Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Luigi Di Maio à propos de Silvio Berlusconi.

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI.jpg

Italie. Le dirigeant du M5S Luigi Di Maio a déclaré à des journalistes, lors de son arrivée à la gare de Milan, que « La réhabilitation de Silvio Berlusconi ne change rien à la négociation en vue de former un gouvernement M5S-Ligue. »

Di Maio.jpg

Luigi Di Maio est arrivé à Milan

Silvio Berlusconi est réhabilité par la justice.

FI.jpg

Italie. Silvio Berlusconi est réhabilité par la justice : "Il peut à nouveau siéger au Parlement et occuper des fonctions publiques."

(https://www.lecho.be/economie-politique/europe/general/be...)

Berlusconi.jpg

11/05/2018

Beppe Grillo à Rome.

M5S.jpg

Italie. (M5S). Beppe Grillo est arrivé à Rome dans la soirée. Il y rencontre Luigi Di Maio et Davide Casaleggio.

Rencontre entre Giorgia Meloni et Luigi Di Maio.

M5S.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Le dirigeant du M5S Luigi Di Maio a rencontré durant environ une heure la dirigeante de Frères d’Italie Giorgia Meloni. Cette dernière a indiqué que Di Maio lui avait demandé le soutien de Frères d’Italie afin que le M5S reçoive le poste de Premier ministre en contrepartie d’une participation de Frères d’Italie au futur gouvernement. Elle a refusé et, selon elle, Di Maio lui a alors déclaré qu’il s’opposerait à toute entrée de Frères d’Italie dans le gouvernement en indiquant que ce parti est « trop à droite ».

Giorgia Meloni 2.jpg

Giorgia Meloni

Italie : les négociations avancent.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Les négociations en vue de conclure un accord de gouvernement se poursuivent et avancent. Une nouvelle rencontre entre le M5S et la Ligue se tiendra ce samedi 12 mai 2018 à Milan.

M5S Ligue.jpg

La post-communiste Sahra Wagenknecht favorable à une limitation de l'immigration.

Allemagne. La dirigeante du groupe des élus du parti post-communiste die Linke à la Chambre des députés Sahra Wagenknecht est favorable à une limitation de l’immigration car elle estime que celle-ci favorise le dumping social au détriment des travailleurs allemands et prive les pays d’origine des migrants de travailleurs dont ils ont besoin.

Sahra Wagenknecht.jpg

Sahra Wagenknecht

"Contre la "démocratie libérale", Viktor Orban défend la "démocratie chrétienne"."

Hongrie. Contre la « démocratie libérale», Viktor Orban défend la «démocratie chrétienne» :

https://francais.rt.com/international/50555-hongrie-orban...

Le FPÖ donné à 29 %.

FPÖ.jpg

Autriche. Un sondage Spectra donne le FPÖ à 29 % (soit + 3 % par rapport aux législatives d’octobre 2017). Les sociaux-démocrates du SPÖ sont donnés à 27 % et les sociaux-chrétiens de l’ÖVP à 31 %. Les libéraux de NEOS sont donnés à 4 %, les dissidents écologistes de Pilz à 6 % et les écologistes à 2 %.

"La saison de la post-politique a commencé."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI.jpg

Italie. Revue de presse.

Gouvernement-Consultations au Quirinal – Unes : « Entente sur le revenu et la ‘’flat tax’’ » (Corriere della Sera), « M5S-Ligue : en quête d’un président du Conseil » - ‘‘L’étau sur les immigrés dans le pacte’’ (La Repubblica), « Le Quirinal prévient : ‘’non à des gouvernements contre l’Europe’’ » - ‘’Mattarella attaque le souverainisme ; Macron : ‘’des signaux d’alarme venant de Rome’’ (La Stampa), « M5S-Ligue, première entente sur les impôts. Tensions sur la Bourse, le Spread augmente » (Sole 24 Ore), « Première entente mais pas de nom pour la Présidence du Conseil » ‘’Les deux leaders seront vice-présidents. Hypothèse Massolo’’ (Il Messaggero), « Chasse à l’homme, Salvini et Di Maio seront les vice-présidents. »  (Il Mattino).

ARTICLE Corriere della Sera M. Breda « Mattarella prévient : le souverainisme est impraticable » : « Le message implicite du discours de Sergio Mattarella à Fiesole à la conférence ‘’The state of the Union’’ peut se résumer ainsi : ne me présentez pas des candidats hostiles aux pactes et aux traités signés avec l’UE, ni des souverainistes au poste de Président du Conseil et des ministères-clé comme les Affaires étrangères et l’Economie. Selon le Président Mattarella les visions du souverainisme sont ‘’séduisantes mais impraticables’’ (peut-être pensait-il à nos eurosceptiques ou au Groupe de Visegrad) qui ‘’trompent consciemment les opinions publiques’’. Il faut du bon sens et le respect des règles. Le Président, défenseur de la Constitution, est là pour le rappeler ».

