Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2018

"Le Quirinal passera "scrupuleusement" au crible non seulement le président du Conseil mais aussi tous les ministres."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

FN.jpg

Italie. Revue de presse.

Gouvernement-Consultations au Quirinal – Unes : « Le CV de Conte devient une affaire, sa candidature en danger » - ‘’Le Quirinal reporte sa charge, son CV contesté par une université’’ (Corriere della Sera), « Conte trahi par son CV, le Gouvernement s’éloigne » (La Repubblica), « Tourmente sur Conte, le Gouvernement plus loin » (La Stampa), « L’affaire du CV bloque Conte » (Il Messaggero), « Polémique Conte, Di Maio revient » (Il Mattino), « Bruxelles : pas de marche arrière sur les comptes publics » (Sole 24 Ore).

ARTICLE, Corriere della Sera M. Breda « Mattarella prépare un plan B sur le candidat au Palais Chigi » : « Mieux vaut procéder avec prudence et se résigner à une autre pause – même si elle est irritante – si cela est nécessaire. Le Quirinal préfère attendre que les nuages se dissipent, après les doutes sur le CV de l’homme proposé par le M5S et la Ligue comme candidat au Palais Chigi. Le point de vue de Mattarella est de comprendre si la polémique sur les crédits académiques de Giuseppe Conte se réduit à la pratique assez répandue de ‘’gonfler’’ son CV sans pour autant qu’il soit faux ou s’il s’agit plutôt d’un véritable scandale pouvant ternir l’image d’un exécutif dirigé par ce dernier ».

COULISSES, U. Magri, Stampa, « Le Quirinal passera ‘’scrupuleusement’’ au crible non seulement le président du Conseil mais aussi tous les ministres – il est peu probable que le président du Conseil soit nommé dans la journée, Mattarella attend que les informations sur le CV de Conte soient plus claires puis il décidera ».

ARTICLE, La Repubblica, L. Milella : « ‘’ Je ne me retire pas. J’ai expliqué au M5S qu’il s’agit d’un malentendu‘’ » : « Il ‘’ne renonce pas’’ et il affirme que ni le M5S ni la Ligue ne lui ont demandé de se retirer. Mais Giuseppe Conte, juriste inconnu proposé par les deux partis populistes pour diriger le futur gouvernement italien, est en train de vivre ses heures les plus difficiles. Son profil a déjà provoqué des polémiques en raison de son CV, qui évoque des cours « de perfectionnement juridique » et qui est contesté par une université internationale interrogée à ce propos. Conte a précisé qu’il n’avait jamais dit avoir ces soi-disant diplômes mais plutôt qu’il était allé se perfectionner à l’étranger. La Commission européenne a mis en garde le gouvernement italien sur les comptes publics et contre les dérapages budgétaires. Le président Mattarella a demandé un délai supplémentaire avant de se prononcer sur cette candidature ».

ENTRETIEN de Giorgia Meloni, secrétaire de Fratelli d’Italia « Désormais le centre droit n’existe plus : Salvini a trahi et il s’est livré à Di Maio » (La Repubblica: « ‘’ Salvini a pensé uniquement aux intérêts de la Ligue et il nous a abandonnés après une victoire d’ensemble. Le gouvernement qui va naître est à « traction 5 Etoiles » avec la circonstance aggravante d’avoir un président du Conseil, expression du M5S, qui, en outre, est un technicien. Matteo Salvini m’a déçue, nous pensions qu’il était le chef de la coalition. Les voix de Fratelli d’Italia pour un gouvernement 5 Etoiles ne seront jamais disponibles ‘’ ».

ENTRETIEN de Serghej Markov : « La Russie regarde le M5S-Ligue avec sympathie, mais nous restons pessimistes sur les sanctions » (La Repubblica) : « En Russie, il y a de la sympathie pour le gouvernement italien naissant, mais sans grand enthousiasme. Nous doutons sur le fait qu’ils tiennent parole sur les promesses de dégel avec notre pays. Nous avons été satisfaits de la victoire de la Ligue et du M5S parce qu’ils sont anti système qui peuvent servir à la Russie. D’abord, nous demandons la reprise du dialogue et de la diplomatie ; ensuite de cesser d’aider les néo-nazis en Ukraine et de rendre la liberté au peuple. Nous n’aimons pas les sanctions mais nous n’insistons pas sur leur abolition ».

