Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2021

André Ventura obtient un meilleur score parmi les Portugais vivant à l'étranger que parmi ceux résidant au pays.

Chega.png

Portugal et Monde. Lors des élections présidentielles, le candidat patriote André Ventura de Chega ! obtient un meilleur résultat parmi les Portugais vivant à l’étranger, soit 12,8 %, que parmi ceux vivant aux pays.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2021/01/25/and...)

Selon Oskar Freysinger, la censure est un aveu de faiblesse.

UDC.jpg

Suisse.

Interview du baron van handel, conseiller du président du FPÖ Norbert Hofer, par Lionel Baland.

Breizh-info.png

FPÖ.jpg

Autriche. Interview du baron van handel, conseiller du président du FPÖ Norbert Hofer :

https://www.breizh-info.com/2021/01/25/157756/baron-van-h...

André Venrura de Chega ! a obtenu 11,9 % des voix lors de la présidentielle au Portugal.

Chega.png

Portugal. Lors des élections présidentielles de ce dimanche 24 janvier 2021, le candidat patriote André Venrura de Chega ! a obtenu 11,9 % des voix. Il arrive troisième.

André Ventura.jpg

André Venrura

24/01/2021

"Nous voulons un gouvernement de patriotes."

FI-AN.jpg

Italie.

FdI 1.jpg

Giorgia Meloni de Frères d'Italie : "Nous voulons un gouvernement de patriotes."

Vlaams Belang : "Achetez local."

VB.jpg

Belgique. Flandre.

VB 1.jpg

"Achetez local."

Pays-Bas : Ja21 augmente, alors que le PVV diminue.

PVV.jpg

FvD.png

JA21.png

Pays-Bas. La progression de JA21, scission du Forum voor Democratie de Thierry Baudet, semble se dérouler au détriment du PVV de Geert Wilders et pas du Forum voor Democratie.

de Hond.jpg

VVD : libéral de droite

PVV : patriotes

CDA : démocrates-chrétiens

D66 : libéral de gauche

PvdA : travaillistes

Groenlinks : écologistes

SP : gauche de la gauche

Christen Unie : parti religieux

Partij voor Dieren : parti pour les animaux

Forum voor Democratie : patriotes

SGP : parti chrértien protestant

Denk : parti qui défend les Néerlandais d'origine étrangère

JA21 : patriotes

50Plus : parti des plus de 50 ans

Bij1 : antidiscrimniation

Code oranje : centre, démocratie directe, légèrement eurosceptique

23/01/2021

Bodo Ramelow doit payer 5.000 euros.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. Le Premier ministre post-communiste de Thuringe Bodo Ramelow (die Linke), qui avait insulté et fait un doigt d’honneur au député de l’AfD au sein du Parlement de Thuringe Stefan Möller, payera 5.000 euros à deux associations à but non-lucratif.

"Nous voulons défendre l'Italie, son histoire, son identité, son futur."

FI-AN.jpg

Italie.

FdI 1.jpg

"Nous voulons défendre l'Italie, son histoire, son identité, son futur. Rejoignez Frères d'Italie."

22/01/2021

"Le centre droit réclame des élections auprès du Quirinal."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

L'enquête judiciaire visant le secrétaire du parti centriste et catholique UDC, Lorenzo Cesa, parti sur lequel le gouvernement comptait s’appuyer pour élargir le périmètre de la majorité après la défection d'Italia Viva, fait les gros titres des médias italiens. Les observateurs relèvent la possibilité d'un enlisement pouvant favoriser un gouvernement Conte III ou des élections anticipées: « Une enquête entrave les tractations » - Di Maio et Di Battista (M5S) veulent cesser le dialogue avec les centristes (Corriere della Sera), « UDC, Cesa poursuivi en justice » - Enquête sur les rapports entre la politique et la mafia calabraise (La Repubblica), « Enquête sur Cesa, l'embarras du M5S, Conte perd des alliées potentiels» (Il Messaggero), « Enquête sur Cesa, les élections anticipées plus proches » (Il Fatto Quotidiano), « Les juges s'invitent dans la politique » (Il Giornale).

ARTICLE, Corriere della Sera, « Opération éclair contre la ‘Ndrangheta, enquête sur Cesa, qui démissionne » : « L’organisation criminelle qui contrôlait des parlementaires, des politiciens régionaux, des notables, des commerçants, des entrepreneurs et des chefs de la ‘ndrangheta avait pour objectif de rester discrète sur les opérations financières, afin de ne pas attirer les soupçons sur les suspects. Mais le parquet de Catanzaro a réussi à identifier un « modèle criminalo-politico-financier » conduisant à l’arrestation de 13 personnes et ouvrant une enquête et des perquisitions à l’encontre de 35 autres, pour association criminelle mafieuse. Lorenzo Cesa, le secrétaire national de l’UDC, est aussi visé par une enquête : il est accusé d’association de malfaiteurs aggravée pour collaboration avec la mafia. Même s’il a démissionné de ses fonctions, il nie les faits. Les réactions politiques ne se sont pas faites attendre : « jamais le mouvement 5 étoiles ne pourra entamer une discussion avec des personnes condamnées ou faisant l’objet d’enquêtes pour des faits de mafia ou d’une particulière gravité » a dit le ministre des affaires étrangères Luigi di Maio. Alessandro Di Battista est sur le même ligne. Cesa a obtenu tout le soutien de son parti, et même le vice-président de Forza Italia, Tajani, lui a rendu visite pour lui faire part de sa solidarité : « il s’agit d’un ami » déclare-t-il. On reproche notamment à Cesa un déjeuner en 2017 à Rome avec Antonio Gallo, dit « le petit prince », entrepreneur de Catanzaro, ayant des liens avec les mafias de Grande Aracri et d’Arena de Isola Capo Rizzuto et Cutro.  Cesa, parlementaires européen depuis 2017, aurait été identifié par Gallo comme ‘l’homme politique » auquel faire confiance. »

ANALYSE, La Repubblica, de T. Ciriaco « Adieu à l’UDC, l’opération des responsables se complique et Conte craint le croche-pied» : « C’est une véritable tornade, celle qui s'abat sur le château de cartes de l’opération des ‘’responsables’’. C’est l’effet de l'enquête en cours sur Lorenzo Cesa. C’est du moins ce que l’on craint au Palais Chigi. Le recrutement des « responsables » ralentit et l’objectif d'arriver à 161 sénateurs d’ici mercredi se complique. Si l’UDC implose, la possibilité de sauver le ministre de la Justice Bonafede lors du vote au Sénat semble compromise. Il manquerait encore 2 voix à trouver ou bien 4 abstentions. La journée d’hier a été vraiment sous tensions. Le conseil des ministres nocturne marque un tournant : Conte cède la délégation aux Services secrets et choisit Piero Benassi, son conseiller diplomatique, pour montrer que rien n’est complètement bloqué. Certes, l'enquête sur Cesa pousse inévitablement Di Maio et Di Battista du M5S à fermer tout dialogue avec secrétaire de l’UDC. Toujours hier, M. Renzi a lancé son offre à Conte et à sa majorité ‘’nous avons encore le temps pour nous arrêter. Voici mon appel : arrêter de faire du troc [avec les partis centristes], et revenons à la politique’’. Or, Conte ne veut pas se plier aux conditions du sénateur florentin. Il ne se rendrait qu’après avoir constaté l’échec de l’opération, début février. Il demanderait alors des élections anticipées. Une solution que personne ne souhaite vraiment. »

PREMIER PLAN, Fatto Quotidiano, F. D’Esposito « Le retour du spectre des élections anticipées » : «   Hier, les trois dirigeants du centre droit ont dit clairement à Sergio Mattarella que si Conte n’était pas en condition de survivre, il n’y aurait aucune solution à part celle des élections anticipées. C’est un paradoxe, mais les propos du centre droit concordent avec ceux de l’idéologue démocrate G. Bettini, conseiller du Président du Conseil. Certes, pour la coalition jaune-rouge, le fait d’évoquer les élections anticipées a aussi une valeur tactique afin de faire plier les potentiel « bâtisseurs » encore indécis. Toutefois, les difficultés que le Président du Conseil et son gouvernement sont en train de rencontrer pendant ces jours de tractations, font paraître à l’horizon le spectre des élections. Cette conviction est en train de murir auprès de tous les acteurs de la crise. Zingaretti et Di Maio l’ont déjà dit récemment et Conte, pourtant sceptique à l’idée d’appeler les électeurs aux urnes pendant la pandémie, pourrait finalement capitaliser sur sa popularité : une impression que plusieurs interlocuteurs institutionnels ont eue. »

ARTICLE, Corriere della Sera, « Le centre droit réclame des élections auprès du Quirinal : « le parlement n’avance plus ». « Il est impossible de travailler avec ce parlement » : unis, rassemblés, décidés à garder leur position, les dirigeants du centre droit, au cours d’une heure d’entretien « très cordial », ont expliqué à Mattarella que la seule solution pour sortir de la crise est d’aller aux élections. Salvini, Meloni, Tajani, avec le plein soutien de Berlusconi, après s’être entendus aussi avec Lupi et Lorenzo Cesa avant que la tempête judiciaire ne l’emporte, ne voient pas d’autre issue. Refus catégorique d’un « gouvernement transitoire et technique », ou de l’élargissement de la majorité à des centristes ou à Forza Italia, car le centre droit « ne se divisera jamais » (Tajani), et même refus d’un gouvernement de centre droit car, comme l’explique Meloni depuis un certain temps, le nombre de sièges (au parlement) n’est pas assez important pour le rendre suffisamment solide. Berlusconi aurait dit que ces derniers temps, il n’y a eu aucun signe de la part du gouvernement répondant à la main tendue de Forza Italia : pour la première fois, il semble tenir la même position que ses alliés. La stratégie désormais est de montrer que dans les commission et à la chambre, ce gouvernement est condamné à l’immobilisme ».

SONDAGES, Il Messaggero, de G. Diamanti, « Conte choisit ses soutiens parmi les indécis mais les partis de droite sont toujours donnés gagnants » : « Selon le sondage EMG, 58% des Italiens estiment que le gouvernement est de fait affaibli après la défection d’Italia Viva. 42% des sondés expliquent ne pas avoir compris les raisons de cette crise. Le nouveau « parti de Conte », s’il était créé, est crédité, selon EMG, de 9,1% des intentions de vote. Selon SWG, il serait plutôt à 15 à 17% et composé respectivement de 5,3% indécis, de 5% d’électeurs du M5S, de 4% de sympathisants PD, 1% d’autres partis et enfin 0,7% du centre droit. Ce qui veut dire que la naissance de ce nouveau parti nuirait surtout aux partis alliés mais renforcerait paradoxalement la coalition. Concernant les autres partis, la Ligue est créditée de 22,3% des voix (-1 pt), Fratelli d’Italia de 16,5% (-0,7 pts), Forza Italia de 6,5% (0,5 pts), le PD de 20,1% (+ 1 pt) et le M5S de 15,8% (+ 1,1 pts). » 

ENTRETIEN, La Stampa, de Riccardo Fraccaro (M5S) Secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil « Jamais un gouvernement sans Conte. L'alternative serait seulement des élections » : « L’appel du Président du Conseil a été transparent : nous nous adressons à toutes les forces modérées et populaires qui veulent contribuer à la réalisation des tâches qui nous attendent. Un gouvernement d’unité nationale ? Ce n’est pas à moi de décider quel serait le parcours à suivre mais je crois que nous irions alors vers des élections. C’est toutefois un scénario que je ne souhaite pas pour le pays, en ce moment délicat où il faut gérer la pandémie et les ressources du Plan de Relance. Nous avons l‘opportunité de financer les secteurs cruciaux de l’Italie. J’estime que la défiance constructive est nécessaire pour rationaliser les rapports entre le Parlement et le gouvernement. De cette manière, l’action de l’exécutif ne sera plus excessivement conditionnée par l’instabilité politique et bénéficiera de plus de fermeté et cela aussi dans le contexte international ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, d’Antonio Tajani, Vice-président de Forza Italia, « Le gouvernement d’unité nationale est une hypothèse qui n’existe pas ; je ne prévois pas d’autres défections au sein de Forza Italia » : « Nous, le centre-droit, nous sommes entretenus avec Mattarella et avons manifesté notre vive inquiétude vis-à-vis de la situation économique et sanitaire. Or, pour résoudre les difficultés qui s’annoncent, Conte n’a pas l’avantage du nombre ni de réelle majorité sur laquelle s’appuyer. Nous avons donc réaffirmé notre disponibilité à une collaboration institutionnelle. Nous avons toujours répondu par la positive aux appels à l’unité du gouvernement ou du Quirinal, y compris concernant le Plan de relance, mais nous n’avons pas trouvé d’écho de la part de la majorité. Ce gouvernement n’est pas en mesure de gouverner ni d’affronter les crises actuelles. Je considère que les trois parlementaires ayant voté en faveur du gouvernement ne font plus partie de Forza Italia, je leur souhaite bonne chance. Je n’ai aucune information allant dans le sens de nouvelles défections dans les rangs de Forza Italia. L’hypothèse d’un gouvernement d’unité nationale est quant à elle de fait inexistante, puisque les partis de la majorité eux-mêmes l’ont déjà exclue. Quant au rapport de Bonafede sur la justice, il va à l’encontre de nos convictions et valeurs, il nous est impossible de voter pour. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Mecklembourg-Poméranie occidentale : l’AfD donnée en baisse.

