Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2018

"Di Maio, ultimatum à Tria."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Budget 2019 : Unes : « Di Maio attaque Tria » (Corriere della Sera) – ‘’Je prétends que le ministre trouve l’argent nécessaire’’, « Budget, les 5 Etoiles contre Tria » (La Stampa), « Di Maio, ultimatum à Tria » (Il Messaggero), « Budget, Di Maio et Tria à un pas de la rupture » (Il Mattino). 

COMMENTAIRE Corriere della Sera M. Franco « Un diktat pour mettre fin au mécontentement au sein du Mouvement 5 Etoiles » : « L’attaque de Di Maio contre le Ministre Tria (Indépendant) est plutôt hors du commun. Il faut tenir compte, pour l’interpréter, du mécontentement croissant au sein du Mouvement : vis-à-vis de son leader et de la subalternité à la Ligue de Salvini. Seule la crainte de ne pas pouvoir maintenir les promesses peut expliquer des mots aussi durs. L’imbroglio des JO d’hiver et le retard du choix du commissaire pour la reconstruction du pont à Gênes n’arrangent rien. On aperçoit une majorité dans laquelle le parti plus important, le M5S, semble manquer de sûreté. Il y a aussi les relations froides mais pas interrompues avec Berlusconi et les sondages qui voient le M5S derrière la Ligue. Il s’agit donc d’un langage dur qui ne devrait cependant pas être précurseur de rupture ».

COULISSES La Repubblica A. D’Argenio « Bruxelles pourrait encore négocier pour garder le déficit sous la barre des 2% » : « En contact constant avec l’équipe de Tria, à Bruxelles on suit avec grande préoccupation les dynamiques à l’intérieur du gouvernement italien au sujet du budget. Selon plusieurs diplomates européens, porter le déficit italien au-delà du seuil des 1,6% fixés par Bruxelles serait ‘’extrêmement problématique’’. D’un côté, cela pousserait le collège dirigé par Juncker à repousser le budget. De l’autre, cela provoquerait une tempête sur les marchés, chose qui serait nuisible à l’Italie et à la tenue de la zone euro. Voilà pourquoi au quartier général de la Commission, tous soutiennent Tria. Personne ne veut un bras-de-fer avec le gouvernement populiste de Rome, encore moins à quelques mois des élections européennes ». 

ENTRETIEN de Giancarlo Giorgetti (Ligue) secrétaire d’Etat au Palais Chigi, La Repubblica « Tria n’est pas en danger mais qu’il soit plus souple sur le déficit » : « Il n’est pas possible de nous faire du mal sur les pourcentages du déficit. On demande au Ministre Tria de ne pas s’accrocher au ‘’zéro virgule’’ et de montrer un minimum de disponibilité. Les marchés regardent le sérieux des propositions, outre la tenue des comptes. Aussi parce que, avec le paiement libératoire, nous récupérerons beaucoup d’argent qui contribuera à baisser la dette’’ ». 

ARTICLE, Sole 24 Ore, G. Pelosi : « Kurz à Conte : il faut renforcer les frontières extérieures » : « Les ministres européens de la Défense, les ministres des Affaires Etrangères ainsi que les 28 ambassadeurs du COPS (Comité Politique et de Sécurité) ne sont pas arrivés à un accord sur le dossier migrants dans ces dernières semaines. Et très probablement, les chefs d’Etats et de Gouvernement, qui participeront, à partir de demain, au sommet informel de Salzbourg sur les questions de sécurité et des flux migratoires sous la présidence autrichienne, ne réussiront pas non plus. Même le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a rencontré hier à Rome le président du Conseil Conte, a affirmé qu’à Salzbourg il faut mettre fin à la rancune et revenir à une attitude constructive. Il a ajouté qu’il faut renforcer les frontières extérieures et collaborer avec les pays africains. D’après Giuseppe Conte l’UE aussi devra faire davantage d’investissements en Afrique du Nord. Cette rencontre a été utile pour approfondir une question très délicate : la proposition de Vienne de donner un passeport autrichien aux citoyens germanophones du Haut-Adige. Le président du Conseil italien a exposé la position « très claire » de l’Italie sur le thème des passeports et sur la double nationalité ». 