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Vincenzo Spadafora, responsable des relations institutionnelles de Luigi Di Maio « Il n’y aura que 20 ministres. L’Europe ? Nous voulons y rester » : « ‘’Si tout va comme prévu, d’ici la semaine prochaine le nouveau gouvernement se présentera devant le Parlement pour la confiance. Une des hypothèses est l’identification d’un tiers ayant un profil d’autorité et de garantie pour les citoyens et les partenaires internationaux. Face à la politique migratoire de la Ligue, le M5S estime que la gestion des flux, l’accueil, les responsabilités et les tâches doivent être partagés de manière équitable entre les pays membres selon des paramètres objectifs et quantifiables. Nous voulons réformer avec nos partenaires européens le traité de Dublin et signer des accords bilatéraux pour les rapatriements. Le programme de gouvernement sera précis et le fait que nous le signerons et le présenterons aux partenaires étrangers, [sera la garantie que] nous le suivrons à la lettre’’ ».

ANALYSE Corriere della Sera F. Verderami « Les nouveaux équilibres (instables) qui redessinent l’Europe » : « Pour la première fois, un des pays fondateurs de l’UE pourrait être dirigé par des partis n’appartenant pas aux familles politiques traditionnelles. Selon les derniers sondages, en vue des élections européennes de 2019, le bloc populiste-souverainiste serait aux alentours de 59,5% contre 30% obtenu en 2014. L’Italie se présente ainsi comme la faille la plus profonde dans une Europe déjà divisée. Ce laboratoire politique est vu comme un cauchemar à Bruxelles. Cela dit, le groupe populaire (PPE) devrait rester le groupe politique pivot à Strasbourg ».

EDITORIAL La Repubblica E. Mauro « L’année zéro » : « Ce qui est certain, c’est que la saison de la post-politique a commencé. Car c’est le vrai code sur lequel Di Maio et Salvini chercheront une entente. Les différences entre les deux partis sont évidentes mais le principe d’attraction se base sur le conte commun de la fin du monde corrompu et pourri, qui ne mérite de durer mais doit être carrément substitué ».

ARTICLE, La Repubblica C. Lopapa « Salvini et Di Maio ont un problème : il manque un président du Conseil » : « Derrière le paravent de ‘’la tierce personne’’ indiqué par la Ligue et les 5 Etoiles qui considèrent un accord comme imminent, se cache un bras-de-fer en cours. La nouvelle date butoir est dimanche. La table de négociation pour le programme s’est installée hier et devrait se terminer avec un projet. Le seul nom qui circule est celui de Giampiero Massolo, un diplomate, président de l’Institut d’étude de politique internationale (Ispi), ancien président de Fincantieri et ancien secrétaire-général de la Farnesina. Le nom a été fait par les conseiller de Di Maio mais cela ne convainc pas Salvini ».

ARTICLE La Repubblica M. Pucciarelli « Le grand tourment pour les 5 Etoiles pour la Ligue et Berlusconi » : « Sur les réseaux sociaux, la polémique se répand au sujet de l’entente avec la Ligue et l’abandon de la bataille pour faire une loi réglant le conflit d’intérêt. Le courant de gauche du Mouvement est en train de payer le prix fort du rapprochement avec la Ligue »

ENTRETIEN de Jean Pierre Mustier, AD d’Unicredit : « En avance sur le plan, en Italie un changement plus rapide que prévu  » (Sole 24 Ore) : « ‘‘  Pour le moment il n’existe pas un risque politique en Italie et il n’y a aucune préoccupation de la part des marchés. Le gouvernement travaillera sûrement pour le pays. Les résultats de ces derniers trois mois nous confirment le meilleur premier trimestre de derniers onze ans. Nous avons encore beaucoup de choses à faire et nous sommes très engagés sur le plan ‘’Transform 2019’’, dont les objectifs sont atteints avant l’échéance prévue. Le chiffre le plus significatif de ce trimestre est pour moi la force retrouvée du réseau de la banque. La situation Mediobanca après l’affaire Bolloré ? Je ne vois pas de nouveautés, il faut laisser les dirigeants travailler efficacement ‘’ ».