AfD.jpg

Allemagne. Mecklembourg-Poméranie occidentale. L’AfD donnée en baisse en vue des élections du 21 septembre 2021 pour le Parlement du Mecklembourg-Poméranie occidentale.

(Sonntagsfrage – Mecklenburg-Vorpommern (Wahlumfrage, Wahlumfragen) (wahlrecht.de))

AfD 1.png

SPD : sociaux-démocrates

AfD : patriotes

CDU : démocrates-chrétiens

die Linke : post-commuynistes

Grüne : écologistes

FDP : libéraux

Sonstige : autres

21/01/2021

Le foulard islamique est autorisé dans les établissements supérieurs en Wallonie et à Bruxelles.

VB.jpg

Belgique. Le Vlaams Belang de Bruxelles dénonce le fait que l’enseignement officiel de Wallonie et Bruxelles - réseau de la Communauté française - annonce que pour la prochaine rentrée académique de septembre 2021 le port du voile islamique sera autorisé dans les établissements de l’enseignement supérieur et de promotion sociale. Cela concerne près de 50.000 étudiants.

"La recherche d’une majorité plus large de la part du Gouvernement Conte."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La recherche d’une majorité plus large de la part du Gouvernement Conte après la défection d’Italia Viva est aussi largement commentée : « La voie étroite de Conte » (Corriere della Sera), « Cinq sénateurs dans le réseau de Conte » (La Repubblica), « Conte accélère sur son parti » - Le remaniement reporté pour permettre au Président du Conseil de former un nouveau groupe parlementaire au Sénat (Il Messaggero), « Les renziens se rebellent contre leur chef » - Renzi ne contrôle plus ses sénateurs. Le Quirinal demande à Conte d’accélérer (Fatto Quotidiano), « C’est déjà un carnage » - Le

ANALYSE, Corriere della Sera, M. Breda, « Les doutes de Mattarella sur la possibilité de gouverner dans ce contexte et le délai nécessaire pour élargir la majorité » : « Au regard de la faiblesse numérique des soutiens, le président se demande de quelle façon et dans quel délai il va agrandir son alliance. Et surtout sur l’Europe, sujet sur lequel le président revient souvent : comment rattraper le retard accumulé sur les semaines passées sur le plan de relance, et sur la gouvernance qui devrait en permettre le déploiement ? Et pourquoi ne pas diffuser un calendrier précis, pour rassurer les Italiens, sur la vaccination, au regard des retards annoncées par les laboratoires ? Il sera plus facile pour le président d’adresser au premier ministre une série de questions que des recommandations. Le gouvernement Conte II bis sera mis à l’épreuve chaque jour. Si l’opposition a pu voter le nouveau train de mesures de soutien, creusant davantage le déficit, il sera beaucoup plus difficile d’obtenir une majorité sur le sujet plus clivant de la justice, sur lequel Bonafede a annoncé pour le 27.01 la présentation au parlement d’un projet de réforme qui risque de susciter des divisions. S’il se sent mis en minorité sur ce sujet, le gouvernement se soumettra-t-il alors à nouveau au vote de confiance ? »

ANALYSE, Corriere della Sera, A. Polito, « Un parlement désarticulé » : « Ce que nous venons de traverser montre surtout la transformation du parlement italien, qui est devenu un gigantesque ‘groupe mixte’. C’est pour cette raison que Conte peut promettre une loi électorale introduisant plus de proportionnelle pour « garantir la stabilité », alors que la proportionnelle est la recette la plus sûre de l’instabilité. Mais dans la politique post-moderne actuelle, cela fonctionne pourtant à la perfection : la proportionnalité donne de la stabilité au système de Conte. Dès que la « troisième jambe » du gouvernement Conte, formée par les Renzistes a été coupée, il a été facile à Bettini d’aller en chercher une quatrième pour la recoudre sur le corps du gouvernement. Conte a trouvé le trésor du palais Chigi sur son chemin, l’a emporté avec lui tel un brigand et a manifesté un grand talent depuis dans ses manœuvres pour le garder, mais tout cela nous vaut une crise politique par an ».

ANALYSE, Corriere della Sera, M. Franco, « Un parcours obligatoire mais semé d’inconnues » : « Conte a informé hier le Quirinal qu’il voulait aller de l’avant, et s’est engagé à trouver des soutiens plus solides que le spectacle auquel on a assisté au Sénat. L’objectif du gouvernement est d’accabler ceux qui doutent, en invoquant l’intérêt général, et pas une transformation tape-à-l’œil et difficile à cacher. On envisage d’offrir un rôle et des portefeuilles ministériels à une quinzaine de sénateurs, pour surmonter le seuil des 161 voix (majorité absolue au sénat). Sinon, ce qui attendra le gouvernement, c’est une série de démissions, même si on feint la tranquillité. La semaine prochaine au Sénat, on parlera de justice. Il ne faut pas écarter la probabilité que la demande d’élections anticipées soit remise au goût du jour à cette occasion [si des divisions trop importantes émergent]. L’hypothèse d’un pacte de gouvernement entre M5S et PD permettrait précisément d’éviter ce type de soubresauts qui fragiliseront le gouvernement lors des votes délicats ».  

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Luigi Di Maio (M5S), Ministre des Affaires Etrangères « La majorité se renforcera grâce au plan de Relance. Renzi est en train d’aider Salvini et Meloni » : « ‘’Les chiffres nous disent que le gouvernement a la majorité absolue à la Chambre et la majorité relative au Sénat. Je suis confiant. J’estime que dans les prochains jours, il y aura un renforcement de la majorité autour du Plan de Relance. Je veux lancer un appel : le Plan de Relance est une sorte Plan Marshall. A cette époque, les pères de notre Constitution s’étaient unis non seulement pour reconstruire grâce aux fonds mis à disposition mais aussi pour contribuer à la construction d’une Europe moderne. Nous devrions renouer avec cet esprit et mettre en commun les forces pro-européennes pour mettre sur pied un Plan de Relance à la hauteur de la situation. Je veux dire aux parlementaires d’Italia Viva que la tentative de faire tomber Conte a de fait renforcé Meloni et Salvini, certainement pas Renzi. Je crois que l’arrivée de Joe Biden ouvrira une ère de grandes opportunités et ce dès les premiers rendez-vous du G20 italien. Nous souhaitons une présence plus forte des Etats-Unis en Méditerranée. Je pense à la Libye, cela permettrait de redimensionner les ambitions d’autres acteurs [de la région]. L’Italie s’est jointe au reste de l’UE durant ces derniers mois sur l’affaire Navalny. Nous demandons sa libération et une enquête sérieuse sur son empoisonnement. Nous avons déjà soutenu les sanctions contre la Russie et nous sommes prêts à le faire à nouveau. Toutefois, la politique étrangère européenne ne peut pas se faire uniquement avec des sanctions. Il faut faire comprendre l’importance de nos relations pour ne pas creuser un écart entre l’UE et les Russes.’’ »

ENTRETIEN, Il Messaggero, de Giorgia Meloni, secrétaire de Fratelli d’Italia et présidente du parti des conservateurs et réformistes européens : « Nous assistons à un marchandage scandaleux, le Quirinal doit évaluer s’il doit laisser cela continuer ou décider de redonner la parole aux Italiens » : « ‘’Le Centre droit a fait preuve d’une grande cohésion [pendant cette crise]. La décision de Renzi n’a fait que montrer aux Italiens ce que nous disons depuis toujours : c’est un gouvernement qui n’a pas de futur et qui n’est pas en mesure de sortir l’Italie de cette crise. Nous nous rendrons ce jeudi après-midi chez Mattarella pour lui demander si l’exécutif peut continuer dans ces conditions ou s’il n’est pas plus sensé de résoudre la crise avec un autre gouvernement qui soit digne de ce nom. Je ne me suis jamais considérée comme une partisane de Trump et je n’ai par conséquent aucun mea culpa à faire. En tant qu’amie des Etats-Unis, j’ai condamné les violences et je fais mes vœux à Biden. En tant que présidente des Conservateurs européens, je n’ai jamais caché de préférer la vision de Trump et sa politique de ces 4 dernières années sur les impôts, l’immigration, l’identité et la famille. En tant que femme de droite et opposée au « politiquement correct », j’espère pouvoir continuer à m’exprimer sans être censurée par les géants du Web. Je m’attends à ce que Biden se prononce avec force en ce sens’’».

ENTRETIEN, La Repubblica, d’Alain Minc « L’Italie ne doit pas jouer avec ces financements, ou elle perdra sa crédibilité en Europe ». « Alain Minc, conseiller de l’ombre d’Emmanuel Macron, est catégorique : on ne peut pas jouer trop longtemps avec plus de 200 milliards d’euros, exprimant les craintes qui circulent dans les palais de la République à Paris, à la lumière de la crise politique en cours. « Sil les Italiens manquent cette opportunité, ils perdront leur crédibilité en Europe pour toujours. Ce serait même une humiliation, il s’agit d’une question de dignité nationale. On ne peut pas avoir demandé le plan européen puis le gâcher. L’Italie n’a jamais utilisé les fonds européens avec un talent remarquable. Je pense que Conte a eu une bonne idée en proposant une gouvernance ad hoc pour soustraire les fonds européens à la bureaucratie. Même en France, je préfèrerais que ce ne soit pas le ministère de l’économie, avec ses rigidités, qui pilote les fonds du plan de relance. Sur le MES, les Italiens n’ont pas voulu y recourir par fierté, et ils ne comprennent pas que, pour les mêmes raisons de fierté, la gestion de cette manne européenne devrait être exemplaire. S’agissant de Conte, pour quelqu’un qui est entré dans une partie de poker avec de mauvaises cartes en main, il ne s’en sort pas mal. Et il a rendu service à l’Italie, et donc à l’Europe, en remportant sa bataille face à Salvini. Ce qui est grave, c’est que la crise politique italienne est en train de donner des arguments à la partie la plus conservatrice de l’opinion allemande. Je pense que quelqu’un jouissant de la même vision et expérience internationale que Renzi aurait dû en tenir compte. Démontrer aux Allemands que l’Italie dépasse cette caricature qu’ils font d’elle. L’Italie a un poids sur la scène européenne seulement quand elle risque de mettre en péril le système tout entier. C’est triste. L’Italie a été un acteur de premier plan dans la construction européenne. La France n’est pas un vrai pays méditerranéen. L’Italie reste un partenaire essentiel mais si elle rate l’occasion du plan de relance, cela restera une cicatrice pour les décennies à venir. Après Merkel, si Macron est réélu comme je l’espère, il deviendra le chef de l’Europe qui est son fil conducteur. Il ne devra pas être trop français dans sa façon de faire. Les Français cassent toujours la porcelaine en Europe car ils sont arrogants et nourrissent le désir absurde que l’Europe fonctionne comme la France. ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

20/01/2021

"Le vote au Sénat accordant la confiance au gouvernement Conte, avec une majorité relative."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Le vote au Sénat accordant la confiance au gouvernement Conte, avec une majorité relative (156 voix favorables – 140 contre – 16 abstentions) fait les gros titres des médias italiens. Les observateurs relèvent dans l’ensemble la fragilité de l’exécutif à l’issue de ce vote et soulignent la nécessité pour G. Conte de trouver des appuis parmi les forces centristes pour pouvoir proposer un remaniement  : « Confiance à Conte mais avec 156 voix » - Pas de majorité absolue au Sénat (Corriere della Sera), «  Un gouvernement si petit » - Conte n’obtient qu’une majorité relative au Sénat grâce à deux voix de Forza Italia et à l’abstention d’Italia Viva (La Repubblica), « Conte est sauf, mais il ne peut pas gouverner » (La Stampa), « Crise : Conte arrive à 156 voix au Sénat » (Sole 24 Ore), «  Un gouvernement amoindri » - Conte va de l’avant et mise sur les « centristes ». Le PD et le M5S font pression sur Conte pour qu’il démissionne et forme un gouvernement « Conte ter » (Il Messaggero), « La débâcle pour Conte » - Seulement 156 voix au Sénat. Mattarella devrait maintenant intervenir (Il Giornale).

