Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2018

"Di Maio et Salvini mettent Tria au pied du mur."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Nominations /Gouvernement : Unes : « Tensions au sein du gouvernement sur Tria » - ‘’La réunion sur les nominations saute’’ (Corriere della Sera), « Tria et Boeri, les épines du gouvernement » - ‘’Ultimatum Ligue-M5S sur le ministre au sujet de la Cdp : d’autres candidats ou qu’il s’en aille’’ (La Repubblica), « Di Maio et Salvini mettent Tria au pied du mur » - ‘’Qu’il collabore ou qu’il s’en aille’’ (La Stampa), « Haute tension sur la Cdp » (Sole 24 Ore), « Tria aux couteaux tirés avec Di Maio et Salvini » (Il Mattino).

ARTICLE, La Repubblica T. Ciriaco « M5S et Ligue isolent Tria, la réunion chez Conte reportée » : « Les vice-présidents du Conseil Di Maio et Salvini sont si audacieux qu’ils ont fait sauter une réunion déjà convoquée au Palais Chigi par le chef de l’exécutif. Et ils menacent de manière officieuse d’utiliser l’arme de la démission du ministre de l’Economie. Une démission impossible à un mois de la formation du gouvernement. Mais la guérilla a commencé de manière ouverte. L’impasse sur les nominations est totale. Les vétos sont très clairs : le candidat Scannapieco, apprécié par Tria, le Quirinal et Draghi, n’a pas l’aval de Salvini. En réalité ce dernier et Di Maio ne sont pas du tout alignés sur les nominations. Pourtant, ils remettent à Conte l’ultimatum à l’adresse de Tria : d’ici mardi le responsable de l’Economie devra accepter de négocier sur un nom consensuel ou laisser le titulaire du Palais Chigi en décider. Tria, en effet, est le pivot essentiel des équilibres exigés par le Quirinal : la garantie de la stabilité, interne et internationale, sur les comptes publics ».

ARTICLE, Il Messaggero, Bassi et A. Agentili. « Tria, le ‘’Cerbère’’ dans les tranchées » : « Le Ministre de l’économie résiste, avec le support du Quirinal et des marchés il ne peut être chassé, mais il répète : ‘’si c’est ce qu’ils veulent, je pars’’. Il met à l’épreuve les deux vice-premier-ministres : pas de procurations aux sous-secrétaires, pas de confrontation sur les nominations publiques et il ne parle qu’avec Conte. ‘’Je ne passerai pas à l’Histoire comme le ministre qui a détruit les comptes publics’’. Mais les rapports avec le gouvernement, surtout avec les 5 Etoiles, sont dans un mauvais état. Le problème pour le gouvernement, et la chance de Tria, est que Di Maio et Salvini mènent le siège différemment. De plus, tous deux savent que le destituer coûterait très cher sur les marchés. Dans ce cadre, Salvini semble vouloir être réaliste ».

RETROSCENA (Coulisses), La Stampa, I. Lombardo : « Cabinets de travail chez les vice-présidents du Conseil. Au Palais Chigi, Conte est encerclé » : « Luigi Di Maio, chef politique du M5S, ministre du Travail et du développement économique, est aussi vice- président du Conseil. Et, en tenant compte des trois rôles au sein du gouvernement, il aura aussi trois cabinets : les deux ministères, très près, à Via Veneto et le troisième, seulement pour lui, au Palais Chigi. Au troisième étage. En réalité, quelqu’un avait demandé, pour lui et pour son homologue de la Ligue, Matteo Salvini, des bureaux au premier étage, là où il y a aussi ceux du président du Conseil Conte et du sous-secrétaire Giancarlo Giorgetti. Mais cette demande avait l’air de vouloir être une espèce de forme de contrôle de Conte, et puis le protocole et la tradition sont clairs : le cabinet du vice –président du Conseil, s’il existe, a été toujours au troisième étage. Et donc, les deux vice-présidents ont dû se contenter de cela et Giuseppe Conte a évité que l’encerclement n’arrive à quelques mètres de sa porte. Ainsi, le Palais Chigi est en train de devenir un peu surpeuplé, parce que Di Maio a amené, avec lui, ses collaborateurs. Autre nouveauté, encore plus importante, pour le palais, sera la coordination des porte-parole, après deux mois caractérisés par la même dynamique.  Salvini déclare quelque chose, de façon rude et incisive, aux réseaux sociaux et aux agences, et tout de suite Conte et les autres ministres doivent adoucir le ton du leader de la Ligue, avec une grande diplomatie. L’image qui en sort est celle d’un gouvernement divisé. Comme dans l’affaire du navire Diciotti : le ministre des Transports Toninelli avait déclaré que les ports pour les migrants sauvés dans le naufrage en Méditerranée restaient ouverts tandis que Salvini déclarait qu’ils étaient fermés. Pour remédier à cette situation, Iva Garibaldi, porte-parole de Salvini, et Rocco Casalino, porte-parole de Conte, faisant toujours attention à Di Maio, ont décidé de créer une « salle de contrôle » pour réparer les divisions entres les ministres ainsi que les déclarations en contradiction évidente. Idée très appréciée par le président Conte ».

COMMENTAIRE La Repubblica S. Folli « L’insoutenable légèreté du pouvoir » : « L’état de confusion actuelle est le fruit d’un vice originel : le manque de vraie cohésion entre les partis politiques (Ligue et M5S) et les protagonistes institutionnels, en l’occurrence avec le ministre de l’Economie Tria. Le résultat est que la crédibilité de Conte en tant que Président du Conseil n’a guère grandi. Ce qui est pire c’est que le duo Salvini-Di Maio a offert un exemple de sadomasochisme politique. Le profil professionnel de Scannapieco est indiscutable. On s’attendrait alors à une proposition de la part des deux partis de majorité sur un profil semblable. Une alternative valable pour Tria. Mais non. L’impression est celle d’une stratégie à yeux fermés pour délégitimer les ‘’techniciens’’, les ennemis de toujours, ne parvenant pas à proposer une classe dirigeante sans provoquer des fissures dans le pays ».

ARTICLE, Il Sole 24 Ore, D. Palmiotti, « Ilva, l’Anac repère trois points critiques sur les appels d’offre, Di Maio il faut évaluer les prochains pas » : « L’Anac, autorité anti-corruption italienne, identifie des problèmes dans l’appel d’offre pour lequel Am Investco (Arcelor Mittal et Marcegaglia) avait été sélectionné. Contestation du renvoi du plan environnemental, des échéances et du manque de relance. Mais les irrégularités ne suffisent pas pour annuler l’appel d’offre, il faut une décision du gouvernement. »

ENTRETIEN, Il Mattino, N. Santonastaso, « Entretien avec Barbara Lezzi, Ministre pour le Sud » : «Barbara Lezzi (M5S) révèle des propositions pour réduire l’écart Sud-Nord et atténuer les tensions avec les entreprises par rapport au décret dignité. Le gouvernement est prêt à prolonger le bonus pour l’emploi des jeunes en 2019 et de passer l’âge maximal pour accéder à l’incitation économique ‘’Resto al Sud’’ (Je reste au Sud) de 35 à 50 ans pour favoriser le retour au Sud de ceux qui pourraient participer à son développement par leur expertise. Nous maintiendrons les mesures des gouvernements précédents qui permettent de contribuer au développement du Sud, comme le demandent les entreprises, mais avec des modifications positives. Par rapport à la question Nord-Sud, je ne crains pas de divergences avec les ministres de la Ligue, et il est impossible que les demandes d’autonomie de régions du Nord menacent au sein du gouvernement l’objectif de réduire l’écart

ARTICLE, La Repubblica A. D’Argenio « L’UE fait couler ‘’Sophia’’ et laisse isolée l’Italie » : « L’Italie est de plus en plus isolée en Europe : le gouvernement Conte risque maintenant de perdre Sophia, la mission militaire européenne qui, depuis 2015, patrouille dans le canal de Sicile pour lutter contre les passeurs et sauver les migrants. Mercredi, notre diplomatie a demandé au Comité politique et de sécurité de l’Union (COPS) de modifier le plan opérationnel en éliminant la règle selon laquelle les personnes sauvées débarquent systématiquement dans les ports italiens. Il s’agit en fait d’un diktat : si les autres pays n’offrent pas leurs ports, Rome boycottera la mission. Une position qui a surpris nos partenaires car elle n’a pas été anticipée au préalable. Une position inattendue aussi car l’Amiral Credendino a le commandement de l’équipe navale permettant le contrôle des eaux en face de la Libye. L’ambassadeur L. Franchetti Pardo s’est trouvé isolé ‘’ils étaient 27 contre 1’’, reportent des sources de l’UE. A Bruxelles on parle désormais d’ ‘’irritation’’ pour les méthodes du gouvernement Salvini-Di Maio et la mission Sophia est en ce moment considérée comme étant en danger. D’où deux issues possibles : 1) le gel de l’opération navale, qui pourrait être confiée à une autre capitale (peut-être Madrid) ; 2) le gouvernement italien accepte de discuter de la requête à l’intérieur de la révision de Sophia, par ailleurs déjà demandée par Mogherini qui souhaite en élargir les compétences. Une discussion qui durera des mois et qui pourrait ne pas satisfaire Rome. S’allier avec le groupe de Visegrad et bloquer les navires chargés de femmes et d’enfants n’est pas en train de susciter les sympathies».