REPORTAGE Sole 24 Ore F. Greco « Le côté français soutient la LGV ‘’son arrêt serait inconcevable’’ » : « Si en Italie environ 40 mairies s’opposent ouvertement à la Ligne Grande Vitesse Lyon-Turin, dans la Vallée de la Maurienne, 57 mairies sur 58 se disent en revanche favorables au projet. Seul Villarodin-Bourget, le petit village de 500 âmes où a défilé le cortège No-Tav (non à la LGV), résiste. Le débat en Italie suit une période de réflexion dans la politique française des grands chantiers. En septembre dernier, Macron et Gentiloni avaient rappelé l’engagement sur le tunnel de base de 57 kilomètres et les deux gares de Suse et de Saint Jean de Maurienne. Maintenant, sur le versant italien, le débat est à nouveau ouvert. D’où les perplexités du maire de Modane, Jean Claude Raffin, qui se dit toutefois optimiste. Pour le maire de Saint Jean de Maurienne, Marc Tournabien, ‘’la possibilité de suspendre le site semble improbable et cela créerait le plus grand gâchis d’énergie et d’argent public du siècle’’. ».

ARTICLE Sole 24 Ore F. Greco « Brinkhorst : ‘‘Ne faisons pas comme Trump, évitons un mur dans les Alpes’’ » : « Les deux délégations, italienne et française, se sont réunies hier à Turin pour la Commission intergouvernementale sur la Ligne Grande Vitesse. Jan Brinkhorst, représentant de l’UE, était également présent. Le coordinateur du couloir méditerranéen dont la ligne Lyon-Turin fait partie, a souligné à cette occasion : ‘’Le tunnel est présenté comme un projet bilatéral entre deux pays alors qu’il s’agit en réalité d’une œuvre stratégique pour l’Europe qui, pour cela, la finance à hauteur de 40% de son coût’’ ».

ARTICLE La Stampa, M. Tropeano, « Le coordinateur UE Jan Laurens Brinkhorst : ‘’Arrêter les travaux de la ligne à haute vitesse Lyon-Turin équivaudrait à faire un mur autour de l’Italie. Si Rome s’arrête, les fonds iront à d’autres pays. Pour vous l’adieu aura un coût élevé. La France : oui à la discussion mais on ne touche pas au tunnel’’ ». 

ENTRETIEN de Marine Le Pen, présidente du Front National, Corriere della Sera, « L’enthousiasme de Marine Le Pen ‘’ de cette manière l’équilibre politique se déplace vers l’Est sceptique’’ » : « Je m’attends surtout de la part de notre allié Salvini qu’il trouve une solution sur l’immigration. Qu’il parvienne à faire preuve de fermeté également vis-à-vis de l’Union Européenne, faisant ainsi cesser les politiques d’austérité imposées par Bruxelles. La Ligue est passée de 4% de l’électorat à un parti de gouvernement. Cela est enthousiasmant car les prochaines élections européennes pourront représenter un véritable séisme : une majorité eurosceptique à Strasbourg pourrait déterminer la fin de cette folle course de l’Union Européenne

ARTICLE, Corriere della Sera A. Ducci « Emploi, Paris double l’Italie » : « La productivité italienne ne tient pas le rythme des autres pays européens. Les prévisions de croissance de l’Istat nous indiquent l’écart entre le système économique italien et celui de la France et l’Allemagne. La productivité du travail en Italie a augmenté de 0,6% contre 1,2% prévu à Paris et 1,3% à Berlin. Les données nous indiquent que depuis 2010, France, Espagne et Allemagne ont vu leur productivité augmenter en moyenne de 7%, alors que l’Italie affiche une augmentation d’1,1%. Cet écart de 6 points nous explique que le modèle de croissance italien a ‘’des caractéristiques différentes par rapport à celui de pays européens davantage orientés vers l’innovation et la création d’emploi qualifié’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

22/05/2018

"En Italie, Conte n'y est pas encore."

M5S.jpg

Ligue.jpg 

Italie. Le président de la République a différé la nomination au poste de président du Conseil de Giuseppe Conte :

http://www.liberation.fr/planete/2018/05/22/en-italie-con...

Frères d'Italie ne soutiendra pas le gouvernement dirigé par Giuseppe Conte.

FdI.jpg

Italie. La dirigeante de Frères d’Italie Giorgia Meloni a déclaré que son parti ne participera pas à un gouvernement dirigé par Giuseppe Conte, considéré comme un technicien de gauche, et ne soutiendra pas non plus ce gouvernement.

