chef de l’Etat en lui rappelant son rôle de garant de la Constitution, comme si Mattarella n’était pas en train d’exercer ses fonctions dans la défense des intérêts de la nation. Bref, il a ôté son costume institutionnel pour remettre ses vestes polaires. Cela s’explique d’abord par le fait que Fratelli d’Italia est en train d’éroder les voix de la Ligue, avec des batailles et des langages que le ‘’Capitaine’’ avait délaissés pour suivre la ligne responsable de Giorgetti (selon ce dernier, Salvini devrait profiter de cette période d’opposition pour gagner en crédibilité internationale et européenne). Par ailleurs, c’est grâce au placet de Washington et de Berlin à barrer la voie à un gouvernement entièrement souverainiste (et prorusse) que le Conte II a pu naitre. Ensuite, l’autre raison est la tentative de Salvini de creuser l’écart entre les ‘’européistes’’ et les ‘’souverainistes’’ du M5S. Mais Salvini a eu le tort d’attaquer trop durement le Président du Conseil, sur lequel le M5S pourrait serrer les rangs ».

EDITORIAL, Foglio, C. Cerasa, « Du Mes aux alliés : il est impossible de faire confiance à Salvini. Sa modération n’était qu’une fake news » : « Le masque d’un Salvini modéré tombe chaque fois qu’il faut faire les comptes avec l’Europe. La Ligue, en votant il y a deux jours contre U. von der Leyen a montré de manière transparente qui sont ses alliés européens et s’est retrouvée du pire côté de la barricade du continent, avec des types qui font partie de son groupe parlementaire européen (identité et démocratie) et de celui de l’extrême gauche (Gue/Ngl). Et s’il y avait encore un doute, il suffit de noter que le 2 décembre, à Anvers, Salvini sera invité d’honneur d’une journée européenne organsiée par le groupe ‘’identité et démocratie’’ avec tous les nationalistes européens. Hier, il a défini l’accord sur le Mes ‘’un attentat à la souveraineté nationale’’, et a accusé Conte d’avoir commis ‘’un acte gravissime, un attentat contre le peuple italien’’, qu’il ne se souvient pas avoir commis quand le vice-président du Conseil de Conte s’appelait Salvini. »

COMMENTAIRE La Stampa M. Sorgi « La Ligue et le M5S, si loin, si proches » : « L’affrontement sur le MES a atteint des niveaux jamais vus. Salvini accuse Conte d’avoir bouclé l’accord sur le fonds de sauvetage à Bruxelles sans avoir eu aucun mandat du Parlement. Depuis l’étranger, Conte menace de porter plainte. Comme toujours, il y a beaucoup de propagande dans ce qu’affirment les leaders de la Ligue et de Fratelli d’Italia, qui tentent d’exploiter la délicate ligne droite d’une décision européenne désormais mûre. Quant à Di Maio, il se garde bien d’exprimer sa solidarité envers le Président du Conseil et laisse comprendre que le M5S a lui aussi ses réserves sur le MES. Même s’il croit qu’une énième réunion de majorité pourra faire lumière. Mais en faisant ainsi, Di Maio épaule plutôt son ancien allié Salvini et la position souverainiste de Fratelli d’Italia que la majorité dont il fait partie. Zingaretti, qui s’était leurré suite aux promesses de Grillo, est en train de faire la liste des bémols et la coupe est pleine ».

COMMENTAIRE La Repubblica M. Giannini « Un défi qui demande du sérieux » : « G. Conte et G. Tria s’étaient battus contre l’automatisme du MES et avaient reporté leur bataille, comme l’ont confirmé Moscovici et Scholz. Alors, était-il opportun d’accuser Conte et d’impliquer le Chef de l’Etat dans la querelle, comme l’ont fait Salvini et ses troupes ? Non. Et cela pour deux raisons. D’abord pour une question de décence : sur le MES, Tria en a parlé en Conseil des ministres et aux Chambres. Le ‘’Capitaine mitraillette’’ ne pouvait ne pas savoir. Soit il est ignorant, soit il ment. Ensuite, pour une question d’intelligence. Poser le véto italien sur la réforme du MES aurait des conséquences en termes d’isolement diplomatique. C’est la crédibilité et la stabilité du pays qui sont en jeu. Cela concerne aussi Di Maio. Si cela devenait un prétexte pour mettre Conte en échec, ce serait alors la grande arnaque du populisme moderne : nuire au peuple au nom du peuple  ».

ARTICLE La Repubblica A. Cuzzocrea « Guerre contre Conte et le PD, Di Maio et Di Battista replacent le M5S à droite » : « Le non aux alliances régionales, la fronde sur le MES et l’usine Ilva, enfin la protection des eurodéputés qui ont voté contre Ursula : la stratégie des deux leaders est de ne pas laisser le souverainisme dans les mains de la Ligue. Chaque déplacement est décidé et évalué ensemble. Le chef du Mouvement et l’ancien député ont des contacts réguliers et se trouvent d’accord sur plusieurs fronts. Le paradoxe : le leader s’est désormais mis du côté des rebelles. De plus, les 4 eurodéputés du Mouvement qui n’ont pas voté pour la Commissaire von der Leyen, (dont un, Carrao, est un proche de Di Battista) n’ont reçu aucun reproche officiel. De fait, Di Maio est en train de remettre le M5S sur l’axe souverainiste. Ou du moins loin des positions du PD et du Président du Conseil Conte. Et Grillo ? La réponse d’un des ténors a été ‘’mais vous croyez vraiment que Grillo puisse placer Di Maio sous tutelle ?’’. La réponse est non. Plus personne n’y croit. Le PD non plus ».