ARTICLE, La Stampa, M. Bresolin : « Mission Sophia en danger, l’UE menace l’arrêt » : « L’Italie est isolée à Bruxelles parce qu’elle ne permet pas l’accostage des navires d’autres Etats dans ses ports. Les dernières déclarations du président de la Commission européenne Jean Claude Juncker sont un éloge de l’Espagne, qui est en train de faire preuve d’une grande empathie et solidarité, tandis que d’autres Etats tournent le dos aux autres. Ces mots ont eu l’air d’être une attaque indirecte au récent comportement de l’Italie. Mais la ligne dure sur l’immigration ne paie pas et Viktor Orbán en sait quelque chose. En effet, hier, le gouvernement hongrois a été déféré à la Cour de Justice UE, puisque les récentes lois sur l’asile et sur les rapatriements sont contraires à sa réglementation ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Frères d'Italie rend hommage à Paolo Borsellino.

FI-AN.jpg

Italie. Frères d’Italie a rendu hommage ce 19 juillet 2018 au juge Paolo Borsellino assassiné par la mafia le 19 juillet 1992.

Bart De Wever refuse de débattre avec Filip Dewinter.

VB.jpg

N-VA.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). Le maire N-VA Bart De Wever refuse de participer à un débat télévisé qui se déroulera deux jours avant les élections municipales du 14 octobre 2018, car il ne désire pas prendre part à un débat avec la tête de liste du Vlaams Belang Filip Dewinter.

Le Pakistan désire introduire une protestation contre un concours de caricatures de Mohamed.

PVV.jpg

Pays-Bas. Le Pakistan a contacté l’Organisation de la Coopération Islamique afin d’introduire une protestation contre l’organisation par Geert Wilders d’un concours de caricatures de Mohamed.

"Le tournant nationaliste du gouvernement M5S-Ligue : ‘’Alitalia sera italienne."

 M5S.jpg

Ligue.jpg  

Italie. Revue de presse.

Patronat/Gouvernement : Unes : « Bras-de-fer Di Maio-Industriels » - ‘’Le ministre de l’emploi dénonce un harcèlement psychologique’’ (Corriere della Sera).

RETROSCENA (Coulisses) Il Messaggero A. Gentili « La médiation de Conte et de Giorgetti ‘’évitons une rupture avec les entreprises’’ » : « Le Palais Chigi intervient après les appels des industriels qui craignent la marginalisation. [la relation de la DG de Confindustria Marcella Panucci table sur une baisse des investissements, de la croissance et des emplois si le décret devait être adopté sans modifications, ndt.] Entretemps, le leader du M5S, L. di Maio, se sent visé et décide de ne pas prendre de risques : le décret avancera par étapes rapprochées. Chez les 5 Etoiles, la tension est palpable. Di Maio craint de ne pas réussir à convertir en loi le décret d’ici la pause estivale, le 10 août. »

Alitalia/Gouvernement : Unes « Le tournant nationaliste du gouvernement M5S-Ligue : ‘’Alitalia sera italienne’’ » - ‘’Toninelli : nous voulons 51% d’Alitalia’’ (La Stampa).

OPINION, La Stampa, M. Sorgi, « Si l’Etat reprend contrôle » : « Le gouvernement montre qu’il y aura une inversion de tendance, en retournant vers un imprévisible jacobinisme plutôt qu’avoir recours aux privatisations pour réduire les dépenses publiques. Deux exemples sont la Caisse Dépôts et Prêts et Alitalia pour laquelle le ministre des transports parle de gestion de l’État. Le projet serait difficilement réalisable selon les commissaires en charge du plan de redressement de la compagnie Alitalia ‘’n’étant pas capable de résister seule dans un marché où agissent des géants multinationaux’’.  Il est impossible de s’en prendre à la réalité et aux données. En changeant les gestions il n’est pas possible de changer les bilans- et surtout de ne pas en faire payer le prix aux citoyens ».

Nominations/Gouvernement : Unes « Nominations, querelle Ligue-M5S » - ‘’L’accord sur la Caisse des dépôts et Prêts saute’’ (La Repubblica).

ARTICLE, La Repubblica, G. De Marchis : « Tria assiégé pas les vétos, les nominations CDP sautent. Ligue : exclus des jeux » : « Le bras-de-fer entre le M5S et la Ligue sur les nouvelles nominations de l’administration publique va de l’avant. Hier, les nominations et l’accord sur la CDP (Caisse des dépôts et Prêts) ont sauté, juste quand Dario Scannapieco et Fabrizio Palermo étaient prêts à devenir respectivement AD et DG du coffre-fort de l’Etat. Une secousse retentissante qui a frappé le ministre de l’Economie Tria. Tout est à refaire et l’Assemblée a été reportée à mardi prochain.  L’affrontement  politique a été clair, puisque Matteo Salvini, qui ne faisait pas du tout confiance au ministre Tria et au président du Conseil Conte, a souligné de manière très forte que la Ligue n’était pas présente dans le schéma décidé. Conte a remarqué qu’il s’agissait de choix très importants pour le pays ».

COMMENTAIRE La Repubblica F. Manacorda « Tria, le ministre entre le marteau et l’enclume » : “Dans la lutte de pouvoir pour la présidence de la Caisse des dépôts et des Prêts, identique comme par le passé – chose pourtant critiquée par ceux qui sont maintenant au gouvernement – le ministre de l’Economie se trouve dans une position de fragilité. Mais ce n’est là qu’un début du parti unique du fisc élastique et de la dépense publique illimitée, peut-être grâce aux caisses de la CDP, ou grâce à l’épargne des Italiens »

Entretien du Président du Conseil Giuseppe Conte : Une « Voilà qui je suis et ce que je fais » (Fatto Quotidiano)

ENTRETIEN de Giuseppe Conte, Président du Conseil (Fatto Quotidiano) extraits : « ‘’Après 50 jours en tant que Président du Conseil, je m’aperçois que le silence studieux n’est pas considéré par tous comme une vertu. Je parlerai donc un peu plus mais uniquement quand j’aurai quelque chose de concret à dire sur ce que je suis en train de faire. Freiner ou corriger un ministre ? Il y a de temps en temps quelques déclarations inappropriées. Mais je préfère résoudre les choses en tête à tête : c’est moi le Président du Conseil et c’est moi qui dois donner le cap politique au Gouvernement. J’ai voté une fois pour l’Olivier de Prodi, une fois pour les centristes, et pour le PD jusqu’en 2013. Ensuite, déçu (notamment pour la réforme constitutionnelle à laquelle j’ai dit non au référendum), j’ai voté pour le M5S. Mon modèle de président du Conseil est Aldo Moro. Sur l’affaire de l’ONG open arms, nous n’avons pas encore d’informations définitives. Toutefois, il est inacceptable qu’une ONG – admettant même le manque d’intervention de la garde-côtière libyenne – puisse inculper le gouvernement italien. J’ai écrit mardi une lettre à Juncker et à Tusk pour demander que ce qui a eu lieu dimanche [le partage volontaire de migrants par d’autres pays de l’UE, ndt.] devienne une pratique, confiée non plus à nos appels téléphoniques à nos partenaires mais à un « comité de crise » sous l’égide de la Commission européenne, pour qu’elle se pose comme médiateur avec les différents gouvernements. Si après, comme je l’espère, d’autres pays hors UE acceptent de créer des ‘’centres de protection’’ pour évaluer les demandes d’asile, les vrais réfugiés auront droit à aller en Europe, nous pourrions les prendre directement nous, par le biais de couloirs humanitaires, mettant fin au trafic des passeurs. Je suis en train de convaincre les pays de l’Est (voici pourquoi je viens d’inviter le Premier ministre tchèque à Rome) qu’ils ne sont pas exclus de la problématique migratoire. Qu’il faut régler les flux et l’accueil au niveau européen. Je rencontrerai Haftar. En automne j’organiserai à Rome une conférence sur la Libye, invitant toutes les parties prenantes intéressées, des pays européens aux Etats-Unis aux dirigeants de l’Afrique et de la Méditerranée. Si Macron le sait ? Je le lui ai dit lors du G7 : l’objectif n’est pas représenté par les élections en décembre mais plutôt par la stabilisation du pays. Sans cela, les élections pourraient se traduire en un boomerang. Macron pense que la Libye est à lui ? Si vraiment il pense cela, il se trompe. La Libye n’est ni à lui, ni à nous. C’est un Etat indépendant qui, dans son histoire, a un rapport privilégié aussi avec l’Italie. Nous n’y renoncerons jamais. Je m’entends bien avec tous les leaders internationaux. Macron ? Il est très amical et franc, à part les frictions générées par le fait qu’il défend les intérêts des Français et moi ceux des Italiens’’ ».