La polémique autour des retards sur la livraison des vaccins Pfizer est aussi largement commentée.

Les JT couvrent essentiellement le vote de confiance au Sénat, avec la reprise des propos des principaux dirigeants des groupes de la majorité et de l’opposition, la situation pandémique et les préparatifs pour la cérémonie d’investiture de Joe Biden.

PREMIER PLAN, La Repubblica, « Vaccins, Pfizer poursuit les coupes ; accord conjoint entre les régions ‘’nous ne sacrifierons pas les rappels de vaccin’’ » : « Le gouvernement a été contraint de revoir son plan de vaccination et de ralentir la cadence suite aux retards et aux livraisons moins nombreuses que prévues décidées par Pfizer ‘’de manière unilatérale et sans préavis’’. Domenico Arcuri (commissaire général à la santé) annonce que ‘’les livraisons seront réduites la semaine prochaine aussi’’. Le gouvernement envisage même des actions en justice contre l’entreprise américaine. Cette réduction du nombre de doses finalement livrées n’a pas été répercutée de façon homogène lors de la répartition des doses entre les régions. L’idée serait donc de mettre en place un mécanisme de solidarité afin de rétablir l’équilibre, ce qui implique le transfert de 50 000 doses entre régions. En attendant le vaccin d’AstraZeneca, Arcuri a annoncé l’arrivée imminente auprès des régions de nouveaux personnels pour la vaccination. C’est dans ce contexte que l’UE a de nouveau encouragé les Etats membres afin que l’objectif des 70% de citoyens vaccinés d’ici l’été soit bien atteint. Enfin, l’OMS alerte sur le risque de fortes inégalités à l’échelle mondiale :‘’jusqu’à présent, plus de doses ont été livrées dans les pays riches. Si la tendance se confirme, on risque un désastre éthique’’.

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, de M. Guerzoni « Conte : un nombre de votes favorables qui n’est pas exceptionnel, deux semaines pour renforcer sa majorité » : « Giuseppe Conte a fini par remporter le « oui » du socialiste R. Nencini, proche de Renzi mais, avec 156 voix au Sénat, il y a peu de raisons d’exulter. D’une part, le Président du Conseil est satisfait car ‘’on va de l’avant et maintenant il faut accélérer pour surmonter l’urgence sanitaire et la crise économique’’. D’autre part, le Palais Chigi est préoccupé car les résultats obtenus ‘’ne sont pas extraordinaires’’. Le plan est donc d’aller de l’avant, en restant imperturbable face aux protestations de l’opposition, et de ne pas démissionner. ‘’Et pourquoi, au juste ?’’. A la limite, il se rendra au Quirinal pour présenter l’état de la situation au Mattarella. Et puis fixera une réunion de majorité, pour travailler afin de faire adopter le plan de relance et l’amendement sur le budget et chercher d’ici le mois de février à trouver de nouveaux alliés pour élargir ses soutiens au-delà de la majorité relative avec laquelle il a sauvé le gouvernement de l’ ‘’irresponsabilité de Renzi’’. Si l’obtention de la confiance au Sénat est un ‘’point de départ’’ pour Conte, l’issue demeure toutefois incertaine. Mais si d’ici quelques semaines les soutiens n’augmentent pas, Conte devra à l’évidence se rendre au Quirinal pour remettre sa démission. Il doit trouver au moins 5 « responsables ». Selon de démocrate Zingaretti, la ‘’pente est raide’’ et Conte le sait bien.»

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, M. Franco « Un résultat qui renvoie à plus tard les défis que le gouvernement doit affronter » : « M. Renzi s’est rendu compte qu’il n’a pas réussi à donner au Palais Chigi ce coup mortel qu’il rêvait de pouvoir lui porter. Il n’a pas compris qu’en ce moment, en pleine pandémie, il n’est parvenu qu’à révéler à quel point il souhaitait se mettre en avant et a attisé les procès en irresponsabilité, malgré les critiques qu’il a formulées et qui étaient partagées [au sein de la majorité] à l’encontre de Conte. Toutefois, le défi n’est que reporté. Cela est vrai pour Italia Viva, mais aussi pour la coalition M5S-PD-LeU, après les soutiens arrivés in extremis lui ayant permis de survivre. Il est légitime de se demander comment il sera possible d’obtenir l’approbation sur des projets de réforme ambitieux dont le sort dépend aussi de la cohésion de la majorité ».

COULISSES, Corriere della Sera, de M. Breda « Pour le Quirinal, le risque est que l’exécutif soit très fragile » : « Pour Giuseppe Conte, le vrai défi commence maintenant. Du côté du Quirinal, on ne peut pas parler de soulagement, bien que la situation institutionnelle se soit stabilisée. La faiblesse structurelle de l’exécutif sera donc sûrement évoquée par le Président Sergio Mattarella lors de son éventuel tête-à-tête dans la matinée avec Giuseppe Conte, n’y étant pas contraint par la Constitution. Mais, le rôle du Président de la République reste celui « d’être consulté, d’encourager et de mettre en garde », Sergio Mattarella ne manquerait donc pas de choses à dire à son hôte. A commencer par l’incertitude autour de la capacité concrète à gouverner, en particulier en cas de sabotage des partisans de Renzi. De plus, en cas de remaniement, le Président de la République aura autant son mot à dire que le Président du Conseil pour désigner les nouveaux ministres. La Ligue et Fratelli d’Italia, eux, ont demandé à être reçus au Quirinal. Ils reprochent à Sergio Mattarella de ne pas leur avoir donné la possibilité, lorsqu’ils ont quitté le gouvernement en 2018, de recueillir les voix auprès des Chambres. »

ARTICLE, La Repubblica, de M. Imarisio « Le paradoxe du M5S, premier actionnaire et spectateur silencieux face à la crise » : «Le Mouvement qui avait remporté en 2018 32,7% des voix, choisissant ensuite le futur Président du Conseil, se démarque par sa présence insaisissable et silencieuse. Ce n’est plus une stratégie mais un choix qui devient de plus en plus nécessaire. Il n’y a plus de vision. Il n’y a que le présent. L’appui inconditionné à Conte en est la preuve. Toutefois, la solution pour survivre aujourd’hui pourrait se révéler mortelle un jour. Si Conte devait vraiment former son parti, l’électeur 5 Etoiles pourrait se laisser convaincre par la nouveauté et la popularité de l’avocat. L’acceptation passive face au destin est aussi le fruit d’absence complète de discussion sur sa propre identité. Et du coup, les vicissitudes actuelles du gouvernement pourraient servir à geler les tensions internes au M5S ».

ENTRETIEN, La Repubblica, de Dario Franceschini, chef de délégation du Parti démocrate auprès du gouvernement « Pro-européens et modérés centristes doivent se joindre à nous à présent » : « La voie choisie par Conte et la confrontation au parlement puis au Sénat ont malgré tout été une bonne chose. Le gouvernement s’est vu renouveler la confiance par les Chambres, nous allons pouvoir faire approuver immédiatement l’amendement du budget, les nouvelles aides aux activités fragilisées par la crise (ristori) et nous enverrons d’ici février notre Plan de relance à l’Europe. Certes, nous devons travailler au renforcement du gouvernement grâce à un horizon, un dessein politique à-même de mobiliser une majorité plus large. Je pense aux modérés de centre-droit, de l’Union de Centre (UDC) à Forza Italia, au groupe de Romani et de Quagliariello. Il n’y a qu’en Italie que les forces politiques qui adhèrent au PPE sont aussi les alliées des souverainistes anti-européens. Il y a une véritable occasion pour Forza Italia de nous rassembler autour de la ligne pro-européenne et je sais leur disposition à le faire. La porte reste ouverte. La création de son propre parti par Conte n’est pas à l’ordre du jour, tout dépendra de la loi électorale. Quant à un gouvernement Conte-III, commençons par remplacer les ministres retirés par Italia Viva, ensuite nous verrons. La tête d’une coalition doit constituer un point d’équilibre. En l’occurrence, ce ne peut-être que Conte, qui a tout notre soutien. Les allusions à son remplacement par un membre du PD n’étaient qu’une tentative de semer la zizanie. Nous avons déjà engagé une révision du programme pour un nouveau pacte de gouvernement. »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, d’Andrea Marcucci, chef de groupe du PD au Sénat « Maintenant nous dirigeons le gouvernement avec Conte. L’histoire avec Italia Viva ? il ne faut jamais dire jamais » : « ‘’Nous sommes satisfaits du résultat au Parlement mais nous nous attendons maintenant à ce qu’une nouvelle page soit tournée. J’ai l’impression qu’hier Renzi nous a définitivement abandonnés. C’est à mon avis une erreur. Il aurait dû accepter l’ouverture de Conte. Je crois que le Parti Démocrate devra assumer la responsabilité de diriger le gouvernement avec Conte, dans les prochains mois. Nous ne pouvons plus nous permettre d’autres dérapages’’. »

ENTRETIEN, La Stampa, de Goffredo Bettini, conseiller de G. Conte « ‘’Maintenant, élargissions le périmètre du troisième pilier des libéraux » : « ‘’ Nous devons voir s’il est possible maintenant d’élargir le périmètre de ce troisième pilier des libéraux et des modérés dont je parlais l’été dernier. Un groupe libéral, réformiste et modéré qui soit prêt à faire partie du gouvernement. Sinon, une fois l’était d’urgence sanitaire passé, les élections seront inévitables. Il n’y a pas d’alternative. Si les conditions sont là, il faudra faire un plan de gouvernement pour finir la mandature et effectuer un remaniement nécessaire’’ ».

ENTRETIEN, Il Foglio, de Bruno Tabacci, Président du Centre Démocratique « Tabacci s’exprime » : « Le nom du futur parti ? Nous n’y avons pas encore pensé mais il s’agira d’une liste de centre, progressiste et alternative aux souverainistes. Elle rassemblera le mieux des traditions politiques de l’histoire républicaine et Conte en sera le chef. Conte, contrairement à Monti, sait communiquer. Il a cité des noms de philosophes français, tels Jacques Maritain, des figures pour moi bien connues, moi qui ai grandi dans le sillage du catholicisme démocrate. Nous sommes conscients du fait de devoir construire une base parlementaire plus large.  L’Italie doit faire face à une crise importante, il faut une classe dirigeante qui soit à la hauteur. Renzi a fait un pari osé et il a perdu.’’ ».

COMMENTAIRE, La Repubblica, Stefano Folli, « L’autre match se joue à Bruxelles ». « Ceux qui sont réalistes ne peuvent ignorer la question du lien à l’Union européenne qui a exprimé son inquiétude sur notre plan de relance, lien qui est au cœur de cette crise. Gentiloni n’a pas été le seul à s’inquiéter. Il est très clair que les réformes sont essentielles pour avoir un plan convaincant. Hier aussi, Dombrovskis, vice-président de la Commission, a rappelé que « les travaux sur le plan de relance italien sont en cours » et qu’il «espère que l’Instabilité politique ne les mette pas en péril car l’Italie est le principal bénéficiaire et il est essentiel de s’assurer que les fonds arriveront bien à destination ». Une façon de dire que le plan doit être crédible et que l’instabilité ne peut plus être un alibi pour le renvoyer à plus tard. La nouvelle majorité sera jugée à l’épreuve des faits ; il est clair qu’à Bruxelles, mais aussi à Berlin et à Paris, on a des doutes. C’est celui-là, le vrai match que Conte doit remporter et là que le lien entre les manœuvres parlementaires et l’horizon européen devient déterminant ».

