Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2020

Le Vlaams Belang est donné à 27,1 % et la N-VA à 22,2 %.

VB.jpg

N-VA.jpg

Belgique. Flandre. Le Vlaams Belang est donné à 27,1 % et la N-VA à 22,2 % au sein d’un sondage VTM Nieuws, Het Laatste Nieuws, RTL et Le Soir. Les deux partis nationalistes flamands disposeraient ainsi d’une majorité en Flandre.

10/10/2020

12ème anniversaire du décès de Jörg Haider.

Autriche. Jörg Haider est décédé depuis 12 ans. 

Haider.jpg

Le reportage réalisé en 2018 par TV Libertés en se basant sur mon ouvrage :


JH, le phénix.jpg

Meeting de fin de campagne du FPÖ pour les élections à Vienne.

FPÖ.jpg

Autriche. Vienne. Le FPÖ a tenu ce 9 octobre 2020 son meeting de fin de campagne électorale.

FPÖ 1.jpg

09/10/2020

Le Parlement de Rhénanie du Nord-Westphalie a décidé d’interdire les drapeaux de guerre de l’Empire.

AfD.jpg

Allemagne. Rhénanie du Nord-Westphalie. Le Parlement de Rhénanie du Nord-Westphalie a décidé d’interdire les drapeaux de guerre de l’Empire car ceux-ci sont utilisés par des extrémistes de droite. L’AfD a voté contre cette interdiction.

drapeau.jpg

Thomas Kemmerich est lâché par la direction fédérale de son parti.

Allemagne. Le dirigeant du parti libéral FDP de Thuringe Thomas Kemmerich est lâché par la direction fédérale de son parti, après qu’il a twitté que lors de son élection à la tête de la Thuringe [avec aussi les voix de l'AfD], le fait qu’il ait accepté son élection n’était pas l’erreur (…), mais la relation avec les autres partis démocratiques à propos de la situation. Kemmerich n’obtiendra par de soutien financier, logistique ou organisationnel pour une campagne électoral en tant que candidat de tête de la part du parti au niveau fédéral.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/07/22/l-a...)

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/02/08/tho...)

Thomas Kemmerich.jpg

Thomas Kemmerich

"Salvini, Meloni et Tajani lancent leur campagne en vue des municipales."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La nouvelle hausse de la courbe des contagions (4 458 nouveaux cas et environ 1000 de plus par rapport à la veille) fait les gros titres des médias italiens. La pénurie de places dans les hôpitaux et la création d’une « mini-zone rouge » à Latina sont également citées. Le quotidien turinois annonce des tests obligatoires également pour les personnes venant de France : « Contaminations, feu vert aux fermetures ciblées » - ‘’Première fermeture à Latina, le gouvernement envisage d’autres limitations’’ (Corriere della Sera), « Le virus ne laisse pas de répit, alerte dans les hôpitaux » - ‘’Le gouvernement prépare des confinements par zones dans les foyers les plus graves’’ (La Repubblica), « Contagions, le retour des zones rouges » - ‘’Des tests également dans les cabinets de médecins de famille afin d’éviter l’implosion. Des tests obligatoires pour les personnes venant de France’’ (La Stampa), « Virus, alerte pour les ‘’banlieusards’’ » - ‘’Crainte pour les travailleurs venant de Campanie’’ (Il Messaggero), « Pire ou mieux ? Les experts divisés » (Fatto Quotidiano), « Le plan pour la deuxième vague » (Il Mattino).

COMMENTAIRE, Sole 24 Ore, L. Palmerini « Les tourments des 5 Etoiles sur les échéances de la loi de finances » : « C’est la coïncidence entre les Etats généraux du M5S et les travaux parlementaires de la loi de finances qui représente la principale appréhension du gouvernement et du PD. Il faut comprendre ce qui arrivera au Mouvement et s’il y aura vraiment une division, même limitée, au vu de la fine marge d’écart de la majorité au Sénat. Il y a aussi le problème des absences des parlementaires testés positifs au Covid et ceux placés en quarantaine. Car la semaine prochaine le Sénat devra se prononcer avec une majorité qualifiée pour adopter la relation qui accompagne la mise à jour du document économique et financier (Nadef) ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Stefano Buffagni, député M5S et vice-ministre du développement économique « ‘’Trop d’incompréhensions, il faut arrêter les disputes au sein du M5S et abaisser la pression fiscale » : « ‘’Il est temps de mettre de côté les disputes car la priorité est l’intérêt des Italiens, qui nous ont donné leur confiance et qui nous ont permis de devenir le premier parti il y a deux ans et donc d’entrer au gouvernement. Nous devons nous serrer les coudes car les Italiens ont besoin de sécurité et de perspectives. Le Covid ayant frappé durement notre tissu économique, nous devons intervenir pour réduire les taxes des PME’’ ». 

Centre-droit

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli « Le labyrinthe européen de Salvini » : « Dans l’effort de M. Salvini, voulant lustrer l’image de la Ligue aussi et surtout à l’égard de l’Europe, il y a deux aspects qui sont singuliers. Le premier est le réalisme tardif avec lequel il a bougé. Il s’est fait devancer par ses coéquipiers Giorgetti et Zaia, représentants de l’âme du Nord de la Ligue, la seule qui donne un sens à ce parti au vu des échecs électoraux au Sud dans la recherche d’un profil national. Mais ce qui est pire, c’est qu’il s’est fait devancer par Giorgia Meloni dans la recherche d’une nouvelle relation avec l’Europe. La jeune alliée de Salvini a bougé avant et mieux par rapport à l’ancien ministre. Du coup, Salvini a dû récupérer son retard, le poussant à un élan incohérent. Le voici qu’il mise sur le slogan « révolution libérale » qui ne lui appartient pas et qui est même copié à d’autres (Silvio Berlusconi de Forza Italia). La possible sortie de la scène de Trump changera la donne et imposera aux nationalistes européens de revoir leur identité ».