ENTRETIEN, La Stampa, de Matteo Salvini, chef de la Ligue et ancien Ministre de l’Intérieur : « Conte raconte des mensonges. Avec le Mes l’argent des italiens est à risque » : « ‘’La réforme mettrait dans les mains d’un organisme privé la possibilité de décider comment distribuer l’argent. Et je vous assure qu’avec ces paramètres en Italie nous en verrions très peu ‘’. ‘’C’est surtout les banques allemandes, qui sont plus en crise que les nôtres, qui seront à l’abri. ‘’. ‘’ Ce traité augmente notre dette publique ‘’. ‘’Si Mattarella appose sa signature sur le traité ce serait une cession de souveraineté nationale non équilibrée, nous sommes très intéressés à connaitre l’avis du Président. ‘’. Q : ‘’Conte veut vous citer en justice et vous aussi ‘’ : ‘’ La voie de la justice est la dernière que je veux parcourir. Je préfère que ce soient les citoyens, à travers le vote, qui expriment leur jugement sur la façon dont ils sont gouvernés. ‘’ ‘’ Di Maio a toujours été de notre avis. Il disait exactement les mêmes choses que je dis maintenant, avec les mêmes mots et contenus. ‘’Je ne connais pas et je ne veux pas parler de l’enquête Open. Je veux battre Renzi politiquement, et non par le biais des magistrats. ‘’ ‘’L’alliance de centre droit est en train de gagner partout. Nous gagnerons aussi en Emilie-Romagne et en Calabre. ‘’ ‘’ Avec les Chinois il faut entretenir des relations mais sans jamais oublier la sûreté nationale. Il ne s’agit pas d’une démocratie. En Russie, on vote. Il y a des journaux et des juges. C’est différent. ‘’ »

ENTRETIEN, Sole 24 Ore, de Giorgia Meloni, secrétaire de Fratelli D’Italia « Cessons de verser de l’argent au revenu de citoyenneté et soutenons les entreprises et les investissements » : « ‘’Nous proposons d’utiliser les dix milliards d’euros destinés au revenu de citoyenneté pour relancer les investissements productifs et d’infrastructures. Entretemps, nous attendons que Conte vienne nous dire la vérité sur le MES, car c’est de cela que notre avenir dépend et seul le Parlement est légitimé pour ce genre de choix, sinon ce serait une haute trahison’’ ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Silvio Berlusconi, président de Forza Italia : « ‘’ Une fois au gouvernement avec la Ligue, nous éviterons l’isolement dans l’UE ’’ » : « ‘‘ Si le gouvernement devait tomber la seule voie serait le retour aux élections et je ne crois pas que Giorgetti voulait proposer d’autres solutions de majorité. Nous sommes profondément alternatifs aux gauches, de celle de Renzi et de Di Maio à celle de Zingaretti. Si le centre-droit remportait les élections, une fois au gouvernement avec la Ligue nous aurons, en tant que membres influents du PPE, la plus grande famille politique européenne, un rôle fondamental pour éviter l’isolement de notre pays. Penser à l’entrée de la Ligue dans le PPE relève de l’imagination, je crois qu’elle n’est pas du tout intéressée. Je ne suis pas satisfait des dimensions actuelles de FI, qui sont le résultat de beaucoup d’inventions judiciaires et nous devons beaucoup travailler pour récupérer les électeurs déçus ‘’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

28/11/2019

Autriche : les sociaux-démocrates donnés à un plus bas historique.

FPÖ.jpg 

Autriche. Un sondage Research Affairs Institut pour le quotidien Österreich donne les sociaux-chrétiens / conservateurs de l’ÖVP à 38 %, les sociaux-démocrates du SPÖ à 18 % – soit un plus bas historique –, les écologistes à 16 %, les patriotes du FPÖ à 14 % et les libéraux de Neos à 10 %.

Giorgia Meloni sera à Bruxelles le 9 décembre 2019 afin de s’opposer à la réforme du MES.

FI-AN.jpg 

Italie et Union Européenne. Frères d’Italie et sa dirigeante Giorgia Meloni seront à Bruxelles le 9 décembre 2019 afin de s’opposer à la réforme du MES (Mécanisme de sauvetage européen). 

Fdi 1.png

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2019/11/28/tru...)

Jimmie Åkesson désire une politique restrictive en matière d'immigration.

DS.jpg

Suède. Le dirigeant des Démocrates suédois Jimmie Åkesson désire voir réduite au maximum l’immigration de regroupement familial et de demande d’asile et voir le nombre de migrants qui quittent la Suède être supérieur au nombre de ceux qui arrivent. De plus, il estime que les étrangers doivent s’adapter à la Suède.

Voyage d'élus AfD en Syrie.

AfD.jpg

Allemagne et Syrie. Un groupe d‘élus de l’AfD s’est rendu en Syrie et a visité divers endroits du pays. Ce groupe estime que les sanctions occidentales sont contre-productives car elles touchent avant tout le peuple et empêchent la reconstruction du pays. L’AfD loue l'intervention russe, demande la reprise des relations diplomatiques avec la Syrie et la possibilité pour les entreprises allemandes d’être actives dans ce pays, ainsi que le retour vers leur pays d’origine des réfugiés syriens vivant en Allemagne.

AfD 1.jpg

Steffen Kotré (AfD) expose la situation en Syrie à la presse allemande

"Trump mise maintenant sur Meloni."

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg 

Italie. Revue de presse.

Le débat sur la réforme du mécanisme de sauvetage européen (MES) fait les gros titres des médias transalpins. La presse écrite reporte notamment les tensions entre la majorité et l’opposition, malgré l’intervention du ministre de l’Economie R. Gualtieri à la Chambre pour en expliquer les contenus. M. Salvini (Ligue) et G. Meloni (FdI) déplorent une entente ‘’nuisible pour les épargnants italiens’’ : « Dispute sur le fonds sauve-Etats » - ‘’Gualtieri défend l’entente avec l’Europe. Tension à la chambre’’ (Corriere della Sera), « Dispute sur la dette, hypothèse d’un report » - ‘’Ligue et FdI s’insurgent contre une entente ‘’non modifiable’’ (Il Messaggero), « Rixe sur le fonds de sauvetage » (Il Mattino).