COMMENTAIRE, La Repubblica, Claudio Tito : « Conte et la fin des alibis». « La discussion au Sénat et à la chambre a été plutôt modérée. La politique a été écrasée par la propagande et les slogans. Et la discussion a révélé une vraie pauvreté des arguments. A partir d’aujourd’hui, on entre dans une nouvelle phase pendant laquelle le prétexte de l’urgence de la crise épidémique ne pourra plus être dégainé comme avant. Italia viva ne plus un facteur de déstabilisation interne et le Covid ne peut plus être considéré comme un ennemi inconnu. La question de la campagne de vaccination et du plan de relance ne peuvent pas être les seuls points qui figureront dans le nouveau pacte de mandature. Fin mars, les travailleurs et les entreprises devront faire face à la fin des indemnisations chômage et du moratoire sur les licenciements. Les 5 étoiles devront décider de la prolongation de ces mesures, et dans ce cas trouver les ressources pour les financer. S’ils n’en trouvent pas, le gouvernement avec du bon sens devra prévoir la façon dont il gérera la colère qui va sûrement éclater en conséquence. Tout cela ne sera possible que si le premier ministre parvient à dépasser les frontières de sa majorité actuelle. Les 156 voix favorables à la confiance qu’il a obtenue hier ne peuvent suffire. Dès aujourd’hui, avec l’approbation du nouvel amendement à la loi de finances, qui requiert un vote favorable à la majorité absolue des voix, les limites de ce système vont être testées. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

19/01/2021

"Gouvernement, la bataille finale au Sénat."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Le vote de confiance à la Chambre en soutien à Conte hier et le nouveau vote au Sénat aujourd’hui domine les unes de la presse. On parle d’un vote difficile, à l’issue incertaine, qui décidera du sort politique de G. Conte et de sa majorité. Le regard est rivé sur les modérés du centre pouvant faire basculer le vote dans un sens ou dans l’autre : « Premier oui (à la Chambre), Conte face au défi final » - Conte obtient la majorité absolue à la Chambre. Aujourd'hui l'épreuve la plus difficile se tiendra au Sénat (Corriere della Sera), « Conte, une confiance fragile » (La Repubblica), « L'appel de Conte : Aidez-nous » - Le Président du Conseil demande le soutien politique aux « hommes de bonne volonté » (La Stampa), « Gouvernement, la bataille finale au Sénat » (Sole 24 Ore), « Conte, une majorité faible » (Il Messaggero), « Renzi? Mais qui est-ce ? » - Conte l'ignore et obtient une large confiance à la Chambre (Il Fatto Quotidiano), « Le troc des voix » - Conte promet de l'argent aux Italiens et des sièges aux transfuges (Il Giornale).  

COMMENTAIRE, La Repubblica, Stefano Folli, « Dans le viseur de l’Europe » : « Dans son discours hier à la Chambre, le président du Conseil a accusé ceux qui ont ouvert la crise d’être des « irresponsables », sans jamais nommer Renzi. Cette crise aurait non seulement fait monter le spread, mais aurait « attiré l’attention des chancelleries européennes sur l’Italie ». Comme pour dire que Renzi, en réclamant des clarifications et des améliorations sur le plan de relance, avait attiré l’attention de l’Europe. Il a surtout attiré l’attention sur la façon dont ce gouvernement M5S-PD-LeU a géré le plan, sous le manteau. On aurait préféré un plan préparé dans l’ombre ? C’est surtout que Renzi a su percevoir mieux que d’autres l’impression que l’on avait en Europe (sur ce plan), en cherchant à en faire un avantage politique. Conte ne pouvait pourtant ignorer les appels qui avaient été lancés avant. Il n’avait pas pu manquer l’appel de Gentiloni dans la Repubblica, ou le fait que le ministre français de l’économie Bruno Le Maire s’était rendu à Rome. Aucun des deux n’a eu besoin de Renzi pour exprimer leur inquiétude, partagée par Angela Merkel. Un plan qui aurait besoin de vraies réformes pour être à la hauteur. A partir de demain, une fois la crise politique passée, le chemin que suivra Conte sera difficile et étroit. L’attention de la commission sera plus que jamais tournée vers l’Italie, et pas en raison des manœuvres renziennes ».

RETROSCENA, Corriere della Sera, de M. Guerzoni, « Le Président du Conseil garde des places libres pour les centristes et exclut une possible démission suite au vote du Sénat » : « Le chef du gouvernement n’envisage pas de démissionner ni de se résoudre à un gouvernement Conte ter, il veut dépasser cette crise. ‘’A la Chambre, nous avons fait mieux que les prévisions et si au Sénat nous obtenons la majorité, même relative, ce gouvernement ne tombera pas. La résolution de la crise demandera un peu de temps, mais nous pourrons élargir la majorité et nous remettre au travail’’ expliquait, optimiste, Giuseppe Conte à ses ministres. Pourtant, pour le Parti démocrate, l’opération sera délicate. À la suite des propos de Zingaretti (Pd) dans l’après-midi, expliquant ne pas être disposé ‘’à tout accepter’’, il a fallu que Bettini téléphone pour rassurer Conte quant à la loyauté du Parti démocrate. La crainte d’une nouvelle ‘’mauvaise plaisanterie’’ de la part de Renzi ne s’est pas encore dissipée. Le sénateur Luigi Cesaro de Forza Italia aurait offert son soutien au Président du Conseil mais ce dernier aurait décliné. Une cinquantaine de nouveaux sièges est en jeu, qui seraient liés à l’éventuelle création d’un nouveau parti réunissant diverses forces centristes [en soutien à Conte]. Le Président du Conseil a également cédé face au Pd et déléguera à un tiers de confiance la nouvelle autorité supervisant les services secrets. »

COULISSES, La Stampa, de I. Lombardo, « Le plan : voici le nouveau [parti] « Populaire ». Une équipe de ministres d'ici le 30 janvier» : « Samedi matin, avant que l'opération ''bâtisseurs'' ne subisse un coup d’arrêt, dans les pourparlers entre le Palais Chigi et le Sénat il était question de réfléchir au nom à donner au groupe des « responsables ». ''Populaires européens'' ou ''Populaires d'Europe''. L'idée serait celle de créer un label rappelant la grande famille européenne du PPE. Par ailleurs, la création d’un groupe au Sénat pourrait constituer les prémisses d'une nouvelle force politique européenne - libérale et modérée pouvant accueillir les élus de droite lassés de se plier aux souverainistes. Il s’agit d’un projet politique que Conte aurait l'intention de poursuivre même après le vote d'aujourd'hui au Sénat. Si Conte parvient à obtenir la majorité au Sénat - même si celle-ci n’est pas absolue, comme à la Chambre hier, mais relative - la seconde phase, délicate, des pourparlers pour rassembler une coalition plus large au Parlement commencera à partir de demain. Il est vrai que l'UDC a dit ne pas vouloir voter la confiance. Toutefois, les hommes de Conte continuent de négocier sans relâche, confiants de pouvoir convaincre les centristes de rejoindre la majorité dans un deuxième temps. Par ailleurs, le dirigeant de l'UDC, Lorenzo Cesa, l'a clairement dit à Riccardo Fraccaro, le secrétaire d'Etat chargé des négociations : ''je fais de la politique depuis des années. Il ne suffit pas de venir me proposer un ministère''. Pour Cesa, le ministère de l'Agriculture laissé vacant par Italia Viva est une tentation mais il a besoin de recevoir des assurances sur ses chances d’être élu après cette mandature. Deux contidions pourraient alors être nécessaires : a) un parti centriste, membre de la coalition pro-européenne, engagé en faveur du développement durable (avec le PD, le M5S et la gauche écologiste) que le Président du Conseil veut garder uni à l'instar de ce qu'avait fait Romano Prodi. b) une loi électorale proportionnelle qui a été explicitement citée lors du discours d'hier à la Chambre. Ce mode de scrutin proportionnel est aussi un appât pour les indécis qui se trouvent à la marge du centre droit. Le départ de Renata Polverini de Forza Italia pourrait ne pas être un fait isolé et d'autres représentants du parti de Berlusconi seraient disposés à voter la confiance au Sénat : Andrea Causin, Anna Carlena Minuto et Barbara Masini. Tous potentiellement recrutables dans le nouveau groupe des libéraux-populaires. »

RETROSCENA, La Repubblica, de C. Lopapa « ’’Oui au système proportionnel’’, l’offre du Président du Conseil qui tente Berlusconi » : « Cette nouvelle proposition sur la loi électorale est trop tentante pour les élus de Forza Italia et pour les centristes. C’est le dernier coup des stratèges démocrates et du Palais Chigi qui cherchent ainsi à libérer une bonne fois pour toutes le « Cavaliere » (Berlusconi) des griffes des souverainistes en brouillant le jeu des alliances. Même si ça ne changera rien pour le vote d’aujourd’hui, à terme cela pourrait bien rebattre les cartes au centre. L’irritation de Matteo Salvini et de Giorgia Meloni est palpable et la droite se montre déterminée à profiter de toute faiblesse de Conte pour exiger les élections. L’Union de Centre (UDC) vacille elle aussi, après que Conte ait proposé à son chef de file, Lorenzo Cesa, un ministère. Peut-être celui de l’Agriculture, laissé vacant la semaine dernière. Mais le projet aurait été abandonné après que le M5S s’y soit fermement opposé et l’UDC serait moins encline à rejoindre les « constructeurs ». »

ARTICLE, Corriere della Sera, « La colère de Renzi : ils veulent ma tête, mais nous auront du poids dans les commissions ». « Nous ne devons pas avoir peur d’être dans l’opposition, aussi parce que ce gouvernement ne va pas durer longtemps. » C’est avec ces mots que Renzi a cherché à rassurer ses troupes. « Il a même récupéré le soutien de Polverini (députée Forza Italia), il serait prêt à bâtir une majorité avec n’importe qui pourvu de rester accroché à son fauteuil. Il a pris à la chambre un gros risque avec ces soutiens ». Et les députés d’Italia viva sont épuisés, après avoir reçu ces derniers jours des dizaines de coups de fil. « Je n’en peux plus » confesse Donatella Conzatti, tandis que Volo indique « qu’au moins à présent, le téléphone ne sonne plus ». Pour le leader d’Italia Viva, il faut observer le « fait nouveau » apparu ces derniers jours, « le courage qui a manqué au parti démocrate, et dont nous avons su faire preuve » et à présent, « le PD est plus proche que jamais des 5 étoiles, un rapprochement qui ouvre un nouvel espace à Italia Viva ». Un espace politique certes, mais qui jouera aussi en commission, où Italia viva pourrait avoir plus de poids. Même si Renzi promet de ne pas être dans l’opposition « à la manière du centre-droit », il pourrait avoir un poids important en commission des affaires constitutionnelles, où, s’il votait avec le centre droit, il y aurait un équilibre parfait des voix avec la majorité. Une commission qui valide des textes importants, et notamment la future réforme électorale promise par Conte, introduisant davantage de proportionnelle ». 

ENTRETIEN, La Stampa, d’Antonio Tajani, vice-président de Forza Italia et du Parti Populaire Européen, « En cas de consultations [au Quirinal], nous nous y rendrons seuls, pas avec Salvini et Meloni » : « Des élections me semblent très peu probables, examinons d’abord les autres alternatives que nous pourrions suivre. Voyons le nombre de voix qu’obtiendra Conte au Sénat. Mais avec une majorité relative, il me semble que ce sera difficile de continuer. S’il n’obtient pas l’appui nécessaire, il devra démissionner et tout sera alors possible au Quirinal. Pour notre part, nous avons émis la possibilité d’un gouvernement de centre-droit. Si nous devions nous présenter au Quirinal pour des consultations, notre délégation s’y rendrait seule, pas avec la Ligue ou Fratelli d’Italia. Nous tenons à garder notre identité, bien distincte : Forza Italia se veut le cœur d’un centre-droit pro-européen. Par ailleurs, la possibilité d’un gouvernement d’unité nationale a déjà été exclue par les forces de gauche. Je n’ai rien contre Conte, mais il dirige actuellement un gouvernement de gauche, ce qui ne correspond en rien à notre position politique. Il me semble peu probable que l’UDC passe du côté de la majorité. Le problème n’est pas constitutionnel mais politique : on peut confirmer un gouvernement avec une majorité relative, mais il sera compliqué de gouverner au quotidien. »

ENTRETIEN, La Stampa, de David Faraone, chef de groupe au Sénat d’Italia Viva « Conte nous offre des ministères mais nous sommes forts et unis » : « ’’Nous nous réunirons après avoir écouté le discours du Président du Conseil et nous déciderons comment agir. Très certainement, nous ne voterons pas la confiance. Nous ne sommes pas des irresponsables, nous disons qu'il faut un nouveau gouvernement qui puisse agir rapidement. Si on veut discuter de vaccins, d'emplois, d'école, nous serons là. Tout le reste ne nous intéresse pas. Notre groupe est uni : personne ne parviendra à nous convaincre que l'Italie a besoin de n'importe quel gouvernement. l'Italie a besoin d'un gouvernement fort, qui ait de l'autorité et prêt à faire les réformes. Si j'étais à la place du Président du Conseil, je lui conseillerais de prendre davantage de hauteur. ’’ »

ENTRETIEN Il Foglio, de Ivan Scalfarotto, parlementaire d’Italia Viva « Aucune opposition de fait à un gouvernement avec Conte » : «‘’Nous avons présenté nos démissions car ce gouvernement avait besoin d’une rupture. C'est un gouvernement qui n’est pas en mesure de savoir gérer une situation exceptionnelle. il faut une envergure et une approche totalement différentes. Conte pourrait y arriver. Nous avons déjà voté une fois la confiance, nous pourrions le faire encore une fois. Mais si sa réponse est ''je veux former un gouvernement avec Mastella’’, je ne peux alors que lui souhaiter bonne chance. Si les conditions sont réunies pour offrir à l'Italie un véritable gouvernement, Italia Viva est disposée à le soutenir. Je reproche à Conte le fait qu'il n'ait pas pu y avoir de pacte de gouvernement et qu'il n'y a jamais eu de discussion sur la composition du celui-ci. La négociation et le travail politique n'ont jamais avancé. Le problème est que Conte n'écoute pas les partis de sa coalition’’».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

18/01/2021

"Le sort de Conte se joue au Parlement."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

La crise politique et les tractations pour permettre au gouvernement d’obtenir un  soutien suffisant de la part des parlementaires pour se maintenir, ce lundi à la Chambre et mardi au Sénat, fait les gros titres des médias italiens. Selon les observateurs, Conte pourrait soit se maintenir sans majorité absolue, soit devoir admettre l'impossibilité de rester au Palais Chigi et tenter alors de former un nouveau gouvernement : « Le destin de Conte se décide au Parlement » (Corriere della Sera), « Conte jouera la carte anti-souverainiste» - Un appel pro-européen pour tenter de trouver une majorité (La Repubblica), « Conte, 4 voix pour ne pas tomber » - L'éxécutif tente d'obtenir une majorité simple en s'adressant aux pro-européens et aux libéraux (La Stampa),  « Conte pret à continuer avec une seule voix d'écart. Le PD et le M5S sont dubitatifs » (Il Messaggero),  « Liliana Segre : j'irai à Rome pour voter la confiance à Conte » (Il Fatto Quotidiano), « L'intrigue finale» - Les services secrets et les généraux à la recherche de voix pour sauver Conte (Il Giornale). 