ARTICLE, La Repubblica, de C. Lopapa, « Seulement des candidats issus de la société civile, c’est ainsi que le centre-droit entend conquérir Rome et milan » : « Salvini, Meloni et Tajani lancent leur campagne en vue des municipales. Les trois ténors devraient laisser plus de place au centre-droit. Après l’échec des élections régionales, c’est un peu la dernière chance pour la coalition, l’ultime objectif étant de prendre ensuite la tête du gouvernement. ‘’C’est fini la répartition par ville : Fratelli d’Italia à Rome, la Ligue à Milan et Forza Italia à Turin. Désormais, chacun de nous présentera une liste de noms, y compris de personnes externes aux partis, comprenant des entrepreneurs, des professionnels, des managers. Nous choisirons ensuite ensemble le meilleur pour chacune des villes.’’ Ils font donc le pari de la société civile pour percer dans les métropoles où, historiquement, le centre-droit ne perce habituellement pas. Cette liste de noms, encore inexistante, devra être prête en novembre, d’après le calendrier fixé par G. Meloni, qui souligne leur course contre la montre. En tous cas, l’attitude du chef de la Ligue a sensiblement changé, il se montre plus modéré et enclin au dialogue que d’habitude. Il semble même tenté d’abandonner le groupe souverainiste ‘’Identité et démocratie’’ au Parlement européen. Cela impliquerait cependant de briser l’entente avec la représentante de l’extrême-droite française, Marine Le Pen. De leur côté, Toti e Carfagna multiplient les rencontres avec parlementaires, députés et sénateurs, essentiellement de Forza Italia, en vue de la création de leur nouveau parti qui devrait occuper la place des modérés sur l’échiquier politique, dès janvier 2021. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

08/10/2020

Marine Le Pen reçoit Andre Ventura.

RN.png

Chega.png 

France et Portugal. Marine Le Pen a reçu, ce 8 octobre 2020 à l’Assemblée nationale, Andre Ventura, candidat à l’élection présidentielle au Portugal, pour échanger sur la situation politique en France et au Portugal. Le parti de Ventura, Chega, a rejoint le parti politique européen ID.

C 1.jpg

Andre Ventura et Marine Le Pen

C 2.jpg

"Salvini tend la main à Giorgetti : oui au dialogue avec le PPE."

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

La hausse de la courbe de contagions enregistrée hier (3 678 cas, soit un millier de plus en 24 heures) fait les gros titres des médias italiens. Les quotidiens reprennent les principales nouvelles mesures décidées par le gouvernement : le port du masque obligatoire à l’extérieur et la prorogation de l’état d’urgence jusqu’à fin janvier. « Hausse des contagions, maintenant il y a des mesures plus sévères » - ‘’Speranza : nous travaillons afin d’éviter un autre confinement’’ (Corriere della Sera), « Virus, peur au Sud » - ‘’La Campanie, les Pouilles et la Sicile préoccupent’’ (La Repubblica), « Bond des contagions, Ricciardi lance l’alerte : ‘’les régions sont endormies’’ » (La Stampa), « Covid, le retour de la peur : 3 678 nouveaux cas » (Sole 24 Ore), « Des contagions comme pendant le confinement » - ‘’Record de cas depuis avril. Tour-de-vis pour les commerces et les fêtes’’ (Il Messaggero, Il Mattino), « La Campanie et la Lombardie sont les régions les plus touchées » (Fatto Quotidiano), « Le retour du cauchemar » (Il Giornale).

COMMENTAIRE, La Stampa, M. Sorgi « Face à la panique causée par le virus, Conte est désormais le seul arbitre du jeu » : « Conte redevient le seul arbitre du jeu dans une situation imprévisible. Politiquement, tout s’articule autour de lui. Et pas seulement parce qu’il a demandé et obtenu la prorogation de l’état d’urgence qui lui permet de prendre des décisions par le biais de ces décrets tant critiqués en Conseil des ministres (Dpcm), tout en maintenant des relations plus soutenues avecle Parlement. Le fait est que les Italiens, comme le révèlent de plus en plus les sondages, estiment qu’il a géré du mieux possible la crise Covid et qu’il pourra continuer de la sorte. Du coup, faire la guerre contre Conte devient inutile : la crise du centre-droit, et les maigres résultats obtenus aux élections commencent par là».

 

Mouvement 5 Etoiles

ARTICLE, Fatto Quotidiano, L. De Carolis « Querelle avec Casaleggio, le Mouvement songe à un plan B pour ses fonds et sa plateforme » : « Maintenant, au sein du M5S, on pense sérieusement à un plan B, pour le cas où une véritable guerre judiciaire devait éclater avec Davide Casaleggio. Il s’agirait de trouver un site internet et un blog alternatifs à ceux de « Rousseau ». Si hier le régent Crimi avait démenti toute possibilité de querelle judiciaire, personne ne peut écarter l’hypothèse d’une rupture d’ici quelques semaines, même pendant les Etats généraux. On craint que Casaleggio puisse verrouiller l’accès à la plateforme (alors qu’il faudra ensuite voter en ligne sur le nouveau statut et se prononcer sur la forme de gouvernance). Or, Casaleggio s’oppose à l’idée que le mouvement aille vers l’adoption d’une direction politique. Il veut un nouveau chef (A. Di Battista) »

Centre-droit

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Matteo Salvini, chef de la Ligue « ‘’Je veux une révolution libérale. Nous devons ouvrir au-delà du milieu politique’’ » : « ‘’Les limites de notre périmètre politique doivent être élargies en impliquant les entrepreneurs et les professionnels. J’ai en tête un modèle précis - explique-t-il - celui des Marches. Je veux une Ligue plus présente dans les milieux extérieurs à la politique. Nous avons bien discuté avec Giorgetti. Il est clair que nous retournerons tôt ou tard au gouvernement et que nous devrons alors avoir de solides alliances européennes. Nous y travaillons. Il y a des échanges à des niveaux élevés. Même s’il n’est pas clair où ira le PPE. S’il s’oriente vers la gauche, cela ne m’intéresse pas. S’il va vers les positions d’Orbán, j’entame le dialogue. Le centre droit doit écouter et s’impliquer. Nous avons besoin d’une révolution libérale. Nous devons libérer notre énergie, exploiter les potentialités des Italiens. Et je ne prétends pas être seul dans cet engagement. Je travaille aussi avec Forza Italia. Modifier les décrets Sécurité a été une erreur, un pas en arrière dangereux parce que cela revient à donner de l’espoir à 80% des demandeurs d’asile qui ne fuient aucune guerre. Il y aura une remontée de l’immigration clandestine" ».