L’investiture de la nouvelle Commission Européenne est aussi reprise en Une avec une large couverture photographique. Dans l’ensemble, les observateurs notent « les divisions au sein du M5S » qui a voté en ordre dispersé (Repubblica). Quant au discours de la nouvelle Présidente de la Commission, certains observateurs y voient « un message clair adressé à la Chine et aux Etats-Unis » (Repubblica). Selon le quotidien du Patronat italien, U. Von der Leyen sera amenée à privilégier un système de ‘’Grosse Koalition’’ (Sole 24 Ore) : « Von der Leyen : l’Europe sera verte » (La Repubblica), « Commission européenne, mainmise allemande dans l’équipe d’Ursula » (La Stampa), « L’Europe repart avec une large majorité » (Avvenire).

Le débat sur la réforme du Mécanisme de sauvetage européen (MES) et le vote de confiance sur la nouvelle Commission Européenne font l’ouverture des journaux télévisés.

ARTICLE La Repubblica A. Cuzzocrea « Gualtieri défend le MES et la droite se déchaine. Rixe à la Chambre » : « A un moment donné, les hurlements sont devenus si forts que les huissiers se sont précipités dans l’hémicycle. Le secrétaire de la Chambre de la Ligue Marzio Liuni avance, le doigt pointé contre Roberto Fico, menaçant. On l’arrête. Son collègue Daniel Belotti descend rapidement les marches et casse une chaise devant le banc des sténographes. Il insulte les députés démocrates. Depuis les bancs, s’élèvent les hurlements de Giorgetti, Risi et Molteni. Puis un autre député se précipite vers un collègue de Forza Italia l’accusant de filmer la scène. Mulè s’interpose pour expliquer que le portable était utilisé pour un appel, téléphonique : il s’en sort avec un poignet foulé. Fico suspend la session. Voilà comment s’est terminée hier la discussion sur le MES à la Chambre après que le député démocrate De Luca avait rappelé que les négociations avaient été faite par le précédent gouvernement M5S-Ligue ».

COULISSES Il Messaggero, M. Conti « L’axe Conte-Di Maio est de retour. Sur le MES, le M5S vise un report au sein de l’UE » : « Le dernier problème arrive de Strasbourg où le groupe M5S s’est divisé, et quatre des quatorze députés européens n’ont pas voté pour la Commission von der Leyen. Décisifs pour faire passer, il y a quatre mois, la candidature allemande, soutenue par G. Conte. Inquiétants désormais pour Rome, étant donné cette attitude de ‘’mouvement permanent’’ qui agace terriblement le PD. Reste le fait que Di Maio a immédiatement ‘’couvert’’ les dissidents, annonçant qu’il n’y aurait pas de procédure contre eux et qu’il en avait été informé. »

RETROSCENA (Coulisses), La Stampa, I. Lombardo : « Pression souverainiste, Di Maio s’aligne sur le report du MES » : « Une forte tension entre la majorité et l’opposition sur la réforme du mécanisme de sauvetage européen (MES) a caractérisé le climat politique d’hier, malgré l’intervention du ministre de l’Economie Roberto Gualtieri à la Chambre pour en expliquer le contenu. Au Palais Chigi, Giuseppe Conte est convaincu que Luigi Di Maio n’a aucune intention de rejeter cette réforme que l’Italie devrait signer en décembre. Au contraire, Conte et Di Maio se sont parlés plus que d’habitude, ces jours-ci, pour trouver la solution afin d’éviter la chute du gouvernement. Mais des sources au M5S affirment que l’intention du leader politique serait, en réalité, de reporter la signature de l’accord. L’option du report, vue par Bruxelles, serait retentissante et elle ne pourrait être atténuée que si d’autres pays de l’UE  faisaient de même. Mais pour le moment, Di Maio a juste besoin de savoir que Gualtieri, même en défendant l’accord avec l’Europe, a assuré que la négociation n’avait pas encore été signée. Des mots qui confirment que le report de la signature est un scénario très probable ».

ARTICLE, Corriere della Sera, F. Verderami : « Combien de temps durera la législature ? » : « Chaque jour il y a un problème. Prêcher le bon sens avec les alliés grillini est désormais devenu un exercice quotidien pour le chef de délégation du PD, Franceschini. Il répète la nécessité d’être une équipe car ‘’quand un gouvernement est fort il peut se relever d’une glissade ‘’. Pour ouvrir une crise, un acte politique serait nécessaire, la décision d’un ou plusieurs partis de mettre formellement fin à l’expérience de gouvernement. Qui en prendra la responsabilité ? Le ministre Spadafora assure que Di Maio ne veut pas la tête de Conte ; il reconnaît que le ‘’moment est difficile mais qu’il est notre intention de continuer‘’. Demain les démocrates mettront au point un amendement pour bloquer la réforme de la prescription du Ministre Bonafede : sans un accord, une déflagration s’annonce. Le chaos semble être le seul fil conducteur. »

COMMENTAIRE La Repubblica S. Folli « L’affaire Renzi, un piège pour la coalition » : « Seul le temps nous dira qui a raison, les juges ou Matteo Renzi, au sujet des financements de la fondation Open. Et le scoop de L’Espresso sur l’achat d’une villa par Renzi ne fait que jeter de l’huile sur le feu. Toutefois, l’impression qui ressort est qu’un règlement de comptes est en cours. On comprend alors que Renzi est sorti du PD non pas par un acte de force (la création d’un nouveau parti) mais poussé par une fragilité croissante. Italia Viva est à 5% des intentions de vote, trop peu pour alimenter des ambitions auxquelles s’ajoutent des ombres judiciaires insistantes. L’affaire Renzi est un autre élément perturbateur qui témoigne du vacillement de la majorité. Et si un jour, début 2020, le gouvernement Conte devait tomber, personne n’en serait surpris ».