ANALYSE, Corriere della Sera, de M. Franco : « Des ambitions de reprise frustrées par le manque de voix » :  « Le piège tendu par Matteo Renzi avait eu pour effet premier de la part de la majorité de proposer un pacte de gouvernement entre M5S et PD : une réaction forte, « prenant de la hauteur », qui s’est avérée compliquée à mettre en œuvre dans les faits. La deuxième réaction a été celle de faire le choix, pour Conte, d’aller défier Renzi au parlement, et de parvenir à 161 voix pour montrer que ce dernier n’est pas indispensable et peut-être même porter un coup à son groupe parlementaire. Mais les dernières heures ont montré que les ambitions (du Premier ministre) doivent être revues à la baisse. On va au parlement, et on recueille plus de voix que l’opposition. Puis, dans un deuxième temps, doté de ce résultat à minima, on commence à négocier avec ceux qui ont voté pour (Conte). La trame de ce qui est en train de se jouer semble favoriser une sorte d’inertie structurelle, résultat de l’ « impossibilité » d’une élection anticipée et d’une improvisation qui s’appuie sur très peu de points d’appui solides. Le premier ministre est considéré par les 5 étoiles et une partie du PD comme une sorte de point d’équilibre irremplaçable. Renzi, qui veut se débarrasser de Conte, semble avoir réussi l’exploit de rassembler les 5 étoiles autour de Conte, après des mois de manigances pour essayer de le remplacer. Et du côté de Renzi, le fait qu’il annonce une abstention et pas un vote contre vise sûrement à éviter des défections parmi les membres d’Italia viva. Il faudra toutefois à un certain moment reprendre la négociation, une fois cette « paix carthaginoise » passée. On a conscience de l’urgence à ne pas perdre de temps : un gouvernement faible, et dépourvu de crédibilité internationale, légitimé par seulement la moitié du parlement, sera la meilleure cible pour les adversaires de l’Italie en Europe ».

ARTICLE, Corriere della Sera, de M. Galluzzi « Le sort de Conte se joue au Parlement. Au Sénat on mise sur 157 voix » : « Ces lundi et mardi seront des jours cruciaux pour comprendre quel  sera l’avenir du gouvernement. En 24 heures, le Président du Conseil cherchera d’abord à la Chambre puis au Sénat, la confiance des partis pour continuer à gouverner. Dans son discours, Conte évitera d’employer un ton trop dur et lancera un appel aux libéraux – les anciens d’Italia Viva et du M5S -  allant ainsi  à la recherche de ces ‘’bâtisseurs’’ utiles pour surmonter la crise voulue par Renzi. C’est un passage délicat, notamment au Sénat où une majorité relative (157 voix) suffirait pour sortir de l’impasse. Entretemps, les signaux de la part du parti de Renzi pour se réconcilier avec la majorité n’ont pas manqué. Ettore Rosato, président d’Italia Viva, l’a dit hier : ‘’Si Conte le veut, la solution peut être trouvée en deux heures’’. Or, ce sont des mots qui semblent plutôt vouloir justifier la crise et ne sont pas fondés sur une conviction réelle. »

PREMIER PLAN, La Repubblica, de T. Ciriaco et A. Cuzzocrea « Conte joue la carte anti-souverainistes » : « Le dernier appel de G. Conte est prêt. Plutôt que d’attaquer Renzi, il tentera de rassurer ceux qui veulent construire un groupe ‘’centriste, catholique et libéral’’ afin d’éviter que l’Italie tombe entre les mains des souverainistes de Salvini et Meloni. L’avocat demandera ainsi de croire dans le gouvernement même si ‘’quelques erreurs ont été commises’’, il invoquera une ‘’unité’’ pour verrouiller le choix pro-européen et anti-souverainiste. Il ne parlera pas de son parti. Il est trop tôt pour le faire. Il fera toutefois un clin d’œil à ceux qui le souhaitent, en leur demandant de s’engager pour structurer cette ‘’réalité’’ dont l’Italie a besoin. Le tout a été concerté avec les alliés, à condition de trouver les voix nécessaires au Parlement. C’est au Sénat que la situation est difficile. On compte à ce stade 154 voix sûres. Certains, les plus optimistes, tablent sur 158. En tout cas, ce sera en dessous de la majorité absolue. Il y a un mot clé qui sera peut-être prononcé : le système électoral proportionnel. Cela servira à indiquer une perspective aux centristes et à en garantir la survie, à donner un sens à cette fin de législature qui semble se consommer à toute allure. Il proposera cela en parallèle avec un pacte jusqu’aux élections en 2023. C’est ce que plusieurs souhaitent entendre de sa part. Les négociations avec l’UDC vont de l’avant. Si Paola Binetti veut entrer dans le nouveau groupe parlementaire, Lorenzo Cesa freine et on sent dans son attitude la volonté d’avoir des garanties dans le nouveau projet politique centriste, catholique et proche de Conte, et la volonté d’avoir un rôle dans l’exécutif (peut-etre le ministère de l’Agriculture).  Un discours de démocrate chrétien qui devra aussi être attentif à l’aile socialiste. Pour convaincre Riccardo Nencini de quitter Renzi et de voter oui pour rentrer à nouveau dans la majorité ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères et figure de proue du Mouvement 5 Etoiles, « ‘’La majorité absolue est un miroir aux alouettes ; quand elle sera utile, nous l’aurons’’ » : « Le M5S ne souhaite pas de gouvernement de large coalition, ni de gouvernement technique. Italia Viva n’est plus crédible, nous ne suivrons pas Matteo Renzi dans ses petits jeux. Mieux vaudrait des élections, même si ce n’est vraiment pas le moment. Au Sénat, nous distinguerons les « constructeurs » des « destructeurs ». Nous ne tombons pas dans le piège de Renzi, la majorité relative suffit. Nous ne sommes pas non plus en contact avec Mastella. Nous cherchons plutôt à nous adresser à la part du pays qui veut construire, y compris au niveau européen, à ceux qui sont en mesure d’ouvrir un Pacte de Relance pour le pays. Mais tant que nous ne sortons pas de la crise, nous sommes bloqués, nous ne pouvons pas travailler à l’amélioration du Plan de relance, ni même faire passer un quelconque décret ristori [aides financières aux activités ralenties par les mesures sanitaires]. Le M5S est plus soudé que jamais, nous sommes un gage de stabilité pour l’Italie, nous continuerons à soutenir le gouvernement. »

ENTRETIEN, La Repubblica, de Maria Elena Boschi, chef de groupe d’Italia Viva à la Chambre « Nous n’avons jamais arrêté le dialogue mais Conte, le Pd et le M5S préfèrent les ‘’responsables’’ » : « ’’ Nous n’avons jamais dit ‘’plus jamais’’ dans la coalition mais j’ai l’impression que le PD, les 5 Etoiles et LeU préfèrent remettre leur sort entre les mains de Clemente Mastella pour rechercher des « responsables » alors que nous ne savons même pas s’ils existent vraiment. A ce stade, notre position est celle de nous abstenir lors de la motion sur la communication de Conte. Puis, bien sûr, nous attendons de voir ce que le Président du Conseil dira. Nous sommes favorables à un échange d'idées, pas à un échange de ministères. Nous sommes prêts à le soutenir si la majorité comprend que l’immobilisme ne signifie pas stabilité mais plutôt une perte  d’opportunités. Nous voterons favorablement au décret sur les aides aux secteurs commerciaux les plus touchés, au plan de vaccination pour aider les médecins et voter sur le rôle de l’Italie en Europe. Nous ne mettons pas de véto sur des noms au Palais Chigi, nous soutiendrons n’importe quel exécutif à condition que celui-ci ait les idées claires sur ce qu’il faut faire pour le pays. Si la majorité veut résoudre les problèmes avec nous, nous sommes disposés à l’aider. S’ils préfèrent faire gagner Salvini pour la simple raison de nous attaquer, qu’ils assument leurs responsabilités’’».

ENTRETIEN, Il Messaggero, de Clemente Mastella, maire de Benevento et fondateur de plusieurs partis d’inspiration centriste et démochrétienne « Je travaille à un projet centriste et j’y inclus également Renzi» : «’’Je ne sais pas si Conte formera son parti ou pas, au vu des jalousies du Pd et du M5S qui s’y opposent. Il est toutefois possible ensuite de mettre ensemble les différentes formations politiques existantes. Il faut mettre ensemble tous ceux qui ont construit quelque chose, allant de la famille socialiste à la famille démo-chrétienne et laïque. Tout ce qui se trouve au centre, car si les 4 principaux partis de gouvernement se présentent maintenant aux élections, ils perdront tous dans les collèges uninominaux. Oui, il faut qu’il y ait aussi le parti de Renzi. Cette réalité dépasse largement le 3% dont dispose Italia Viva. Tous ensemble, en revanche, nous pouvons rivaliser dans tous les collèges électoraux’’.»   

COULISSES, Il Messaggero,  « Le réseau discret des cardinaux pour éviter les élections anticipées » : « Afin d’éviter d’aller trop tôt aux élections, des paroles de soutien à Conte seraient venues du cercle magique du Pape François, mais aussi peut-être du réseau du cardinal Parolin. De l’autre côté du Tibre, on sait que  des élections ne donneraient pas plus de force au gouvernement mais ouvriraient plutôt la voie à la droite souverainiste, qui a été au moins deux fois la cible des reproches du pape. La semaine dernière, le pape François a donné une interview à Mediaset dans laquelle il a parlé du gouvernement et du droit qu’il avait à exprimer une opinion différente de celui-ci, bien que l’on soit en période de pandémie et de crise économique, « qui ne donne pas le droit de s’éloigner de l’unité ». Et qu’en ce moment, la politique n’a pas le droit de dire « moi » mais seulement « nous ».  Les franciscains d’Assise, Sant’Egidio et les jésuites ont souligné ce message, qui a aussi été repris par la conférence épiscopale italienne (CEI). »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

17/01/2021

"Il y a seulement une voie : Merkel doit partir."

AfD.jpg

Allemagne.

AfD 1.jpg

AfD Bavière : "Il y a seulement une voie : Merkel doit partir."

16/01/2021

Le FPÖ donné à 16 %.

FPÖ.jpg 

Autriche. Un sondage Unique Research donne les conservateurs/sociaux-chrétiens de l’ÖVP à 37 %, les sociaux-démocrates du SPÖ à 22 %, les patriotes du FPÖ à 16 %, les écologistes à 14 %, les libéraux de NEOS à 10 %.

15/01/2021

Geert Wilders sera tête de liste pour les élections législatives de mars 2021.

PVV.jpg

Pays-Bas.

PVV 1.jpg

Salvini : "Un gouvernement fourre-tout qui, pour survivre, fera des offres de marchand de tapis."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La crise gouvernementale et notamment la décision de G. Conte de vouloir trouver lundi prochain l’approbation du Parlement, fait les gros titres des médias italiens. « Conte accepte le défi du Parlement» - Il demandera la confiance avec le soutien des « élus ayant le sens des responsabilités» (Corriere della Sera), « Conte compte ses voix (au Parlement) » - Conte cherche des élus prêts à le soutenir chez les socialistes, Forza Italia et Italia Viva (La Repubblica), « Renzi ne cède pas : Conte n'a pas les voix (pour continuer) » (La Stampa), « Conte cherche lundi les voix au Parlement » - Le Spread en hausse, l'UE inquiète (Sole 24 Ore),  « Un gouvernement Conte III avec les voix des repentis d'Italia Viva  » (Il Messaggero), « Renzi isolé, Conte optimiste » (Il Fatto Quotidiano), « La chasse aux voix des renégats» - Le défi entre deux perdants : Conte et Renzi (Il Giornale).   