ARTICLE, Messaggero, E. Pucci, « Salvini tend la main à Giorgetti : oui au dialogue avec le PPE – ‘’Je ne romps pas avec Le Pen’’, mais il se tourne vers le centre » : « Vingt-quatre heures ont suffi à Salvini pour organiser les Etats généraux de la Ligue. Il a rencontré hier Giorgetti, pendant une heure au Sénat, puis dans les bureaux de la Chambre. Puis il a vu, un par un, tous les dirigeants de la Ligue. La nouveauté la plus importante est qu’il s’est montré favorable à la thèse de son numéro deux, Giorgetti. La Ligue ne frappera pas à la porte du PPE mais a donné son aval pour un dialogue, afin d’entamer des discussions au niveau européen avec les chancelleries et nouer des relations. ‘’Nous ne devons pas dénaturer le parti mais stop à l’isolement’’, ont déclaré les dirigeants léguistes. Salvini rencontre aujourd’hui les dirigeants de Fratelli d’Italia et Forza Italia. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Giancarlo Giorgetti.jpg

Giancarlo Giorgetti

07/10/2020

"L’offensive de Salvini sur les ″décrets migrants″ : prêt à proposer un référendum."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La modification des règles concernant l’accueil et la prise en charge des migrants, avec l’abrogation des décrets de 2018 voulus par l’ancien ministre de l’Intérieur M. Salvini, fait la Une du quotidien La Repubblica : « Moins de réfugiés, plus de travailleurs : la nouvelle Italie des migrants » - ‘’Le vice-ministre Mauri : ‘’les décrets de Salvini exploitaient la peur’’. Baisse des arrivées par bateau provenant de Tunisie’’ (La Repubblica).

  • Quorum non atteint lors du vote sur la prolongation de l’état d’urgence

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli : « Les anomalies et les courts-circuits » : « Hier à la chambre, la majorité a accusé l’opposition d’irresponsabilité en raison de l’absence de quorum. Il s’agissait de l’état d’urgence et des mesures décidées par le gouvernement. Nul ne s’interdit sur le plan politique de juger le centre droit et de l’accuser d’irresponsabilité. C’est peut-être vrai. Toutefois, il relève de la majorité d’assurer le quorum, notamment quand il s’agit de voter des lois marquantes pour l’action politique de l’exécutif ».

COMMENTAIRE, Il Messaggero, M. Ajello « Tous ces bancs vides, dans les rangs du centre-gauche comme du centre-droit, sont un affront au pays » : « Y a-t-il quelques chose de plus important que de décider de la façon de continuer la lutte contre le virus et comment assurer la santé de tous ? On a assisté, de la part de la majorité comme de l’opposition, à une preuve d’irresponsabilité et d’incapacité d’être à la hauteur de la situation grave dans laquelle se trouve l’Italie. C’est une démission intolérable de la part des parlementaires de leur rôle institutionnel ».

Politique migratoire

DOSSIER, La Repubblica, de A. Ziniti, « Décret immigration, un revirement en demi-teinte : les nouvelles règles et ce qu’il reste à élucider » : « Le nouveau décret immigration, porté par la nouvelle ministre de l’Intérieur Lucia Lamorgese, a finalement été approuvé sans trop de difficultés. Son prédécesseur a immédiatement réagi : ‘’Au lieu de construire, ils détruisent. Nous rassemblerons les signatures nécessaires pour les arrêter’’. Renzi, qui ne veut pas que tout le mérite en revienne au PD, tweete ceci : ‘’Après avoir fait évoluer notre ligne sur l’Europe et arrêté [la réforme des retraites] Quota 100, nous supprimons maintenant les décrets sécurité de Salvini’’ (au sein du gouvernement, on craignait pourtant certaines résistances de la part du Mouvement Cinq Etoiles). Le PD se félicite quant à lui d’une belle avancée en matière de ‘’sécurité, de légalité et d’humanité’’ et qui démontre ‘’combien il est important de garantir à ce pays un gouvernement qui fait les choses’’ (Zingaretti). Giorgia Meloni dénonce un gouvernement qui ‘’a cédé face aux trafiquants’’. De leur côté, les ONG et les associations sont plus mitigées. Si tout ce qui s’éloigne des décrets Salvini est jugé bon à prendre en soi, certains soulignent le retard et le manque de courage de la part du gouvernement (Amnesty International, Mediterramea) mais surtout le fait que, bien que les amendes potentielles soient beaucoup moins élevées qu’auparavant, l’Italie continue de criminaliser des ONG aidant des personnes qui risquent leur vie en mer (Open Arms, Mediterramea). Elles encouragent toutefois le gouvernement à poursuivre dans cette voie. »

« Les nouvelles mesures :

- secours en mer obligatoire (les navires humanitaires secourant les migrants en mer ne pourront plus être refoulés aux abords de ports italiens, à conditions de respecter certaines règles telles que l’obligation pour les ONG de signaler aux autorités italiennes l’opération de secours).

- permis spéciaux pour ceux qui sont menacés (le président de la République a tenu à rappeler ce que prônent la Constitution et le droit international, à savoir l’interdiction de renvoyer dans leur pays d’origine des personnes qui seraient alors en danger. Elles devront désormais bénéficier d’une protection spéciale et la typologie des situations dites de vulnérabilité a été élargie).