(Traduction : ambassade de France à Rome)

18/09/2018

Le Jobbik perd la mairie de Tiszavasvári.

Jobbik.jpg

Hongrie. Le parti démocrate-chrétien Fidesz du Premier ministre Viktor Orban a gagné une élection partielle pour le poste de maire ce 16 septembre 2018 à Tiszavasvári, un bastion du Jobbik. Le candidat du Fidesz décroche 1897 voix alors que celui soutenu par le Jobbik arrive deuxième avec 1676 voix.

[Cette élection partielle fait suite au fait que l’ancien maire Jobbik Erik Fülöp a quitté son poste car il est devenu député.]

Allemagne : le président de l’Office de protection de la Constitution contraint de quitter son poste.

Allemagne. Le président de l’Office de protection de la Constitution Hans-Georg Maaßen, qui avait mis en cause l’authenticité d’une vidéo montrant une attaque contre des étrangers à Chemnitz en Saxe, est contraint de quitter son poste et reçoit une autre fonction :

https://www.lecho.be/economie-politique/europe/general/le...

Affiche : "L'AfD tient les promesses de la CSU !"

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Bavière. 

AfD 3.jpg

(AfD Bavière) "L'AfD tient les promesses de la CSU !"

AfD 1.jpg

(CSU) "Notre ministre-président" (AfD Bavière) "L'AfD tient les promesses de la CSU !"

"De l'argent pour les pensions plutôt que pour les migrants illégaux !"

AfD.jpg

Allemagne.

AfD 3.jpg

(AfD Bavière) "Protéger le système social ! De l'argent pour les pensions plutôt que pour les migrants illégaux !"

"Revenu citoyen, la colère de Di Maio contre Tria et la Ligue."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Budget 2019: Unes : « Le paiement libératoire divise le gouvernement » (Corriere della Sera), « Budget, Gênes, JO : le gouvernement n’arrive pas à trancher » (La Repubblica), « Revenu citoyen, la colère de Di Maio contre Tria et la Ligue » - ‘’Ils nous empêchent de le faire’’ (La Stampa), « Paiement libératoire, retraites : le problème du déficit demeure » (Sole 24 Ore), « Bras-de-fer sur le paiement libératoire » - ‘’Le M5S s’y oppose’’ (Il Messaggero), « Tension sur le déficit et le paiement libératoire » (Il Mattino).

RETROSCENA (Coulisses), Corriere della Sera, E. Buzzi, M. Cremonesi : « Tria (Indépendant) assiégé. Di Maio insatisfait. Ligue : en effleurant 3 % il y aurait 24 milliards à utiliser » : « Après la réunion infructueuse d’hier (entre le Président du Conseil, le Ministre de l’économie Tria, Matteo Salvini et Paolo Savona, Luigi Di Maio), le leader politique du M5S a souligné son insatisfaction et a déclaré qu’il fallait être plus courageux, soulignant que le Mouvement ne reviendrait jamais en arrière sur le revenu de citoyenneté. Matteo Salvini a, de son côté, affirmé qu’il ne fallait pas dramatiser la situation. Le point de départ serait donc le DEF (document de programmation économique) et que l’atteinte des 3% de déficit permettait de « disposer » de 36 milliards. Le ministre de l’Intérieur a souligné qu’il y avait donc 24 milliards disponibles pour compléter le programme des réformes, si l’on considère les 12 milliards pour la TVA. Mais le ministre de l’Economie Tria n’est pas d’accord. Des tensions et des contrariétés au sein du Mouvement se font également jour à propos d’une éventuelle garantie qui aurait été donnée à Berlusconi sur la RAI qui, selon les collaborateurs de Di Maio, ne pourra jamais mettre les mains sur la chaine publique ».