Le gouvernement autrichien réduit le nombre d’opérateurs dans le domaine de l’assurance sociale.

FPÖ.jpg

Autriche. Le gouvernement ÖVP-FPÖ a décidé de réduire le nombre d’opérateurs dans le domaine de l’assurance sociale afin de rendre cette dernière plus performante et d’en diminuer les coûts de gestion.

László Toroczkai Toroczkai fonde une plateforme dans le but de ramener le Jobbik vers ses racines.

Jobbik.jpg 

Hongrie. Le maire d’Asotthalom  László Toroczkai annonce que, avec le soutien de 6 autres maires et du député Madame Dora Duro, il forme une plateforme appelée « Nous nous-mêmes » dans le but de ramener le parti vers ses racines nationalistes. Cette plateforme sera tournée vers la question des migrants, du contrôle des frontières et de la coexistence entre les Tsiganes et les autres citoyens.

Laszlo Toroczkai.jpg

 László Toroczkai

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/05/14/tam...)

"Le Quirinal demande un délai de réflexion."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Gouvernement-Consultations au Quirinal – Unes : « M5S et Ligue au Quirinal : Conte au Palais Chigi » - ‘’Délai de réflexion du Président Mattarella’’ (Corriere della Sera), « M5S et Ligue : voici le gouvernement. Perplexité du Quirinal » (La Repubblica), « Coup de frein de Mattarella sur Conte » (La Stampa), « Ligue et M5S indiquent le nom de Conte » (Sole 24 Ore), « Le Quirinal demande un délai de réflexion » - ‘’Di Maio et Salvini indiquent le nom du professeur Conte » (Il Messaggero), « Conte vers le Palais Chigi » (Il Mattino).

ARTICLE, Corriere della Sera, M. Franco : « Prémisses d’isolement de l’Italie dans l’Union » : « Le Chef de l’Etat se donne quelques heures pour réfléchir. Des réserves sur certains ministres auraient été soulevées. Bref, il pourrait y avoir quelques difficultés non pas sur le nom du candidat (Giuseppe Conte) mais plutôt sur l’équipe gouvernementale. La question est la suivante : que se passerait-il si certains ministres devaient être considérés par Mattarella comme inadaptés ? Les avertissements venant de l’étranger adressés à l’Italie ne peuvent pas être sous-estimés. Politiquement, elles ont un avant-goût d’isolement de l’Italie dans l’Union Européenne. La tension avec les institutions bruxelloises augmente. Il se peut qu’avec son « anomalie », l’Italie devienne le bouc émissaire d’une Europe essoufflée »

ARTICLE, Corriere della Sera, M. Sensini : « Le spread monte à hauteur de 185 pts, Ficht perplexe sur les dangers de déficit » : « Avant même de s’installer, le gouvernement devra vaincre la défiance des marchés. La pression sur les bons d’Etat italiens commence à être importante. La Bourse de Milan a été la moins performante, hier. Mais c’est surtout l’alarme des agences de notation sur les programmes économiques M5S-Ligue qui commence à se faire entendre. Le chef du PPE, M. Weber, prévient l’Italie : ‘’vous jouez avec le feu’’. La réplique de Salvini est sèche : ‘’laissez-nous commencer, il n’y a rien à crainte, nous visons à la croissance de l’Italie’’. ‘’Que Weber pense plutôt à l’Allemagne’’ ».

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, Lorenzo Bini Smaghi : « L’enjeu de la crédibilité sur les traités internationaux » : « Le ‘’contrat de gouvernement a mis en évidence une série de propositions en opposition avec les accords internationaux et européens signés par l’Italie. Notamment, ceux sur l’Union économique et monétaire et la politique étrangère européenne. Ces traités peuvent être modifiés, certes. Toutefois, cela est impossible sans avancer des propositions destinées à les améliorer. Par exemple, sur les sanctions contre la Russie, si l’Italie ne devait pas arriver à convaincre ses partenaires, il n’y aurait que l’option d’une action unilatérale. Or, ce faisant, l’Italie s’exclurait toute seule des accords transatlantiques. Cela exposerait nos entreprises à des sanctions et actions de rétorsions de la part de nos partenaires européens et américains. En comparant les volumes d’affaires avec la Russie avec ceux avec l’UE et l’Amérique, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Sur les 250 Mds d’annulation de la dette italienne, le projet n’est pas réalisable. La BCE perdrait sa crédibilité et ne pourrait plus entre garante de la stabilité de l’euro. La perte de crédibilité de l’Italie rendrait bien plus difficile le soutien d’autres réformes et initiatives dont le pays aurait vraiment besoin ».