RETROSCENA (Coulisses), La Stampa, C. Bertini : « Le PD ne défend pas Renzi mais bloque Di Maio pour sauver le gouvernement » : « Aucun des anciens renziens, sauf Andrea Marcuccin’a défendu hier l’ancien secrétaire du PD Matteo Renzi. Certains ont même fait remarquer que le PD ne dit jamais un mot lorsqu’il y a une enquête judiciaire. Avec le PD muré dans un silence gêné et avec les Cinq Etoiles sur les barricades, (le ministre de la Justice Bonafede demande le respect pour les magistrats), cette enquête sur Open est un autre coffre qui n’aide pas le travail de Conte pendant la session budgétaire. L’une des craintes du PD au Sénat est qu’Italia Viva pourra maintenant demander davantage sur la loi de finances. Le gouvernement est encore plus affaibli en ce moment, bien qu’il y ait beaucoup d’autres facteurs qui peuvent créer une déchirure. Mais le véritable problème qui pourrait faire tomber le gouvernement est bloqué immédiatement par le PD : la commission d’enquête, demandée par Di Maio, pour clarifier la question des financements aux partis, ne sera pas votée par la majorité, parce que le PD veut protéger l’exécutif ».

ARTICLE, La Repubblica, C. Tito : « Salvini étant trop proche de Poutine, Trump mise maintenant sur Meloni » : « Donal Trump veut soutenir les partis souverainistes anti-UE mais qui sont également fidèles à l’Otan, en vue aussi d’une possible consultation électorale anticipée. Mardi 12 décembre, Giorgia Meloni, leader du parti Fratelli d’Italia, a été invitée à la résidence de l’ambassadeur américain Lewis Eisenberg. L’administration de Washington transmet au parti post-fasciste son appréciation et offre sa disponibilité à organiser un voyage aux Etats-Unis de Meloni début 2020. Cela pourrait même se traduire en un soutien fort à une future campagne électorale. Le placet américain peut aussi exercer un poids sur les équilibres futurs et redéfinir les rapports de la droite italienne jusque-là sous l’hégémonie de Matteo Salvini. La sympathie américaine pour Giorgia Meloni sera ainsi un facteur non négligeable dans les prochains mois »

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, A. Panebianco : « Les chutes en politique étrangère » : « Il existe une cohérence évidente entre l’orientation illibérale des mouvements européens néo-nationalistes d’aujourd’hui et leur choix de politique étrangère. Ces mouvements préfèrent entretenir des rapports avec les sociétés fermées, autoritaires et illibérales, avec lesquelles ils savent avoir plus d’affinité. Ils mettent donc en discussion les ancrages occidentaux traditionnels de leur pays. Si les positions anti-européennes et pro-Poutine de Salvini ne changeront pas, et si malgré cela, il remportait les prochaines élections, le pays aura des ennuis : nous payerons cher, économiquement et politiquement, ces choix. Le M5S n’est pas moins dangereux, en ce qui concerne les conséquences que représentent ses choix. Peut-être, parmi les erreurs de Zingaretti e Renzi, il y a eu aussi celle d’avoir laissé aux grillini le Ministère des Affaires Etrangères. Le rapport avec l’Europe n’est pas encore en sécurité, comme le prouve l’axe Salvini-Di Maio sur le MES. Si la Ligue a choisi la Russie, le M5S a choisi la Chine. Il faudrait aussi une discussion parlementaire sur la Libye. La semaine prochaine le Parlement sera appelé à se prononcer sur la situation à Hong Kong. Ce sera aussi l’occasion pour comprendre ce que lie le M5S à la Chine. »

ARTICLE La Repubblica L. D’Albergo « Les plaques commémoratives antiracistes endommagées » : « Les néofascistes sont dans le collimateur. Les policiers sont convaincus que la couleur de la peinture, noire, est parlante. La vérité pourrait venir des caméras placées là où se trouvent les plaquettes en honneur de la chercheuse Nella Mortara et du docteur Mario Carrara, épurés pour s’être opposés à l’antisémitisme du régime fasciste. Tobia Zevi, président de ‘’Osservatorio Roma !’’ souligne : ‘’j’espère une condamnation claire et unanime de la part des responsables politiques. Sur ces thèmes il est temps de dire stop aux ambiguïtés ou pire à des dédouanements ou collusions dangereuses, culturelles et politiques’’. Le message était clairement adressé à Salvini. Or hier le leader léguiste, présent à Rome, s’est limité à tourner une vidéo sous le Capitole en vue des états généraux de la Ligue dans la capitale ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

27/11/2019

L'UDC refuse la prolongation de l'engagement suisse au Kosovo.

UDC.jpg

Suisse. L’UDC, premier parti de Suisse, communique :

Cela fait vingt ans que l'armée suisse s'engage au Kosovo et le Conseil fédéral [gouvernement] demande une nouvelle prolongation de trois ans et même une augmentation de l'effectif de 30 personnes. L'UDC s'oppose à la prolongation de cette onéreuse aventure militaire dont l'inutilité est avérée depuis plusieurs années.

Italie : pour quel parti de 1983 voteraient les électeurs actuels ?

Italie. Un sondage, effectué en novembre 2019, a porté sur le fait de savoir pour quel parti présent en 1983, les électeurs actuels voteraient. Le Mouvement social italien - Droite nationale, qui était à cette époque une formation politique néofasciste, arriverait en tête devant la Démocratie-chrétienne et le Parti communiste italien.

Italie 1.png

Tino Chrupalla, candidat à la présidence de l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. Tino Chrupalla, de Görlitz, en Saxe, sur la frontière polonaise, est le candidat préféré d’Alexander Gauland – l’actuel co-président de l’AfD – à sa succession. Chrupalla peut compter sur le soutien de l’AfD de Saxe et de l’aile la plus nationaliste de l'AfD.

Tino Chrupalla.jpg

Alexander Gauland ne sera pas candidat à sa propre succession à la tête de l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. Le co-dirigeant de l’AfD Alexander Gauland, 78 ans, se retire avant le congrès du parti, qui, le week-end prochain, élira la nouvelle présidence. Gauland ne sera pas candidat à sa propre succession.

Alexander Gauland.jpg

Alexander Gauland

L'AfD donnée à 14 %.

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Un sondage INSA donne les partis du gouvernement CDU-CSU-SPD ensemble à 41 %.

AfD 1.png

CDU : démocrates-chrétiens / CSU : sociaux-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

AfD : patriotes

FDP : libéraux

die Linke : post-communistes

Grüne : écologistes

Sonstige : autres

Herbert Kickl opposé à tout retour de HC Strache à la tête du FPÖ.

