Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2021

"Les alliés du centre droit veulent des garanties de la part de Berlusconi."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

Les nouvelles mesures adoptées hier en Conseil des ministres prévoyant le pass sanitaire renforcé obligatoire pour la plupart des lieux publics à compter du 10 janvier (transports, hôtels, terrasses de restaurants, foires et congrès, piscines et salles de gym), font la Une de la presse italienne. Parmi les autres décisions, on relève en particulier la fin de la quarantaine pour les personnes à jour de la 3ème dose ou guéries du Covid. Dans les rangs de la Ligue et du M5S, la colère monte face à l’hypothèse d’un pass sanitaire renforcé aussi pour l’accès à tous les lieux de travail, pourtant demandé par les régions. « Pass sanitaire, encore d’autres interdictions pour les antivax » - Après un conseil des ministres sous haute tension, un compromis a été trouvé (Corriere della Sera), « L’étau se resserre sur les antivax » - Le pass sanitaire renforcé a été étendu aux trains, aux bus, aux hôtels, aux foires et pistes de ski. Draghi accepte la demande des régions d’éliminer la quarantaine pour les personnes vaccinées (La Repubblica), « Les transports publics sont désormais interdits aux antivax »  - Les restrictions ont été adoptées hier. La Ligue et le M5S s’opposent à l’introduction du pass sanitaire renforcé pour les travailleurs. Le gouvernement serait prêt à aller vers une obligation vaccinale (La Stampa), « Le super pass sanitaire est désormais nécessaire pour les bus et les trains » - Ainsi que pour les fêtes, les foires, les hôtels, les pistes de ski, les terrasses de restaurants et les salles de sport à partir du 10 janvier. La jauge pour les stades passe à 50% des places disponibles. Aucune quarantaine ne sera prévue pour ceux qui ont reçu la 3e dose (Il Messaggero). Enfin, l’adoption de la loi de finances à la Chambre est également citée « La Chambre vote la motion de confiance pour un budget à hauteur de 36,5 milliards » (Sole 24 Ore).

PREMIER PLAN, La Repubblica, « Super Pass dans les transports et nouvelles règles pour la quarantaine : on confine les No Vax. »

COULISSES, La Repubblica, « Et Draghi promet : "A partir de janvier, on ne pourra se rendre au travail que si l’on est vacciné" : « "Nous reportons la mesure. Mais nous l'approuverons lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres“. À neuf heures du soir, Mario Draghi, prenant acte du clivage au sein de la majorité, décide de mettre de côté, mais seulement pour l'instant, la question du Super Passe pour l’accès aux lieux de travail. Mais il a aussi indiqué une nouvelle date certaine pour la discussion sur cette nouvelle mesure (le 5 janvier), fortement soutenue par Renato Brunetta, le patron de l'administration. Hier matin, de manière surprenante, il avait trouvé le soutien explicite de la Conférence des Régions, dirigée par le membre de la Ligue Massimiliano Fedriga. Cependant, le chef de délégation de la Ligue au gouvernement, Giancarlo Giorgetti, a opposé son veto lors de la réunion qui a précédé le conseil des ministres, l’expliquant non pas par des considérations idéologiques mais " pragmatiques ". D'accord pour un super pass pour ceux qui travaillent, mais préparez d'abord une liste de groupes vulnérables à exempter et un fonds pour indemniser ceux qui subissent de graves conséquences de la vaccination. Et, du côté opposé de la majorité, le M5S a exprimé ses doutes. Le ministre Stefano Patuanelli a souligné que jusqu'à présent, il a toujours raisonné par catégories : forces de l'ordre, enseignants, personnel de santé, travailleurs en contact avec les personnes. "Quelle serait la justification d'une distinction entre les travailleurs et les chômeurs ?", tel était le sens de sa réflexion. Forza Italia a de nouveau demandé la vaccination obligatoire. M. Brunetta, en fin de journée, a dissimulé sa déception : "L'Italie, dans la lutte contre le Covid, a pris un avantage sur les autres pays que nous risquons de perdre avec des mesures partielles. Oui, il y a eu des oppositions et je comprends parfaitement - dit le ministre - la position de Draghi. Lors de la prochaine réunion, cette mesure inévitable verra le jour.  Le Premier ministre a dû prendre une décision difficile sur la suppression de la quarantaine pour les personnes vaccinées, qui avait divisé le comité scientifique et technique. Certains experts avaient fait remarquer que cette mesure pouvait représenter un risque, étant donné les chiffres encore incertains : Omicron se développe rapidement, avec une incidence à 28%. Cela signifierait potentiellement le danger de "libérer" des personnes capables de transmettre la variante Delta, dont les conséquences sont plus graves que celles qu’Omicron. Cependant, les gouverneurs ont mis en avant l’impact des cas contact en isolement : rien qu'en Toscane, 400 chauffeurs de bus sont en congé forcé. Pour Fedriga, "début janvier, 10 % du pays pourrait s'arrêter". »

COULISSES, Corriere della Sera, M. Guerzoni « Giorgetti s’allie avec les 5 Etoiles contre les partisans de la ligne de la rigueur » : « Le ministre léguiste du développement économique, G. Giorgetti, s’oppose à la mesure la plus extrême pour contenir la diffusion du virus et qui est chère aux ministres Speranza (Santé), Brunetta (Admnistration) et que Draghi soutient avec grande conviction. La mesure n’est pas passée grâce à l’entente avec le M5S de G. Conte. Certains y voient un jeu en lien avec les élections à venir au Quirinal. Le drame de la pandémie semble ne pas être à l’abri des stratégies et des alliances qui naissent et qui disparaissent en vue du match crucial sur l’élection du Président de la République. Déjà pendant la réunion de majorité, il était clair que la ligne dure n’allait pas s’imposer. Brunetta n’hésite pas à critiquer la Ligue et le M5S ‘’vous avez bloqué le pass sanitaire renforcé pour les fonctionnaires et maintenant vous le voulez uniquement pour la fonction publique ? Ce sera pour tous les travailleurs ou pour personne’’. Mais la Ligue érige son mur. Matteo Salvini s’y oppose et Giorgetti prononce en réunion de majorité un « non » qui met fin à toute négociation. Il lâchera du lest en proposant de réduire la jauge dans les stades. Le M5S, par le biais de son chef de délégation S. Patuanelli, explique sa position : ‘’quel est le paramètre de distinction entre travailleurs et chômeurs ? Il faut garder un principe de rationalité’’. A la fin, Draghi est d’accord sur la nécessité de ‘’prendre encore quelques jours’’ car la décision n’est pas encore mûre et ‘’un approfondissement de la question est nécessaire’’. Les ministres ont fait tout leur possible pour rester mesurés, estimant qu’‘’au final cela c’est bien passé’’. Les partisans de la ligne dure pourront se consoler en soulignant que ‘’c’est le confinement des antivax qui est passé’’ ».