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, A. Polito : « Les nouveautés politiques et les dangers pour l’Italie » : « La réforme constitutionnelle prévue dans le programme déplace le cap vers des formes de démocratie directe. Si vraiment les référendums devaient être possibles, notre processus législatif deviendrait très semblable à celui de la Suisse. Par ailleurs, face aux marchés et aux gouvernements européens, nous sommes beaucoup plus ‘’interdépendants’’ par rapport à ce que les souverainistes veulent faire croire aux Italiens. Ces derniers préfèrent la naissance d’un nouveau gouvernement plutôt que des élections anticipées. Mais la tenue des comptes est bien plus importante qu’un exécutif de court terme. C’est au Président de la République d’exercer ses pouvoirs de nomination, selon ses prérogatives. C’est à l’opinion publique de surveiller ce changement tant attendu, pourvu qu’il ne se transforme en un saut dans le noir ».

ARTICLE, La Repubblica, A. Cuzzocrea : « Qui est Giuseppe Conte : le technicien otage des partis. ‘’Mais moi, je suis un médiateur né ‘’» : « Sur le bureau du Président de la République Mattarella il y a le nom de Giuseppe Conte, proposé par le M5S et la Ligue comme futur Président du Conseil italien. Giuseppe Conte est, à 54 ans, un élégant avocat et professeur de droit, inconnu du grand public et jusqu'à présent très éloigné du monde politique. Il s’agit d’un homme élégant décrit par tous ceux qui le connaissent comme réservé et compétent. Il est professeur de droit privé à l’université de Florence et à la Luiss (Libera Università Internazionale di Studi Sociali) de Rome. Il a passé toute sa vie dans les livres, il aime étudier et écrire. Catholique, il se décrit comme un grand médiateur capable d’écouter même quand les parties sont éloignées ». 

ENTRETIEN de Graziano Delrio, ministre sortant des Infrastructures et des Transports : « Maintenant nous devons arrêter la menace populiste et stop aux bagarres dans le PD » (La Repubblica) : « ‘‘ Il y a deux mots clés : « arrêtons-les » et « arrêtons-nous ». D’abord, il faut les arrêter parce que ce gouvernement fera du mal aux gens, aux entreprises, à ce pauvre pays. Le départ est très mauvais, avec un risque d’inconstitutionnalité dans les propositions de la Ligue et du M5S. Ils ont fait un pacte de pouvoir dans lequel les citoyens n’ont rien à voir. Puis, nous devons absolument arrêter les bagarres au sein du PD. Cette situation est le signe d’une communauté qui a détourné de sa voie et qui a perdu le sens collectif. Nous devons définir comment lutter contre le populisme et à ce moment-là nous trouverons la personne capable de nous diriger ‘’ ». 

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli : « Au Quirinal le jeu n’est pas encore fermé » : « on peut faire semblant de ne pas voir mais il est impossible de nier que la journée d’hier a marqué une innovation institutionnelle. Au point que le Président de la République, au lieu de signer tout de suite les textes et les noms que le M5S et la Ligue lui ont soumis, a convoqué ce matin les deux présidents des Chambres. Il s’agit d’un passage totalement inhabituel, mais il est illustre le désir de Mattarella de reconstruire un cadre procédural dans lequel placer l’épilogue bizarre mais prévisible de la crise. Di Maio et Salvini n’ont rien fait pour sauver les apparences, c’est-à-dire pour reconnaître au chef de l’Etat le respect authentique et pas seulement formel de ses prérogatives. Le Président de la République a demandé un délai de réflexion avant de se prononcer,  parce qu’il a des perplexités, surtout sur le nom du possible ministre de l’Economie, Paolo Savona, économiste indiqué par la Ligue, dont les idées sont euro-sceptiques »

ARTICLE La Stampa M. Bresolin « Dernières négociations pour édulcorer la note sur les comptes publics italiens » : « Demain la Commission européenne donnera son verdict. A Bruxelles, on se creuse la tête sur les mots à utiliser pour rappeler à Rome un trou d’environ 5 milliards d’euros. Il n’y aura pas une demande de budget correctif, cela est certain. Cela créerait un conflit avant même la formation du gouvernement italien. Il s’agit alors d’utiliser des nuances pour faire ce rappel. A ce stade, aucune remise n’est prévue pour Italie. La Commission serait orientée à demander à Rome un budget détaillé. L’automne s’annonce très chaud ».