ARTICLE, Corriere della Sera, de M. T. Meli, « Le plan des démocrates contre Renzi : récupérer ses parlementaires » : « Nicola Zingaretti réunit le bureau politique de son parti en faisant part de ses inquiétudes : ‘’Il faut éviter les élections mais la situation est préoccupante et parfois on arrive aux urnes sans le vouloir ». Zingaretti ne s’oppose pas à la décision de Conte de vouloir trouver un groupe de « responsables » pour remplacer le groupe d’Italia Viva. Mais il pose ses conditions, car le PD ne veut pas payer le prix d’un éventuel échec. Il faut donc que parmi ces « bâtisseurs » figure aussi une partie des sénateurs d’Italia Viva. Sinon cela n’aurait pas de sens. Récupérer la troupe de Renzi aurait en revanche un sens, car cela redonnerait une dignité à ce groupe de « responsables » et mettrait par ailleurs Renzi au pied du mur, car le PD n’a aucune intention de lui faire de cadeau. Le but est donc celui d’arriver à 161 voix au Sénat, soit la majorité absolue, sans l’apport d’Italia Viva ».

COULISSES, La Repubblica, de T. Ciriaco et de C. Lopapa « Conte récupère des voix aux Sénat et s’approche de l’objectif des 161 sénateurs avec les transfuges d’IV et de FI » : « Au Sénat, Conte sent avoir déjà à disposition un nombre suffisant les « bâtisseurs ». Des élus du MAIE lui proposeront même un symbole « Maie/Con – Te » (un jeu de mots signifiant ‘’avec toi’’) en créant un groupe. Conte veut transformer l’épreuve de lundi en un véritable triomphe contre son ancien allié Renzi. Il veut le battre dans l’Hémicycle, mais sans faire trop de polémiques et soulignant plutôt que l’heure est grave, afin de ne pas trop donner d’importance à l’adieu renzien. Si l’euphorie se propage dans les salons du Palais Chigi, c’est un optimisme prudent qui règne au Nazareno, le siège du Parti Démocrate. Il faut ainsi l’apport d’une dizaine de sénateurs pour arriver à la majorité absolue. Un objectif délicat mais le coup d’éclat du fondateur d’Italia Viva aurait poussé 6 renziens à envisager un soutien à un gouvernement Conte pro-européen et anti-souverainiste. Il y aurait aussi 4 de Forza Italia et deux anciens 5 Etoiles. Conte veut clore la crise rapidement, d’ici mardi prochain, le temps de faire naitre les groupes « pro-Conte » afin de contenter le PD, le M5S et en promettant aussi de renoncer à l’intérim sur les services secrets ».

 ANALYSE, La Repubblica, de S. Folli, « Un Président du Conseil dans la pénombre » : « ‘’Peut-être bien que ça ira pour lui’’ : Romano Prodi n’est malgré tout pas très rassurant alors qu’il encourage Conte à se présenter devant le Parlement afin de vérifier qu’il a le soutien de sa majorité. Cette phrase résume pourtant très bien la situation actuelle. Le Président du Conseil espère trouver parmi les « responsables » les voix dont Italia Viva l’a privé. Mais les chiffres sont encore incertains et sa marge est très courte, surtout au Sénat. On cherche donc les fameux membres d’un futur groupe de « Constructeurs », terme employé par Mattarella. Dario Franceschini appelle à ce que cela se fasse ouvertement. Pourtant, les soutiens s’obtiennent dans l’ombre et cela ne fait qu’affaiblir le Président du Conseil qui a choisi la voie du bras de fer au Parlement et a peu de temps devant lui pour identifier ses réels soutiens. Le Quirinal veut un véritable groupe parlementaire, solide, puisqu’il sera ensuite en charge du Plan de relance national. Il devra aussi se montrer convaincant aux yeux de l’UE, qui s’inquiète pour le moment de la situation politique italienne en pleine pandémie. Mais selon certains observateurs étrangers, la crise pourrait se révéler bénéfique si elle permettait de corriger certaines tendances à l’auto-sabordage et permettait un meilleur usage des fonds européens que celui initialement prévu par Conte, fondé sur des ‘’calculs politiques et du clientélisme’’, d’après un quotidien allemand. La question est de savoir si un sauvetage du gouvernement Conte II renverrait bien un message positif à l’Europe et aux marchés financiers. Quoi qu’il en soit, le parcours sera difficile pour le Président du Conseil et son équipe. »

ENTRETIEN, La Stampa, de Matteo Renzi, fondateur et dirigeant d’Italia Viva « Conte n’a pas les voix au Sénat » : « ’’Je n’ai pas l’impression que Conte aura les voix suffisantes au Sénat. Je lui souhaite tous mes vœux. La démocratie est sacrée. Reste toutefois une condition : s’il n’a pas 161 voix, ce sera un gouvernement mais sans Giuseppe Conte. Je perdrai peut-être quelques sénateurs mais à leur place j’attendrais mardi avant de se réjouir. J’ai soulevé une série de questions sur le fond (vaccins, Santé, investissements) alors que Conte répond en parlant de personnes, d’un groupe de « responsables ». Ils auront peut-être une victoire numérique mais moi j’ai choisi la voie de la politique. Conte a fait le choix de faire un pari. Personnellement, je m’abstiendrai lors du vote. On m’accuse d'être déloyal mais selon moi la personne déloyale est celle qui, face au nombre de victimes du Covid, n’utilise pas le MES. Il parait que je serais fou ? Celui qui pense pouvoir dépenser 200 milliards de l’UE sans même lire le document [qui explique comment ils seront dépensés] est le véritable fou. Nous, nous l’avons lu et avons demandé à  le modifier. J'ai voulu aider Conte en lui évitant de faire une erreur monumentale sur le Plan de relance, mais il m’a attaqué. Mario Draghi comme ministre ? Ce serait très beau mais une solution limitée. Mais ne tirons pas Draghi par la manche. Italia Viva serait disposée à entrer dans la majorité si le gouvernement décidait de recourir au MES, si les chantiers étaient débloqués et si l’on accélérerait sur lignes ferroviaires à grande vitesse. Mais nous ne participerons jamais à un gouvernement composé de membres de partis eurosceptiques et souverainistes. L’ancien pacte avec Forza Italia était un accord institutionnel et pas un gouvernement unifié. Zingaretti a eu en privé des mots bien plus durs que moi contre Conte, même s’il dit l’inverse publiquement’’ ».

ENTRETIEN, Il Messaggero, d’Enzo Amendola, ministre des Affaires européennes « La crise inquiète l’Europe. Les « responsables » ? Renzi en a profité lui aussi » : « ‘’Malheureusement, c’est Matteo Renzi qui a choisi de quitter la table de la médiation, balayant tout ce qui avait été construit jusque-là. Nous devons tout faire pour que le gouvernement avance et puisse donner les réponses nécessaires à nos concitoyens. Le cas échéant, le gouvernement devra continuer sans Italia Viva, la fracture est définitive.  Cette crise n’a pas de sens : nous nous sommes réjouis ensemble de la victoire de Joe Biden et maintenant les proches de Renzi permettent à la droite souverainiste de revenir en piste. Il faut « parlementiser » la crise : je suis contre une majorité faite de miettes récupérées ici et là, mais si un nouveau groupe parlementaire venait à se former en soutien à Conte, je ne m’en formaliserais pas. Au Parti démocrate, nous restons déterminés à soutenir le chef du gouvernement Giuseppe Conte, mais aucun scénario n’est exclu, pas même les élections. Nous faisons également confiance à la sagesse politique du Président Mattarella pour superviser la crise. Tous les journaux étrangers témoignent de l’inquiétude de l’Europe face à cette crise, alors même que Conte était parvenu à améliorer notre image. Italia Viva entrave le processus du Plan de relance mais il est arrivé jusqu’au Parlement. Nous suivrons les indications données par l’UE et nous atteindrons notre objectif’’. »

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue : « Un gouvernement fourre-tout qui, pour survivre, fera des offres de marchand de tapis » : « ‘’Je rappelle ce que Mattarella m’a dit ainsi qu’à l’intégralité du centre-droit : je vous confierai la charge de former un gouvernement si vous parvenez à me fournir des vrais chiffres de soutien, des chiffres sérieux, pour un gouvernement véritable, et sérieux. Pas ceux de trois individus venus d’univers disparates. Je ne crois pas que des voix du centre-droit rejoindront les « responsabili » (parlementaires d’opposition partis prêts à soutenir Conte).  Nous nous réunirons encore aujourd’hui pour suivre la situation et c’est positif, car pour les Italiens, il y a une force qui est prête à gouverner le pays. Un gouvernement fourre-tout en pleine épidémie est pire que d’aller aux élections pendant celle-ci, [en dépit des risques]. Comme à l’été 2019, demander leur avis aux Italiens serait la solution la plus appropriée. Et aujourd’hui comme à l’époque, les élections permettraient de porter au pouvoir un centre-droit modéré et libéral, défenseur de la famille  et plus efficace qu’un gouvernement au temps compté’’. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

14/01/2021

"Le centre-droit se réjouit mais est divisé sur la question d’un scrutin au calendrier avancé."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

La crise du gouvernement, ouverte hier par la démission des ministres d’Italia Viva, le parti de Matteo Renzi, en désaccord avec « la méthode et le fond » du Plan de Relance, fait les gros titres des médias italiens. La presse spécule sur les décisions que prendra le Président du Conseil G. Conte pour gérer cette crise et évoquent plusieurs scénarii, dont la démission du premier ministre ou une nouvelle coalition de gouvernement plus large : « C'est la crise, Conte vacille » - Le chef de l'exécutif veut que le parlement approuve sa majorité (Corriere della Sera),  « La rupture provoquée par Renzi» - Le dirigeant d'Italia Viva ignore les signes d’ouverture de la part de Conte et retire ses ministres (La Repubblica),   « Renzi ouvre la crise, Conte en danger » (La Stampa),   « Renzi ouvre la crise, Conte fait le pari d’un troisième gouvernement » (Sole 24 Ore),   « Conte III, dernières négociations » (Il Messaggero),  « C.I.A.O » - Crise Irresponsable à retardement (« Orologeria ») (Il Fatto Quotidiano), « La crise est ouverte » - Le centre droit demande un vote au Parlement et des élections anticipées (Il Giornale).

ARTICLE, Il Messaggero, M. Conti « Le compromis de Conte : démission pour ensuite avoir la charge de former un nouveau gouvernement » : « Hier après-midi, Conte a quitté le Palais Chigi, suivant ainsi les conseils du PD, pour se rendre au Quirinal et faire ensuite des ouvertures afin de revenir sur sa phrase ‘’plus jamais avec Renzi’’. La tentation de faire une vérification de majorité grâce au soutien de « responsables » a été mise de côté après l’entretien avec Sergio Mattarella. La préoccupation de ce dernier pour une « crise dans le noir» avec des temps longs a été évoquée. Conte peut néanmoins compter sur la pression que le Chef de l’Etat Mattarella peut exercer sur les partis de majorité, notamment sur les renziens, pour résoudre rapidement la crise. Le chemin est étroit mais pas impossible et a l’appui de Beppe Grillo qui a invité dans son blog à une recomposition des «bâtisseurs» de la majorité actuelle. Entretemps, le ministre pour les Affaires Européennes, Amendola, a dû rassurer ses collègues européens en leur expliquant que Mattarella est ‘’la garantie pour la tenue politique et sociale du pays’’. »

ARTICLE, La Stampa, C. Bertini « Zingaretti furieux : c’est une crise incompréhensible » : « Pour les démocrates, désormais, la seule issue serait celle d’élections anticipées, car ils craignent l’éventualité d’un gouvernement d’unité nationale. La législature s’achèverait avec la participation des partisans de Trump (Salvini et Meloni) alors que les Etats-Unis ont désormais Biden. C’est inacceptable. Bref, c’est le désastre total. Reste un scénario : Conte voudra vérifier sa majorité au Parlement, et la devise démocrate est ‘’le cas échéant, nous lui assurons notre soutien’’ ». 