ARTICLE, Corriere della Sera, G.A. Falci et C. Zapperi « Les alliés du centre droit veulent des garanties de la part de Berlusconi. Un plan B est également prévu » : « Silvio Berlusconi le répète aux personnes qu’il a eu récemment au téléphone ‘’je suis candidat pour la course au Quirinal. Je suis persuadé que la coalition de centre droit me soutiendra de manière unie’’. Il a reçu pour ce faire les assurances de la part des deux autres leaders de coalition. Toutefois, Salvini et Meloni, tout en soutenant le plan A, sont aussi au travail pour ne pas être pris de court si celui-ci ne fonctionnait pas. Berlusconi lui-même le dit : ‘’avec mon histoire personnelle, je ne peux pas me permettre de me brûler les ailes, comme cela s’est passé pour tant d’autres candidats’’. Le centre droit veut faire peser sa supériorité numérique sur le centre gauche. Il sait que cette fois-ci, il a l’avantage et veut à tout prix profiter de cette condition. L’idée serait alors de repérer un profil pouvant obtenir un soutien transversal des partis de centre droit. Mais la liste perd des noms : cela ne peut pas être Cartabia, en raison de la réforme de la justice qui déplait à la Ligue, ni P. Severino en raison de la loi qui prend son nom et qui a fortement pénalisé Berlusconi, ni G. Amato : plusieurs lui reprochent ses propos sur les comptes bancaires. Chacun poursuit ses consultations : Berlusconi lance des signaux de paix au M5S, Salvini dialogue avec Renzi et Meloni garde de bonnes relations avec Enrico Letta. Toute solution doit rester ouverte. »

ENTRETIEN, La Repubblica, de Enrico Letta, secrétaire général du parti démocrate : "Sur les vaccins, il est l'heure de passer à l'obligation. Si l’on ne s’entend pas sur le vote au Quirinal, le gouvernement tombera.

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Mariolina Castellone, chef de groupe M5S au Sénat « Le M5S a une identité transversale » : « ‘’Les prochains tours de scrutin pour élire le Chef de l’Etat seront les plus difficiles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en raison d’une quatrième vague et de la nécessité d’adopter des mesures pour soutenir les travailleurs et les catégories les plus frappées. Dans cette situation, ce qui nous intéresse est d’avoir un Président de la République pouvant représenter un profil institutionnel très élevé, pouvant unir les partis politiques mais aussi le pays. Nous avons accepté de faire partie de ce gouvernement d’unité nationale : il faut que le prochain président de la République incarne aussi cette unité. Le M5S et le PD veulent la même chose : un profil de prestige pouvant représenter tous les Italiens. Le M5S a une identité transversale. Nous ferons en sorte que cette particularité soit une valeur ajoutée et pas un point faible’’ »

(Traduction : ambassade de France)

Thierry Baudet discriminé par le gouvernement.

FvD.png

Pays-Bas. Le ministre libéral de gauche (D66) Van Engelshoven a prévenu en secret les présidents des différents groupes parlementaires, à l’exception de celui du Forum voor Democratie Thierry Baudet, que le gouvernement désire acheter un tableau de Rembrandt, pour 175 millions d’euros, à la famille Rothschild : « Nous devions être certains que l’achat reste secret. » 

En réaction, le Forum voor Democratie a posé des questions parlementaires.

29/12/2021

Le Forum voor Democratie prendre part aux municipales dans 50 communes.

FvD.png

Pays-Bas. Le Forum voor Democratie prendra part aux municipales de 2022 dans 50 communes.

FvD 1.jpeg

Le Premier ministre Viktor Orbán et ses cinq petits-enfants.

Fidesz.png

Hongrie. Le Premier ministre Viktor Orbán et ses cinq petits-enfants.

Orban.jpg

Les gardes-frontières polonais n'ont enregistré aucune tentative d'entrée illégale au cours des dernières 24 heures.

PiS.jpg

Pologne. Les gardes-frontières polonais n'ont, pour la première fois depuis juin, enregistré aucune tentative d'entrée illégale au cours des dernières 24 heures. 30 migrants se sont approchés de la barrière frontalière, mais ont fait demi-tour en voyant les gardes polonais.

Pologne.jpeg

"Élections au Quirinal : Berlusconi téléphone à Draghi. Mais Salvini traite avec Renzi et Conte."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse. 

La presse italienne titre encore largement sur le débat autour de la révision des règles et de la durée de la quarantaine pour les vaccinés, face à la progression des nouveaux cas (78 813 en 24 heures) et des décès (202). Le conseil des ministres devrait adopter d’ici demain de nouvelles mesures après l’avis du conseil des experts (CTS) : « Record des contaminations, l’étau se resserre sur les antivax » - Face à la hausse des cas, le gouvernement pourrait envisager une obligation vaccinale et un confinement pour les non vaccinés (Corriere della Sera), « Omicron se propage mais fait moins peur » - Presque 80 000 nouveaux cas, les médecins généralistes constatent des symptômes plus légers grâce aux vaccins. Le CTS proposera aujourd’hui ses solutions (La Repubblica), « Omicron, voici la 4vague » - Les hôpitaux vont vers la paralysie : 20 000 infirmiers et 5 000 médecins mis en quarantaine. Draghi pourrait décider d’une quarantaine rapide afin d’éviter la paralysie du pays (La Stampa), « 78 000 nouveaux cas en Italie, le « super pass sanitaire » sera demandé pour pouvoir travailler » (Sole 24 Ore), « Le « Super pass sanitaire » nécessaire pour travailler » - C’est ce que le ministre de l’Administration R. Brunetta proposera en Conseil des ministres. Le CTS favorable à une quarantaine de 5 jours » (Il Messaggero). Les discussions entre les partis autour de l’élection du Président de la République prévue en janvier sont également citées en Une et dans les pages intérieures.

Les JT couvrent essentiellement la situation pandémique en Italie, avec un taux de contagion à 7,6%, le débat autour de la révision des règles et de la durée de la quarantaine pour les vaccinés, le bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’OMS et le début du vote de confiance sur la loi de Finances à la Chambre.

Sur Twitter, le hashtag #draghi est largement en tête, alimenté par des critiques d’antivax à l’égard du gouvernement face à la hausse des cas malgré un pourcentage élevé de personnes vaccinées.

PREMIER PLAN, La Repubblica, « Sur la quarantaine, le comité scientifique résiste à la pression politique : "Réduisez-la, mais ne la supprimez pas". » : « En quelques jours au ministère de la Santé, sous la pression des présidents de région, l’idée de réduire le délai de quarantaine pour les personnes vaccinées avec trois doses est passée d'une hypothèse lointaine à une idée concrète. Il y a quelques jours, les experts gouvernementaux avaient dit non à la réduction de la quarantaine, mais maintenant qu'Omicron se propage rapidement, le contexte a changé. Hier, les Régions ont présenté un document au ministère de la Santé dans lequel elles demandent la suppression totale de la quarantaine pour les personnes ayant reçu trois vaccins et ayant eu des contacts à risque, mais aussi, entre autres, l'arrêt des tests pour mettre fin à l'isolement. "Ces propositions sont inadmissibles", commente l'un des membres du comité. En général, les techniciens sont très sceptiques à l'idée de suivre l'avis des autorités locales. Il manque beaucoup de données pour prendre une décision aussi radicale. Par exemple, on ne sait pas ce qu'il adviendra des admissions dues à Omicron. Et puis, il est difficile pour les techniciens de prendre une décision qui, à l'heure où l'épidémie est en forte hausse, ferait de toute façon circuler beaucoup de cas positifs.  Si le ministère de la Santé a déjà préparé la circulaire de cinq jours, la décision finale reviendra à Mario Draghi. Au sein de la Ligue, il ne manque pas de membres qualifiés, comme Massimiliano Fedriga, qui se prononcent en faveur d'une solution à l'américaine, l'abolition de la quarantaine pour les personnes vaccinées avec le booster. Le ministre membre de Forza italia Renato Brunetta a l'intention de faire passer en conseil des ministres le Super Pass dans tous les lieux de travail. Matteo Renzi pousse pour un « vaccin obligatoire pour accéder aux lieux de travail, un pass uniquement pour les guéris et les vaccinés, mais plus de quarantaine pour les vaccinés ».