ARTICLE, La Repubblica : « Budget, les réductions arrivent, affrontement sur le déficit et le paiement libératoire » : « La réunion, infructueuse, d’hier sur l’élaboration du budget a créé beaucoup de tensions entre le ministre de l’Economie Tria et les deux vice-présidents du Conseil Di Maio et Salvini. La Ligue et le M5S demande 18 milliards pour maintenir les principales promesses électorales : revenu de citoyenneté, réforme de la loi Fornero sur les retraites et flat tax. Le ministre de l’Economie a refusé de dépasser le plafond de 1.6 % du déficit, ce qui empêcherait le M5S et la Ligue de financer les promesses du gouvernement. La seule possibilité pour trouver une solution serait de recourir à un examen des dépenses (spending review), en tant qu’arme finale, pour des réductions qui auraient des répercussions sur tous les secteurs des dépenses publiques ».

ANALYSE, Sole 24 Ore L. Palmerini « Le rôle de Conte et le nervosisme du M5S » : « Il était nécessaire pour le chef 5 Etoiles de fixer au moins deux points, deux conditions avant la réunion d’hier soir, sur le budget en raison des pressions internes du Mouvement. Les 5 Etoiles lui reprochent d’avoir fait trop de concessions à M. Salvini qui, entre temps, s’est rapproché de son ancien allié S. Berlusconi. Les 5 Etoiles sont de plus en plus nerveux face aux sondages qui montrent une lente érosion de leur popularité au profit de la Ligue. Quant à Conte, il sait très bien que sur les engagements sur la dette c’est lui le responsable : face au Quirinal mais aussi après les avertissements de Draghi ».

COMMENTAIRE La Stampa M. Sorgi « Ces exigences inconciliables qui provoquent les divisions » : « Les deux leaders ne peuvent pas rendre les armes avant d’avoir tenté (ou fait semblant) de combattre leurs batailles respectives. La baisse des impôts et le revenu citoyen ne sont pas les seuls points inconciliables. La mise en scène ira de l’avant encore pendant quelques jours. Il faudra devoir patienter. Jusqu’à ce que les deux acteurs, Di Maio et Salvini pourront ou devront dire : ‘’nous avons tout essayé, mais il était impossible de faire mieux’’ ».

ARTICLE La Stampa I. Lombardo et A. Rossi « L’affrontement entre le M5S et la ville de Milan fait éloigner les JO de 2019. La Ligue dénonce le sabotage des 5 Etoiles » : « Le Secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil, Giancarlo Giorgetti, se donne une nuit pour communiquer la position officielle du gouvernement sur les JO d’hiver. Il négociera jusqu’au bout, même alors que le M5S a mis la candidature unique des villes de Turin, Milan et Cortina sur une voie morte. Tout cela alors que les villes rivales se désistent les unes après les autres, laissant de fait la voie dégagée au trio. Le M5S ne veut pas des JO. Di Maio souhaiterait employer différemment les 600 millions d’euros destinés à ce faire, si possible pour agrandir le poids du revenu citoyen. Et la lettre du maire de Milan, G. Sala (PD), adressée à Giorgetti plaidant pour un rôle de chef de file de la capitale lombarde devient pour Di Maio un prétexte pour s’y opposer ».