– un accueil mieux réparti et de la formation (les structures d’accueil vont évoluer, elles seront plus petites et mieux réparties sur l’ensemble du territoire, elles proposeront bientôt à nouveau une série de services évincés par le décret Salvini comme l’accès à la formation et l’orientation professionnelles, à des cours d’italien, ainsi que l’inscription sur les registres de la mairie permettant entre autres un accès facilité aux soins médicaux) »

« Les objectifs manqués :

- La Libye n’est pas un port sûr (la zone SAR libyenne et le fait que les navires devraient en théorie suivre les instructions de Tripoli sur la coordination des secours en mer et ramener les migrants au point de départ. Le fait que l’ONU ne considère pas la Libye comme un pays sûr constitue un contresens qui doit encore être résolu).

– l’obtention de la nationalité semble encore bien lointaine (la question du droit du sol n’a pas encore été abordée, et la requête que peuvent faire les citoyens étrangers résidant en Italie de longue date reste un parcours bureaucratique laborieux et semé d’embûches, que Salvini avait allongé de 2 à 4 ans. Le gouvernement en a déçu beaucoup en se limitant à en réduire la durée de 4 à 3 ans).

– pas de permis, pas de travail (des milliers de migrants vivant et travaillant en Italie sont concernés : les demandeurs d’asile qui n’obtiennent finalement pas la protection perdent leur autorisation temporaire de séjour et par conséquent leur travail, se retrouvant dans l’illégalité. Le gouvernement n’a pas encore apporté de solution pour palier à ce cas de figure). »

EDITORIAL, Il Foglio « Une bonne preuve de sécurité » : « Le décret « sécurité » abolit certaines des normes les plus restrictives introduites par le précédent texte signé par Salvini sans tomber dans l’excès de l’accueil indiscriminé des extrémistes à la Saviano. L’accueil doit être sélectif, la protection « spéciale » pour les réfugiés est juste tant qu’il n’y a pas d’abus. Les frontières européennes, et donc aussi les frontières italiennes, ne doivent pas être abolies. Elles doivent être contrôlées et gérées avec bon sens et esprit humanitaire. Reste maintenant la dure épreuve de l’application des nouvelles règles. Et puis il faut des structures d’accueil adéquates si l’on ne veut pas qu’elles demeurent ce qu’elles ont été jusque-là, des lieux de confinements. Le succès ou l’échec de la politique migratoire passe par la résolution de ce problème ».

ENTRETIEN, La Repubblica de Matteo Mauri, vice-ministre de l’Intérieur « Les décrets de Salvini présentaient des problèmes de sécurité » : « ‘’Notre politique parle au cœur et à l’esprit et non au « ventre » des gens. Salvini a réussi à faire passer son récit. Ses décrets sur l’immigration sont la conséquence logique d’une action de propagande politique et ont créé concrètement de réels problèmes de sécurité pour le pays et nous avons dû en affronter les conséquences. La suppression de la protection humanitaire a constitué un très grave problème non seulement pour les migrants mais aussi pour les Italiens, car avoir plus de migrants irréguliers dans la rue crée des conséquences potentielles sur la sécurité. Même l’exclusion des demandeurs d’asile du système d’accueil a créé de gros problèmes, laissant des milliers de personnes sans véritable accueil et sans aucune intégration" »

ARTICLE, La Stampa, A. La Mattina, « L’offensive de Salvini sur les ″décrets migrants″ : prêt à proposer un référendum » : « Alors que les élections administratives lui ont laissé un goût amer dans la bouche, le chef de la Ligue Matteo Salvini regarde désormais vers les communales de 2021, et vers la bataille référendaire pour abroger les nouvelles dispositions prises par le gouvernement qui, de fait, vident de leur contenu ses « décrets sécurité » pris quand il était ministre de l’Intérieur. En proposant ce référendum, Salvini renoue avec ses thèmes de prédilection qui ont assuré son succès par le passé : ordre public et immigration. Cependant, cette rhétorique ne fait plus recette puisque la Ligue a obtenu de mauvais scores lors des dernières élections, et que son chef a quelque peu perdu son aura de taulier de la politique italienne. Mais il tente de se ressaisir et a désormais le regard tourné vers les élections communales de l’année prochaine, où il veut trouver ses têtes de liste pour Milan, Turin, Bologne, Rome et Naples. Ces élections municipales sont vues comme un tremplin pour les élections politiques de 2023 par le centre-droit. »

ARTICLE, La Repubblica, F. Tonacci, « Arrivées de migrants, moins de réfugiés et plus de migrants économiques. L‘invasion qui n’existe pas » : « Il n’y a pas d’urgence ni d’invasion migratoires : au 5 octobre 2020, 24.332 personnes ont débarqué en Italie, un chiffre à peu près similaire à celui de 2018 à la même date (21.131). Et ce sont de plus en plus des travailleurs, donc des migrants économiques, qui arrivent sur nos côtes. La principale raison à cela est le coup porté par la pandémie de Covid-19 à nombres d’économies de pays qui étaient déjà fragiles. C’est notamment le cas de la Tunisie, de laquelle sont arrivées 4.287 personnes en juillet. Mais depuis que les gouvernements italien et tunisien ont trouvé un accord, ce flux s’est largement réduit depuis. »

  • Mouvement 5 Etoiles

ENTRETIEN, Fatto Quotidiano, de Vito Crimi, dirigeant par intérim du M5S « ‘’Les chefs ne comptent pas, le dernier mot reviendra aux votants sur la plateforme Rousseau’’ » : « ‘’Ce ne sont pas les figures historiques du M5S qui décideront du contenu et de la direction des États généraux. Il y aura un processus de participation « par le bas » où tout le monde aura un espace grâce à la plateforme Rousseau. A l’assemblée de Rome des 7 et 8 novembre pourront participer les représentants choisis des différents territoires. Les ministres pourront également être représentés, à condition qu’ils se rendent aux assises territoriales et qu’ils soient choisis. On discutera des thèmes à mettre au cœur de l’agenda politique, de l’organisation pour les réaliser et des règles, sur la base des indications territoriales. Le document final de synthèse devra ensuite être voté par les inscrits sur la plateforme « Rousseau ». Si on devait opter pour un organe collégial, il faudra prévoir un « primus inter pares », c’est-à-dire un représentant légal comme chef politique. Rousseau est notre plate-forme, c’est là que nous votons. Avec Casaleggio, on ne finira pas au tribunal, il n’y a pas de raison’’ ».