ENTRETIEN, Avvenire, de Pier Paolo Sileri, secrétaire d’Etat à la Santé « Les personnes ayant déjà leur troisième dose peuvent ne pas s’isoler » : « ‘’L’avancée du variant Omicron était prévisible. Dans les prochains jours, nous verrons l’impact qu’elle aura sur le système sanitaire. La course au test de dépistage est souvent dictée par la hâte : il est inutile de se précipiter en pharmacie juste après avoir découvert que l’on est cas contact. L’incubation du virus dure quelques jours. Quant à la révision de la quarantaine, la décision du gouvernement sera prise sur la base de ce qu’indiquera le comité d’experts CTS et ce que diront les données scientifiques. Celles-ci nous indiquent déjà que celui qui est vacciné avec une troisième dose a moins de risques de développer une forme de maladie grave ou de contracter le virus. Il y a donc une certaine cohérence à envisager une durée différente, comme l’ont annoncé les Etats-Unis. Pour les écoles, le gouvernement est déterminé à faire en sorte que les leçons soient maintenues en présentiel, après les fêtes. Une réduction de la durée de la quarantaine aidera sans doute à y parvenir. Concernant Omicron, nous ne savons pas si la baisse des hospitalisations face à la hausse du taux de contagion s’explique par un caractère moins virulent du virus ou par le fait qu’une bonne partie de la population soit vaccinée. Le message que je lance est le suivant : Omicron peut être maîtrisé en continuant à accélérer sur les premières et les troisièmes doses.’’ »

ENTRETIEN, La Repubblica, de Massimilano Fedriga, président de la conférence des régions et du Frioul-Vénétie-Julienne, "Supprimons la quarantaine pour ceux qui ont reçu leur troisième dose" : «  Il est désormais illusoire de penser que nous pouvons retracer chaque contact. La course au test des personnes est inutile, sauf pour les cas symptomatiques. Et il est temps d'affecter davantage de personnel de santé aux vaccins, afin de ne pas disperser les forces. En bref, il serait absurde de gérer l'urgence comme nous l'avons fait il y a un an. Lorsque les vaccins venaient d'arriver et qu'il y avait une variante différente. Il semble que la variante Omicron réduise clairement le risque de maladie grave pour les personnes vaccinées. C'est pourquoi je pense qu'il est juste de réduire la période d'isolement pour les contacts étroits des positifs. Aux États-Unis, pour ceux qui ont également reçu le rappel, elle a même été supprimée. Sur les élections, je souhaite que le président de la République soit élu au premier tour. Ce serait un bon message pour le pays. Aujourd'hui, nous disposons des bons outils pour assurer la sécurité des lieux à risque comme les hôpitaux. Il pourrait également y avoir un vote à distance, bien qu'il s'agisse d'une méthode qui n'a jamais été discutée en Italie. Tout ce que je peux dire, c'est que Draghi est une personnalité à ne pas gâcher. L'autorité qu'il donne au pays est une question d'intérêt national. Je ne peux qu'affirmer l'excellente relation que le Premier ministre entretient avec les régions et épouser la nécessité pour le centre-droit d'élargir autant que possible le consensus sur un candidat. Ne transformons pas un moment important pour le pays en un gâchis, provoquant de l'instabilité entre les partis".

ENTRETIEN, Corriere della Sera, de Luca Zaia, Président de la Région Vénétie « Les nouveaux cas augmentent mais il faut réécrire les règles afin d’éviter que la moitié de l’Italie ne soit placée sous quarantaine’’ » : « ‘’Avec le variant Omicron, les nouveaux cas sont destinés à augmenter davantage. Toutefois, quand on regarde le nombre d’hospitalisations, les chiffres sont trois fois inférieurs par rapport à ceux d’il y a un an. La situation a changé radicalement. Je voudrais aussi souligner un autre aspect : entre les personnes hospitalisées, celles qui ont été contaminées et les cas contact à haut risque, nous risquons d’avoir la moitié du pays en quarantaine. Il s’agit de milliers de personnes qui ont déjà fait leur troisième dose et qui, même étant asymptomatiques, doivent rester 7 jours en confinement. Alors que les Etats-Unis ont choisi la quarantaine généralisée de 5 jours’’. »

ARTICLE, La Repubblica, « La France et le Royaume-Uni sont submergées par les contagions. L’urgence monte en Europe » : « Propulsée par la variante Omicron, la pandémie se répand en Europe. Le nombre d'infections a atteint de nouveaux sommets : 180 000 en France, 130 000 au Royaume-Uni, où le total serait encore plus élevé car il manque les données de l'Écosse et de l'Irlande du Nord. Le Danemark a le taux d'infection le plus élevé au monde : 1612 cas positifs pour 100 000 habitants. Aux Pays-Bas, le confinement a ralenti la croissance du virus, mais Omicron a dépassé Delta et pourrait provoquer une augmentation des épidémies en raison de la facilité avec laquelle il se propage. La forme de coronavirus qui est apparue en Afrique du Sud est désormais dominante au Portugal et en Suisse. En Belgique, le Conseil d'État a annulé le décret gouvernemental sur la fermeture des cinémas et des théâtres, tandis qu'en Finlande, le gouvernement a interdit l'entrée sur le territoire à tous les étrangers de plus de 16 ans non vaccinés. Deux citoyens italiens, contrôlés positifs à l'aéroport d'Helsinki, auraient été enfermés dans les toilettes de l'aéroport pour être isolés, selon une question de la députée de Fratelli d'Italia Augusta Montaruli, qui a demandé au ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio d'intervenir. Seule l'Allemagne semble résister grâce à un confinement de facto pour ceux qui n'ont pas reçu le vaccin. »