ARTICLE, La Stampa M. Bresolin et F. Schianchi « Quotas, Dublin et mission Sophia, l’Italie face au mur de l’UE » : « Demain soir les leaders de l’Union Européenne se retrouveront à Salzbourg pour un dîner consacré à la question migratoire. Or, le président du Conseil Conte ne trouvera pas un « couvert dressé selon ses goûts ». Cela est aussi dû au fait qu’hier, S. Kurz s’est rendu à Paris pour dire au Président Macron qu’il ne voulait pas « être amalgamé » aux politiques de la Hongrie et de l’Italie. Aujourd’hui, Kurz se rend à Rome pour parler à Conte de l’agenda du sommet de Vienne. Les questions les plus sensibles ont été supprimées du menu. Pas de grands tournants, donc, à l’horizon. L’Italie risque de se retrouver isolée à cette table, après des jours de querelles entre Salvini et ses homologues Sefcovic et Asselborn. Les partenaires diront à Conte que pour la mission Sophia il sera impossible d’évaluer au cas par cas. Quant au mécanisme de la redistribution, des sources de l’Elysée font savoir que Rome devra ‘’respecter le droit de la mer’’ (soit, faire accoster les navires dans ses ports) ».

ARTICLE Corriere della Sera F. Caccia « Bras-de-fer avec Vienne sur les passeports. Le ‘’flop’’ des rapatriements fait sensation » : « Le ministre Moavero a fait communiquer par son ambassadeur en Autriche qu’il ne se présentera pas à Vienne car le projet de loi sur un double passeport pour les citoyens italiens en Haut-Adige ‘’compromet le climat de sérénité et de confiance réciproque’’. Nul doute que cette note aura des répercussions sur la rencontre d’aujourd’hui de Kurz au Palais Chigi. Entretemps, un rapatriement de 17 Tunisiens a dû être annulé en raison d’un problème technique de l’avion charter en direction de Tunis. Les intéressés ont reçu alors une simple feuille d’expulsion. Le ministre de l’Intérieur Salvini a demandé des ‘’éclaircissements’’ ».  

ARTICLE, La Repubblica, A. D’Argenio : « Un front de Tsipras à Macron : 12 points pour battre les souverainistes » : « Le centre gauche européen est en train de s’organiser avec un programme commun au nom des droits et des valeurs fondateurs de l’Europe. D’ici janvier 2019, il y aura une plateforme commune pour battre les souverainistes européens qui, d’après Maros Sefcovic, socialiste candidat pour succéder à Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne après les élections du 26 mai, préoccupent beaucoup l’Europe. Merkel et Macron ont déjà affirmé qu’ils ne se sentiront pas liés par les résultats des élections dans le choix du président de la Commission. Le futur parti européen de Macron, qui sera lancé le 20 octobre, afin de boycotter le système, pourrait présenter non seulement un candidat mais une liste pour la direction du gouvernement de l’UE. Les sondages montrent le PPE en tête, avec 180-190 sièges (aujourd’hui il en a 218), les socialistes s’effondreront de 189 à 120-130 sièges, les libéraux avec Macron arriveront à 100 tandis que l’internationale populiste pourra avoir de 120 à 140 sièges ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

17/09/2018

Dortmund : un quartier compte 98 % d'élèves issus de l'immigration.

 pro NRW.jpg

Allemagne. Rhénanie du Nord-Westphalie. Dortmund. 54 % des 21.000 écoliers de Dortmund sont issus de l’immigration. Dans le quartier Nord de l’intérieur de la ville, 98 % des jeunes en obligation de scolarité sont issus de l’immigration. Au sein de l’école fondamentale « Kleine Kielstraße » dans le quartier Nord, aucun élève n’est autochtone.

L’Atreju 2018 se déroule du 21 au 23 septembre.

FI-AN.jpg

Italie.

FdI 1.jpg

"Europe contre Europe. Peuple contre élite. Identité contre finance. Souveraineté contre technocratie."

FdI 2.jpg

La dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni : "#Atreju, j'en suis."

[L’Atreju est un événement politique et culturel créé en 1997 et qui se déroule chaque année : débats politiques, manifestations culturelles, spectacles de musique et de théâtre, initiatives de solidarité,… sont au rendez-vous.]

(Atreju 2017 : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2017/09/23/atr...)