FPÖ.jpg

Autriche. Le chef de file des élus FPÖ à la Chambre des députés Herbert Kickl est opposé à tout retour de Heinz-Christian Strache à la tête du FPÖ.

"UE, le non des Verts au M5S."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Les difficultés actuelles du gouvernement font les gros titres des médias transalpins. Les commentateurs de la presse écrite rappellent les différents dossiers auxquels doit faire face le gouvernement Conte II (Ilva, Alitalia, Autostrade, justice, intempéries) et soulignent les divergences croissantes entre le PD et le M5S.

COULISSES Il Messaggero A. Gentili « Zingaretti : ‘’De cette manière on n’ira pas loin’’. Mais l’hypothèse d’une crise divise les démocrates » : « N. Zingaretti n’a pas digéré l’appui de Conte au ministre de la justice Bonafede et au leader 5 Etoiles Di Maio, favorables à l’arrêt de la prescription en janvier 2020. ‘’Cela ne va pas du tout. Mieux, cela va même très mal’’. Zingaretti s’en prend notamment à Di Maio : ‘’il a une attitude provocatrice, il semble se réjouir en accentuant la moindre critique. Mais de cette manière, à la fin, quelque chose finira bien par se passer...’’. Le leader démocrate ne prononce pas le mot « crise », ni celui « d’élections anticipées ». Il sait très bien qu’une grande partie du PD, dirigée par Franceschini, soutient le gouvernement. Toutefois les divisions entre le M5S et le PD sont importantes sur la prescription. Au point qu’Orlando (PD) est prêt à présenter un projet de loi en janvier pour démonter la réforme du M5S grâce à l’apport de Berlusconi et de Salvini. Sinon, le PD songe à faire un troc : obtenir le renvoi de la réforme en bloquant celle de son ancien ministre Orlando sur les écoutes téléphoniques, qui n’a jamais plus au M5S ».

ARTICLE, Repubblica, E. Lauria, L. Milella : « La trêve jaune-rouge est déjà finie. Nouvelles disputes sur la prescription et le mécanisme européen de stabilité » : « Le dernier casus belli est la prescription : Conte, Di Maio et Bonafede d’un côté, le PD de l’autre.  Zingaretti propose un nouvel agenda et le fondateur du M5S souhaite la réécriture du contrat de gouvernement en janvier. Tout le monde est d’accord : le gouvernement a besoin d’un nouvel élan. Mais pour le moment, les disputes sont la seule certitude.

ARTICLE, Corriere della Sera, A. Trocino : « Di Maio, la trêve avec les sénateurs rebelles. Sur la prescription, nouvelle dispute M5S-PD » : « Les équilibres internes du M5S sont devenus une partie d’échec infinie et l’arrivée à Rome de Beppe Grillo semble avoir laissé la situation plus ou moins inchangée, c’est-à-dire plutôt en difficulté. Di Maio, leader du Mouvement, maintient le cap et il ne s’est pas plié au tournant à gauche de la plateforme Rousseau sur les élections en Emilie Romagne, pour lesquelles il n’y aura aucune alliance avec le PD. Il a trouvé une trêve avec les sénateurs rebelles et il a pu faire reporter la modification du statut. En ce qui concerne la réforme de la justice, soutenue aussi par le président du Conseil Conte, Di Maio a confirmé qu’elle doit entrer en vigueur à partir de janvier, provoquant ainsi une nouvelle dispute au sein du gouvernement ».

COMMENTAIRE, La Stampa, M. Sorgi : « le MES, une tuile pour le gouvernement Conte II » : « Le débat sur le MES – dans la majorité comme dans l’opposition – va de l’avant comme si l’Italie risquait sérieusement d’être placée sous plan de sauvetage avec des mesures draconiennes. L’assemblée des parlementaires 5 Etoiles se réunit aujourd’hui pour délibérer, même si la plupart d’eux ne savent rien du MES mais ils veulent surtout ne pas être devancés par Salvini, qui accuse de manière irresponsable, Conte de mettre à risque l’épargne des Italiens. Di Maio et l’aile souverainiste du M5S sont plutôt en faveur du blocage, grâce au véto dont dispose l’Italie, pour donner une leçon à Bruxelles. Et peu importe si cela se fait au moment où la Commission est en train d’évaluer notre loi de finances vacillante. Malheureusement, le débat ne se fait pas sur le respect des règles mais sur l’éventualité voire sur l’opportunité de les contourner. Avec l’Italie pays fondateur réduit en décadence, nous ressemblons à ces Nobles qui s’obstinent à fréquenter, avec leurs vestes trouées, les salons les plus en vues, ignorant que les habitués les regardent avec méfiance car ils savent très bien que leur patrimoine a disparu ». 

ARTICLE, La Stampa, F. Capurso : « Les relations du M5S avec Pékin divisent la majorité » : « Le M5S ne veut rien entendre sur Hong Kong et les affrontements entre la police et les manifestants qui depuis des mois protestent contre le gouvernement prochinois. ‘’Nous ne nous occupons pas des questions internes des autres pays’’, voici la réponse du ministre des Affaires Etrangères Luigi Di Maio. Une attitude qui a été confirmée à la Commission affaires étrangères. Le M5S refuse de voter une résolution engageant le gouvernement à vérifier dans les contextes internationaux l’éventuelle violation des droits humains, à s’aligner aux engagements pris par le Parlement européen, favorisant la libération des manifestants arrêtés pendant les manifestations. Les 5 Etoiles ferment leurs yeux. Le chef de groupe à la commission Pino Cabras s’explique ‘’nous voulons d’abord réfléchir, attendre. Si cela se trouve, c’est comme le bombardement chimique en Syrie, qui n’a pas eu lieu’’. Or, à Hong Kong il y a bien des vidéos certifiant l’utilisation de lacrymogènes sur les manifestants. Mais pour Cobras, ‘’ce sont des choses qui arrivent, que des gouvernements ne répondent pas de manière gandhienne aux manifestations. Voyons plutôt ce qui se passe au Chili où la police utilise des projectiles en caoutchouc’’. Donc, aucune condamnation. C’est un choix qui soulève plus qu’une perplexité au sein de la majorité. Deux choses n’ont pas échappé aux yeux des partis de majorité : la nomination de P. Salzano (proche de Di Maio) à président pour les affaires internationales de la Caisse de Dépôts et de Prêts ainsi que la visite de Grillo à l’ambassadeur chinois à Rome ». 