COULISSES, A. Bassi, Messaggero, « Bras de fer avec le Quirinal sur Savona, l’eurocritique, à l’Economie » : « Salvini souhaite que Savona soit nommé à l’Economie ‘’il fait partie de l’accord qui prévoit Conte à la présidence du Conseil’’. Le Quirinal, sans poser de véto, a cependant des doutes vu ses positions sur la monnaie unique – il a critiqué durement Merkel sur les avantages obtenus par l’Allemagne grâce à l’euro. Savona avait été choisi, par exemple par Guido Carli, ancien gouverneur de la Banque d’Italie, comme directeur de son bureau d’études, et l’ancien Président Ciampi l’avait désigné comme ministre de l’Industrie. »

ENCADRE, Messaggero, « Les économistes allemands lance un appel contre les réformes de Macron » : « FAZ a publié l’appel de 154 économistes allemands qui estiment que les propositions du Président français mettraient en danger le bien-être de la zone euro ».

ARTICLE La Stampa L. Martinelli « Le Pen exulte pour Salvini ‘’avec lui au pouvoir nous rêvons du retour des nations’’» : « L’entourage de Marine Le Pen fait savoir que la cheffe du Front National veut profiter de l’exemple italien pour récupérer de la crédibilité face à l’opinion publique française et dire ‘’si eux l’ont fait, nous aussi nous pouvons’’. Mais avec le système électoral français, ce sera bien difficile. Et sur la possibilité d’un rapprochement avec la France Insoumise de Mélanchon, Marine Le Pen la considère ‘’compliquée’’ car trop divergents sur ‘’un thème important : l’immigration’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Val d'Aoste : élection du Parlement de la région.

Ligue Val d'Aoste.jpg

M5S.jpg

CD Valle d'Aosta.png

Italie. Val d'Aoste. Lors de l’élection du Parlement de la Région, ce 20 mai 2018, la Ligue obtient 17,06 % et 7 sièges sur 35. Le M5S décroche 10,44 % et 4 sièges. La liste réunissant Forza Italia et Frères d‘Italie reçoit 2,92 % et 0 siège.

(http://elezioni.regione.vda.it/elezioni/VotiLista_i.aspx?...)

Val d'Aoste.jpg

21/05/2018

Italie : le président de la République reçoit ce mardi le président de la Chambre et la présidente du Sénat.

M5S.jpg

FI.jpg 

Italie. Le président de la République recevra ce mardi 22 mai 2018  à 11h le président de la Chambre des députés Roberto Fico (M5S) et à 12h la présidente du Sénat Maria Elisabetta Alberti Casellati (Forza Italia).

Italie 5.jpg

Roberto Fico et Maria Elisabetta Alberti Casellati

Italie : le Premier ministre proposé est Giuseppe Conte.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Lors de leur rencontre avec le président de la République, les dirigeants du M5S et de la Ligue Luigi Di Maio et Matteo Salvini ont proposé comme Premier ministre Giuseppe Conte :

https://www.lecho.be/dossier/portraits/giuseppe-conte-un-...

Italie 2.jpg

Luigi Di Maio et Matteo Salvini

Consultation organisée par la Ligue : 91 % de Oui.

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Lors de la consultation organisée le 19 et 20 mai 2018 par la Ligue à travers le pays, 91 % des personnes qui se sont déplacées se sont déclarées en faveur de l’accord de gouvernement M5S-Ligue.

Le Parti du Peuple danois soutiendra la campagne électorale des Démocrates suédois.

DF.jpg

DS.jpg

Danemark et Suède. Le Parti du Peuple danois a annoncé qu’il soutiendra la campagne des Démocrates suédois pour les élections législatives de septembre  2018.

Le président de la République recevra à 17h30 le M5S et à 18h la Ligue.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Le président de la République recevra à 17h30 le M5S et à 18h la Ligue.

Dépouillement du scrutin du Val d'Aoste.

Italie. Le dépouillement du scrutin régional du Val d'Aoste a commencé ce lundi à 8h du matin et se déroulera toute la journée.