ARTICLE, La Repubblica T. Ciriaco et A. d’Argenio « La lettre de Conte à Juncker : cellule de crise UE pour gérer les secours » : « La dernière tentative du gouvernement M5S-Ligue pour bénéficier de la solidarité sur les migrants tient sur une page. Le président du Conseil demande à  J-C Juncker et à D. Tusk une ‘’cellule de crise’’ au sein de la Commission européenne pour coordonner les sauvetages et distribuer les migrants sauvés en mer entre les partenaires européens. Une décision pour éviter de passer à nouveau trois jours au téléphone pour distribuer quelques centaines de migrants. En parallèle, Conte travaille à un échange de migrants entre Rome et Berlin, plutôt loin des initiatives demandées par les Italiens. Pour sortir de l’impasse, Conte est prêt à se replier sur un accord a minima avec Merkel : Berlin pourra prendre volontairement jusqu’à 500 réfugiés par mois de l’Italie et pourra aider Rome pour mettre la pression aux autres partenaires pour distribuer de manière plus juste les migrants. En échange, l’Italie annoncera en septembre la volonté de reprendre un chiffre inférieur de migrants secondaires arrivés en Allemagne. Mais uniquement ceux qui passeront la frontière à l’avenir. Aucun des 40 000 déclarés par Berlin ».

ARTICLE, La Stampa, U.Magri, « Mattarella protège le gazoduc Tap : un choix stratégique, il sera complété » : «  La Tap (Trans Adriatic Pipeline), qui acheminera du gaz de l’Azerbaïdjan vers l’Italie est d’après le Président de la République Mattarella, un ‘’choix stratégique pour notre approvisionnement en énergie’’ vu qu’il est essentiel pour l’Italie de diversifier ses fournisseurs. Actuellement, les ressources Libyennes sont à risque en raison de la guerre entre factions, le contrat avec l’Algérie finira l’année prochaine et le méthane Russe porte au premier plan les relations avec Moscou et impacte les problèmes de sécurité européenne. Ne pas réaliser le gazoduc serait de plus une ‘’farce nationale’’. L’Italie devrait payer des sanctions pénales s’élevant au mois à 8 milliards et au lieu d’arriver dans les Pouilles -où le mouvement No Tap (avec les 5 Etoiles au premier rang) conteste la construction- le pipeline remonterait dans les Balkans vers l’Autriche à qui l’Italie devrait alors acheter le gaz à des prix majorés. En considération des critiques des No Tap, d’après le Ministre des Affaire Etrangères Moavero, la question environnementale a amplement été considérée et il y a un dialogue entre les populations locales et les constructeurs’’.»

ARTICLE, La Repubblica, G. Foschini : « Ilva, il faut continuer avec Mittal. Arrêter la reprise pourrait coûter 4 milliards » : « Malgré les pressions très fortes qui arrivent de la région des Pouilles, le ministère du Développement Economique est en train de chercher une voie pour résoudre le dossier Ilva sans devoir passer par les tribunaux et sans être obligé à revoir l’idée de principe de la vente du groupe sidérurgique le plus important du pays. Pour la nouvelle Ilva, le gouvernement Conte partira donc d’une certitude : Arcelor Mittal sera le nouveau propriétaire  d’Ilva, mais il faudra que le consortium Arcelor Mittal améliore la proposition sur l’emploi et le plan de mise en œuvre environnementale. Tout cela, pour donner un signal clair d’un ‘’ gouvernement de changement ‘’ et d’une affaire viable à long terme, que le ministre Di Maio est en train de gérer personnellement ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

19/07/2018

"Salvini, de retour de Moscou : "L’Europe est un problème."

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

ONG/Italie/Libye : Unes : « Bras-de-fer sur les migrants entre les ONG et Salvini » (Corriere della Sera), « ‘’La faute des Libyens’’ » (La Repubblica), « Morts en mer, accusations contre les Libyens, l’Intérieur dément » (Il Messaggero), « ‘’Aucun corps laissé en mer’’ » - ‘’Le récit des journalistes présents sur le navire libyen’’ (Il Mattino). « Le plan du gouvernement pour la trêve avec Berlin sur les migrants de retour » (La Stampa).

EDITORIAL, Il Messaggero, G. Gaiani : « L’enjeu dans la guerre médiatique » : « La volonté du gouvernement italien de fermer la route libyenne est en train de provoquer une bataille dans laquelle tous les coups sont permis, même sur le front médiatique. Les accusations portées hier par ONG espagnole Proactiva Open Arms contre la garde-côtière libyenne pour la mort de certains migrants confirme la dureté de cette bataille. L’accusation, accompagnée par des images de femmes et d’enfants morts doit être prise avec des pincettes : l’intervention des patrouilles libyennes a eu lieu très loin de la zone où Open Arms affirme avoir trouvé les victimes. Cette source n’est pas neutre et les deux navires d’ONG espagnole, Open Arms et Astral (avec 4 eurodéputés à bord), utilisent l’affaire pour tenter de forcer l’accès, interdit pour eux, aux ports italiens ».

ARTICLE, La Repubblica, V. Nigro : « Libye mise en accusation : ‘’ Sont-ils pas fiables ? Là-bas il n’y a pas d’Etat… ‘’ » : « Un diplomate italien déclare : ‘’Les garde-côtes libyens ont sauvé  des migrants, ils n’en ont pas tué deux ou trois, en les laissant en mer : nous les Italiens, travaillons avec eux et nous les connaissons, ils peuvent avoir beaucoup de problèmes mais ce sont de bons marins, surtout ceux de Tripoli. Il n’y a pas seulement le ministère de l’Intérieur qui défend les Libyens, il y a aussi le ministère de la Défense et celui des Affaires Etrangères. Personne ne croit  à la version d’Open Arms et une source des Affaires Etrangères confirme : ‘’ Les Libyens sont en train de collecter tous les éléments pour les rendre publics. Le sauvetage qui aurait été refusé à deux femmes et à deux enfants est contre tout ce que la garde-côtière, soutenue par les Italiens, fait habituellement. ‘’ L’attaché naval italien à Tripoli a envoyé des messages au ministère de la Défense pour confirmer que « peut-être » il y a eu un accident mais qu’il n’y a jamais eu la volonté d’abandonner les migrants en mer. A la question de savoir si on peut faire confiance à l’Etat libyen, un commandant italien a donné une réponse compliquée : ‘’Non, là-bas l’Etat n’existe pas. Le gouvernement Sarraj est reconnu par l’ONU, mais ce sont les hommes politiques qui ont des liens plus ou moins forts avec l’étranger ou qui sont soumis aux milices. Dans cette situation, nous sommes en train de tenter de stabiliser la meilleure partie, comme la garde-côtière et la Marine ‘’».

ARTICLE, La Stampa, F. Paci, « Mère et fils décédés, l’Ong accuse les libyens. Pour L’Intérieur ce sont des Fake news et ils en fourniront les preuves » : « L’Ong Open Arms accuse la garde côtière de Tripoli : ces personnes abandonnées refusaient de monter sur le patrouilleur libyen, qui a coulé leur bateau. Pour Salvini, c’est une diminution des débarquements qui diminuera le nombre des victimes et ‘’les mensonges et les insultes de quelques Ong étrangères montrent que nous sommes sur la bonne voie’’. Aujourd’hui au sommet de Bruxelles, l’Italie demandera de nouvelles règles pour les secours ».