ARTICLE Il Sole 24 Ore B. Romano « La Commission von der Leyen demande la confiance aujourd’hui » : « Pour la première fois, le nouvel exécutif communautaire affrontera le vote de Strasbourg sans une majorité claire et préalable. Mme von der Leyen pourrait avoir besoin de l’aide des libéraux et des conservateurs. Sur le front italien, le M5S, le PD et Forza Italia ont annoncé voter la confiance. La Ligue votera contre. Il y a l’entente franco-allemande sur la proposition de von der Leyen sur une conférence de réforme des institutions européennes. La tentative est d’afficher une unité en un moment crucial pour l’Europe ».

ARTICLE, Repubblica, A. D’Argenio : « UE, le non des Verts au M5S ‘’Alliance impossible, ils ne sont pas démocrates ‘’ » : « La tentative du M5S d’entrer dans le groupe des Verts au Parlement européen semble aller vers la faillite. Les écologistes ont attaqué hier Beppe Grillo et le rôle de la Casaleggio, accusée de diriger les votes des députés à Strasbourg. Les M5S, pour sortir de l’insignifiance du groupe mixte, pourrait tenter un rapprochement à Renew Europe, les libéraux européens réunis sous l’étoile d’Emmanuel Macron. Un « aller à Canossa » après les durs affrontements – sans oublier la visite aux Gilets jaunes – entre Luigi Di Maio et le Président français au moment du gouvernement jaune-vert. L’épisode qui a fait précipiter les négociations entre M5S et Verts date du mois d’octobre, quand les grillini se sont abstenus sur le texte du Parlement sur les sauvetages en mer. ‘’ Ils nous ont déçus ‘’ a expliqué Philippe Lamberts co-président des Verts au Parlement UE. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Munich : bons de 5 euros pour les femmes pour rentrer la nuit en taxi.

Allemagne. Bavière. Munich. À partir de mars 2020, les femmes pourront obtenir des bons de 5 euros financés par la municipalité afin de rentrer la nuit à la maison en taxi en sécurité. Ces bons seront valables de 22 h à 6 h du matin pour les femmes et les transsexuels devenus femmes.

Styrie : Mario Kunasek, premier en voix de préférences.

FPÖ.jpg

Autriche. Styrie. Malgré la défaite de son parti, le chef de file du FPÖ en Styrie Mario Kunasek arrive en tête des voix de préférence lors du scrutin du 24 novembre 2019 pour le Parlement de Styrie.

Les sociaux-démocrates autrichiens contraints de licencier du personnel.

Autriche. À la suite de leur défaite lors des élections législatives, les sociaux-démocrates du SPÖ doivent économiser. Ils ont décidé de se débarrasser de 27 des 102 employés du parti.

26/11/2019

HC Strache et sa femme rencontrent le richissime Frank Stronach.

FPÖ.jpg

Autriche. L’ancien président du FPÖ Heinz-Christian Strache, et sa femme Philippa - qui est député national –, ont rencontré, la semaine dernière, le richissime Frank Stronach, ce qui conduit la presse à se demander si cette rencontre peut conduire à un financement d’une future possible liste Strache par cet homme d'affaire.

HC Strache a également rencontré des cadres du FPÖ ou de structures proches du FPÖ.

Vienne : une liste Strache pourrait recueillir jusqu'à 8 % des voix.

FPÖ.jpg

Autriche. Malgré divers scandales réels ou fictifs mis en avant lors d’attaques conduites par la presse à l’encontre de l’ancien dirigeant du FPÖ Heinz-Christian Strache, une liste « Strache » lors des élections pour le Parlement de l’État de Vienne / Conseil communal de Vienne de 2020 pourrait recueillir jusque 8 % des voix.

"Le congrès qui modifiera la Ligue."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

COMMENTAIRE, Repubblica, S. Folli : « Le palais de la Farnesina est vide » : « On recommence à parler d’un nouveau contrat de gouvernement à signer entre le PD et le M5S, comme si on avait déjà oublié le désastreux pacte à la base du gouvernement Conte I. D’un côté, il y a l’espoir qu’une partie consistante du M5S accepte de devenir une espèce de courant externe du PD, dans l’attente de s’intégrer complétement dans le futur centre gauche. Si le M5S vit son crépuscule, le PD hésite à imposer une vision politique institutionnelle qui se distingue du maximalisme velléitaire de son associé au gouvernement. L’emblème de cet état de choses est la renonciation de Di Maio à exercer ses fonctions de Ministre des Affaires Etrangères. Ce n’est pas seulement sa chaise vide au G20 au Japon : le problème est que le chef formel du M5S, en ce moment administré par Grillo, s’occupe presque exclusivement des questions qui concernent son parti qui s’effondre et de son avenir personnel. Pour combien de temps un État peut se priver d’une présence internationale avant d’en subir des graves dégâts ? »

COMMENTAIRE Sole 24 Ore L. Palmerini « La longue liste d’attente de médiation du gouvernement Conte II » : « On pourrait dire que le gouvernement recommence d’où il était parti, grâce à la trêve signée par Grillo, qui a confirmé Di Maio comme chef politique du M5S et qui tient debout le gouvernement avec le PD. Il est facile d’évoquer un contrat, plus difficile de gouverner avec la liste des difficultés qui demeure, allant des négociations avec Mittal pour l’usine de Tarente, à la justice et le Mécanisme de sauvetage européen. Bref, avant d’arriver à un nouveau contrat, il faudrait défaire ces trois nœuds »