Val D'Aoste.jpg

20/05/2018

Luigi Di Maio et Matteo Salvini doivent déterminer le nom du futur Premier ministre.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Une réunion ce dimanche 20 mai 2018 des dirigeants du M5S et de la Ligue Luigi Di Maio et Matteo Salvini doit déterminer le nom du futur Premier ministre.

19/05/2018

"Stop au business de l'immigration."

M5S.jpg

Italie.

M5S.jpg

"Stop au business de l'immigration. Est dans le contrat [de gouvernement]. Une nouvelle histoire pour l'Italie."

Silvio Berlusconi renvoyé une nouvelle fois en justice pour subornation de témoin.

FI.jpg

Italie. Silvio Berlusconi a été renvoyé une nouvelle fois ce 16 mai 2018 en justice pour subornation de témoin :

http://www.parismatch.com/Actu/International/Berlusconi-d...

Votes organisés par la Ligue à travers l'Italie.

Ligue.jpg

Italie. Le peuple est appelé à se rendre, ce 19 et 20 mai 2018, dans des bureaux de vote installés par la Ligue à travers le pays afin de dire s'il est pour ou contre l'accord de gouvernement.

Ligue 1$.jpg

18/05/2018

M5S : 94 % de "Oui" !

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Consultation organisée sur Internet par le M5S sur le contrat de gouvernement : 94 % de Oui !

Un premier point de vote de la Ligue a été ouvert à Jesolo.

Ligue.jpg

M5S.jpg 

Italie. Un premier point de vote de la Ligue a été ouvert à Jesolo en Vénétie ce vendredi. Résultats : 107 signatures ont été apposées pour le contrat de gouvernement et 7 contre celui-ci. Samedi et dimanche, 1.000 points de vote de la Ligue seront ouverts à travers l’Italie.

La Ligue organise une consultation ce week-end sur le programme de gouvernement.

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Les bulletins pour la consultation organisée par la Ligue, dans 1.000 endroits à travers le pays, ce week-end sur le contrat de gouvernement M5S-Ligue sont prêts.

Ligue 1.jpg

Wilders obtient le remplacement des trois juges.

PVV.jpg

Pays-Bas. Le président du PVV Geert Wilders obtient au cours de son procès en appel, à propos de sa déclaration visant les Marocains ["Moins de Marocains"], que les trois juges, qui selon lui ont fait preuve d’apparence de partialité, soient remplacés.

Wilders.jpg

Article de Lionel Baland : L’Autriche instaure des classes pour les migrants ne maîtrisant pas la langue.

Boulevard Voltaire.png

FPÖ.jpg

Autriche. Classes pour les migrants ne maîtrisant pas la langue :

http://www.bvoltaire.fr/lautriche-instaure-classes-migran...

Le M5S soumet le programme du gouvernement au vote de ses militants.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Le M5S soumet, ce vendredi jusque 20h, le programme du gouvernement M5S-Ligue au vote de ses militants sur Internet.

"Le contrat est fixé, le président du Conseil pas encore."

M5S.jpg

Ligue.jpg 

FI.jpg

Italie. Revue de presse.

Gouvernement-Consultations au Quirinal – Unes : « Les coûts du pacte M5S-Ligue » - ‘’65 milliards pour les nouvelles mesures. Macron attaque’’ (Corriere della Sera), « Ligue-M5S vers la ligne d’arrivée, Poutine s’en réjouit, l’UE s’inquiète » (La Repubblica), « Salvini impose le programme mais laisse la présidence au M5S » - ‘’La LGV Lyon-Turin dans le programme, flat tax confirmée’’ (La Stampa), « Le plan du gouvernement fragilise les banques » (Sole 24 Ore), « Contrat, polémiques sur la LGV et BMPS, le Sud abandonné » (Il Messaggero) – ‘’Le projet LGV doit être revu. Macron : je vois des partis paradoxaux’’ (Il Messaggero), « Le Sud oublié devient une affaire » - ‘’Bras de fer Salvini-Di Maio. Macron perplexe’’ (Il Mattino).