ARTICLE, Il Mattino, V. Di Giacomo, « Nous étions sur le navire libyen, personne n’était resté en mer » : « Il existe deux versions de l’histoire des migrants retrouvés en mer par l’Ong Catalane Open Arms. Deux journalistes -Nadja Kriewald de N-tv et le freelance Libyen Emad Matoug- étaient sur le patrouilleur  libyen ayant secouru les migrants pendant la nuit et ils affirment ‘’à notre départ, il ne restait plus personne à l’eau’’. Si les migrants ont ‘’éclaté en sanglots en découvrant qu’il ne s’agissait pas d’une Ong’’ le comportement des agents a semblé être ‘’un excellent travail, avec beaucoup d’humanité’’. D’autre part Erasmo Palazzotto, le députe de Liberi Uguali, qui était sur le navire d’Open Arms, a assisté dans la matinée à la récupération des corps d’une mère et d’un enfant morts et d’une femme prouvée par l’expérience mais en vie.  D’après lui ‘’le gouvernement libyen est criminel et le ministre Salvini est complice de ces crimes’’. »

RETROSCENA (Coulisses) La Stampa  F; Capurso : « le plan du gouvernement : migrants régularisés par un décret sur les flux » : « Depuis hier, le destin des demandeurs d’asile déjà présents sur le territoire européen est arrivé parmi les premiers documents du ministre des Affaires Etrangères Moavero Milanesi. Selon le gouvernement, une proposition italienne sur les mouvements secondaires pourrait devenir l’élément  pivot pour décrocher un bon accord avec la France et l’Allemagne sur la gestion des débarquements et des routes africaines. L’idée, déjà évaluée par les dirigeants de la Ligue, prévoit une révolution substantielle du ‘’décret flux’’. Le gouvernement établit chaque année le chiffre de citoyens extracommunautaires pouvant entrer en Italie pour des raisons de travail. Cela permettrait de gérer surtout le flux des migrants irréguliers et les demandeurs d’asile déjà présents en Italie, faisant baisser le quota d’arrivées venant des frontières extérieures de l’UE. Cela ferait économiser de l’argent et du temps. Une fois testé en Italie, ce système sera proposé à Bruxelles, où plusieurs saluent l’idée. La Ligue y est favorable mais craint une réaction de ses électeurs ».

COMMENTAIRE Corriere della Sera M. Franco « Deux visions opposées sur l’Europe » : « Quand Mattarella parle aujourd’hui de l’Union comme d’un ‘’succès unique dans l’histoire, un espace de paix et de prospérité’’, cela signifie vouloir la relancer contre ceux qui veulent délégitimer ce qui a été fait. Une revendication d’un projet qui n’a ‘’ni de barrières physiques ni mentales’’. Mattarella ne s’adressait pas uniquement à l’Italie, mais à une grande partie de l’Occident. Toutefois, ces mots s’insèrent dans le débat politique italien. Notamment sur la question des migrants. Quant à Salvini, de retour de Moscou, ce dernier souligne ‘’L’Europe est un problème : pensons aux migrants, les banques, la politique agricole, les sanctions envers la Russie’’ ».

ARTICLE Il Messaggero S. Menafra « Coup d’envoi pour les négociations sur ‘’Sophia’’, les navires près des côtes » : « L’idée d’impliquer davantage la Libye demeure au centre de la stratégie de Salvini. Les titulaires de l’Intérieur, de la Défense et des affaires étrangères bougeront ensemble dans deux directions : revoir les contenus de la mission ‘’Sophia’’ en faisant reculer les navires européens vers les côtes continentales, afin que les Libyens puissent intervenir sur les canots en difficulté. Ensuite, forcer sur la mise en sécurité d’un port tripolitain (toujours avec la coopération des autorités libyennes) après la visite de la ministre Trenta en Libye prévue pour la fin de juillet. Cela afin que les institutions censées se prononcer sur la question de la sécurité (le CS de l’ONU et l’OCDE) la jugent de manière positive. Aujourd’hui s’ouvre le COPS dédié à la mission dirigée par l’Italie, ‘’Sophia’’. L’amiral Credendino insistera sur deux points essentiels : 1) modifier le principe hérité par la mission Triton prévoyant l’automaticité de porter les rescapés en Italie ; 2) modifier le fonctionnement pratique du dispositif militaire, donnant indication aux navires de se tenir davantage plus proches des côtes européennes. F. Mogherini devrait proposer d’ajouter à la mission ‘Sophia’’ d’autres objectifs : la lutte contre le trafic de pétrole et accompagner la formation de la brigade garde-côte libyenne avec une garnison permanente à leur côté ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

18/07/2018

"Négociations pour nommer le Conseil d’Administration de la Rai."

Ligue.jpg

M5S.jpg

FI.jpg

Italie. Revue de presse.

Rencontre D. Trump-V. Poutine à Helsinki : Unes : « Trump choisit l’axe avec Poutine » - ‘’Trump met fin à un long bras-de-fer avec le leader de Moscou’’ (Corriere della Sera), « La grande entente Trump-Poutine » - ‘’Mais le service de renseignement s’insurge au sujet du Russiagate’’ (La Repubblica), « Trump-Poutine, accord à l’ombre du Russiagate » - ‘’Deux heures en tête-à-tête, convergence contre la reconstruction du FBI sur l’interférence russe sur les élections américaines’’ (La Stampa), « Trump-Poutine : le Russiagate est une farce » (Sole 24 Ore), « Tump-Poutine, on tourne la page » - ‘’Mais les distances demeurent sur la Crimée et la Syrie’’ (Il Messaggero).

COMMENTAIRE Sole 24 Ore U. Trimballi : « Poutine remporte le match » : « Les Etats-Unis sont une superpuissance économique et militaire. La Russie n’a pas d’alliés, juste quelque soumis et ses dépenses militaires peuvent se comparer à une simple augmentation annuelle des dépenses américaines.  Mais malgré toutes raisons, le sommet d’Helsinki a été avant tout une victoire pour Poutine. Avec ce sommet, la Russie a été élevée au même rang que les Etats-Unis. Moscou a également obtenu son deuxième objectif : reprendre un dialogue entre superpuissances, hostiles depuis trop longtemps. Si la Russie est le vrai acteur sur la scène globale, elle le doit aussi grâce à Donald Trump et à l’incertitude la plus totale que le président américain sème auprès de ses amis. Comme la Corée du Sud et le Japon, nous Européens, devrions nous demander s’il faut continuer de croire que l’Amérique est encore un ami ».

ARTICLE, La Stampa, G. Agliastro : « Salvini prévient Bruxelles : je n’exclus pas l’option d’un véto Italien sur les sanctions européennes contre la Russie » :« Salvini soutient la fin des sanctions contre la Russie et menace l’UE en indiquant que l’Italie est prête à mettre son veto, en dernier recours, dans le cadre d’un bras de fer avec les Institutions européennes. Salvini a indiqué : ‘’Nous désirons convaincre l’Europe à travers l’art de la démocratie, des données et des évidences. Mais on ne peut rien exclure ».

RETROSCENA (Coulisses) La Stampa M. Bresolin et F. Schianchi « Le défi de l’Intérieur : des accords avec Tripoli pour les refoulements » : « Furieux contre l’Europe, après le ‘’non’’ à la possibilité de pouvoir considérer les ports libyens comme sûrs, Salvini veut renchérir. Il a attaqué l’Europe en parlant de ‘’clowns’’ et critiqué de manière très dure Mogherini. L’idée est de vouloir forcer la main, de chercher un accord bilatéral avec Tripoli afin de ramener en Libye les migrants débarqués. Entretemps, les contacts entre Bruxelles et Rome vont de l’avant. On travaille au projet de ‘’centres contrôlés’’ pour les migrants débarqués. Ils devraient être opérationnels en 10-15 jours : l’UE veut éviter que d’autres navires ne soient pris en otage par l’Italie en attente de négocier la solidarité avec les partenaires UE »

COMMENTAIRE La Repubblica S. Folli « Rester dans l’UE entre défi et médiation » : « A l’évidence, Salvini est en train d’introduire dans la discussion une nouvelle variable : l’idée que la solution ne soit pas dans les quotas à partager à l’intérieur de l’Union, mais plutôt par la fin du flux de migrants. Salvini adopte ainsi la réponse méprisante de la République tchèque de la fermeture des frontières extérieures de l’Europe car il ne croit pas dans les délais trop longs ni aux quotas. Salvini est lié au groupe de Visegrad et la récente visite en Russie l’a galvanisé dans ses convictions ».