ARTICLE, La Repubblica, « Elections au Quirinal : Berlusconi téléphone à Draghi. Mais Salvini traite avec Renzi et Conte » : « Le jour de noël, Mario Draghi et Silvio Berlusconi ont eu une conversation cordiale au téléphone, mais en restant conscients d'être en compétition pour la plus haute fonction de l'État. On ne sait pas si Draghi et Berlusconi ont discuté de la course à la présidence. Des proches de Draghi sont convaincus que le Cavaliere est le véritable obstacle sur la route du Palais des Papes. Tandis que Berlusconi a intensifié sa campagne électorale, tentant de resserrer les rangs de Forza Italia. Il a téléphoné à de nombreux parlementaires de son parti, sans cacher ses intentions : "Que diriez-vous de mon nom pour ces élections ?". Depuis son studio de Villa San Martino, le fondateur de Mediaset vérifie les chiffres du Parlement. Il sonde l'ambiance au Palais, il dit à ses collaborateurs de le soutenir et d'appeler les déçus et les mécontents du centre de l'hémicycle, dans les groupes mixtes, à repousser l'idée d'un vote anticipé. L'ancien Premier ministre espère l'emporter au quatrième vote, lorsque le quorum nécessaire sera moins important grâce au scrutin secret. Et dans tous les appels qu'il a lancés, Berlusconi a affirmé que les sondages étaient de son côté. Que son ascension au Quirinal ferait passer l'avance de Forza Italia à deux chiffres. Une telle éventualité, selon l'ancien magnat, offrirait plus de sièges lors des prochaines élections. Entre-temps, M. Salvini poursuit ses consultations, tiraillé entre son soutien déclaré à M. Berlusconi et l’idée que son nom, qui divise, ne puisse être facilement proposé à ses alliés pour une solution partagée. Le premier objectif de Salvini et Meloni est de ne pas de céder le Quirinal au PD, étant donné les 46 % de grands électeurs que compte la droite. Giuseppe Conte, qui a réuni hier les dirigeants du 5S, a suggéré au leader de la Ligue de s’entendre sur une femme de centre-droit (la présidente du Sénat Maria Elisabetta Casellati, ainsi que Letizia Moratti, par exemple), tandis que Matteo Renzi a souligné que sans les plus de 70 voix détenues par Italia Viva et Coraggio Italia, il est difficile d'élire un président. Et il pousse à une solution qui ne se situe pas dans le camp des anciens cinq étoiles mais dans celui du centre-droit. Pierferdinando Casini ou Giuliano Amato, par exemple. Mais ce dernier ne plairait pas à Salvini et l’autre n’aurait pas les faveurs de Giorgia Meloni. »

ARTICLE, La Repubblica, « Sur le budget, discussion houleuse sur le vote de confiance. Fin du plafonnement des salaires de la fonction publique : « Les explications de vote sur le texte du projet de loi budgétaire, qui a été adopté par le Sénat, commenceront aujourd'hui à 17h15 à la Chambre des députés. Vers 19 heures, le premier appel commencera, tandis que le vote final est prévu pour jeudi matin. Marianna Madia (PD) a parlé d'une "distorsion de la démocratie" et d'une pente dangereuse marquant une marginalisation croissante du Parlement (surtout de la Chambre, qui est la deuxième à examiner la loi budgétaire cette année), tandis que Claudio Borghi (Ligue) a dénoncé le fait que les députés n'ont même pas eu le temps de lire le texte. La controverse a également porté sur un amendement à la loi budgétaire qui a été ajouté dans la toute dernière version, et qui relève le plafond de 240 000 euros pour le salaire annuel des cadres de la fonction publique. La loi ne supprime pas le plafond, mais l’ajuste sur la base des augmentations moyennes obtenues par les employés de l'administration en 2021. L'augmentation moyenne actuelle de l'accord préalable est de 3,78 %. Cette règle avait été incluse dans les versions précédentes de la loi, mais elle a été omise pour éviter toute controverse. L'argument employé par le gouvernement était que si l’on n’appliquait pas les augmentations à ceux qui atteignent le maximum autorisé pour les salaires publics, cela finissait par aplatir les salaires des postes les plus élevés, qui finissent par être assimilés à ceux des niveaux immédiatement inférieurs, même si les fonctions et les responsabilités ne sont pas équivalentes. Le plafond était entré en vigueur en 2014 et, en 2017, la Cour constitutionnelle l'avait jugé conforme. Cependant, tout le monde n'est pas d'accord pour dire que c'est ce "plafond" qui a fini par rendre l'administration moins attrayante que le secteur privé : "Si nous souhaitons vraiment attirer les meilleurs dans l'administration ", objecte Tiziana Cignarelli, secrétaire générale du Flepar et du Codirp (syndicats représentant les cadres et les gestionnaires publics), "alors pourquoi les jeunes professionnels, à commencer par ceux qui ont été embauchés pour le PNRR, sont-ils classés comme fonctionnaires et non comme cadres ? Ce n'est pas seulement une question de rémunération, mais aussi de réglementation, de rôle et de compétences qui leur sont confiées". Certains parlent du retour des castes, mais pour l'instant il y a peu d'objections à la règle. Parmi eux, le secrétaire national de Sinistra Italiana Nicola Fratoianni : "Vraiment tous mes compliments à ce gouvernement “des meilleurs“, qui pense favoriser quelques-uns, tout en nuisant au plus grand nombre. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

28/12/2021

Roumanie : le co-président de l'AUR demande aux manifestants de quitter un rassemblement.

Breizh-info.png

El Correo.png

AUR.jpg

Roumanie. Le co-président de l'AUR Claudiu Târziu s’est adressé aux manifestants et a demandé à tous les partisans de l’AUR de partir, afin que le parti ne soit pas assimilé à la violence. Article d'Álvaro Peñas :

https://www.breizh-info.com/2021/12/28/176954/roumanie-cl...

Claudiu Târziu.jpeg

Claudiu Târziu

"Les cinq scénarii sur le Quirinal."

Italie. Revue de presse.

Le débat autour de la révision des règles et de la durée de la quarantaine pour les vaccinés, face à la progression du variant Omicron et la crainte d’une paralysie de l’économie, fait toujours les gros titres de la presse italienne : « Quarantaine, voici les nouvelles règles » - Les régions demandent à en réduire la durée afin de ne pas bloquer le pays. Le gouvernement convoque le comité d’experts (CTS) (Corriere della Sera), « La quarantaine sera modifiée » - Le comité d’expert va se réunir : la durée de l’auto-isolement pourrait varier selon le statut vaccinal. Le secteur du tourisme a déjà perdu 4 milliards d’euros et 40 000 emplois. (La Repubblica), « Quarantaine, voici les nouvelles règles : seulement 5 jours pour les vaccinés » - Les régions font pression et Draghi convoque le CTS. La décision sera prise demain (La Stampa), « Bonomi : il est temps d’imposer l’obligation vaccinale » - Le président du patronat italien invite le gouvernement à prendre une décision afin de ne pas enliser la reprise économique. Un plan anti-paralysie prévoit une quarantaine écourtée pour ceux qui ont reçu la troisième dose (Il Messaggero). La presse reprend également les nouvelles mesures sanitaires adoptées hier en France : « Macron opte pour le changement : une troisième dose après trois mois et fermeté contre les antivax (La Repubblica), « La France adopte le « super pass sanitaire » » (Sole 24 Ore). 