ARTICLE, La Stampa, P. Mastrolilli : « Missions à l’étranger, Libye et relations avec l’OTAN : les doutes de Washington sur Di Maio et Salvini » : « Les Etats-Unis sont en train de suivre avec beaucoup d’attention  la situation politique italienne, en attendant le nouveau gouvernement pour savoir comment continuer à collaborer avec le pays. L’administration américaine compte sur l’Italie pour des questions fondamentales de stabilité, telles que la Libye, la présence italienne en Afghanistan et en Irak, la Russie et la Syrie, l’avenir de l’Iran après la sortie des Etats-Unis de l’accord nucléaire, l’utilisation des bases militaires et le financement de l’OTAN. Les positions italiennes sur l’euro et sur l’UE sont aussi suivies avec attention parce que Washington est favorable aux relations bilatérales. L’hypothèse de retirer les soldats italiens de l’Afghanistan, lancée par Di Maio, lors de sa dernière visite aux Etats-Unis, ainsi que les déclarations de Salvini contre les récents raids en Syrie et contre les missions militaires, ont préoccupé les Américains ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

10/05/2018

Matteo Salvini à propos du futur gouvernement.

Ligue.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini déclare, près du bâtiment de la Chambre des députés, à des journalistes : « Le thème de l’immigration, de la sécurité et des débarquements [de migrants] sera un élément fondamental du programme du gouvernement. »

Salvini 1.jpg

Les négociations entre le M5S et la Ligue avancent.

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Les dirigeants du M5S et la Ligue ont demandé plus de temps au président de la République, au moins jusque dimanche. Les "représentants techniques" du M5S et de la Ligue sont en réunion et négocient.

Article de Lionel Baland : l’Italie se dirige vers un gouvernement M5S-Ligue.

Boulevard Voltaire.png

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Vers un gouvernement M5S-Ligue :

http://www.bvoltaire.fr/litalie-se-dirige-vers-gouverneme...

09/05/2018

Accord de Silvio Berlusconi pour un gouvernement M5S-Ligue.

FI.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Silvio Berlusconi donne son accord au gouvernement M5S-Ligue (pas de véto, mais Forza Italia ne votera pas la confiance).

Matteo Salvini : "Quoi qu'il arrive, l'alliance de centre-droit ne cassera pas."

Ligue.jpg

FI.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini déclare : "Quoi qu'il arrive, l'alliance de centre-droit ne cassera pas. C'est une condition préalable."

CD 1.jpg

Silvio Berlusconi, Giorgia Meloni, Matteo Salvini

Matteo Salvini :"Dans les 24 heures, je compte avoir quelque chose à dire."

Ligue.jpg

Italie. En sortant de la Chambre des députés, le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini a déclaré : « Dans les 24 heures, je compte avoir quelque chose à dire. »

Manifestation du Vlaams Belang lors de la visite de Jean-Claude Juncker au Parlement flamand.

VB.jpg 

Belgique. Le Vlaams Belang a conduit ce 9 mai 2018 une action devant le Parlement flamand à l’occasion de la visite de ce lieu par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Le Vlaams Belang estime que l’Union Européenne est antidémocratique et coûte 339 euros de trop et amène une immigration de masse ainsi que des violences contre les Catalans.

VB 1.jpg

Rencontre entre Luigi Di Maio et Matteo Salvini.

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Une rencontre, en vue de tenter de former un gouvernement, a eu lieu ce 9 mai 2018 entre le dirigeant du M5S Luigi Di Maio et le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini.

Björn Höcke peut rester à l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe. Le tribunal arbitral de l’AfD de Thuringe a décidé ce 7 mai 2018 de rejeter la demande d’expulsion du parti du co-président de l’AfD de Thuringe et chef de file des élus de l'AfD au sein du Parlement de Thuringe Björn Höcke et de la considérer comme non-fondée. La demande d’expulsion portait sur les propos tenus lors d’un discours en janvier 2017 à Dresde sur la politique de repentance.

Italie : sondage à propos des élections.

Italie. Un sondage IPSOS portant sur la date des prochaines élections en cas de retour aux urnes indique que 45 % désirent juillet 2018, 26 % janvier 2019, 16 % octobre 2018. 13 % ne savent pas ou ne répondent pas.

Italie 2.jpg 

Sondage à propos de la situation en Italie.

Italie. Un sondage IPSOS montre que si les partis ne trouvent pas un accord afin de fonder un gouvernement, 47 % de la population estime qu'un gouvernement qui obtient la confiance doit être mis en place à tout prix et 44 % désirent de nouvelles élections. 9 % ne savent pas ou ne répondent pas.