REPORTAGE, Corriere della Sera, M. Caprara : « Un pays sans stabilité » : « Tripoli, capitale du pays dont en Italie on parle simplement en tant que plateforme de départ des migrants, est entre les mains de quatre milices. Son panorama est spectral, silence dans les rues et presque aucun piéton, du sable partout tandis que les voitures remplissent les chaussées. C’est la routine en Libye, pays qui n’a pas encore trouve une paix authentique, sept ans après la guerre, la liberté a disparu. Le général Haftar, soutenu par la Russie et l’Egypte, utilise des méthodes brutales. Sa décision de bloquer les puits de pétrole, annulée suite aux pressions des Etats-Unis, de la France et de l’Italie, avait réduit de moitié la production libyenne de brut. La structure verticale des milices ressemble à celle de la ‘’ mafia ‘’. Les ressources des groupes armés se basent sur la spéculation de l’argent, sur la monnaie locale et sur le ‘’ pizzo ‘’ (somme d’argent exigée régulièrement). Chaque faction a ses propres domaines de suprématie, mais dès qu’ils entrent en collision, la fusillade se déclenche. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, en mission à Tripoli, a déclaré que la Libye aurait besoin d’une efficace unité nationale ainsi que d’une stabilité nécessaire pour son développement et que tous les pays doivent intensifier leurs efforts pour pouvoir l’aider à les rétablir ».

ENTRETIEN d’Antonio Tajani, président du Parlement Européen et vice-président de Forza Italia « Les flux ne peuvent pas être arrêtés en tenant en otage les gens » (La Repubblica): « ‘’Ce n’est pas en renvoyant 250 migrants aux partenaires qu’il est possible de résoudre les problèmes. Le gouvernement manque de stratégie globale. Pour la Libye et le Sahel, les 500 millions alloués par l’UE ne sont pas suffisants. Il en faudrait 6 milliards immédiatement et puis 40 milliards à insérer dans le budget 2021-2027 pour un plan Marshall. La stratégie du gouvernement italien ne marche pas : ses alliés, les pays du groupe de Visegrad, ont répondu par un « non sec » à la solidarité. La solution ne sera pas trouvée par le biais d’accords théoriques et irréalisables avec les souverainistes. Salvini et le gouvernement devraient changer d’alliés. L’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal ont montré qu’il y avait une solution européenne. Macron a fait un tout d’Afrique. Je n’ai pas l’impression que Conte aille au Maroc, en Algérie, Tunisie, Tchad ou Niger pour signer des accords. Il manque une vision globale’’ ». 

ARTICLE, Il Mattino, E.Pucci, « Rai : pacte entre Giorgetti et Di Maio: Bianchi Clerici présidente et le PDG sera choisi par les 5 Etoiles » :« Négociations pour nommer le Conseil d’Administration de la Rai, principal groupe audiovisuel public italien, qui sera composé d’un membre choisi par la Chambre des Députes, un par le Sénat, deux par le Trésor et un par l’assemblée des travailleurs de la Rai. Il y a accord entre la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles. Le Président sera choisi par la Ligue qui mise sur Bianchi Clerici, ex parlementaire et ex conseillère administrative Rai. Le Mouvement 5 Etoiles choisira aujourd’hui son candidat pour le rôle de PDG à travers un vote sur la plateforme en ligne Rousseau. Les favoris ont des profils techniques avec des expériences dans le monde de l’innovation informatique et des médias, en ligne avec la volonté de ‘’faire évoluer la Rai vers un modèle de media company moderne, visant à l’innovation et au digital’’ »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

16/07/2018

Matteo Salvini à Moscou.

Ligue.jpg

Russie Unie.jpg

Italie et Russie. Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini (Ligue) a rencontré ce 16 juillet 2018 au matin à Moscou le ministre de l’Intérieur russe Vladimir Kolokoltsev (Russie Unie).

L1.jpg

Matteo Salvini et Vladimir Kolokoltsev

L2.jpg

L3.jpg

Mario Borghezio donne une interview à l’organe de presse autrichien Zur Zeit.

Ligue.jpg

FPÖ.jpg

Italie et Autriche. Le député européen de la Ligue Mario Borghezio (Italie) donne une interview à l’organe de presse autrichien Zur Zeit :

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2018/07/09/e...

Zur Zeit.jpg

La police bavaroise conduira des contrôles frontaliers aux côtés de la police fédérale.

CSU.jpg

Allemagne. Le ministre de l’Intérieur CSU d’Allemagne Horst Seehofer et son homologue CSU de Bavière Joachim Herrmann se sont mis d’accord : la police bavaroise conduira des contrôles frontaliers aux côtés de la police fédérale. La police bavaroise devra cependant livrer les clandestins à la police fédérale, qui seule peut ordonner à ceux-ci de quitter le territoire allemand.

"Berlusconi, ultimatum à la Ligue."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Question migratoire : Unes : « Navires et migrants, l’Europe divisée sur l’accueil » (Corriere della Sera), « Migrants, les pays de l’Est divisent l’UE » (La Stampa), « Les 450 migrants iront dans 5 pays de l’UE, non du bloc de l’Est » (Il Messaggero), « Le revers des pays de l’Est : ‘’nous ne prenons pas les migrants’’ » (Il Mattino).

ARTICLE Il Messaggero A. Gentili « Conte reprend les commandes : ‘’stop aux fonds européens aux pays qui refusent les quotas’’ » : « Il y a une grande satisfaction au Palais Chigi. Après la France et Malte, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal se sont engagées eux aussi dans le groupe des « pays de bonne volonté ». Le président du Conseil se félicite aussi parce qu’il a réussi, après la campagne assourdissante et solitaire de Matteo Salvini (Ligue), à reprendre en main le dossier des migrants. Une source haut placée souligne ‘’une approche enfin institutionnelle qui rassurera sans doute le Quirinal’’, après l’opposition entre ministres sur le navire ‘’Diciotti’’. Conte a réussi à faire une synthèse entre l’approche musclée de Salvini et institutionnelle du responsable des affaires étrangères Moavero Milanesi (Indépendant). Par ailleurs, l’Italie organisera en octobre une conférence internationale sur l’immigration, ouverte à tous les pays africains et aux États-Unis. Des sources du Palais Chigi soulignent que Conte parlera de cela lors de sa rencontre avec Trump prévue le 30 juillet prochain ».

ARTICLE, La Stampa, G.Longo, « Migrations : d’autres réponses positives pour l’Italie, mais le groupe de Visegrad divise l’UE » : « La médiation politique, menée par Giuseppe Conte a apporté un succès relatif. L’Allemagne, le Portugal et l’Espagne vont chacune accueillir 50 des 451 migrants bloqués à Pozzallo. Conte a indiqué que ʺla solidarité européenne se matérialisait. Les pays de l’Est ont refusé, et notamment la Hongrie et la République tchèque dont le Premier Ministre a déclaré dans un tweet ʺnotre pays ne recevra aucun migrant, la seule solution à la crise est le modèle australien, c’est-à-dire, ne pas faire débarquer les migrants en Europeʺ. Pour l’instant les navires restent en rade, suivant la volonté du ministre Salvini de ne pas procéder au débarquement, sauf pour les femmes et les enfants. »

ENTRETIEN de Manlio Di Stefano (M5S) secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères « Le groupe de Visegrad ? Aucun point en commun avec eux »  (Corriere della Sera) : « ‘’Il n’y a aucune syntonie avec les pays du groupe de Visegrad car leur vision politique générale est très différente de la nôtre : nous croyons, œuvrons et nous nous engageons pour une Europe unie et solidaire, qui puisse fonctionner et qui grandisse ensemble. Tous doivent soutenir les devoirs et les sacrifices de l’accueil. Il n’y a pas de pays méchants ou gentils. Si quelque chose bouge, c’est grâce à notre action sérieuse et décidée’’ ».

Frictions Inps/gouvernement : Unes « Le gouvernement accuse l’Inps » (Corriere della Sera), « Le gouvernement à l’assaut de Boeri, Tria aussi  dans le collimateur » (La Repubblica), « Emploi, les ministres attaquent l’Inps » - ‘’Boeri : je démissionne uniquement si Conte me le demande’’ (La Stampa), « Gouvernement-Inps, défi sur les retraites » (Il Messaggero).