"Berlusconi-Salvini : double entente."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Nominations: Unes : « Chaos nominations, Conte résiste » ‘’Le Président du Conseil : c’est moi qui décide’’ (Corriere della Sera), « Berlusconi-Salvini, entente sur Foa à la Rai et accord sur Mediaset » (La Repubblica), « Nominations, Conte : ‘’cessez le duel, c’est moi qui décide’’ » (La Stampa), « Berlusconi-Salvini : double entente » -‘’Feu vert sur la Rai et rassurances pour Mediaset’’ (Il Messaggero), « Élections régionales et RAI, le centre-droit retrouve l’entente » (Il Mattino).

ARTICLE, S. Piras, Messaggero, « L’irritation de Di Maio (après la rencontre Salvini-Berlusconi) : ‘’ce sont leurs affaires’’ » : « Et en plus, A. Tajani annonce le vote favorable de Forza Italia à la flat tax. Tout ceci met en ébullition le M5S, au sein duquel l’embarras demeure : ‘’nous devons rester anti-berlusconiens’’. Salvini a lancé des messages de détente à la télévision : « Conte et Di Maio sont des gens raisonnables et nous continuerons cinq ans », « je referais demain l’alliance avec le M5S ». En attendant, le Parti Démocrate a proposé une loi sur les drogues douces similaire à celle présentée par les 5 étoiles dans la législature précédente : histoire de voir si les alliances à géométrie variable, comme celle testée hier chez Berlusconi, sont viables ».

ARTICLE, Corriere della Sera F. Fubini « Le rempart de Tria : pas de nouvelle dette, le déficit n’ira pas au-delà de 1,6% » : « La possibilité de créer un impôt pour les banques et les géants de l’industrie se concrétise au sein de la majorité parce que les recettes nécessaires pour financer les nouveaux projets devront atteindre au moins 15 milliards d’euros, chose qu’il est difficile d’obtenir uniquement par le biais de coupe de dépenses des ministères. Cela servirait aussi pour rassurer l’UE et les créditeurs du pays ».

ENTRETIEN de Paolo Savona (Italie), ministre pour les Affaires européennes « La croissance ou l’échec » (Libero de samedi): « Le ministre explique le document de 17 pages adressé à Bruxelles avec les éléments sur lesquels fonder la nouvelle architecture européenne. L’Europe ne pourra se sauver qu’avec la croissance économique. ‘’Pour avoir de la croissance, il faut avoir une politique fiscale européenne. Il n’est pas possible d’avoir un marché unique et une politique monétaire dissociés des politiques fiscales nationales. Il faut une vision non pas statique mais dynamique. Si nous ne stimulons pas l’économie, nous imploserons tous. Il n’y aura pas une devise pouvant éviter cela. Ce n’est pas un souhait mais un avertissement’’ ».

ARTICLE, Corriere della Sera F. Caccia « Deuxième partie du duel Asselborn et Salvini » : « Un énième affrontement, cette fois-ci à distance, entre les deux responsables de l’Intérieur italien et luxembourgeois. Sur le plateau télévisé de ‘’Domenica Live’’ sur la chaîne Canale 5, Salvini a renchéri ‘‘Le ministre luxembourgeois est un ignorant car il ignore l’histoire de l’immigration italienne’’. Asselborn a porté l’affaire de l’enregistrement de la vidéo auprès de la Commission européenne. Entretemps, la présidence tournante autrichienne a dit qu’elle n’était pas au courant de l’enregistrement vidéo de Vienne, précisant qu’aucune règle n’est prévue pour les réunions informelles ou les conférences comme celle de vendredi dernier ».