PREMIER PLAN, La Repubblica, « La quarantaine sera réduite à 5 jours pour les personnes vaccinées. »

ARTICLE, La Repubblica, E. Lauria « Le spectre d’Omicron plane sur les élections du Président de la République » : « La course contre la hausse des nouveaux cas pourrait obliger un grand nombre de grands électeurs à rester à la maison d’ici la fin de janvier. Ce qui rendrait plus difficile d’atteindre le quorum nécessaire (673 voix) pour les trois premiers scrutins. Certaines prévisions prévoient jusqu’à 10% d’absences, soit environ une centaine d’électeurs. Mais il y a plusieurs facteurs à considérer, comme la possibilité de revoir la durée de la quarantaine pour les vaccinés. D’après Stefano Ceccanti, constitutionnaliste, ‘’atteindre le quorum nécessaire sera plus difficile et dans ces cas-là, les candidatures partisanes pourraient être fortement pénalisées’’ »

ARTICLE, Corriere della Sera, « Les cinq scénarii sur le Quirinal » : « Il existe 5 scénarii différents pour l’élection du Chef de l’Etat. 1/ lors des trois premiers tours de scrutin, qui requièrent un quorum de 673 voix, Draghi pourrait l’emporter, mais il faudrait alors une entente robuste entre les différents partis. Le centre droit pourrait voter Berlusconi et le PD pourrait présenter sa candidate, A. Finocchiaro. Voici les possibilités d’une élection dans cette phase : personne (50%) ; Draghi (45%), Finocchiaro (3%), d’autres candidats (2%). 2/ le 4e tour de scrutin, qui a souvent été déterminant (pour Napolitano e Mattarella) nécessite d’un quorum des 2/3 des électeurs. Ce serait la seule situation où Berlusconi pourrait avoir une possibilité de l’emporter, à la condition que l’ensemble du centre droit le soutienne avec un bon nombre d’électeurs du groupe mixte. Le pourcentage de probabilité de victoire serait : Draghi (50%), Berlusconi (30%), Casini (5%), Amato (5%), d’autres personnalités (10%). 3/ du 5e au 7e tour de scrutin : en l’absence de fumée blanche, les candidats « politiques » pourraient émerger. Toutefois, une entente bipartisane sur Draghi ne serait pas exclue. Voici la probabilité de réussite par candidat : Draghi (30%), Casini (20%), Amato (20%), Berlusconi (20%), autres candidats (10%). 4/ du 8e au 10e scrutin : C’est le scénario qui favorise notamment les outsiders, mais aussi les noms évoqués ces derniers temps. Voici les probabilités : Draghi (40%), Casini (30%), Amato (25%), et les « outsiders » comme Cartabia, Casellati, Gianni Letta, M. Pera et L. Violante (5%). 5/ à partir du 11e scrutin : c’est le scénario où tout peut arriver, où n’importe qui peut être désigné. Mais l’ un des « outsiders » pourrait trouver une majorité pour le soutenir, comme ce fut le cas pour Giovanni Leone en 1973, ou bien une élection de justesse de Draghi. Ou encore un candidat politique pouvant avoir un profil bipartisan, comme Gentiloni. Voici les prévisions: Draghi (45%) ; « outsider » (Casellati, Cartabia, Gianni Letta, Pera, Sassoli, Veltroni, Violante) (35%) ; Gentiloni (20%). »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

27/12/2021

Le président polonais Andrzej Duda a mis son véto à une loi votée par les députés du PiS.

PiS.jpg

Pologne et USA. Le président polonais Andrzej Duda (PiS) a mis son véto à une loi votée par les députés du PiS ciblant le diffuseur indépendant TVN, propriété du géant américain des médias Discovery, afin d’éviter un affrontement avec les États-Unis.

Duda.jpg

Andrzej Duda

"Salvini contacte Draghi."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

La presse italienne titre largement sur le nouveau plan du gouvernement afin de contrer la hausse des nouveaux cas de Coronavirus, ainsi que sur le débat autour de la nécessité de revoir les règles de la quarantaine. « Figliuolo : variants, voici mon plan » - Le commissaire extraordinaire rappelle que seuls les vaccins parviennent à freiner la nouvelle vague. Le sérum Novovax sera utilisé afin de convaincre les opposants au vaccin. La Lombardie et le Latium pourraient basculer en zone jaune (Corriere della Sera), « Les prisonniers du virus » - Des files d’attente jusqu’à 8 heures devant les pharmacies pour effectuer les tests de dépistage. Deux millions d’Italiens placés en quarantaine. Les personnes qui se mettent spontanément en confinement augmentent. Selon l’expert R. Battiston, une modification des protocoles serait nécessaire pour éviter que l’Italie ne soit bloquée. L’Allemagne et l’Autriche décident de confiner les non-vaccinés pour freiner la quatrième vague (La Repubblica), « Test de dépistage et troisième dose, c’est le chaos de fin d’année » - Face à la hausse des nouveaux cas, le gouvernement envisage de revoir les règles de la quarantaine afin d’éviter de bloquer tout un pays. L’expert R. Battiston propose un confinement pour les non-vaccinés à l’instar de l’Allemagne (La Stampa), « W. Ricciardi : les trois variants sont nés dans les pays les moins prudents » - Le conseiller du ministre de la Santé invite à accélérer sur la troisième dose et envisage une quatrième en juin (Il Messaggero). 

ARTICLE, La Repubblica, E. Dusi « Deux millions de personnes confinées : le débat émerge autour de la révision possible des règles de la quarantaine. » 

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, « Les soins intensifs sous forte tension dans 12 régions. Une personne sur quatre testée positive a moins de 20 ans. »

SONDAGES, La Repubblica, I. Diamanti « Le PD demeure le premier parti, suivi de Fratelli d’Italia, alors que tout un pays attend de connaitre le nouveau Président de la République » : « A la veille de la nouvelle année, l’incertitude sur l’avenir plane aussi sur le plan politique, à en croire le dernier sondage Demos. Ses résultats révèlent une sorte d’ « équilibre instable ». Par rapport au moins de novembre, le PD demeure le premier parti italien (20,7%, +0,3 points) suivi de Fratelli d’Italia (20,1%, +0,3 points), la Ligue (18,8% + 0,4 points), le M5S (16%, - 0,1 points), Forza Italia (7,9 %, -0,4 points), Azione (3%), Sinistra Italiana (2,3%, +0,3 points), +Europa (2,2 %, -0,3 points) et Italia Viva (2,1 %, -0,2 points). C’est donc l’image d’un pays comme suspendu qu’offre ce sondage. Cette stabilité d’équilibre entre trois partis autour de 20% et d’autres qui évoluent peu donne à tous les partis politiques un rôle potentiellement important dans les élections à la présidence de la République, et accentue l’incertitude sur le résultat final. Sur la pandémie, les Italiens sont plutôt prudents, 8 sondés sur 10 estiment que le Coronavirus ne disparaitra pas en 2022. D’un point de vue social et politique, c’est donc un sentiment d’incertitude (et d’attente) qui prévaut. »