EDITORIAL, M. Sorgi, Stampa, « Les démocrates vivent dans l’illusion que Grillo commande le M5S » : « S’il fallait une confirmation que le chaos interne au M5S résiste même aux interventions de son fondateur, les « pro-Grillo » calabrais l’ont donnée très vite à peine 48 heures après la rencontre entre Grillo et Di Maio samedi dernier, et surtout avant que ce dernier ne tente une visite sur le terrain, reportée car les choses ne se seront pas calmées. Zingaretti et le PD continuent cependant de surestimer les capacités du fondateur du Mouvement, comme si Grillo était devenu un ‘’ami’’ ou ‘’compagnon’’, sans se rendre compte des difficultés auxquelles il doit faire face. Les M5S sont devenus ingouvernables, au Parlement comme dans les institutions locales. S’attendre à ce que Grillo en reprenne le contrôle est légitime, mais totalement irréaliste. Les défaites en Emilie Romagne et Pouilles ne feront qu’aggraver la situation, surtout si dans la région ‘’rouge’’ par excellence le PD devait perdre, à cause du refus d’alliance de Di Maio avec le centre-gauche. Il est illusoire, dans ces circonstances, d’insister, comme le font certains dirigeants du PD, avec un projet d’alliance ‘’stratégique’’ entre les deux partis majoritaires de l’actuel gouvernement ».

ARTICLE Il Messaggero M. Ajello « Séisme au sein des sommets des 5 Etoiles » : « On l’appelle désormais la ‘’sixième étoile’’, Patuanelli, le ministre du développement économique, est désormais une vedette. Plusieurs le voudraient à la place de Di Maio ‘’il écoute, il est empathique’’. Par ailleurs, les groupes parlementaires écoutent de moins en moins le leader 5 Etoiles. La côte de popularité du président de la Chambre Roberto Fico est elle-aussi montée. En revanche, l’étoile de Grillo se ternit après avoir défendu et protégé Di Maio de la fronde interne. On reproche à Grillo d’avoir ‘’perdu le cap’’ car ‘’il n’est pas Mandrake’’. Il est vrai que quand Grillo est venu à Rome, il n’a voulu rencontrer personne sauf Di Maio. En relançant le leader, Grillo a déçu ceux qui voulaient voir Di Maio dégradé sur le terrain. Quant au ministre de la Justice Bonafede, il a eu le flair de prendre les distances de Di Maio juste à temps et de se mettre sous l’aile de Conte. Enfin, pour Casalino, il fait désormais de lien entre le Palais Chigi et le Parti démocrate mais plusieurs du Mouvement déplorent ‘’on ne l’a plus revu’’ ».

ARTICLE Corriere della Sera, M. Cremonesi « Le congrès qui modifiera la Ligue » : « Le congrès qui célébrera la transition de la créature salvinienne est prévu pour le 21 décembre. Le parti devra faire les comptes avec son passé et se transformer formellement en ‘’Ligue pour Salvini Président », titre qui figure déjà sur les bulletins de vote. Mais la vieille Ligue de disparaitra pas, d’autant plus qu’elle doit encore rembourser à l’Etat les 49 millions d’euros de remboursements électoraux détournés. Le congrès devra ainsi approuver un changement de statut, transformant de fait la ligue en une sorte de ‘’bad company’’ placée sous tutelle. Salvini ne sera plus le secrétaire du parti et le congrès devra nommer un commissaire. Si le premier article du statut demeure (l’indépendance de la Padanie) c’est désormais la Ligue ‘’nationale’’ qui est sacrée. Dans le nouveau parti, il n’y aura plus d’espace pour les représentants de l’opposition interne au sein du conseil fédéral et les dirigeants du centre-sud seront intégrés dans un unique parti. Mais c’est son fondateur, Umberto Bossi, qui, depuis une chaise roulante, intervient et prévient ‘’ne faites pas les obsèques de la Ligue’’ ».

COMMENTAIRE, Repubblica, I. Diamanti : « Sardines, ces jeunes adultes » : « Désormais les « sardines » sont un mouvement. L’intérêt à leur égard est confirmé par le comportement de Salvini. Il a choisi l’ironie et le sarcasme et a évité la confrontation directe. Les « sardines » nagent aujourd’hui dans un espace limité mais qui pourraient s’étendre. Ses promoteurs sont jeunes, mais pas tant que ça. Ils expriment des positions politiques mais qui ne sont pas liées aux partis. Ils rappellent, pour cela, certains sujets qui se sont imposés ces dernières années, comme le M5S ou la Ligue de Salvini. Les sardines signalent le dépaysement de acteurs sociaux - et générationnels – qui ont du mal à se reconnaitre dans les principaux acteurs du système. A droite. Mais à gauche aussi. Au gouvernement. Et à l’opposition. Le mal hêtre de jeunes qui ne le sont plus assez mais qui ne sont pas encore adultes et qui cherchent leur identité conscient que pour construire carrière ils doivent quitter l’Italie et doivent se projeter dans le futur. Ils sont encore à la recherche de places et de lieus où se faire reconnaitre et être reconnus. »

ARTICLE, Corriere della Sera V. Piccolillo « La violence sur les femmes ‘’à cause de leur tenue vestimentaire’’ » : « L’intervention d’hier du Chef de l’Etat Mattarella est tombée au moment le plus approprié ‘’la violence sur les femmes ne cesse d’être une urgence’’. C’est un sondage choc celui que nous livre l’ISTAT. 40% des sondés affirment que celle qui ne veut pas de rapport sexuel est en mesure de s’y soustraire, 13% estiment qu’il est normal que dans une relation il y ait des gifles. 17,7% des femmes ne sont pas contre le fait que leur partenaire contrôle leur portable. 77,7% considèrent que les violences sur les femmes ont lieu car celles-ci sont considérées comme des objets de propriété. 23,9% estiment que les femmes peuvent provoquer la violence par leur façon de s’habiller et 15,1% estiment qu’une femme subissant un viol en état d’ivresse ou sous l’effet de drogue est en partie responsable. Le Président du Conseil G. Conte souligne la nécessité d’un ‘’tournant culturel impliquant les jeunes’’. La Présidente du Sénat Alberti Casellati parle de ‘’photographie inacceptable’’. A l’occasion de la journée internationale contre la violence sur les femmes, le Palais Madama, siège du Sénat, était illuminé de rouge avec le message ‘’stop aux violences’’. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

25/11/2019

Italie : la Ligue, Frères d'Italie et le M5S sont toujours donnés ensemble à 60 %.