L’ENTRETIEN, La Repubblica, de Roberto Fico par A. Cuzzocrea, « “Evitons la scission, pour ma part quand j’étais réticent je n’ai pas abandonné le navire” » : ‘’Le PD n’est pas la peste noire, les partisans du Mouvement 5 Etoiles ont voté oui à cette alliance. Se retrouver au tribunal avec Casaleggio n’aurait pas de sens : j’ai toujours essayé de faire avec et c’est ce qu’il faudra faire cette fois aussi. A Montecitorio (Chambre des députés), nous garantirons le travail en présentiel et je ne transigerai pas, ceci dit nous pourrons discuter du vote à distance, c’est une possibilité. Lors du ballotage, nous avons obtenu de bons résultats avec les démocrates, ce modèle est à reproduire dans les grandes villes où il faudrait aussi mobiliser la population. Je me réjouis de la modification des décrets sécurité de Salvini. J’avais promis que j’allais me battre en vue de cet objectif’’ ».

ARTICLE, La Repubblica, de C. Lopapa, « Après le flop de Salvini, c’est au tour des modérés ; Toti invite à dîner le nouveau centre-droit » : « Le centre-droit, très affaibli, tente de renaître de ses cendres. Forza Italia et l’aile modérée se remobilisent vers le centre à la suite du désaveu de la double-échéance électorale du mois dernier. Salvini, pourtant en difficulté, continue de refuser le dialogue avec le PPE malgré l’invitation de Giancarlo Giorgetti. Certains comptent bien s’engouffrer dans la brèche laissée béante au centre : Toti et Carfagna (anciennement Forza Italia), doivent se rencontrer ce soir pour discuter de la création d’un parti d’inspiration libérale et populaire d’ici la fin de l’année. Toti raisonne ‘’Au centre-droit, il y a toujours eu de nombreux dirigeants ; aujourd’hui il manque celui de l’aile modérée.’’ Le président de la Ligurie est prêt à rivaliser avec le chef de la Ligue pour prendre la tête de la coalition. Salvini ne voit cependant pas l’opération d’un mauvais œil, lui qui se positionne à droite. Pourtant, mis sous pression constante, son parti commence à accuser le coup. Giorgetti, à Catane, a déjà exposé sa vision des choses : avec la proportionnelle en vue, mieux vaut miser sur le centre. Et il n’est pas le seul à raisonner de la sorte, nombreux sont les poids lourds qui se joignent à lui (Luca Zaia, Attilio Fontana, Massimo Bitonci…). Au sein du monolithe de la Ligue, quelque chose commence à s’agiter. »

(Italie : revue de presse)

La Ligue est donnée à 24,8 % et Frères d'Italie à 15,8 %.

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie.

Italie 1.jpg

Ligue : patriotes

Parti Démocrate : centre-gauche

Frères d'Italie : patriotes

M5S : anti-système

Forza Italia : conservateur-libéraux

06/10/2020

Le gouvernement italien assouplit les lois anti-migrants de Matteo Salvini.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Le gouvernement italien assouplit les lois anti-migrants de Matteo Salvini :

https://www.leparisien.fr/international/italie-le-gouvern...

Le Parti du Peuple danois fête ses 25 ans.

DF.jpg

Danemark. Le Parti du Peuple danois fête ses 25 ans.

05/10/2020

Municipales en Italie.

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Des élections municipales ont eu lieu ce 4 et 5 octobre 2020 au sein de quelques municipalités.

Résultats :  https://www.quotidiano.net/politica/ballottaggio-comunali...

Björn Höcke demande à ses adeptes de le suivre sur Telegram.

AfD.jpg

Allemagne. L’homme fort de l’aile nationaliste, autodissoute, de l’AfD Björn Höcke se prépare à une possible future censure et demande à ses adeptes de le suivre sur Telegram.

(https://telegram.org/)

AfD 1.jpg

"Restez connecté à l'époque de la censure : maintenant aussi sur Telegram !"

"Procès Gregoretti, premier round pour Salvini."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

  • Procès contre Matteo Salvini sur l’affaire « Gregoretti »

ARTICLE, La Repubblica de dimanche, de C. Lopapa, « Salvini prend sa revanche ‘’cette fois c’est à mon tour de m’amuser, je ne retournerai pas seul à la barre’’ » : « Une fois sorti du tribunal, en privé, Salvini jubile, il se sent déjà à moitié sorti du procès Gregoretti. Il s’agit d’une victoire certaine au moins sur le plan politique, qui le sera peut-être aussi sur le plan judiciaire. Il se réjouit car, à partir du 20 novembre, ce sera à ‘’ceux qui [l]’ont abandonné et trahi pour conserver leur siège’’ de témoigner à la barre. Devant les journalistes, il manifeste plus de retenue : ‘’En tant qu’Italien je souhaiterais que le président du Conseil et les ministres s’occupent en permanence des problèmes des Italiens plutôt que de devoir se présenter dans les tribunaux pour raconter ce que tout le monde sait. D’après moi, ils sont innocents eux aussi’’. Non pas que ses ennuis judiciaires soient tous résolus, l’affaire Open Arms, bien plus complexe, et plusieurs autre enquêtes étant encore en cours. Quoiqu’il en soit, le chef de la Ligue rêve de se relancer politiquement suite à ce retournement de situation. Le centre-droit a pour habitude de toujours faire bloc face aux ennuis judiciaires. Toutefois, plusieurs parlementaires descendus dans la rue à Catane en soutien à Salvini ont de fait partagé les propos de G. Giorgetti en déclarant en « off » : ‘’Nous devons décider si nous voulons rester immobiles dans notre coin ou commencer à raisonner comme un grand parti populaire plutôt que populiste afin de pouvoir prétendre accéder au gouvernement’’ »