ARTICLE, La Stampa, A. Di  Matteo, « Paix entre Di Maio et Tria, front uni contre l’Inps » : « Luigi di Maio et le Ministre de l’Economie Giovanni Tria (Indépendant), entre lesquels il avait presque eu « court-circuit » autour du décret dignité, trouvent un accord. Dans la ligne de mire du gouvernement se trouve Boeri, président de l’Inps -l’Institut National de la Sécurité Sociale Italien- et sa critique du décret Dignité. Salvini demande sa démission et déclare : ʺBoero continue de répéter que la Loi Fornero est intouchable et que les immigrés payent pour les retraites des italiens. Je pense qu’il se trompe et qu’il devrait démissionner »

RETROSCENA, La Stampa, R. Giovannini, « Boeri : s’ils veulent se débarrasser de moi, le Premier Ministre doit me le demander» : « Il est probable que l’expérience de Tito Boeari à l’Inps finisse bientôt en raison des frictions avec le gouvernement. Convoqué par le Premier Ministre lui annonçant la fin de son mandant, Boeri serait prêt à démissionner. Il considère en revanche que les posts sur Twitter ou Facebook demandant sa démission, tel que ceux de Salvini, soient insuffisants et qu’il faut une procédure institutionnelle. Boeri a accusé Di Maio, Ministre du Travail, et Tria, Ministre de l’Économie, de ʺnégationnisme économiqueʺ et a souligné que, l’Inps n’agit pas pour entraver le gouvernement mais fournit des évaluations techniques sur des données et méthodes statistiques et économiques, qui sont les mêmes que celle employés sous d’autres gouvernement. Ce sont des données ʺqui ne se laisseront pas intimider.ʺ » 

ARTICLE, La Repubblica, G. Vitale : « Berlusconi, ultimatum à la Ligue. Mais Meloni : centre - droit fini » : « Silvio Berlusconi est en train de faire tout son possible pour convaincre Matteo Salvini d’abandonner le M5S et sauvegarder l’alliance avec Forza Italia et le centre-droit. Berlusconi demande à la Ligue de débrancher le gouvernement Conte, mais Giorgia Meloni (présidente de Fratelli d’Italia) affirme qu’il est impossible de reconstruire l’alliance avec la Ligue et que le centre-droit est fini ».

ARTICLE Il Messaggero S. Piras « L’isolement du M5S à Strasbourg » : « Le Mouvement 5 Etoiles se trouvera orphelin avec le départ de leur ancien allié Farage, qui ne sera pas présent à partir de 2019. Impliqué dans une alliance de gouvernement, le M5S tente de comprendre avec qui s’allier lors des élections européennes. Le dialogue avec En Marche serait interrompu. Il y a quelque temps, des bruits évoquaient un M5S voulant s’accréditer auprès d’En Marche du Président Macron. ‘’En Marche doit choisir entre les partis du changement, comme nous ou ceux du passé’’, c’est le refrain des 5 Etoiles qui ont donc joué leur carte ».

SONDAGES Il Messaggero « Les eurosceptiques se renforcent, les socialistes et les populaires en baisse » : « Les simulations de l’Institut Cattaneo, basée sur des sondages dans les 27 pays de l’Union, affiche ses chiffres. Ensemble, le PSE et le PPE perdent environ 11 points, alors que les partis de droite vont au-delà du seuil des 20% sans pour autant faire un exploit. Les libéraux et les nouveaux partis comme les centristes français d’En Marche seront ainsi décisifs. PPE à 25,5% (-6,5%), PSE à 20,5% (-4,5%), les libéraux à 10,2% (+0,3%) les souverainistes à 21 % (+4,5%) les autres partis, inclus En Marche, passent de 16,6% à 22,8% ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

15/07/2018

Gerard Batten à propos des gangs pédophiles musulmans.

UKIP.jpg

Royaume-Uni. Lors de la manifestation ce 14 juillet 2018 à Londres en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson, le dirigeant de l’UKIP Gerard Batten a déclaré que les gangs pédophiles musulmans sont inspirés par le culte de Mohamed avant d’ajouter que « le fondateur de ce culte était lui-même un pédophile qui retenait des esclaves sexuels. »

14/07/2018

Jimmie Åkesson déclare que les migrants sont responsables de l’augmentation des crimes violents.

DS.jpg

Suède. Le dirigeant des Démocrates suédois Jimmie Åkesson déclare que les migrants sont responsables de l’augmentation des crimes violents et de l’insécurité qui règne, selon lui, dans le pays. Il estime que les étrangers auteurs d’actes graves de violence ou d’attaques sexuelles doivent être bannis à vie, en plus d’une peine de prison, du pays.

Filip Dewinter à Londres.

VB.jpg

Belgique et Royaume-Uni. L’homme fort du Vlaams Belang et député Filip Dewinter a pris la parole ce samedi 14 juillet 2018 à Londres au Royaume-Uni lors de la manifestation en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson. Il a déclaré : « Donald Trump a raison : « L’Europe est en train de perdre sa culture à cause de l’immigration. ». »

Londres 1.jpg

L'AfD donnée à 16 %.

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Un sondage Forsa donne l'AfD à 16 %.

AfD 1.jpg

CDU : démocrates-chrétiens

CSU : sociaux-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

AfD : patriotes

FDP : libéraux

die Linke : post-communistes

Grüne : écologistes

Sonstige : autres

Paul Meijer, tête de liste de Forza ! pour les municipales à Haarlemmermeer.

Forza.jpg

Pays-Bas. Province de Hollande du Nord. Haarlemmermeer. Paul Meijer sera tête de liste de Forza ! lors des élections municipales du 21 novembre 2018.

Forza.jpg

Paul Meijer

[Forza est un parti fortunistique, c’est-à-dire qui se réclame de la ligne politique du défunt Pim Fortuyn.]

13/07/2018

Les membres Leefbaar Rotterdam de l'exécutif de la ville quittent.

LR 1.jpg

Pays-Bas. Rotterdam. Leefbaar Rotterdam se retrouvant désormais dans l’opposition, les trois membres Leefbaar Rotterdam de l’exécutif de la ville Joost Eerdmans, Maarten Struijvenberg et Robert Simons ont quitté ce jeudi 12 juillet 2018 leurs fonctions.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/06/05/lee...)

Italie : le président oblige le Premier ministre à faire débarquer les migrants.

M5S.jpg

Ligue.jpg 

FI.jpg

Italie. Revue de presse.

Question migratoire/navire ‘’Diciotti’’ : Unes : « Migrants, le Quirinal intervient » - ‘’Mattarella appelle Conte, qui débloque l’impasse. Salvini affiche sa ‘’stupeur’’ (Corriere della Sera), « Mattarella oblige Conte à faire débarquer les migrants » (La Stampa), « Migrants, tension Salvini-Quirinal » (Il Messaggero, Il Mattino), « Salvini perd son pari, le gouvernement vacille » (Il Giornale), « Mattarella et Conte libèrent 67 otages » (Avvenire).  

ARTICLE Corriere della Sera « Migrants en mer, Mattarella appelle Conte. Les 67 du navire Diciotti débarquent à Trapani » : « Après le non de Salvini, le Quirinal prend sa décision. Il aura fallu l’intervention du Chef de l’Etat pour débloquer la situation. Mattarella a demandé à Conte de convaincre son adjoint, qui s’avère être aussi le ministre de l’Intérieur, à commencer à faire descendre les migrants donnant la priorité aux femmes et aux enfants. Le chaos s’explique par l’absence totale de communication entre l’Intérieur et la préfecture »

COMMENTAIRE Corriere della Sera, M. Franco « Ce rempart nécessaire » : « La décision du Palais Chigi de faire enfin débarquer ces désespérés et en parallèle celle du Parquet de ne pas procéder aux arrestations comme le demandait Salvini, n’est probablement pas un moyen de déjuger le titulaire de l’Intérieur, malgré la ‘’stupeur’’ de ce dernier. Paradoxalement, il s’agit d’une solution offerte non seulement à l’Italie mais aussi à Salvini, face à une stratégie qui était en train de porter le gouvernement et le pays vers une voie sans issue. Le conflit institutionnel était en train de se profiler de manière dangereuse ces derniers jours entre Salvini et ses autres collègues du gouvernement, avec la tendance du premier à dépasser les limites de sa compétence et les pouvoirs des autres. Le ‘’Oui’’ de Conte au débarquement n’exacerbe donc pas les tensions mais vise plutôt à les détendre, rappelant à chacun ses propres zones de compétence »

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli : « La défaite du Viminal sur les migrants » : « Dans la guerre médiatique entre Ligue et M5S, on se souviendra de la journée d’hier. D’un côté, Di Maio a marqué un point par la décision qui élimine les retraites « dorées » à la Chambre des Députés et qui représente un message clair aux électeurs. De l’autre côté, pour le ministre de l’Intérieur Salvini il s’agit d’une première défaite. Cela arrive quand on exagère. Même à Innsbruck, le ministre de l’Intérieur a dû noter qu’il n’existe pas d’unité d’intention avec ses homologues allemand et autrichien. L’accord des nationalistes (ou souverainistes) est surtout politique et sur l’espoir d’un grand succès aux prochaines élections européennes de 2019. C’est l’objectif politique à atteindre pour ceux qui considèrent Merkel l’ennemie à battre et Macron comme son partenaire à affaiblir. Il n’en sort pas grand-chose et nous avons l’impression qu’il existe une syntonie privilégiée parmi les  ‘’ souverainistes ‘’ de langue allemande (en ajoutant Hongrois et Polonais). Il est évident que la majorité, depuis hier, est composée par deux partis, ne communiquant pas beaucoup entre eux : une condition dans laquelle la division économique et sociale du pays se reflète ».