SONDAGE Swg/Messaggero, D. Pirone, « Sur l’Europe et les migrants, tous les « Non » des Italiens » : « A six mois des élections du 4 mars, SWG note une augmentation des Italiens qui éprouvent un sentiment d’aversion envers l’immigration (jusqu’à 65%, +1%), accompagné d’une diminution de la confiance envers l’Union européenne, tombée désormais à 37% (-1%). Un autre graphique est significatif : 37% pensent que l’Italie régresse. »

ARTICLE, Il Foglio C. Cerasa « Plus de Macron et moins de Di Maio » : « Les capitaux sont plus importants que les chefs. Car quand on dirige un pays, il vaut mieux être populaire auprès des investisseurs plutôt qu’auprès des électeurs. C’est ce que l’on constate avec les nouvelles données du désastre souverainiste (-58 milliards de capitaux étrangers). Si l’on faisait une comparaison entre les deux pays, jamais l’Italie n’a eu un gouvernement aussi populaire et jamais la France n’a eu un président aussi impopulaire. Toutefois, si l’on compare les données de la BCE sur les investissements étrangers, en juin Paris a connu une hausse des investissements étrangers de 2 927 millions alors que Rome a eu une baisse de 4 343 millions. Transformer Macron en un ennemi du peuple pour des considérations liées à sa propre popularité, c’est une opération menée avec grand succès par les souverainistes « aux petits pieds » et les « idiots utiles » de l’anti-macronisme. Il ne s’agit pas uniquement de tromper ses propres électeurs mais de suivre une voie dangereuse pour son propre pays. Un gouvernement qui se préoccupe de créer de la richesse peut redistribuer le gâteau. Un gouvernement qui se préoccupe de partager le gâteau mais ne crée pas de richesse, c’est un pays qui candidate pour devenir le « Madoff de l’Europe ». Faire fuir les investisseurs signifie tout simplement fuir la réalité ».

RN.jpg

REPORTAGE, La Repubblica, A. Ginori : « Le Pen épouse la ligne Salvini : Ensemble nous reprendrons l’UE » : « Le visage du chef de la Ligue Salvini est partout et apparaît sur les brochures à l’entrée de la réunion du leader de la droite française Marine Le Pen. « La libération de l’Europe a commencé » est le slogan qu’on peut lire à côté des visages souriants de Marine & Matteo. Dans son long discours, Marine Le Pen a fait l’éloge de l’ami italien qui tape du poing sur la table pendant les réunions avec les ministres européens et qui s’est révolté contre la ‘’ submersion silencieuse de l’immigration, en réduisant de 60 % les demandes d’asile et en défendant sa nation et notre civilisation ‘’.  C’est le signe d’un lien très fort qui vise à remporter les élections européennes, en comptant aussi sur Orbán ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

16/09/2018

Norbert Hofer désire porter la limitation de vitesse sur autoroute à 140 km/h.

FPÖ.jpg

Autriche. Le ministre FPÖ Norbert Hofer désire porter la limitation de vitesse sur l’autoroute à 140 km/h (au lieu de 130). Des essais sont en cours sur deux tronçons depuis le 1 août 2018.

Article de Georges Feltin-Tracol sur le M5S.

M5S.jpg 

Italie. Georges Feltin-Tracol publie sur le site Europemaxima un article consacré au M5S :

http://www.europemaxima.com/sur-le-mouvement-cinq-etoiles...

Di Maio Grillo.jpg

Luigi Di Maio et Beppe Grillo

Nouvelle passe d'armes entre Matteo Salvini et Jean Asselborn.

Ligue.jpg

Italie, Luxembourg, Union Européenne. La polémique entre le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini (Ligue) et le ministre socialiste luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn s’est poursuivie.

En effet, Jean Asselborn a accusé Matteo Salvini, au sein d’une interview accordée ce samedi 15 septembre 2018 au site internet du Spiegel (Allemagne), d’ « utiliser des méthodes et le ton des fascistes des années 30 ».