Italie 1.jpg

"Dernières négociations."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

Gouvernement-Consultations au Quirinal – Unes : « Berlusconi ne cède pas mais négocie » - ‘’Quirinal : aujourd’hui le nom pour le gouvernement neutre’’ (Corriere della Sera), « Ligue-M5S, pressions sur Berlusconi » (La Repubblica), « Le dernier siège Ligue-M5S à Berlusconi » (La Stampa), « Dernières négociations mais Berlusconi résiste » (Il Messaggero), « Berlusconi résiste, une femme présidente du Conseil » (Il Mattino), « L’hypothèse d’élections anticipées effraye les marchés » - ‘’Spread à 130 pts, la Bourse de Milan laisse 1,64%’’ (Sole 24 Ore).

ARTICLE Corriere della Sera M. Galluzzo « Les chances de Belloni, le nom de Rossi pour l’Economie » : « Faute d’un accord à la dernière minute entre les partis, Sergio Mattarella pourrait donner un mandat pour former un gouvernement ‘’neutre’’ comme annoncé lors des consultations. Aucun nom n’a filtré du Quirinal. Il pourrait s’agir d’une femme et tous les membres du gouvernement devront avoir un ‘’profil de distance’’ par rapport à la politique italienne, afin de les identifier comme des personnalités au service du pays, pour une période transitoire. Parmi les options, le nom d’Elisabetta Belloni, secrétaire générale de la Farnesina [siège de la diplomatie italienne, ndt.]. Le nom du DG de la banque d’Italie, Salvatore Rossi, est également cité. La courte durée de ce gouvernement pose de nombreux problèmes au Quirinal, qui a reçu déjà certaines indisponibilités ».

ARTICLE Corriere della Sera F. Sarzanini « La course contre la montre pour des élections en été » : « Le 22 ou le 29 juillet seraient les premières dates possibles. Ce calcul part d’un raisonnement selon lequel le nouvel exécutif du Président se présentera vraisemblablement le 15 mai devant le Parlement pour demander la confiance. Suivrait ensuite le décret de dissolution des Chambres. Cela permettrait des élections anticipées et la formation du nouvel exécutif en août pouvant ainsi mettre au point le budget et respecter les échéances internationales ».

ARTICLE La Stampa I. Lombardo « Di Maio-Salvini, l’heure de vérité » : « Galvanisés par les sondages, les 5 Etoiles veulent revoir les alliances et s’opposent maintenant à l’idée de voir le chef de groupe de la Ligue, G. Giorgetti, comme possible locataire au Palais Chigi pour un gouvernement Ligue-M5S. S. Berlusconi serait sur le point d’accepter un compromis, mais la Ligue a besoin de plus de garanties et voudrait de la part de ce parti un appui externe. Giorgetti (Ligue) demande aux 5 Etoiles une déclaration pour ‘’reconnaître la dignité’’ de Forza Italia. Il s’agirait alors du dernier rebond de cette histoire ».

ENTRETIEN, Matteo Salvini, leader de la Ligue, Il Messaggero, « Le mandat ? J’aurais dû l’avoir. Je ne romprai pas avec Silvio Berlusconi » - « ‘’Berlusconi refuse de donner un appui externe (ndr : à un gouvernement M5S-Ligue) donc nous retournerons voter’’. ‘’Le gouvernement neutre de Mattarella ? Un gouvernement neutre, ça n’existe pas, ce serait un fantôme, un imbroglio’’. ‘’Le M5S a jeté la balle dans la tribune, elle lui reviendra en boomerang’’ » : « J’ai le petit espoir que les leaders de Forza Italia et du M5S fassent un effort et que nous arrivions à former un gouvernement sérieux. Je n’ai rien contre Mattarella, je dis seulement qu’envoyer au Parlement un gouvernement que personne ne veut en Italie et qui a les voix du PD, lequel a perdu les élections, serait une erreur. »

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa : « Berlusconi résiste à la pression : ‘’ Non au gouvernement Ligue-5S ‘’. Salvini : ‘’ Alors immédiatement au vote ‘’ » : « Les discussions pour tenter de former un gouvernement continuent, Salvini et Di Maio demandent à Silvio Berlusconi de soutenir une alliance entre la Ligue et le M5S. Mais le leader de Forza Italia résiste, ne cède pas aux pressions et affirme que ses relations avec le secrétaire de la Ligue sont désormais à couteaux tirés et que Salvini aurait dû avoir un comportement totalement différent avec lui. Il a souligné qu’il était fou de plonger le pays dans de nouvelles élections dans quelques semaines. Il dément, en outre, les indiscrétions selon lesquelles il serait prêt à soutenir un gouvernement dirigé par Ligue et M5S et déclare que Forza Italia, première force politique aux élections du 4 mars, ne peut accepter de vétos ».