ARTICLE, La Repubblica, A. Cuzzocrea : « Le contrat est fixé, le président du Conseil pas encore. Maintenant Salvini redevient pessimiste, Poutine et Casapound espèrent » : « Les négociations pour former un gouvernement entre le M5S et la Ligue continuent. Di Maio affirme que le contrat est prêt, Salvini réplique qu’ils sont encore en train d’y travailler. Les deux leaders seraient parvenus à un accord mais peinent encore à désigner le président du Conseil. La Ligue reçoit le soutien de Nigel Farage, Poutine et Casapound (mouvement italien d’extrême droite) mais Matteo Salvini redevient pessimiste et souligne qu’il faut absolument arriver à une situation claire d’ici lundi sinon le président Mattarella prendra une décision. Il y a encore pas mal de points à régler, comme le revenu de citoyenneté et la situation du Mezzogiorno. Le M5S semble avoir perdu sur la LGV Lyon-Turin, pour laquelle la fermeture des travaux n’est plus prévue. Le programme prévoit de façon beaucoup plus générique à rediscuter entièrement le projet dans l’application de l’accord entre Italie et France ».

COMMENTAIRE, La Repubblica, D. Bellasio : « Si l’Italie se condamne à l’insignifiance » : « La politique étrangère d’un gouvernement européen qui suscite des applaudissements russes et des doutes français, commence avec un problème plutôt qu’avec quelques solutions. Si en outre le gouvernement est celui d’un Etat qui fait partie de l’Otan, le problème s’étend aux relations avec les Etats-Unis et l’Occident. Et si enfin, on parle de l’Italie, le problème devient encore plus grave : on considèrera l’Italie comme étant perdue et elle sera reléguée à l’insignifiance. Simple, triste et préoccupant. Quelques paragraphes du contrat sur la « Coordination politique avec l’Europe » ne suffiront pas à rassurer les alliés, comme les préoccupations exprimées au sommet de Sofia d’hier le démontrent. Le programme de la Ligue et du M5S semble mettre en discussion l’intégralité de l’Europe : si l’Europe va dans une direction, l’Italie va dans l’autre. Elle veut aussi réévaluer toutes les décisions stratégiques de l’UE relatives à la défense commune. Le contrat demande l’arrêt immédiat des sanctions  à la Russie et a reçu les applaudissements de Moscou. Mais au-delà des applaudissements, le destin des Italiens dépend-il plus de Moscou ou de Bruxelles ? Un gouvernement Cinq Etoiles-Ligue aurait-il vraiment l’espoir et l’audace de traiter Moscou en en tant ‘’ qu’interlocuteur stratégique dans les résolutions des crises régionales au Moyen-Orient (Syrie, Libye, Yémen) ‘’ sans avoir l’Union européenne à ses côtés ? ».

ARTICLE Corriere della Sera I. Caizzi « Macron voit ‘’des partis paradoxaux’’ et a confiance en Mattarella » : « Le Président français, tout en avançant des doutes sur les attitudes ‘’paradoxales’’, a montré sa disponibilité sur un éventuel gouvernement entre le M5S et la Ligue. Il s’est dit rassuré par la confiance à l’égard des valeurs de l’Europe assurées par le chef de l’Etat Sergio Mattarella. L’Italie s’est ainsi invitée à la réunion des chefs d’Etats et de gouvernements à Sofia. C’est le président du Conseil sortant Gentiloni qui le confirme en révélant ‘’les préoccupations’’ exprimées par plusieurs leaders européens. Macron ne s’est pas exprimé sur les programmes car il ne connaît pas ‘’les positions d’un gouvernement qui n’est pas encore formé’’. Il a signalé une ‘’partie d’incertitude’’ dans le contexte politique italien mais qui sera contrebalancée par le Président Mattarella. En exprimant un jugement positif sur Gentiloni, il a indiqué que ‘’la France fera ce qu’elle a toujours fait avec nos voisins, partenaires et amis, car notre histoire et nos peuples vont au-delà de la réalité politique du moment’’ ».

ARTICLE La Stampa L. Martinelli « Macron : ‘’une alliance entre partis paradoxaux’’ » : « Emmanuel macron a pris le taureau par les cornes à l’égard du nouveau tandem M5s-Ligue et a exprimé ses craintes ‘’il faut accepter ce que les peuples décident. Je ne connais pas les positions du nouveau gouvernement italien. Ce que je vois à ce stade ce sont des partis hétérogènes et paradoxaux qui pourraient s’allier sur un projet’’. Le seul point d’espoir, Sergio Mattarella : ‘‘Le Président a indiqué que le gouvernement devra travailler avec l’Union, sera lié à une stratégie européenne et que cela est donc pour lui un critère pour la constitution de l’exécutif’’. Les observateurs depuis Paris (notamment le Journal Le Monde) considèrent la nouvelle alliance M5S-Ligue comme un danger pour l’Europe des lumières et une entrave à la politique de relance de l’Europe d’E. Macron, qui se trouve à devoir affronter une résistance grandissante d’A. Merkel et de sa Grande Coalition. D’un côté les Italiens voudront moins d’austérité. De l’autre, les Allemands en voudront davantage. Au milieu se trouve Macron, serré entre l’étau ».