Matteo Salvini a répondu sur Twitter « Le ministre socialiste du paradis fiscal du Luxembourg, après avoir comparé nos grands-pères émigrés italiens aux clandestins d'aujourd'hui, après avoir interrompu mon discours en hurlant « merde », me donne du « fasciste » aujourd'hui. » et « Mais c'est quoi leur problème au Luxembourg ? Aucun fascisme, juste le respect des règles. S'ils aiment tant que ça les immigrés, qu'ils les accueillent tous au Luxembourg. En Italie, nous en avons déjà trop accueillis. »

L'AfD donné premier parti dans l'Est.

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Un sondage Emnid pour le Bild am Sonntag donne l'AfD premier parti dans l'Est du pays [partie ex-communiste].

Ensemble du pays, Ouest, Est :

AfD 1.gif

AfD : patriotes

FDP : libéraux

CDU : démocrates-chrétiens / CSU : sociaux-chrétiens bavarois

Grüne : écologistes

SPD : sociaux-démocrates

die Linke : post-communistes

Sonstige : autres

Giorgia Meloni et sa fille.

FI-AN.jpg

Italie. La dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni et sa fille de deux ans :

Meloni 1.jpg

Grèce : Nea Dexia donné à 2 % et l'ANEL à 1 %.

Νέα Δεξιά.jpg

Grecs indépendants.jpg

Grèce. Un sondage Vox Pop Analysis donne la Nouvelle Démocratie [centre-droit] à 34 % et les post-communistes de Syriza à 30 %.

Les ultranationalistes de l’Aube dorée sont donnés à 9 %, les patriotes de la Nea Dexia (Nouvelle Droite) à 2 % et ceux de l’ANEL à 1 %. [L’ANEL (Grecs indépendants) participe au gouvernement avec Syriza.]

Une place Jörg Haider ?

BZÖ.jpg

Autriche. Carinthie. Le président du BZÖ Helmut Nikel désire que la Neue Platz à Klagenfurt devienne à l’occasion du dixième anniversaire de Jörg Haider la place Jörg Haider. Cette demande a peu de chance d’aboutir.

[Jörg Haider est décédé dans la nuit du 10 au 11 octobre 2008.]

Nouvelle place.jpg

La Neue Platz à Klagenfurt, la statue du dragon et la mairie

BZÖ 1.jpg

Jörg Haider

Le FPÖ donné à 25 %.

FPÖ.jpg 

Autriche. Un sondage Unique Research donne les sociaux-chrétiens de l’ÖVP à 34 %, les sociaux-démocrates du SPÖ à 28 % et les patriotes du FPÖ à 25 %. [L’ÖVP et le SPÖ sont donc donnés en légère augmentation par rapport au scrutin d’octobre 2017 et le FPÖ en léger recul.]

15/09/2018

Anke Van dermeersch reçoit le XIIème prix Oriana Fallaci.

VB.jpg 

Belgique (Flandre) et Italie. La Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch a reçu, ce 15 septembre 2018 au soir à Florence, le XIIème prix Oriana Fallaci.

VB 2.jpg

Anke Van dermeersch

VB 3.jpg

VB 4.jpg

"Liberté ou islam"

VB 7.jpg

Oriana Fallaci.jpg

L'écrivain et journaliste Oriana Fallaci (1929-2006)

(http://www.thankyouoriana.it/)

Bavière : la CSU change de stratégie politique et vise à endiguer la percée des écologistes.

CSU.jpg

Allemagne. Bavière. La CSU a tenu un congrès ce 15 septembre 2018 à Munich. Le président du parti et ministre allemand de l’Intérieur, de l’Urbanisme et de la Patrie Horst Seehofer et le ministre-président CSU de Bavière Markus Soeder ont tenu un discours. Le programme et les candidats pour les élections du Parlement de Bavière du 14 octobre 2018 ont été présentés.