ARTICLECorriere della Sera de dimanche, de G. Bianconi, « Procès Gregoretti, premier round pour Salvini, d’après le juge ‘’certaines accusations sont contradictoires’’ » : « Le Premier ministre lui-même demande l’acquittement du chef de la Ligue. Ce dernier ne sait pas encore si son procès sera renvoyé, ou bien s’il sera acquitté, comme l’a demandé la défense mais aussi le Parquet. Avant de rendre son verdict, le juge souhaite auditionner d’autres membres du gouvernement, précédent ou actuel : entre autres Luigi Di Maio, Lucia Lamorgese, ou encore l’ambassadeur Maurizio Massari, représentant de l’Italie auprès de l’Union européenne. ‘’Bien entendu, je suis entièrement disponible et je témoignerai en toute transparence, comme toujours’’ souligne Conte. Les témoins seront entendus les 20 novembre et 4 décembre prochains. La question que le juge souhaite tirer au clair d’ici là est celle consistant à savoir si la décision de retenir les migrants sur le « Gregoretti » en attendant que les autres pays européens acceptent de prendre en charge leur accueil a été un ‘’acte politique’’ porté par l’ensemble du gouvernement, argument invoqué par Salvini, ou bien un ‘’acte administratif’’ dicté par les « objectifs politiques’’ de l’ancien ministre de l’Intérieur. Les témoins sont ainsi convoqués ‘’pour une juste vérification de la politique adoptée à l’échelle gouvernementale en matière de relations avec l’Union européenne, notamment pour ce qui est du fameux pacte de gouvernement’’ passé entre la Ligue et le Mouvement Cinq étoiles lors du premier gouvernement Conte ».

  • Mouvement 5 Etoiles

ARTICLE La Stampa de samedi : « Di Batista prêt à dire adieu au Mouvement 5 Etoiles » : « Alessandro Di Battista a déclaré à Accordi & Disaccordi qu’une alliance structurelle avec le parti démocrate affaiblirait le Mouvement 5 Etoiles en réinstaurant une forme de bipolarisme. Il a ajouté que c’était précisément pour en finir avec ce bipolarisme qu’il s’était engagé en politique, et non pour ‘’choisir le moins pire’’, ajoutant que s’il existait une autre ligne politique importante plus proche de la sienne, il ferait ‘’autre chose’’, sous-entendu hors du Mouvement 5 Etoiles. L’ex-député affirme cependant qu’il ne souhaite pas de scission au sein du parti et qu’il soutient le gouvernement Conte ».

ARTICLE, Fatto Quotidiano, L. Giar. « Casaleggio menace de scission et les fidèles du M5S lui répondent : le blog n’est pas à toi’’ » : « Cette fois-ci il n’y a pas besoin de « coulisses » : les tensions existent depuis longtemps et maintenant David Casaleggio décide d’officialiser son opposition à la direction gouvernementale prise par le M5S en menaçant pour la première fois de quitter la « création » de son père Gianroberto. La réponse des ténors des 5 Etoiles ne s’est pas fait attendre et l’accusent d’avoir utilisé le blog et le symbole du Mouvement à des fins personnelles et ‘’non partagés avec le M5S’’. Casaleggio rappelle que ‘’la transformation en parti est incompatible avec notre idée de Mouvement’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

03/10/2020

Article de Lionel Baland sur les persécutions organisées par l’Office de protection de la Constitution (Allemagne) à l’encontre des nationalistes.

Breizh-info.png

AfD.jpg

Allemagne. Les services de renseignement allemands persécutent les nationalistes et leurs structures, tant politiques qu’intellectuelles :

https://www.breizh-info.com/2020/10/03/151519/les-service...

Le procès de Matteo Salvini reporté. La justice convoque le premier ministre Giuseppe Conte.

Ligue.jpg

Italie. Le procès de Matteo Salvini reporté. La justice convoque le premier ministre Giuseppe Conte :

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/03/i...

02/10/2020

La Ligue donnée à 24 % et Frères d'Italie à 16,2 %.

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie. Un sondage Index Research donne la Ligue à 24 % et Frères d'Italie à 16,2 %.

I 1.jpg

législatives / européennes / 1 octobre

Ligue : patriotes

Parti Démocrate : centre-gauche

Frères d'Italie : patriotes

M5S : antisystème

"Toute la Ligue se rassemble derrière Salvini en vue de l’audience."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La hausse de la courbe des contaminations au Covid-19, et notamment la décision du gouvernement de vouloir prolonger l’état d’urgence jusqu’à fin janvier, fait les gros titres des médias italiens : « Un bond des contagions » - ‘’L’état d’urgence prolongé jusqu’au 31 janvier. Hausse des contagions, un record depuis 5 mois’’ (Corriere della Sera), « Virus, la vague d’automne » - ‘’2 548 nouveaux malades en 48 heures. Record en Vénétie. Des contagions dans 900 écoles. La région du Latium prête à imposer le port du masque aussi dans les rues’’ (La Repubblica), « Le port du masque obligatoire aussi dans la rue » - ‘’Le gouvernement évalue de nouvelles mesures, le vaccin prêt d’ici novembre’’ (La Stampa), « La région du Latium prête à imposer le port du masque en plein air » (Il Messaggero), « Alerte rouge, mais le vaccin progresse » (Fatto Quotidiano).