ARTICLE, Corriere della Sera, « Salvini et le Quirinal : "il faut faire vite et bien". Les tensions au sein de la Ligue. Salvini contacte Draghi » : Matteo Salvini a gravé son nom sur l'"opération Quirinal", visant à trouver un accord avec les autres chefs de parti sur une solution pour les élections présidentielles. "Même ces jours-ci [pendant les fêtes]- explique le secrétaire de la Ligue en marge d'une visite à la prison milanaise de San Vittore - je contacte tous mes collègues secrétaires de parti, parce que la politique doit faire preuve de concret et de rapidité dans les choix. Avec un objectif clair : "J'espère qu'un Président de la République sera élu bientôt et bien, et j'y travaille personnellement". Pour l'instant, cependant, la tâche semble ardue, notamment parce que la question Draghi reste à résoudre. Le Premier ministre se serait dit surpris et mal compris des partis au regard de leur réaction lors de ses déclarations à la conférence de presse de fin d’année. "Si les partis souhaitent que je poursuive mon engagement auprès du gouvernement, je suis à leur disposition", aurait assuré Draghi à Salvini. Ce dernier tente de maintenir l'initiative (hier, il a également envoyé un message au Premier ministre lui demandant d'intervenir sur le coût élevé des factures ainsi que sur les tests et les masques) car il sait à quel point le terrain est glissant, tant au sein de son parti que dans les relations avec la coalition de centre-droit. En interne, il est bien connu que le ministre du développement économique Giancarlo Giorgetti a toujours été un partisan du passage de Draghi du Palais Chigi au Quirinal (et certains y voient une ambition personnelle de lui succéder à la tête du gouvernement, mais ceux qui connaissent bien la Ligue soutiennent qu'il préfère un rôle influent mais moins exposé). Au sein de la Ligue, ceux qui pensent que le Premier ministre serait plus utile au Quirinal dans les années à venir ne sont certainement pas une minorité insignifiante. D'autant plus que Draghi lui-même a souligné qu'à son avis "la législature aller à son terme" (soit au printemps 2023). Ce sont les partisans de cette sorte de "semi-présidentialisme de fait" évoqué par Giorgetti qui voient dans l'ascension de Draghi au Quirinal la certitude de pouvoir compter sur une figure qui "accompagnera" comme garant le Premier ministre qu'il pourrait lui-même nommer. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

25/12/2021

Roumanie : contestation de la prééminence du droit UE.

Roumanie et UE. La Cour constitutionnelle roumaine estime qu'un arrêt de la Cour européenne de Luxembourg décidant que les tribunaux nationaux roumains doivent dans certains cas - Ce serait le cas si ces décisions conduisaient à une impunité systémique pour la corruption ou les délits portant atteinte aux intérêts financiers de l'Union européenne.- ne pas tenir compte des décisions de la Cour constitutionnelle roumaine, ne peut être appliqué tant que la Constitution n'a pas été modifiée.

(https://www.hln.be/buitenland/na-polen-erkent-ook-roemeen...)

24/12/2021

"Berlusconi reste dans la course, impasse à droite."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse.

ARTICLE, Sole 24 Ore, « Il n’y a jamais autant de contagions. Vers l’imposition de l'obligation vaccinale. »

ARTICLE, Corriere della sera, de C. Zapperi et P. Di Caro, « Les leaders de la droite ‘’unis’’ au sujet du Quirinal. Berlusconi est confiant : j’aurai assez de voix » : « Les leaders du centre- droit, Berlusconi, SalviniMeloni, CesaToti et Lupi l'ont écrit noir sur blanc à l'issue de la réunion de la droite qui s'est tenue hier à Villa grande : la coalition sera ‘’compacte’’ pour ‘’affronter’’ tous les prochains rendez-vous politiques, à commencer par le Quirinal. Berlusconi est plus confiant que jamais : ‘’je crois que nous pouvons y arriver et on me dit que l'on pourrait même avoir 150 voix en plus de celles prévues actuellement.’’. Meloni, quant à elle, a assuré son soutien au Cavaliere, mais a précisé que : ‘’ personne ne devra prendre un chemin différent ou traiter pour les autres si l’opération ne devait pas réussir. J’estime qu’il est inacceptable de demander à Mattarella de renouveler son mandat, mais je veux réfléchir à d’autres candidats.’’ Tout sera plus clair à la mi-janvier, lorsque Berlusconi annoncera officiellement qu’il est disposé à y aller, et que ses alliés ne pourront que le soutenir. Mais les scénarios pourraient être des plus variés : d’une défaite à une maigre victoire en passant par des élections anticipées avec une majorité morcelée, voire une nouvelle majorité. Des hypothèses qui n’ont cependant pas été discutées hier à Villa Grande. La véritable partie d'échecs du Quirinal vient de s’ouvrir, et chaque action nécessite une grande attention, au risque de tout faire exploser dans une phase où la pandémie est encore vive et effrayante. ».

ARTICLE, Il Sole 24 Ore, « Berlusconi reste dans la course, impasse à droite » : « Silvio Berlusconi reste en lice pour le Quirinal et n'a pas l'intention de se retirer. Si la candidature de facto du Premier ministre Mario Draghi à la succession de Sergio Mattarella, lancée de manière inattendue lors de la conférence de presse de mercredi, a quelque peu déstabilisé tous les leaders politiques, rebattant les cartes et les stratégies, le seul qui soit resté droit dans ses bottes semble être le vieux fondateur de Forza Italia. C'est du moins l'impression donnée par les convives du déjeuner qui leur a été offert à la Villa Grande à Rome : les leaders de la Ligue et de Fratelli d'Italia, Matteo Salvini et Giorgia Meloni, et les centristes Giovanni Toti (Coraggio Italia), Maurizio Lupi (Noi con l'Italia) et Lorenzo Cesa (Udc). Tous sont actuellement bloqués par les ambitions du Cavaliere. Il a brandi ses chiffres pour démontrer que son rêve est possible : son nom recueillerait 150 voix de plus que le centre-droit n'en a déjà. En bref, tout le contraire de ce que Draghi espérait lors de sa rencontre de fin d'année avec la presse : l’hypothèse qu’il recueille une large majorité, encore plus large que celle qui soutient actuellement son gouvernement et donc incluant Fratelli d'Italia, sous peine de détruire l'esprit de large coalition et donc le gouvernement lui-même. Une élection de Berlusconi qui entrainerait alors le départ de Draghi. C'est exactement ce que les membres de Forza Italia craignent et ce que Berlusconi lui-même ne veut pas, à tel point qu'il répète que le gouvernement doit aller de l'avant (avec le même Premier ministre, c'est implicite). Pour cette raison, de nombreux parlementaires qui lui sont proches sont prêts à parier qu'au moment opportun, l'ancien dirigeant fera un pas en arrière afin d’aider l'élection de Draghi. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Silvy Listhaug souhaite un joyeux Noël.

Fpr.jpg

Norvège. La dirigeante du Parti du Progrès, Silvy Listhaug, souhaite un joyeux Noël.

Sylvi Listhaug.jpg

23/12/2021

"Le dialogue entre Letta et Salvini sera décisif."

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse. 

Les déclarations du Président du Conseil Mario Draghi hier en conférence de presse, notamment sur la façon dont il envisage son avenir alors que les spéculations sur son souhait de briguer la présidence de la République sont nombreuses, font la une de le presse italienne : « ´Allons de l’avant avec tous ceux qui souhaiteront être de la partie’ - Draghi et la présidentielle ´il faut que le gouvernement reste en place jusqu’en 2023, je suis un grand-père au service des institutions’» (Corriere della Sera), « Présidentielle,  Draghi regarde vers le Quirinal : le gouvernement doit avancer même sans moi » (La Repubblica), « Draghi est prêt à relever le défi de la Présidence de la République » (La Stampa), « Attention, grand-père en fuite » (Il Fatto Quotidiano),  « Les annonces de Draghi déstabilisent les partis » (Il Messaggero), « Draghi ‘les objectifs du PNRR sont atteints, je suis un grand-père au service des institutions’ » (Sole 24 Ore). 