Ligue.jpg

M5S.jpg

FI-AN.jpg

Italie. La Ligue, Frères d'Italie et le M5S sont toujours donnés ensemble à 60 % :

Italie 1.png

Ligue : patriotes

Parti démocrate : centre-gauche

M5S : anti-système

Frères d'Italie : patriotes

Forza Italia : conservateurs

Italia Viva : centre-gauche / centre

Geert Wilders dénonce le fait que la Reine rencontre un ministre pakistanais.

PVV.jpg

Pays-Bas. Le président du PVV Geert Wilders dénonce le fait que la Reine Máxima a rencontré, dans le cadre des fonctions qu’elle exerce à l’ONU, le ministre des Affaires étrangères du Pakistan Shah Mahmood Qureshi, car ce dernier s’est réjoui l’année dernière du fait que Geert Wilders a dû renoncer à son concours de caricatures de Mahomet à la suite de menaces.

Maxima et Shah Mahmood Qureshi.png

Maxima et le ministre des Affaires étrangères du Pakistan

" La visite surprise de Grillo."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

ENTRETIEN, Messaggero de dimanche, Luigi Di Maio, Leader du M5S et ministre des Affaires Européennes « Pas d’alliances mais le gouvernement va de l’avant » : « ‘’D’ici 15 jours il y aura la réorganisation de l’équipe avec la naissance du premier organe politique du M5S. Vingt personnes travailleront avec moi. La rencontre avec Grillo prouve que certains articles sur notre relation étaient de fausses nouvelles. Nous voulons que ce gouvernement aille de l’avant encore trois ans et c’est la raison pour laquelle nous voulons le renforcer avec un contrat pouvant dire aux citoyens ce que nous ferons et quand. Il faut donc un calendrier. Il est important que les chefs de groupe se réunissent pour définir un chrono-programme de travail sur le contrat. Que voulons-nous insérer dans ce contrat ? Une série de lois en faveur de l’environnement et des décisions pouvant contraster les changements climatiques. Le droit du sol ? Ce n’est pas une priorité. La réforme du système électoral ? Comme toutes les réformes, elle doit venir de la majorité et puis arriver aux partis d’opposition. Nous avons toujours été favorables à un système proportionnel’’ ».

ARTICLE, Corriere della Sera, A. Tirocino : « La visite surprise de Grillo déplaît aux 5 étoiles. Les ministres s’éloignent de Di Maio. » : « Les parlementaires M5S semblent plutôt étourdis après la visite éclair de Grillo à Rome, qui ne semble pas avoir résolu les problèmes. L’insatisfaction et les malaises de beaucoup d’entre eux sont évidents. Les questions ouvertes étaient essentiellement au nombre de trois : le leadership de Luigi Di Maio, les alliances électorales, à partir de l’Emilie-Romagne, et le problème du chef de groupe manquant à la Chambre des Députés. Dans les coulisses filtre la frustration de Grillo. Le fondateur a, à sa disposition, un seul instrument concret : le bouton rouge de la défenestration, dernier recours inutilisable sans provoquer des graves ennuis au gouvernement. Les ministres se trouvent entre deux feux, de plus en plus éloignés du chef politique et qui le poussent à une convergence avec le Pd. Di Maio a toujours dit non à une alliance avec les démocrates et maintenant il risque de devoir se rétracter »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Matteo Salvini, Sénateur et leader de la Ligue, premier parti de l’opposition : « ‘’Une trahison fatale pour le peuple du M5S.  Ma porte est ouverte’’. » « Un pacte avec le PD serait la dernière trahison, celle qui serait fatale pour le peuple du M5S. Je suis surpris par les rencontres de Grillo avec l’ambassadeur chinois et les voyages fréquents de Di Maio en Chine. Ils ne disent rien sur la situation à Hong Kong. Ils sont en train d’entretenir des rapports avec une dictature qui a soif de conquête et des ambitions impérialistes. Et on me reproche mes liens avec la Russie. Chaque jour je me fais insulter par les M5S. Mais ils ne me perturbent pas. Je pense à l’Émilie-Romagne. Ce qui me laisse perplexe par rapport au mouvement des sardines c’est qu’ils manifestent contre l’opposition. Partout dans le monde on manifeste contre ceux qui gouvernent.  Q : ‘’ Parmi vos réformes il y a aussi les ‘pleins pouvoirs’ auxquels vous aspiriez ? ‘’ Je parlais de pouvoirs dans le cadre du respect de la Constitution. Je ne changerais rien de ce que j’ai fait ou j’ai dit. Je demandais une investiture liée à un vote démocratique. Je n’ai jamais vu un dictateur demander les élections. Le 14 décembre nous ferons une journée No Tax ; dans toutes les régions nos militants seront dans les places pour expliquer nos idées sur l’économie »

COMMENTAIRE La Repubblica G. Romagnoli « Comme si Salvini était déjà à la tête du gouvernement » : « L’autre jour au centre de Florence, les rues étaient bloquées par la police en proximité du consulat honoraire d’Israël qui devait être inauguré. Puis, des mesures de sécurité multipliée par deux pour l’arrivée du sénateur Salvini. Or, maintenant il n’a plus aucun rôle institutionnel. Un notable du lieu m’a expliqué ‘’il faut toujours anticiper et faire comme si cela était déjà vrai’’. Et même le phénomène des ‘’sardines’’ est un peu décalé : on n’avait encore jamais vu un mouvement de la rue s’opposant à l’opposition. C’est tout à fait logique de dénoncer un danger non libéral. Mais il y a quelque chose de prophétique de le faire avant que cela ne se manifeste. La prophétie auto-réalisatrice est dangereuse surtout car elle produit de l’inertie et de la résignation. Il faut plutôt un contre-pied fait de rapidité, de ténacité et de bonne administration, alimentées par la conscience que le futur n’est pas acquis ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)