ARTICLE, Corriere della Sera, « Le ministre Speranza : ‘’nous devons résister, le couteau entre les dents’’ ; Salvini : ‘’nous ne savons rien, que Conte se présente devant le parlement et nous explique’’ » : « Le gouvernement prolonge l’état d’urgence jusqu’en janvier 2021, l’opposition attaque. Le ministre des Affaires régionales Francesco occia rétablit la réunion quotidienne du comité opérationnel de la protection civile avec les régions, « afin de suivre toutes les exigences territoriales ». Toutes les dispositions extraordinaires découlant de l’état d’urgence, déclaré initialement jusqu’au 15 octobre, seront en vigueur jusqu’au 31 janvier 2021. Le ministre de la Santé, Roberto Speranza suivrait la ligne de la ‘’prudence et de la précaution“ comme il l’a déclaré lors de sa visite au laboratoire Sanofi d’Anagni où devrait être mis en flacon, s’il passe les tests, l’un des vaccins en lice expérimenté par le groupe en partenariat avec GSK. Mardi aura lieu la confrontation au Parlement. ‘’Que Conte se présente devant le parlement et nous raconte, pas seulement dans les journaux, qu’il explique, car nous ne savons rien. Il n’y a pas de confrontation sur la question des taxes et des retraites, le seul point sur lequel ils se mettent d’accord c’est sur la loi électorale, qui est la dernière de nos priorités’’ insiste Salvini. Giorgia Meloni reproche au gouvernement d’être ‘’le plus opaque et le moins transparent de l’histoire’’ et son manque ‘’d’études sérieuses et de garanties qui puisse justifier des mesures aussi contraignantes’’. Speranza, lui, considère la possibilité de serrer davantage la vis. Il y aurait devant nous ‘’encore 7 ou 8 mois difficiles à passer, le couteau entre les dents, nous verrons de réelles améliorations début 2021 grâce aux nouveaux outils dans la lutte contre le Covid’’ prévoit Speranza. Le vaccin est l’un de ces instruments. En plus de celui de Sanofi, un autre candidat en pole position entame une importante phase de tests menés par l’EMA (Agence européenne des médicaments). Il s’agit de celui d’AstraZeneca, développé en collaboration avec Oxford et dont l’Italie a préparé les doses expérimentales ».

  • Procès contre Matteo Salvini sur l’affaire « Gregoretti »

ARTICLE, Corriere della Sera, S. Toscano « Procès Gregoretti, le leader de la Ligue : ‘’J’y vais la tête haute’’ » : « Toute la Ligue se rassemble derrière Salvini en vue de l’audience de demain sur l’affaire du navire « Gregoretti », contrastant avec les manifestations anti-Salvini sur place. L’événement intitulé ‘’Les Italiens choisissent la liberté’’ a commencé hier par des tables rondes sur les infrastructures, la culture, l’environnement et l’immigration. Les membres de la Ligue, anciens ou nouveaux, siciliens ou non, sont présents. On attend également des membres d’autres partis (Forza Italia par exemple). ‘’Je me rends à cette audience la tête haute’’ déclare Salvini. ‘’ Nous avons fait ce que vous nous demandiez : arrêter de prendre la Sicile pour le camp de réfugiés de l’Europe’’. Mais en ville, tout le monde n’apprécie pas. Une manifestation impromptue a été organisée hier soir devant la Douane. Demain en revanche un meeting de Salvini est prévu au port, auquel devraient participer également Giorgia Meloni et Antonio Tajani.

  • Mouvement 5 Etoiles

ARTICLE, Il Messaggero, F. Malfetano : « M5S-Rousseau, c’est la rupture. Di Battista menace de dire adieu » : « Finalement, à partir d’aujourd’hui, c’est officiellement Rousseau contre Rousseau. Pas une bagarre philosophique mais l’énième déchirure contre le pouvoir exorbitant de Davide Casaleggio. Les députés M5S qui travaillent sur le nouveau statut du groupe parlementaire ont fait disparaître les références à la plateforme Rousseau. L’Association Rousseau réplique en parlant ‘’d’un système faux et d’une tentative de visibilité médiatique ‘’. L’ex député Alessandro Di Battista intervient : ‘’ Si on continue comme ça, on finira par affaiblir le M5S qui deviendra un petit parti (…). Il y a des personnes dans le M5S qui veulent une direction collégiale car elles craignent que je puisse en devenir le chef. Je considère que l’alliance structurelle avec le PD deviendra la peste noire pour nous’’. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

01/10/2020

"Mon retour est dans tes mains."

Team HC Strache.png

Autriche. Vienne.

Strache 1.jpg

"Mon retour est dans tes mains. HC Strache, maintenant ou jamais ! C'est pourquoi le 11 octobre, votez HC."

"Divisés sur tout, les "grillini" le sont aussi sur le principe d’accepter une réécriture importante des décrets de Salvini."

M5S.jpg 

Italie. Revue de presse.

ARTICLE, Il Messaggero, F. Bisozzi « Revenu de citoyenneté, les coûts montent en flèche mais il n’y aura pas de tour-de-vis » : « La pression du PD sur les 5 Etoiles augmente afin d’amender au plus tôt le revenu de citoyenneté. Au ministère de l’Economie circulent déjà les premières projections préoccupantes sur la dépense relative à cette allocation en 2021 : le revenu de citoyenneté pourrait coûter 9,5 milliards, pratiquement 2,5 milliards de plus qu’en 2020, alors que la limite de dépense autorisée pour l’année prochaine est de 7,3 milliards. L’assiette des bénéficiaires continue de s’élargir sous l’effet de la crise, alors que les personnes ayant trouvé un emploi ne représentent qu’une petite minorité. Le PD demande plus de contrôles, notamment sur ceux qui fraudent le système et des sanctions lourdes pour ceux qui refusent les offres d’emploi. Une position partagée par le Palais Chigi, l’objectif étant d’améliorer le dispositif et d’en diminuer le coût. Or, les 5 Etoiles craignent surtout de voir leur réforme-clé vidée de son contenu ou, bien pire, de la voir remplacée par un instrument différent dotée d’une autre appellation dont quelqu’un d’autre pourrait s’attribuer l’intitulé ».

ARTICLE, La Stampa A. Mattioli « Décrets de sécurité, les doutes du M5S et l’ultimatum de Zingaretti : il faut agir immédiatement » : « Pendant toute la journée d’hier, certaines sources au sein du PD ont fait savoir que le consensus sur le sujet était en train de vaciller en raison de la volonté des 5 Etoiles de revenir en arrière, notamment sur la réintroduction de la notion protection humanitaire. Divisés sur tout, les « grillini » le sont aussi sur le principe d’accepter une réécriture importante des décrets de Salvini : ‘’nous sommes d’accord pour suivre les indications du Chef du gouvernement », font-ils savoir. Autrement dit, des modifications a minima et bien ciblées, ce qui est ‘’inacceptable’’ pour le PD. Pourtant, selon des rumeurs nous venant du M5S, on assure que Di Maio ne bloquera pas le dossier, et qu’il pourra être soumis au Conseil des ministres de dimanche. Zingaretti se dit confiant ‘ : ’je suis sûr que la modification des décrets sécurité, qu’on devrait plutôt appeler les « décrets de la peur » se fera rapidement’’ et lance le message suivant aux 5 Etoiles : ‘’maintenant nous gouvernons en tant qu’alliés et pas en tant qu’adversaires’’ ».