PREMIER PLAN, La Repubblica, de M. Bocci et V. Giannoli, « Tests de dépistage pour les personnes vaccinées et pass sanitaire renforcé pour se rendre au travail, les nouvelles mesures annoncées aujourd’hui » : « Parmi les décisions qui seront prises aujourd’hui suite à la réunion au gouvernement sur la situation sanitaire, il y a la réduction de la durée de validité du pass sanitaire obtenu sur vaccination, de 9 à 6 mois. Cela aura notamment pour conséquence le passage graduel à un pass sanitaire renforcé basé sur trois doses et non plus seulement deux. A terme, les personnes vaccinées avec deux doses ou moins pourront donc être concernées par des restrictions supplémentaires ou devoir se faire tester afin d’accéder à des lieux et événements spécifiques. Cette dernière mesure est celle qui suscite le plus de débat : la Ligue y est opposée, Forza italia demande des précisions et certains démocrates sont sceptiques. Le délai pour l’injection de cette troisième dose ‘booster’ pourrait par ailleurs être réduit à 4 mois après la deuxième. En cette période de fêtes, le port du masque redevient obligatoire y compris en extérieur et les masques FFP2 pourrait devenir obligatoires en intérieur (cinémas, transports en commun, lieux de travail…). Si le gouvernement ne souhaite pas prolonger les vacances scolaire et préfère miser sur le dépistage systématiques des élèves, il envisage de tester les personnes même vaccinées pour participer aux grands événements et une réintroduction du télétravail. La vaccination pourrait être rendue obligatoire pour de nouvelles catégories professionnelles, à commencer par le secteur public ou encore celui de la restauration, de même que le pass sanitaire renforcé, ce qui exclurait les employés qui jusqu’ici avaient recours aux tests. Le gouvernement entend agir face au variant Omicron qui prend pied en Italie. Mario Draghi a évoqué une ‘nouvelle phase de la pandémie’, expliquant qu’il préférait ‘’envisager le pire et anticiper afin de défendre le peu de normalité que nous sommes parvenus à reconquérir’’. L’Italie connait actuellement un pic semblable aux chiffres de novembre 2020. Toutefois, moins de personnes sont hospitalisées. Certaines régions telles que le Piémont ou le Latium risque le passage en zone jaune. Draghi affirme que ‘’toute décision sera guidée par la science et non par la politique’’. »

ANALYSE, La Repubblica, de Francesco Bei, « Le Premier ministre attend de voir la réaction des partis. Le dialogue entre Letta et Salvini sera décisif » : « Il l'a donc fait. Depuis des jours, on annonçait un "message fort" de Draghi, et la promesse a été tenue. Maintenant, personne ne peut prétendre ne pas avoir compris. C'est un jour décisif, qui officialise la candidature de Mario Draghi à la présidence de la République. Dans la forme impropre imposée par les règles constitutionnelles, qui ne prévoient pas... de candidatures officielles. Mais le Premier ministre n'aurait certainement pas pu en dire plus car il se considère sur le terrain, comme un homme (ou plutôt un grand-père) "au service des institutions". Mais aussi car si les forces politiques sont divisées sur sa candidature, Draghi considérera que le pacte du gouvernement d'union nationale est affaibli, voire complètement rompu. De Forza Italia à la Lega en passant par le Mouvement 5 étoiles, les propos du Premier ministre ont presque été accueillis avec agacement, suscitant des réactions glaciales. Draghi attend surtout les vraies réponses des deux leaders qu'il considère comme les véritables moteurs de leurs camps politiques respectifs, Enrico Letta et Matteo Salvini. Entre Letta et Salvini, le secrétaire de la Ligue a certainement les plus gros problèmes, puisqu'il doit maintenir la cohésion du centre-droit. Avec Berlusconi comme concurrent féroce de Draghi pour le Quirinal, il ne sera pas facile de maintenir l'ensemble de la coalition. A ce stade, c'est le Cavaliere lui-même qui est le principal obstacle à un pacte qui amènerait l'actuel Premier ministre au Palais des Papes et proposerait également le nom de son successeur au gouvernement. Mais Berlusconi considère l'élection du Quirinal comme le jeu d'une vie et il est très compliqué pour Salvini de se désengager. L'inconnue reste Renzi. Dans l'entourage du Premier ministre, l'attitude du leader d'Italia Viva, pour citer Churchill, est une énigme, enveloppée d'un mystère dans une énigme. Le sentiment est que la candidature fantôme de Pier Ferdinando Casini, dont on dit qu'elle est parrainée par Renzi, n'est qu'un écran de fumée pour cacher ses véritables intentions. »

ARTICLE, La Repubblica, « Seul le Parti démocrate est enclin à [envoyer] Draghi [au Quirinal]. Le M5S s’oppose : il faut qu’il reste où il est » : «   La nuit précédente, Enrico Letta, Giuseppe Conte et Roberto Speranza s'étaient quittés avec l'idée de proposer le nom d'une femme pour le Quirinal afin de s'opposer, au moins dans un premier temps, au centre-droit. Ensuite, il y a eu la conférence de presse de Mario Draghi, où "il s'est présenté aux élections sans être officiellement candidat", a résumé un poids lourd du M5S. Si quelqu'un s'attendait à une réponse enthousiaste à l'idée d’entendre Draghi se dire prêt à devenir président de la République, il avait tort. Ses déclarations ont jeté un froid, notamment au sein du parti 5 étoiles, avec le sentiment est que les propos de Draghi sonnent comme une sorte de " chantage“. "Aujourd'hui, le groupe parlementaire serait plus enclin à voter pour Silvio Berlusconi en secret dans les urnes", plaisante un haut fonctionnaire, mais pas trop. En bref, Draghi n'est pas le premier choix, certainement pas celui de Giuseppe Conte, parlant de stabilité pour souligner qu'il serait préférable qu'il reste à son poste à Chigi. Il n'est donc pas impossible qu'ils finissent par changer d'avis et se rallier à la candidature de Draghi. Mais la transition devrait alors être préparée à temps, par exemple avec la nomination d'un vice-premier ministre, pour garantir le maintien de la législature. Les dirigeants du Parti démocrate, en revanche, sont inquiets car les réactions de la plupart des élus, y compris des alliés du M5S, ont montré que les seuls à vouloir vraiment voir Draghi au Quirinal sont eux. Pour éviter une crise systémique, il serait nécessaire de relier les deux sujets, c'est-à-dire le Quirinal et le palais Chigi, selon la méthode dite "Ciampi", le Président de la République élu en 1999 au premier tour.