ARTICLE La Stampa A. Mondo « L’affaire LGV Lyon-Turin embarrasse les 5 Etoiles » - ‘’Après les critiques de l’Europe, le stop au chantier a été mis de côté’’ : « Dans l’ébauche finale du contrat ne figure que ‘’l’engagement à rediscuter’’ l’accord entre l’Italie et la France. Deux visions donc bien différentes en quelques heures sur la ligne Lyon-Turin. C’est l’un des points où l’entente M5S-Ligue est la plus difficile. La députée 5 Etoiles Castelli dément tout pas en arrière. La Ligue s’en réjouit. Matteo Salvini coupe court : ‘’nous ne créons pas un gouvernement pour démonter ou nuire à des œuvres mais sur la LGV Lyon-Turin, une réflexion est aussi en cours de l’autre côté des Alpes’’. Sur la même longueur d’onde il y a Forza Italia. La candidate Forza Italia à la Région Piémont pour 2019, Claudia Porchietto, explique  que ‘’bloquer le chantier Lyon-Turin serait un cas de suicide assisté pour le Piémont’’ ».

ARTICLE La Stampa M. Tropeano « L’adieu à la LGV nous coûterait 2 milliards »: « Facile à dire mais dur à fair : le choix politique de rompre les relations avec la France et l’Union Européenne pourrait être réalisé de manière légitime uniquement via une ‘’négociation’’ et donc ‘’sous forme consensuelle favorisant une nouvelle entente qui puisse définir la fin des travaux et certifie le remboursement des fonds alloués par Bruxelles et par le Gouvernement de Paris’’. Voilà ce qu’explique Vittorio Barosio, expert de droit administratif à l’Université de Turin. Car un éventuel arrêt des travaux pourrait se traduire également en un préjudice financier vis-à-vis des comptes publics italiens ».

ARTICLE Il Messaggero A. Gentili « La Ligue évite l’arrêt des travaux voulu par les 5 Etoiles » : « Selon l’ébauche du ‘’contrat de gouvernement’’ revu hier par Salvini et Di Maio, la ligne Grande Vitesse Lyon-Turin est sauve. Mais, comme cela se passe dans tout compromis, la Ligue dit l’avoir remporté et le M5S (qui est contre ce chantier) aussi. Ce qui est certain, c’est que le troisième col Gênes-Rotterdam est en doute, tout comme la LGV Naples-Bari et celle Orte-Civitavecchia initialement prévue dans le plan ‘’connecter l’Italie’’ à hauteur de 125 milliards ».

ARTICLE Corriere della Sera F. Massaro « Le contrat fait s’écrouler la BMPS (Banque Monte dei Paschi di Siena): -8,8% » : « La Ligue viserait à transformer la banque de Sienne en banque publique. 29 mots et deux phrases dans le projet de programme gouvernemental auront suffi pour faire perdre à BMPS environ 250 millions d’euros à la Bourse. C’est ensuite le responsable économique de la Ligue, Claudio Borghi, qui ajoute  ‘’il faut abandonner l’idée de faire des profits en vendant BMPS à n’importe qui et la garder plutôt comme patrimoine de l’Italie’’. D’où les critiques de Padoan ‘’c’est un fait très grave qui met en danger l’investissement effectué par des ressources publiques, impliquant les épargnants italiens que l’on voudrait sauvegarder à paroles’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

17/05/2018

Hesse : l'AfD donnée à 11 %.

AfD.jpg

Allemagne. Hesse. Un sondage INSA pour les élections pour le Parlement du Land de Hesse d'octobre 2018 donne l'AfD [qui ne siège pas au sein de cette assemblée] à 11 %

 AfD 1.jpg

CDU : démocrates-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

Grüne : écologistes

die Linke : post-communistes

FDP : libéraux

AfD : patriotes

Sonstige : autres