ARTICLE, La Repubblica, « Le PD est opposé à son ancien chef : il veut nous détruire avec un gouvernement technique » : « Nicola Zingaretti ne croit pas Matteo Renzi. Il ne croit pas qu’il soit encore possible de faire un gouvernement Conte III ou un gouvernement composé de politiques. Les dirigeants du PD pensent plutôt que la vraie finalité de Renzi est de faire émerger un gouvernement technique avec tous ceux qui sont prêts à le suivre sur cette voie, pour signer la mort des partis et en premier lieu, celle du PD.  Il y a une phrase en particulier, prononcée par Renzi hier, qui a rendu Zingaretti furieux : « ceux qui me font la morale étaient prêts à offrir le pays à Salvini en allant au vote quand le gouvernement Conte I s’est achevé ». Un coup bas pour celui qui, avec Franceschini et Bettini, avait tenté jusqu’au bout de convaincre Conte d’explorer toutes les pistes pour parvenir à une solution avant la démission des renzistes, et parvenir à un accord avec Italia Viva ».

ARTICLE, Corriere della Sera, « Renzi se  tourne vers Lamorgese : c’est elle qui pourrait aller à Chigi » : «’’Luciana Lamorgese pourrait être la nouvelle présidente du Conseil’’. Cette phrase a été murmurée par Renzi juste après la conférence de presse à un groupe d’élus d’Italia Viva. Le but ultime de l’ancien premier ministre serait de donner naissance à un gouvernement technique. L’idée serait un gouvernement soutenu par la majorité actuelle, mais avec un autre président du Conseil. Même si le PD et les cinq étoiles répètent le nom de Conte comme un mantra, cela n’inquiète pas trop Renzi. « Attendez que la crise éclate et vous verrez que toutes les cartes seront rebattues. Au pire, nous serons dans l’opposition ; il vaut mieux être hors de ce gouvernement que dedans ».  Mais l’ancien Premier ministre n’est pas un grand négociateur, sa seule stratégie ayant consisté à enfoncer le premier ministre actuel. Les contacts sont réguliers avec Mattarella, en revanche il n’en a plus aucun avec Conte. Si l’objectif de Renzi est le départ de Conte, alors il pourrait essayer d’avoir un nouveau Président du Conseil, par exemple le démocrate Franceschini ou Lorenzo Guerini.  Renzi pourrait même proposer Di Maio, pour convaincre les membres des Cinq étoiles hésitants. Il est plus probable toutefois que le Quirinal pose ses conditions. Et soutienne alors un gouvernement technique, avec Marta Cartabia ou Luciana Lamorgese à sa tête. Dans ce cas de figure, les partis auraient leurs poids lourds à des ministères clés, issus de différents courants pour garantir l’unité gouvernementale. Orlando du PD, peut être à l’environnement, ministère mineur mais qui pourrait bénéficier des fonds du plan de relance, Delrio aux Transports et Marcucci au Travail, et Renzi lui-même ou bien Ettore Rosatto et Boschi, pour laquelle on n’a pas encore identifié de poste. »

COULISSES, Il Messaggero, M. Conti « Delrio, Marcucci, Crimi : un ministère pour chaque ténor afin de verrouiller la législature » : « Avec la sortie des ministres d’Italia Viva, les possibilités augmentent pour ceux qui souhaitent y entrer. Il ne s’agirait pas d’un simple remaniement mais d’un nouvel exécutif. Dans l’hypothèse d’un Conte III, donné comme acquis il y a quelques jours, pourraient entrer les représentants d’Italia Viva Rosato (Intérieur) et Boschi (Transports) alors que Lamorgese pourrait récupérer les services de renseignement en tant que Secrétaire d’Etat. Le mouvement pourrait être plus important si on devait aller vers une crise non pilotée mais avec le même périmètre de majorité, du moment que les « responsables » sont introuvables et que le centre droit est uni pour demander des élections anticipées. Un passage de témoin pourrait alors avoir lieu : après deux ans de direction 5 Etoiles, le prochain Président du Conseil pourrait être un démocrate. Franceschini est souvent cité. Si toutefois le M5S devait s’y opposer, chose probable, des noms plus institutionnels seraient proposés : Maria Cartabia (Cour Constitutionnelle) ou Luciana Lamorgese pour diriger un exécutif avec la même majorité. Mais pour ce faire, il faudrait que les ténors de chaque parti aient un ministère. Le PD verrait alors l’entrée d’Orlando et Delrio aux dépens de De Micheli et Provenzano. Pour le M5S, les nouveaux ministres pourraient être alors Crimi, Taverna ou Buffagni aux dépens de Dadone et Pisano. Pour Italia Viva, outre la confirmation de Bellanova et Bonetti, il y aurait l’arrivée de Rosatto et de Boschi. »

ARTICLE, La Repubblica, « Le centre-droit se réjouit mais est divisé sur la question d’un scrutin au calendrier avancé » : « Je ne participerai jamais à un gouvernement avec [Renzi]. Ni avec Zingaretti (PD), ni avec les cinq étoiles. Moi je n’ai pas de plan B, demandons des élections dès que le gouvernement tombe ». Une façon pour Giorgia Meloni (dirigeante de Fratelli d’Italia) de dire à Matteo Salvini que l’alliance avec les 5 étoiles a été possible avec la Ligue, mais n’aurait jamais pu l’être avec elle. Et si des voix se sont élevées pour faire connaitre la disponibilité du centre-droit pour un gouvernement de transition, elles n’ont concerné que la Ligue et Forza Italia, pas Fratelli. Hier après-midi, juste après la conférence de presse de Renzi, une réunion a eu lieu entre Meloni, Salvvini, mais aussi Tajani pour Forza Italia, Giovanni Toti pour Cambiamo, Lorenszo Cesa de l’UDC et M. Lupi de « Noi con Italia ». Ils ont signé un document conjoint dans lequel ils demandent la démission immédiate de Conte, le passage devant le parlement et surtout des « élections tout de suite ». Et rappellent que « les partis de centre-droit ne sont pas disposés à soutenir un gouvernement de gauche ». Ce n’est pas un hasard si les chefs de partis minoritaires ont aussi été convoqués pour contrer la tentation de recourir « au sens des responsabilités » des membres de l’opposition [pour soutenir un nouveau gouvernement]. Tajani évoque le fait qu’’ « en pleine épidémie, la situation ne rend pas facile la programmation d’élections ». Mais Meloni réplique : « Dans quelques jours, on va voter au Portugal, où il y a un taux de contamination plus élevé qu’en Italie ». Et Salvini de renchérir : « Après le Portugal en janvier, il y a aussi des élections en Catalogne en février, aux Pays-Bas, en Israël et en Bulgarie en mars, en Albanie en avril ». Mais des parlementaires centristes à la longue expérience politique, comme Lorenzo Cesa et Maurizio Lupi, préviennent : « il pourrait y avoir d’autres scénarios, on parle aussi d’un gouvernement provisoire », et Toti rapporte que « d’après les bruits de couloirs, le nom qui revient le plus est celui de Marta Cartabia ». Meloni lui répond : « Pour nous, les gouvernements provisoires n’existent pas. Nous ne sommes pas intéressés par une personnalité, aussi méritante soit-elle, avec la majorité actuelle. Et on ne va pas loin avec des majorités hasardeuses ».  Les élus « ayant le sens des responsabilités » issus du centre-droit ne seraient qu’une douzaine d’après l’ex cinq étoiles Gregorio De Falco. »

ARTICLE, La Repubblica, « Les simulations de vote accordent la victoire au centre-droit » : « Attention, si on va aux élections, ce seront les fans de Trump qui gagneront » a averti Zingaretti mardi matin. Les doutes d’il y a quelques semaines sont devenus la vraie crainte du PD : aller aux élections en pleine épidémie, et surtout céder ainsi le pouvoir aux souverainistes. Une simulation de Youtrend, que tous les responsables politiques ont enregistrée sur leur ordinateur, le montre : si on allait voter maintenant, avec un nombre de sièges réduit par la réforme électorale, les résultats dépendraient certes des alliances, mais le PD et les 5 étoiles perdraient probablement : si comme en 2018, le M5S faisait la course en solitaire, sans le PD, le centre-droit réunirait 248 sièges de députés sur 400 et 124 sénateurs sur 200. Pour que M5S et PD gagnent, il faudrait deux scénarios : le premier, très improbable, serait une alliance avec Forza Italia, Calenda et Bonino mais aussi Renzi, contre la Ligue et fratelli. L’autre possibilité serait une alliance de tous ceux qui sont à l’extérieur du centre-droit : la coalition actuelle (PD, M5S, IV, LeU), mais aussi Azione et +Europa. Ce front large permettrait toutefois d’obtenir une majorité de justesse à la chambre (202 sièges sur 400) comme au Sénat (102 sièges sur 200). »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

13/01/2021

Giorgia Meloni réclame la démission du Premier ministre Conte et des élections immédiates.

FI-AN.jpg

Italie. Giorgia Meloni de Frères d'Italie réclame la démission du Premier ministre Conte et des élections immédiates.

FdI 1.jpg

"Si Conte a les voix suffisantes au Parlement il restera en charge."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Le vote sur le Plan de relance national à hauteur de 223 milliards d’euros, mardi soir en Conseil des ministres, et la crise au sein du gouvernement, avec la probable démission aujourd’hui des ministres d’Italia Viva, parti de Matteo Renzi, remettant en cause la majorité – se partagent les gros titres des médias italiens. Les observateurs évoquent plusieurs scénarii possibles (un gouvernement « Conte III » soutenu par un groupe parlementaire de « responsables » remplaçant les ministres d’Italia Viva, un gouvernement « provisoire » gérant les dossiers les plus urgents ou encore des élections anticipées : « Le jour du règlement de comptes » - Renzi décidera aujourd’hui s’il fait démissionner ses ministres (Corriere della Sera), « La majorité n’est plus là » - Le Plan de relance approuvé pour la santé, l’environnement et le numérique. Renzi annoncera aujourd’hui si son parti quitte le gouvernement. Conte tente de le remplacer par un groupe de « bonnes volontés » (La Repubblica), « Conte et Renzi, acte final » - Mattarella demande un « sursaut de responsabilité » (La Stampa), « Le Plan de relance adopté et augmenté de 144 milliards » - Mais Renzi vers la sortie du gouvernement (Sole 24 Ore), « Le Quirinal : le pays aura du mal à comprendre cette crise » - Rappel du Président de la République face au bras-de-fer entre Conte et Renzi (Il Messaggero), « Renzi va-t-il retirer ses ministres ? » (Fatto Quotidiano), « Adieu Conte » - Aujourd’hui Renzi retirera ses ministres, déclenchant la fin du gouvernement. La crise inquiète l’Europe et fait monter le Spread (Il Giornale).

ARTICLE, La Repubblica, de C. Vecchio « L’irritation du Quirinal. Toutefois, si Conte a les voix suffisantes au Parlement il restera en charge » : « Tout va exactement dans la direction opposée à celle souhaitée par Sergio Mattarella dans son discours de fin d’année : une crise aux issues imprévisibles au lieu d’une saison de ‘’bâtisseurs’’ au moment où la pandémie fait rage. Le Quirinal suit le tout de près avec de l’inquiétude mais aussi de l’irritation, face aux paris risqués qui s’annoncent. Mattarella considère l’hypothèse d’un apport de parlementaires ‘’responsables’’ une possibilité qu’il faudra entièrement vérifier. Il continue à prétendre une majorité solide, unie et homogène. Toutefois, si Conte devait l’emporter dans l’Hémicycle et obtenir la confiance du Parlement, même avec la défection des renziens, rien ne pourrait lui empêcher de continuer son chemin. Il y a un précédent en automne 2010 : Fini avait retiré sa confiance à Berlusconi et le Président Napolitano, en présence d’une crise économique grave, n’avait pas voulu prendre des risques. Berlusconi obtint alors la confiance de la part de parlementaires responsables et continua son expérience de gouvernement. Que se passerait-il si Conte devait ne pas l’emporter ?  Il y a trop de chantiers en cours et il y a une campagne de vaccination à poursuivre. Il est alors davantage probable d’avoir des élections en été, une fois les écoles fermées et juste avant le semestre blanc. Mais la sensation est qu’alors, ce ne serait pas nécessairement Conte qui guidera l’Italie vers les urnes ».

COMMENTAIRE, La Repubblica, de C. Tito « Si la politique ignore le pays » : « La déchirure de ces derniers jours augmente les probabilités d’un naufrage. Le modèle des partis italiens sera à nouveau contraint de s’immerger dans les eaux de la transition éternelle. Le bipolarisme est envoyé aux oubliettes et la solution simple d’un retour au système électoral proportionnel ressurgit. Un système où chacun fait ses calculs et où personne n’assume ses responsabilités. Entretemps, l’occasion historique du Plan de relance est mis en péril ».