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa : « Le vice- président du Conseil : ‘’ Qui a choisi à ma place en répondra ‘’ » : « Matteo Salvini est étonné, surpris regrettant vivement cette décision du Quirinal. Quand les 67 migrants ont enfin débarqué du Navire Diciotti à Trapani, le ministre de l’Intérieur a eu du mal à contenir son irritation et sa colère. Après le sommet européen à Innsbruck sur l’immigration, Salvini a affiché sa ‘’ stupeur ‘’ à l’égard du Quirinal qui, d’après lui, a choisi de débloquer le débarquement en Sicile, décision qui relevait uniquement de la compétence du ministère de l’Intérieur. Du sommet sur l’immigration, Salvini attendait quelque chose de plus et il a dit, avec un air presque content, qu’à la rencontre avec ses collègues allemand et autrichien Seehofer (CSU) et Kickl (FPÖ), il était le plus modéré. Il a ajouté qu’il sera à Moscou pour la finale de football, mais qu’il sera un supporteur de la Croatie et non de la France ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Roberto Fico (M5S) Président de la Chambre » : « Un rééquilibre social » : « ʺNous avons mis fin à une inégalité de traitement entre les citoyens et leurs représentantsʺ. Face à la critique de la mesure comme un stratagème pour valoriser le Mouvement 5 Etoiles, le Président de la Chambre qu’il ne s’agit pas de mesure symbolique, mais un geste qui fait du bien aux institutions et à la politique.  Quant à l’extension de la mesure aux Sénateurs, il a indiqué qu’il était certain que le Sénat va également faire des évaluations et poursuivre un parcours de réduction des dépenses publique (de plus de 40 millions d’euros par an) et, au sens plus profond, un parcours culturel et visant l’équilibre social’’ ».

ENTRETIEN, Il Mattino, Antonio Tajani, président du Parlement Européen » « Berlusconi se portera candidat à Naples pour les élections européennes » : « ʺLe Sud est une priorité pour Forza Italia, qui est le seul parti ayant une stratégie. En vue des élections européennes, Berlusconi se portera candidat, peut-être même à Naples, pour guider la renaissance du Sud. Enfin, sur le revenu de citoyenneté proposé par Di Maio: c’est une forme d’aumône qui ne suffira pas au Sud, il faut des stratégies. Forza Italia fera une opposition ferme mais constructive et j’espère que la Ligue du Nord considèrera nos propositionsʺ.»

ARTICLE La Stampa M. Bresolin « Un sommet à Rome avec les Américains : le plan de Conte sur la Libye pour freiner l’influence de Macron » : « Le président du Conseil vise à un rôle-clé dans le processus de stabilisation politique de la Libye. L’annonce a été faite hier par G. Conte à l’issue du sommet Otan de Bruxelles. L’objectif est sans doute ambitieux : réunir autour d’une table des acteurs plus importants que ceux réunis à Paris le 29 mai dernier par Macron. Car Rome vise à inviter également les Etats-Unis. ‘’Le processus de stabilisation ne peut pas concerner que l’Italie... ni la France de manière exclusive’’ a expliqué Conte. La réunion ne devrait pas se tenir à Rome mais plus au Sud : une manière de montrer la proximité aux Libyens. Cette réunion donnera ‘’une suite à la conférence de Paris’’ mais avec l’Italie comme acteur principal. Cela justement pour ne pas laisser à Macron l’exclusivité de l’action. Et la date des élections du 10 décembre pourrait être repoussée : c’est ce qui pourrait être l’un des conclusions de cette réunion. Quant à l’éloge de Trump à Conte en conférence de presse, cela s’expliquerait par le fait que la Maison Blanche voit en Rome un possible partenaire dans son projet d’affaiblir le front européen ».

ENTRETIEN, Il Mattino  Franco Frattini, ancien-Ministre des affaires étrangères « Conte a obtenu des résultats ». « L’Italie en sort renforcée et obtient la pleine opérativité du hub Otan de Naples. Le sommet a confirmé un écart entre les membres européens de l’Otan et les États-Unis. Il a également montré une méfiance réciproque entre les Etats-Unis et la France, malgré l’idylle initiale entre Macron et Trump. L’attitude de la France avec l’Italie sur la question migratoire a sans doute joué un rôle important. Nous avons un excellent rapport avec les États-Unis. Trump a besoin de soutien. Un gouvernement qui est membre de l’Otan, fondateur UE, troisième puissance en son sein et qui agit comme Trump le ferait, notamment en matière migratoire, est un atout importantʺ ».

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa : « Le pacte parmi les souverains est seulement par des mots » : « C’est le sommet des annonces et de bonnes résolutions, des souverainistes qui montrent leur pouvoir et menacent de fermer les portes d’Europe. Mais le sommet des 28 ministres de l’Intérieur sur l’immigration se termine, après une demi- journée de travail à Innsbruck sans résultats concrets. L’allemand Seehofer n’arrive pas à convaincre Salvini à récupérer en Italie les demandeurs d’asile déjà enregistrés dans notre pays ; Salvini n’arrive pas à trouver une solution  sur la relocalisation des migrants débarqués sur nos côtes ; le Français Gérard Collomb ne cède pas aux pressions italiennes et maintient clos l’accès de Vintimille. Les résultats du sommet informel sont limités à l’engagement à revoir le système de protection des frontières Sud, à développer Frontex avec 10 000 agents européens, à faciliter les rapatriements avec les accords entre l’UE et les pays de départ. Allemagne, Autriche et Italie sont en train d’organiser une rencontre technique jeudi prochain à Vienne suivie d’une nouvelle rencontre Salvini-Seehofer d’ici la fin du mois à Milan ».

ARTICLE La Stampa M. Bresolin « Retour de l’incertitude, le PIB italien freine. Bras-de-fer entre Tria et Moscovici » : « Les prévisions de croissance pour l’Italie sont pires que prévues (1,3% contre les 1,5%) et même les plus basses d’Europe. Selon le ministre de l’Economie Tria, il n’y a pas à ce stade d’ajustements prévus pour le budget italien, car cela freinerait ultérieurement l’économie. Mais le commissaire européen Moscovici insiste ‘’les ajustements structurels sont indépendants de la croissance’’. Entretemps, la Cour des Comptes européennes critique la Commission pour la flexibilité accordée à certains pays membres. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

12/07/2018

Un message de Geert Wilders sera diffusé à Londres.

PVV.jpg

Pays-Bas et Royaume-Uni. Le président du PVV Geert Wilders a enregistré un message vidéo qui sera diffusé ce samedi 14 juillet 2018 à Londres lors de la manifestation organisée en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/07/11/gee...)

"Matteo : avant tout la sécurité des Italiens."

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

ARTICLE, La Repubblica, A. d’Argenio, « Trump incite les Alliés : il faut des dépenses à hauteur de 4% pour la défense » : « Sommet Otan à Bruxelles, Donald Trump demande des dépenses de défense de 4 % du PIB. Sur l’Allemagne, il déclare qu’elle est complètement contrôlée par la Russie pour le gazʺ. Réponse de la Chancelière, ʺmon pays est libre et décide sans interférencesʺ. Suite au sommet, Trump change de ton en indiquant qu’il entretient avec A. Merkel une relation extraordinaireʺ. Une plaisanterie entre Trump et Conte ne passe pas inaperçue : interrogé par le Président Américain sur l’état de ses frontières, Conte répond sur le ton de la boutade ʺEmmanuel ne m’aide pas avec les migrantsʺ. »

ARTICLE, Sole 24 Ore G. Pelosi « L’Italie veut augmenter les ressources destinées aux investissements » : « La ministre de la Défense Elisabetta Trenta (M5S) a tenu à souligner lors du sommet de l’Otan qu’une représentation adéquate de l’effort de contribution italienne devait être effectuée. Sur le burden sharing, elle a précisé que l’évaluation doit être générale et non sélective. En effet l’Italie arrive avec un grand effort et avec professionnalisme à assurer une présence de niveau dans les missions internationales. D’où la décision de relancer le hub de Naples. Le vrai problème italien est que nous sommes arrivés désormais à 73% de dépenses de personnel et ce qui nous reste pour garantir le fonctionnement pour les investissements est vraiment réduit. D’où la demande de ne pas compter dans le Pacte de stabilité les investissements réalisés au niveau européen dans le secteur de la défense ».