Article, Il Sole 24 Ore : « Immigration - Protection humanitaire : le coup d’arrêt du M5S rouvre le front avec le PD » : Zingaretti a déjà accepté de renvoyer à décembre la décision sur le MES, pour laisser au M5S le temps de résoudre ses propres débats internes et de se doter d’une direction claire. Mais il signale que « certains membres du M5S ces derniers jours ont remis en question la partie validée en juillet par les partis de la majorité concernant la protection humanitaire abrogée par les décrets Salvini. Mais pour nous ce serait inacceptable : on ne peut pas revenir en arrière sur cet accord ». La référence récurrente dans le texte à la notion d’intégration, qui s’oppose au texte d’origine du leader de la Ligue de l’époque (…), est inacceptable pour ceux qui au sein du M5S se réclament encore de leur expérience du temps de la coalition Ligue-5 Etoiles ». 

(Traduction : ambassade de France à Rome)

30/09/2020

Oskar Lafontaine débat avec Thilo Sarrazin.

Allemagne. Thilo Sarrazin, exclu du parti social-démocrate SPD, fait la promotion de son dernier livre à travers l’Allemagne. À Munich, il a pris part à un débat avec Oskar Lafontaine, qui dirige le groupe des élus du parti post-communiste die Linke en Sarre. Ce dernier a mis en avant le fait que la gestion d’un enfant mineur réfugié coûte 5.000 euros par mois et que cela est difficile à expliquer à une retraitée. La participation d’ Oskar Lafontane au débat et sa déclaration lui ont valu des réactions hostiles au sein de son parti.

Sahra Wagenknecht et Oskar Lafontaine.jpg

Sahra Wagenknecht et Oskar Lafontaine

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/09/24/sah...)

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/09/04/thi...)

Interview de Massimo Magliaro par Lionel Baland.

EL.png

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Entretien avec Massimo Magliaro, l’auteur du numéro des Cahiers d’histoire du nationalisme consacré au MSI :

https://eurolibertes.com/histoire/entretien-avec-massimo-...

CHN MSI.jpg

Giorgia Meloni : "Je représente une troisième voie à droite. Sur les migrants, je suis du même avis que les Polonais."

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

ARTICLE, Corriere della Sera, A. Ducci, Revenu de citoyenneté, Di Maio favorable à une modification » : « Le M5S répète en boucle toujours la même formule pour protéger le revenu de citoyenneté des critiques et des attaques : ‘’contrôle périodique’’. Le M5S souhaite diffuser l’idée que la mesure-phare du Mouvement marche bien et qu’elle ne mérite que de quelques ajustements. Di Maio déclare qu’‘’après la pandémie, tout a changé. Nous sommes entrés dans une crise qui nous pousse à regarder au-delà et à mettre à jour également certains sujets-clé du Mouvement, tels que le revenu de citoyenneté’’. Entretemps, l’actualité continue de mettre en relief des catégories de personnes qui en bénéficient sans en remplir les conditions : des délinquants, des arnaqueurs ou, pire, des mafieux ».

ARTICLE, Corriere della Sera A. Trocino « Le psychodrame des 5 Etoiles : « absents des territoires, nous sommes sans identité’’ » : « Le Mouvement se trouve enlisé dans une réforme interne qui est bloquée par les vétos et les méfiances et cherche à réagir après son revers aux élections. La réduction des indemnités des parlementaires semble oubliée et Di Maio propose l’idée d’une réforme de la fiscalité. Il agit en tant que chef désigné et fustige l’attitude de soumission face au PD :  ‘’sur le revenu de citoyenneté, nous aurions dû anticiper et parler en premier’’. Il presse aussi le régent Crimi « d’ accélérer, nous devons trouver un leadership d’ici le 10 ou le 15 octobre’’. Le fondateur B. Grillo, quant à lui, fait savoir qu’il aurait réglé ses problèmes judiciaires et que les fonds de la plateforme « Rousseau » ne seraient plus nécessaires pour régler les honoraires. Une cassure supplémentaire avec R. Casaleggio ».

ENTRETIEN, La Stampa, de Giorgia Meloni, dirigeante du parti Fratelli d’Italia, « Je représente une troisième voie à droite. Sur les migrants, je suis du même avis que les Polonais » : « ″Je représente une troisième voie à droite au niveau européen. En Europe, je suis aux côtés de partis qui partagent une vision fédérale de l’Union, avec des pays qui collaborent mais restent souverains chez eux. Aujourd’hui l’UE n’a pas de politique extérieure mais s’occupe de carottes et de palourdes. Moi, je voudrais l’inverse : ces sujets devraient être traités par les Etats membres, et l’Europe devrait se concentrer sur les grandes questions d’intérêt commun. ″ Sur le groupe de Visegrad : ″Les Polonais ne sont pas contre le Plan de relance, mais contre ses conditions excessives. L’Europe doit aider tout le monde, car nous avons tous été touchés. ″ Sur les migrants : ″Je propose depuis toujours de bloquer les bateaux et le tri des arrivants entre réfugiés et immigrés clandestins. Je vous invite à bien lire le plan d’Ursula von der Leyen. Vous découvririez que ce ne sont pas seulement les méchants de l’Est qui demandent de lutter contre l’immigration illégale, mais aussi la Commission avec la France et l’Allemagne. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Article de Lionel Baland sur l’élection de Giorgia Meloni à la tête du CRE.

Breizh-info.png

FI-AN.jpg

Italie. La dirigeante du parti Frères d’Italie Giorgia Meloni élue à la tête du parti des Conservateurs et réformistes européens (CRE) :

https://www.breizh-info.com/2020/09/30/151355/la-dirigean...

Giorgia Meloni.jpg

Giorgia Meloni