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, de P. Di Caro, « Le centre-droit reste uni : aucune aide ne sera concédée. Mais le plan B est un ‘’gouvernement sur objectif’’ » : « Au centre-droit, certains disent que s’il fallait, on trouverait bien les 20 « responsables » pour éviter des élections anticipées. Mais si l’on va chercher, au sein de l’opposition, ceux qui se disent, même hors micro, effectivement prêts à voter pour Conte, on ne trouve plus personne. Ni Salvini, ni Meloni (qui souhaite, au contraire, les élections), ni même Berlusconi. Aucune main ne sera donc tendue au gouvernement. Sur le long terme, deux scénarii se dessinent. Giancarlo Giorgetti (Ligue) évoque la possible formation d’un groupe hétéroclite spécialement dans le but de remplacer Italia Viva au Parlement. Mais Silvio Berlusconi désapprouve et avance une piste ‘’qu’aucun membre du centre-droit ne pourrait refuser’’ : la formation provisoire d’un « gouvernement sur objectif », d’urgence, nommé directement par le Président de la République. »

ENTRETIEN, La Stampa, de Teresa Bellanova, Présidente d’Italia Viva et ministre des affaires agricoles « Le Plan de relance est encore insuffisant. Nous en tirerons les conclusions » : « ‘’Ce n’est pas nous qui ouvrons cette crise. Au contraire, cette crise a été ouverte par celui qui a tenté de forcer la main sur les fonds européens et qui a choisi de laisser bloquer plusieurs dossiers urgents pour l’Italie. Le plan de relance a fait des progrès par rapport à la première ébauche mais est absolument insuffisant. Et il n’y a aucune référence à la gouvernance de ce plan. Nous en tirerons les conclusions et nous le ferons ce mercredi en conférence de presse. Des élections anticipées ? J’en doute fort : les parlementaires ne le veulent pas et je n’ai jamais douté de la sagesse du Président Mattarella. La communication de Conte a peu de sens de responsabilité : nous offrons des propositions et au Palais Chigi on dit vouloir nous ‘’ensevelir’’ ».

ENTRETIEN, La Repubblica, d’Antonio Tajani, Président de Forza Italia « Nous nous opposons à l’idée d’un soutien. Les élections sont la seule solution possible » : « ‘’ L’hypothèse que FI entre dans l’exécutif est de la pure fantaisie, tout comme un gouvernement d’unité nationale. Comme l’a répété ces derniers temps Silvio Berlusconi, nous ne participerons à aucun gouvernement avec les partis de la gauche dont nous ne partageons ni les programmes ni les valeurs. Les élections anticipées sont la seule issue possible. Nous sommes aux côtés des Italiens qui ont le droit et la nécessité d’avoir des réponses rapide sur la crise sanitaire et économique. Or, ce n’est pas le cas.’’ ».

SONDAGE, La Stampa, « Colère, inquiétude et désarroi : 7 Italiens sur 10 ne veulent pas voter » : « La crise politique déstabilise les électeurs et seulement 27% souhaitent se rendre aux urnes. Pour la plupart des sondés, le Plan de relance doit servir en priorité à créer de l’emploi et à relancer l’économie mais aussi à réorganiser le système de santé. L’intérêt pour la transition numérique, l’innovation, la compétitivité et la culture a augmenté de 4,4% en un mois alors que la question de l’immigration n’est presque plus mentionnée parmi les priorités (1,4%). L’électorat du MS5 souhaite dans l’ensemble continuer avec le gouvernement actuel tel quel, alors que celui du PD est favorable à la figure de Giuseppe Conte mais reste ouvert à un possible remaniement. L’électorat d’Italia Viva se range largement derrière son leader, remettant en cause l’actuel Président du Conseil. Les partisans du centre-droit, à l’exception de Forza Italia, souhaitent des élections au plus tôt. 50% des électeurs de Forza Italia sont convaincus d’un affaiblissement du « souverainisme » italien suite aux récents événements de Washington et au départ de Trump. »

 SONDAGE, Corriere della Sera, « Un Italien sur deux ne comprend pas les raisons de la crise politique ; 55% de soutien à Conte contre 10% pour Renzi. » : « L’actuelle crise politique divise l’Italie en deux, la perplexité étant accentuée par la criticité de la période. En revanche, l’opinion s’accorde à nouveau pour condamner la stratégie politique du chef de file d’Italia Viva, Matteo Renzi. Pour 73% des sondés, Renzi ne fait que poursuivre ses propres intérêts, contre seulement 13% considérant qu’il privilégie au contraire l’intérêt national. Le Président du Conseil quant à lui continue à jouir d’un ample consensus, bien que moins large que lors de la première vague, par rapport à ses rivaux politiques, y compris face au premier secrétaire de la Ligue, Matteo Salvini. Au sein du centre-droit, l’ascension de Giorgia Meloni (Fratelli d’Italia) semble implacable, elle est même passée devant Salvini (30% contre 23%). Enfin, 19% inculpe le gouvernement de Conte pour le retard dans la lutte contre la Covid, seulement 7% les régions. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Comment Macron a influé sur le gouvernement M5S-Ligue.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Au sein de son ouvrage Soros et le société ouverte, Pierre-Antoine Plaquevent explique, p. 395 à 396, à propos de Shahin Vallée, proche conseiller du président de la République française Emmanuel Macron :

« En écho avec l’actualité politique en cours, il est intéressant de noter que ce proche conseiller d’Emmanuel Macron et relais de Soros en France fût aussi celui par qui le contact entre LREM et le Mouvement 5 Étoiles continuait de se maintenir lors des tractations entre la Lega de Salvini et le M5S en 2018. Le but de la stratégie Macron-Shahin était alors de ne pas se couper des éléments européistes et globalistes du M5S. Cette stratégie s’avéra payante puisque le M5S bloquera systématiquement les actions de Salvini poussant ce dernier à faire exploser la coalition alors au pouvoir afin d’obtenir des élections en août dernier. Action qui s’est soldée par l’échec du parti de Salvini et par la constitution d’un gouvernement Parti Démocrate / Mouvement 5 Étoiles comme le souhaitait le couple Macron / Shahin Vallée. »

Plaquevent Soros.jpg

12/01/2021

" Conte mise sur une nouvelle charge-éclair."

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

La crise au sein du gouvernement et le Conseil des ministres de ce jour qui devrait permettre l’adoption du plan de relance, avant un éventuel remaniement, font les gros titres des médias italiens. Les observateurs soulignent notamment la possibilité de la démission des ministres d’Italia Viva (parti de Matteo Renzi), faute de réponses jugées suffisamment satisfaisantes de la part de Giuseppe Conte : « Le gouvernement à un pas de la crise » - Renzi vers la rupture. Conte pret à le défier aux Chambres. Le Quirinal inquiet (Corriere della Sera), « Gouvernement, acte final » -  La crise peut éclater à tout moment (La Repubblica), « Démission pilotée, Conte tente de résister mais Renzi est prêt à provoquer la crise » (Sole 24 Ore)-  « Le Plan de relance n'empêche pas la crise» - Renzi pret à quitter la majorité, le PD veut éviter que Conte aille défier Italia Viva au Parlement et le M5S met son véto à M.E. Boschi  (Il Messaggero), « Veut-on vraiment nommer au gouvernement deux personnes de ce genre ? » - Renzi et Boschi poursuivis à Florence pour détournement de fonds publics (Il Fatto Quotidiano), « Le jour du jugement » - Renzi pret à quitter la majorité. Conte craint pour sa survie (Il Giornale).

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, de M. Franco « Un conflit qui risque de coûter cher pour l’Italie  » : « A ce stade il n’existe que deux certitudes. La première est la volonté d’éviter les élections anticipées et la seconde est celle de la difficulté de remplacer la majorité actuelle par une manœuvre parlementaire des heures les plus sombres du ‘’recyclage’’. Or, entre ces deux colonnes d’Hercule, tout peut arriver. L’intervention du Président de la République a sans doute changé la donne. Quand la ministre renzienne Bellanova continue de dire que ce gouvernement est ‘’arrivé au terminus’’, on ne comprend pas si cela présage la rupture ou est le prélude à une négociation dure afin d’arriver à un accord en vue d’un troisième gouvernement Conte. Ce dernier se limite à souligner la hausse des contagions, comme pour marquer la distance entre l’urgence que traverse le pays et les attaques des renziens. Il s’agit d’un pari risqué. Toutefois, on a l’impression que le Président du Conseil ne peut ou ne veut pas faire autrement. Il faudra savoir quel sera le prix à payer ».

COULISSES, La Stampa, d’ I. Lombardo « La pression ayant échoué, le Quirinal exprime sa déception. Conte mise sur une nouvelle charge-éclair » : «  Aujourd’hui pourrait être le jour fatal pour Conte : le jour où M. Renzi le placera devant un choix. Le thermomètre de cette situation est sans doute l’état d’esprit du Président de la République S. Mattarella. Il est inquiet, certes, mais surtout déçu, fait-on filtrer du Quirinal. L’espoir est d’arriver à une solution à la crise en une semaine, par un ‘’gel des démissions’’, mais qui aboutira à une nouvelle charge immédiate contre Conte. Ce dernier pourrait alors se rendre au Quirinal, passer au Parlement pour l’informer de la situation, fixer une réunion de majorité (à laquelle participerait Italia Viva) pour une synthèse rapide afin de fixer un programme servant à relancer le pacte de gouvernementDoté d’une nouvelle liste de ministres, Conte pourra se rendre au Quirinal avec l’assurance de se voir confier immédiatement un nouveau mandat de gouvernementOn pourra ainsi aboutir à la naissance du gouvernement Conte III. Il est clair qu’il s’agit là d’une hypothèse idéale. L’autre, préférée par Renzi, serait une démission immédiate présentée au Quirinal, suivie des consultations. Toujours est-il que cette crise modifiera le visage du gouvernement ».

INTERVENTION, Corriere della Sera, de T. Bellanova, Présidente d’Italia Viva et ministre pour les Affaires agricoles  « Il n’est plus possible de rester immobiles » : « Cher directeur, beaucoup d’encre a coulé pour décrire cette phase comme un bras-de-fer entre Renzi et Conte. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. C’est la confrontation entre un pays qui ne peut plus renoncer à une croissance lui permettant d' avoir un rôle européen et international et un pays ‘’grand malade d’Europe’’ avec l’espoir trop vain de se considérer trop grand pour ne pas faire défaut. C’est la différence entre un projet de croissance et de l’assistanat. Voilà. Ce serait une farce de continuer à suivre la stratégie du ‘’vivotage à la ’Andreotti’’, distribuant de l’argent de poche à droite et à gauche, à tel ou un tel lobby, pour obtenir un peu de consensus. Conte ne peut pas traiter le Parlement, ou encore le Conseil des ministres, comme s’il s’agissait d’un terrain de jeu. Nous passons pour des trouble-fêtes mais un ministre ne peut que se mettre du côté des citoyens et du pays. Il a été nécessaire de taper parfois du poing sur la table mais, croyez-moi, cela en valait bien la peine. L’hypothèse d’envoyer aux oubliettes cette expérience me pèse sur le cœur, tout comme les efforts pour remettre l’Italie sur une voie pro-européenne raisonnable. Et puis, sans le pari risqué d’un Conte II, le premier gouvernement Conte aurait été enseveli par l’épisode de la fin de Trump. Face à tout cela, qu’Italia Viva reste ou pas au sein du gouvernement est vraiment le dernier des problèmes. Mais que quelqu’un veuille faire passer l’art de gouverner pour un exercice hypocrite d’immobilisme, cela risque de représenter le pire des problèmes ».

ANALYSE, Sole 24 Ore, de L. Palmerini, « L’attente de la Présidence de la République face aux prochains coups des dirigeants politiques » : « Sauver l’indispensable, voilà ce à quoi on réfléchit au Quirinal. Tout d’abord, il faut veiller à ce que tout se passe bien sur l’approbation Plan de relance, occasion unique de se relever de la crise économique, et peut-être bien politique. Ainsi, la mise en sécurité du plan de Relance a été la priorité de Sergio Mattarella ces jours-ci, alors même que certains protagonistes de la scène politique remettent en cause le plan lui-même comme étant selon eux une partie du problème et ne promettent pas de l’approuver. Les craintes du Quirinal quant à une crise gouvernementale, voire un gouvernement Conte III, sont bien réelles. On attend donc la suite, en silence. Il y a aussi l’inquiétude de laisser le pays sans personne au pouvoir, c’est-à-dire sans personne pour gérer concrètement la crise sanitaire, économique et financière. Mattarella fera donc en sorte que le pays ne se retrouve pas sans guide dans un contexte où les décisions à prendre en urgence sont nombreuses. Il n’est donc souhaitable ni de laisser s’installer l’impasse, ni de recourir aux élections anticipées. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)