ARTICLE, Il Mattino, V. Di Giacomo : « Naples, le Hub sera opérationnel. Stoltenberg : il est stratégique » : « A la fin de la première journée du sommet de l’OTAN à Bruxelles, le secrétaire général de l’Alliance Atlantique a  donné son feu vert à une demande précise de l’Italie lors du sommet : il a déclaré, en effet, que le Hub de Naples est tout à fait opérationnel et qu’il aidera à contrôler le Sud de l’Europe et les activités des pays méditerranéens ainsi qu’à répondre aux défis régionaux. Le président du Conseil Conte a apprécié».

Migrants/UE : Unes : « Migrants, la police à bord » - ‘’Enquête sur le navire Diciotti. Salvini : les violents en prison’’ (Corriere della Sera), « Migrants et travail, le gouvernement se fissure » (La Repubblica), « Migrants, le réseau de Salvini contre Macron » (La Stampa), « La police sur le navire des migrants » - ‘’Enquête sur des violences présumées à bord. Tensions au sein du gouvernement’’ (Il Messaggero).

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa, « Salvini e Seehofer, amis-ennemis – ʺ Que la France ouvre les portes aux migrantsʺ » : « Rencontre bilatérale Salvini-Seehofer en préparation du sommet d’Innsbruck. L’Italie et l’Allemagne restent divisées sur le renvoi des migrants ʺsecondairesʺ en Italie mais elles ont un objectif commun : ʺNous avons payé le prix le plus cher, nous ne pouvons plus être les seuls, impliquons les autres et surtout la France, qui ne peut rester impassibleʺ. Salvini: ʺAvant d’accepter des immigrés en Italie, il faut que l’Europe protège les frontièresʺ. Possibilité d’un axe Italie-Allemagne : des objectifs communs comme le signe d’un début d’une collaboration positiveʺ. Sur la France, Salvini se dit ʺtrès curieux de rencontrer et d’écouter Gérard Collomb dans les heures à venirʺ ».

ARTICLE Corriere della Sera P. Valentino « Le vice-président du Conseil mise sur l’axe avec Seehofer » : « A Innsbruck, le ministre de l’Intérieur Salvini parle d’une entente avec l’Allemagne, malgré la question des mouvements secondaires. Pourtant, Salvini est persuadé que la bataille pour une défense plus forte aux frontières extérieures de l’UE offre suffisamment de terrain commun à la collaboration entre l’Italie et l’Allemagne, afin de pouvoir résoudre les frictions actuelles. Le ministre italien a été flou sur le point qui aurait fait changer d’avis l’Italie sur les mouvements secondaires. Il a fait toutefois un exemple ‘’la modification de Dublin est longue. Mais dès la semaine prochaine nous demanderons une modification des règles de la mission Sophia, qui jusque-là a porté 45 000 migrants en Italie. Si au lieu de les faire débarquer tous chez nous, ils étaient distribués entre les pays de l’UE, nous aurions des chiffres et des problèmes différents’’. Ce matin, Salvini aura d’autres entrevues avec ses homologues Seehofer, Kickl et le Français Collomb ».

ARTICLE Sole 24 Ore R. Da Rin « Salvini à Seehofer : d’abord les frontières protégées, ensuite nous négocierons les retours de migrants chez nous » : « L’Italie entend modifier les règles d’engagement des missions navales européennes. La proposition de l’Italie sera aujourd’hui illustrée lors de la réunion des 27. A l’issue de son entrevue avec son homologue allemand Seehofer, Salvini a souligné ‘’une rencontre très positive, nous avons des objectifs communs avec l’Allemagne : moins de débarquements, moins de morts et moins d’immigrés. L’Italie est maintenant davantage écoutée, elle est centrale’’. Un autre point-clé est représenté par les fonds.  L’Italie et l’Allemagne devraient encaisser plus de fonds européens pour les immigrés. Les actions entre l’Italie et l’Allemagne restent à ce stade une ligne préférentielle pour trouver une synthèse entre les Etats de l’Union. A part les déclarations officielles, la rencontre entre Salvini et Seehofer a sans doute été positive pour l’Italie. Pas décisive, certes, mais utile dans les équilibres à trouver. Aujourd’hui il y aura une bilatérale Italie-Suisse mais surtout une rencontre entre Salvini et son homologue de Paris Collomb. »

RETROSCENA (Coulisses), Il Mattino, A. Gentili : « Appel de Conte : il faut une ligne commune. Matteo : avant tout la sécurité des Italiens » : « Lors de la rencontre entre le président du Conseil Conte et le ministre de l’Intérieur Salvini, Conte a souligné que le gouvernement est le résultat d’une alliance entre des forces différentes qui ont des principes différents. Il a affirmé qu’il faut absolument partager les principes et qu’il faut aussi considérer les différentes sensibilités. Si sur la question de l’immigration chacun continue son propre chemin, ce sera un grave problème. Mais Matteo Salvini n’a pas été impressionné par le discours de Conte. Même s’il a compris sa position, il a déclaré qu’avant de penser aux sensibilités de différents ministres, il faut penser à la sécurité des citoyens italiens. Le président du Conseil Conte a aussi montré à Salvini la ligne stratégique pour le sommet des ministres de l’Intérieur d’aujourd’hui à Innsbruck, en soulignant  le principe du partage des flux migratoires avec les autres Etats européens ».

ARTICLE, La Stampa, C. Bertini : « Les conditions de Salvini pour le débarquement : ‘’ Les braqueurs doivent descendre menottés» : « Même s’il existe une tentative de baisser de ton sur les migrants pour montrer qu’il n’y a pas deux lignes politiques différentes, la ministre de la Défense Trenta souligne sa position, en affirmant qu’il faut aider les familles qui confient leurs enfants aux navires pour fuir la guerre,  et fait comprendre qu’au sein du gouvernement il n’y a pas homogénéité de vues. Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, qui n’a pas apprécié la décision du ministre des Infrastructures Toninelli de faire accoster le navire Diciotti au port de Trapani, a maintenu sa ligne de fermeté, en déclarant que le port sera disponible uniquement après que les noms des faux réfugiés (et de violents braqueurs) seront indiqués et qu’ils descendront menottés. Luigi di Maio, ministre du Travail, a répliqué qu’il ne faut pas arrêter les navires italiens, même s’il partage la perplexité de Salvini concernant ce qui est en train de se passer en Méditerranée ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Ligue 1.jpg

Matteo Salvini à Innsbruck

Filip Dewinter se rendra à Londres malgré l'absence de Geert Wilders.

VB.jpg 

PVV.jpg

Belgique et Royaume-Uni. L’homme fort du Vlaams Belang Filip Dewinter se rendra, malgré l’absence de Geert Wilders, ce samedi 14 juillet 2018 à Londres afin de prendre la parole lors de la manifestation en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson,

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/07/11/gee...)

11/07/2018

Les Pays-Bas suppriment la consultation populaire.

PVV.jpg

FvD.png

Pays-Bas. Après la Chambre des députés, le Sénat a voté – ce 10 juillet 2018 – la suppression de la consultation populaire [ou référendum consultatif (= dont le résultat ne lie pas l’exécutif)]. Le PVV a voté contre la suppression.

[Forum voor Democratie ne dispose pas de sénateurs. Ce parti est favorable à la démocratie directe.]

Horst Seehofer présente son plan anti-migrants.

CSU.jpg

Allemagne. Le ministre de l’Intérieur CSU Horst Seehofer a présenté ce mardi 10 juillet 2018 son plan anti-migrants, en tant que plan du ministre de l’Intérieur.

Geert Wilders ne pourra pas prendre part au rassemblement à Londres.

PVV.jpg

Pays-Bas et Royaume-Uni. Le président du PVV Geert Wilders (Pays-Bas) ne pourra pas prendre part au rassemblement à Londres ce 14 juillet 2018 en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson, car les autorités britanniques ne veulent pas assurer sa sécurité et ne veulent pas fournir à la police néerlandaise les permis de port d’armes.

Giorgia Meloni à propos des pauvres et des migrants.

FI-AN.jpg

Italie. La dirigeante de Frères d’Italie Giorgia Meloni estime que le Parlement doit prendre soin des 5 millions d’Italiens pauvres et pas des migrants.