Markus Soeder a déclaré : « Nous nous battons pour chaque voix ! Il en va de la Bavière ! ». Il a attaqué frontalement l’AfD : « Avec Chemnitz, les masques sont tombés. Il est maintenant clair que l’AfD est main dans la main avec le [parti ultranationaliste] NPD, avec PEGIDA et avec les hooligans. Nous ne voulons pas de ça en Bavière ! »

Horst Seehofer a affirmé : « Chez nous il y a une tolérance zéro pour l’incitation à la haine contre les étrangers et la xénophobie. Notre pays est un pays libéral. »

La CSU a changé de stratégie politique et vise désormais à endiguer la percée des écologistes :

http://www.lefigaro.fr/international/2018/09/15/01003-201...

CSU 1.jpg

Markus Soeder

CSU 2.jpg

"Oui à la Bavière !"

CSU 3.jpg

VOX donné à 3 %.

Vox.jpg

Espagne. Un sondage IMOP donne VOX, une scission droitière du Parti Populaire, à 3 %.

Jimmie Åkesson au rassemblement annuel du Parti du Peuple danois.

DF.jpg

DS.jpg

Danemark et Suède. Lors du rassemblement annuel du Parti du Peuple danois, ce 15 septembre 2018 à Herning, Kristian Thulesen Dahl a été réélu à la tête du Parti du Peuple danois et le dirigeant des Démocrates suédois Jimmie Åkesson a tenu un discours.

DF 1.jpg

Kristian Thulesen Dahl réélu

DF 3.jpg

Jimmie Åkesson discute avec Kristian Thulesen Dahl

DF 4.jpg

Jimmie Åkesson parle

DF 7.jpg

Kristian Thulesen Dahl et Jimmie Åkesson

Kristian Thulesen Dahl n'exclut pas dans un futur lointain un gouvernement avec les sociaux-démocrates.

DF.jpg

Danemark. Le président du Parti du Peuple danois Kristian Thulesen Dahl a déclaré à l’agence de presse Ritzau, avant le rassemblement annuel de son parti à Herning, exclure la formation d’un gouvernement regroupant son parti et les sociaux-démocrates à l’issue des élections législatives de 2019, mais il ne rejette cependant pas dans un futur plus lointain une collaboration entre les deux formations politiques au niveau national. Il n'est cependant pas certain du fait que les sociaux-démocrates conserveront leur ligne politique actuelle en matière d'immigration.

Le ministre de l’Intérieur autrichien Herbert Kickl propose de trier les migrants sur les bateaux.

FPÖ.jpg

Ligue.jpg

Autriche, Italie et Union Européenne. Le ministre autrichien de l’Intérieur Herbert Kickl propose de trier les migrants sur les bateaux. Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini soutient cette idée :

https://www.tdg.ch/monde/Trier-les-migrants-directement-e...

Kickl Salvini.jpg

Herbert Kickl et Matteo Salvini

14/09/2018

Matteo Salvini reçu par HC Strache.

FPÖ.jpg

Ligue.jpg

Autriche et Italie. Le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache (FPÖ) a tenu une conférence de presse avec le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini (Ligue), ce 14 septembre 2018 à Vienne.

Strache a déclaré que Salvini a montré comment, en peu de temps, il est possible d’arrêter l’immigration.

Les deux responsables politiques ont affirmé leur soutien au Premier ministre hongrois Viktor Orban. Salvini a déclaré : « Je suis convaincu que dans quelques mois nous gouvernerons avec Orban. »

Matteo Salvini et HC Strache ont prétendu qu’un accord sera probablement trouvé entre les deux pays à propos du possible octroi de la double nationalité aux habitants germanophones et ladins du Tyrol du Sud / Haut-Adige.

Vienne.jpg

Matteo Salvini et HC Strache

Face à Matteo Salvini (Ligue), le ministre luxembourgeois Asselborn perd son sang-froid.

Ligue.jpg

Italie, Luxembourg et Union Européenne. Face au ministre italien Matteo Salvini (Ligue), le ministre luxembourgeois Asselborn perd son sang-froid :

http://paperjam.lu/news/merde-alors-jean-asselborn-recadr...