ARTICLE La Stampa A. Barbera « Craintes d’élections anticipées, le Spread augmente et les Bourses perdent du terrain » : « Les chiffres d’hier pourraient nous pousser au pessimisme. Il est encore tôt pour faire des prévisions. Le ministre sortant de l’Economie, P.C. Padoan a dressé hier, devant la commission spéciale du Parlement, une série de facteurs qu’il faudra vérifier. Il y a tout d’abord les droits d’exportation américains et la crise syrienne. Quant à l’incertitude politique, selon Padoan, mieux vaudrait ‘’un non-gouvernement plutôt qu’un mauvais gouvernement’’ ».

COMMENTAIRE Corriere della Sera E. Galli della Loggia « Di Maio, Renzi et Salvini, trois leaders qui sont le fruit du temps » : « En raison de leur âge, ces trois leaders n’ont pas connu la première République, qui pourtant représente le terme de comparaison inévitable de plusieurs réflexions sur la démocratie italienne. Par ailleurs, des trois, seul Renzi a une Licence. Deux points caractérisent ces trois hommes : le fait de n’avoir jamais eu une activité précise et continue et de ne pas avoir de loisirs en dehors de la vie politique. Ceci dit, la Troisième République naîtra avec ces trois hommes, ce qui annonce une fracture totale avec la Première République ».

Accord sur le nucléaire iranien Unes - « Trump rompt avec Téhéran » (Corriere della Sera), « Trump déchire l’accord avec l’Iran » (La Repubblica, La Stampa, Sole 24 Ore).

ARTICLE La Stampa A. Barbera « L’Italie pourrait perdre des commandes et des échanges économiques » : « Rome est le premier partenaire économique européen à Téhéran, allant de l’énergie aux infrastructures. D’où le commentaire amer sur Twitter du Président du Conseil sortant P. Gentiloni ‘’l’accord avec l’Iran doit être maintenu ; il contribue à la sécurité dans la région et freine la prolifération nucléaire’’. Parmi les entreprises italiennes qui ont réactivé les relations avec Téhéran, il y a Eni, Ferrovie, Ansaldo, Danieli, Fata, Maire Tecnimont, Immergas. Pour Gentiloni, qui s’apprête à quitter le Palais Chigi, il ne pouvait y avoir de nouvelle aussi mauvaise que celle de la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien ».

RETROSCENA (Coulisses), La Repubblica, A. D’Argenio : « Migrants, comptes publics et budget : Bruxelles craint une Italie sans poids » : « L’Union européenne est très préoccupée pour la situation politique italienne et elle a peur de perdre encore six mois de réformes européennes. A la veille du prochain Conseil européen de juin, dans lequel la réforme de la zone euro ainsi que les règles sur les réfugiés devront être établies et adoptées, la perspective d’une Italie sans un véritable gouvernement préoccupe les chancelleries des autres pays. L’Italie risque de n’avoir aucun poids dans les décisions à prendre et d’être humiliée sur des questions très importantes. Bruxelles estime que cette situation pourrait donner davantage de force aux populistes en vue de nouvelles élections européennes ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

08/05/2018

Aleksandar Vučić reçu par Vladimir Poutine.

SNS.jpg

Russie Unie.jpg

Serbie et Russie. Aleksandar Vučić a rencontré ce 8 mai 2018 à Moscou le président russe Vladimir Poutine.

Serbie.jpg

Aleksandar Vučić et Vladimir Poutine

Daimler (Mercedes) refuse de financer l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. L’entreprise Daimler (Mercedes) finance l’ensemble des partis présents au sein du Parlement fédéral, à l’exception du parti post-communiste die Linke et du parti patriotique AfD.

La CDU et le SPD reçoivent en 2018 100.000 euros chacun. La CSU, les écologistes et les libéraux du FDP se voient attribuer chacun 40.000 euros.

Les mêmes sommes ont été attribuées en 2017.

L’image contient peut-être : ciel

Italie : la Ligue donnée à 24,4 % et le M5S à 32,3 %.

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

FI.jpg

Italie. Un sondage SWG donne la Ligue à 24,4 %, Forza italia à 9,4 %, Frères d'Italie à 4,4 %. Le Parti Démocrate [centre-gauche] est donné à 19 %. Le M5S est donné à 32,3 %.

Italie.jpg

07/05/2018

L'Italie dans l'impasse pour former un gouvernement.

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

FI.jpg

Italie. Le président de la République propose de mettre en place un gouvernement technique. Le M5S, la Ligue et Frères d’Italie s’y opposent :

http://www.lefigaro.fr/international/2018/05/07/01003-201...