COMMENTAIRE, La Repubblica, de Stefano Folli, « Pour le Quirinal, un consensus à trouver » : « Ce serait une erreur de ne lire dans les propos du Premier ministre qu'une volonté d’aller Quirinal dans quelques semaines. Draghi a en fait dit bien plus. Il se dit "à la disposition des institutions", mais avec l'habitude de se définir comme un simple "grand-père" : ce qui fait allusion au Quirinal, bien sûr, mais n'exclut pas le Palais Chigi. Sous certaines conditions, qu'il a expliquées pour la première fois avec précision, il est possible d'imaginer que la législature se poursuive jusqu'en 2023, mais avec le même équilibre ayant permis l’unité nationale recherchée par Mattarella pour soutenir l'exécutif Draghi. La cohésion politique a été cimentée par les questions de santé, certes, mais surtout par la nécessité de ne pas disperser les fonds européens destinés à alimenter la reprise. Cette cohésion semble être le bien précieux à préserver. Aujourd'hui, le problème est de savoir comment maintenir ce même équilibre : car il est clair qu'une majorité émiettée lors de l'élection du chef de l'État est une majorité qui n'existe plus, même en termes de gouvernement. Ce n'est donc pas Draghi qui menace de partir s'il ne va pas au Quirinal, comme le prétend la "vox populi", mais c'est le cadre général qui s'écroule si la majorité ne tient pas pendant les jours du Quirinal. Pour l'instant, nous sommes loin d'une convergence sur le nom de l'actuel premier ministre. Berlusconi et la Ligue se sont empressés de demander la "continuité", c'est-à-dire que Draghi reste au palais Chigi. Mais il y a plusieurs possibilités : ceux qui veulent maintenir Draghi au gouvernement peuvent construire une convergence sur un autre nom destiné à jouer le même rôle que Mattarella. Giuliano Amato remplit les conditions. Deuxièmement, tout accord sur Draghi devra faire face à l'armée des "francs-tireurs" et à leurs dangers, qui ne doivent pas être sous-estimées. Troisièmement, la grande coalition ne pouvait pas être dirigée par "n'importe qui". Sans l'actuel premier ministre, les motivations divergentes risquent de refaire surface comme le feu sous la cendre. »

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, Marco Gazzullo, « Le Pd approuve l'intervention de Draghi : nous partageons les analyses sur le gouvernement. Mais le M5S, FI et la Ligue lui demandent de rester où il est. » : « "Le gouvernement continuera, peu importe qui est au pouvoir", a déclaré le Premier ministre Mario Draghi. Les interprétations ont immédiatement afflué : "Draghi est en quelque sorte un candidat au poste de Premier ministre, il ne peut pas le dire explicitement mais il envoie des signaux sans équivoque", ont déclaré en chœur les journalistes présents à la conférence de presse de fin d'année. Même les agences internationales s'emballent. Chaque mot est tracé, pesé, écouté puis réécouté. Ils lui ont même demandé s'il envisageait un chef d'État qui pourrait en quelque sorte " accompagner " le futur exécutif, s'il pensait que c'était possible, si la Constitution le permettait : aucune chance, " la réponse est non, le chef d'État est un garant " mais ne peut avoir aucun rôle de substitution. Il n'est donc pas fait mention du fait qu'il pourrait être celui qui, depuis les bureaux du Quirinal, soutiendrait l'action de tout futur exécutif. Mais on en revient toujours à lui : que va-t-il faire, que veut-il, a-t-il déjà fait ses valises pour le Quirinal ? Veut-il rester au gouvernement ? Et il se protège toujours : "Bravo, vous avez posé la question que tout le monde dans cette salle avait en tête", tel est le gag et la réponse au journaliste au début de la conférence de presse.  Est-ce trop ou trop peu pour le définir comme étant prêt à gravir les échelons et à devenir chef d'État ? Les experts inventent un jeu de mots, Draghi s'avère "pas indisponible" et reste sur une crête qui autorise des réactions politiques différentes et des lectures disparates. Bref, le pays peut se passer de lui, et face au risque que la perte de son leadership au sein du gouvernement plonge l'Italie dans l'instabilité financière, la réponse est également empreinte d'ironie : "S'il est vrai que le spread est plus élevé maintenant que lorsque je suis arrivé, souligne Draghi, cela signifie que je ne suis pas un bouclier, donc qu'il n'y a pas de problème". Enfin, ce qui peut aussi être lu comme un appel aux partis : "Ayant dit qu'il faut une grande majorité, plus grande encore que celle d'aujourd'hui, pour que le travail de ce gouvernement se poursuive, peut-on imaginer, et c'est ce que je demande à tout le monde, mais surtout aux forces politiques, une majorité qui se divise sur l'élection du Président de la République et qui, comme par magie, se reconstitue au moment de soutenir le gouvernement ?“ C'est la question que nous devons nous poser. »

ENTRETIEN, La Repubblica, de Matteo Renzi, leader de Italia Viva : "Le chef de l'Etat peut aussi être élu avec une autre majorité" : « Matteo Renzi, qui a été l'un des principaux soutiens de Draghi, n'est pas d'accord avec le principe selon lequel la majorité gouvernementale doit se traduire par une majorité pour le Quirinal. Au contraire, rappelant le précédent de Mattarella (dont il était le principal artisan), il rappelle que le Quirinal "fait l'histoire en soi". « Il y a un an, nous étions en crise avec Conte. Avec courage, nous avons ouvert une crise gouvernementale qui était difficile à expliquer à l'époque, mais facile à comprendre aujourd'hui compte tenu des résultats. Ça en valait la peine. En 2015, nous avons choisi Mattarella et toute la majorité gouvernementale n'était pas d'accord : certains partis étaient sceptiques ou opposés. Aujourd'hui, nous pouvons dire que le fait d'avoir choisi Sergio Mattarella a été bon pour l'Italie. Mais il y a sept ans, la majorité parlementaire était différente de la majorité présidentielle. Sur les noms qui circulent, je suggère de ranger le boulier et de profiter de Noël. Cette discussion devrait être reprise le 10 janvier, pas avant. Je pense que Draghi serait un excellent président de la République, tout comme je pense qu'il serait un excellent Premier ministre. Le mettre dans le loto des noms aujourd'hui ne sert qu'à semer de la confusion. Jusqu'au 24 janvier, laissons Draghi s'occuper de la troisième dose, du PNRR et de la reprise économique. Puis, tous ensemble, nous choisirons le meilleur locataire pour le Quirinal. Je répète le même concept qui s'applique à Berlusconi : je ne fais pas de loto des noms, j'espère le plus large consensus. J'ai lu que Meloni a demandé qu'un patriote soit envoyé au Quirinal. L'image semble intéresante, j'aime bien. Mais pour moi, un patriote, c'est Sergio Mattarella, comme Giorgio Napolitano, comme Carlo Azeglio Ciampi : nous avons élu des patriotes au Quirinal sans attendre que Giorgia Meloni se réveille. "Conte au centre-gauche est une blague qui n'est pas drôle. Et penser que le camarade Taverna est considéré comme plus à gauche que Bellanova à la Festa dell'Unità requiert l'imagination des super-héros. Je peux voir que les cinq étoiles ont changé par le fait qu'ils ont fait un amendement ad hoc pour changer la loi sur le financement public des partis. Mais ce changement n'est qu'un feu de paille : le Mouvement 5 étoiles est destiné à imploser. » 

SONDAGE, La Repubblica, de Roberto Brunelli, “La peur des migrants, la moitié des Européens est favorable aux murs” : “Désorientée, apeurée et divisée, c’est ainsi que l’Europe apparait face au phénomène des grands flux migratoires. D’après un sondage réalisé par YouGov dans 10 pays européens (Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Espagne, Pologne, Hongrie, Suède, Belgique et Suisse), la moitié des personnes interrogées serait favorable à la construction de murs pour se défendre de l’arrivée d’étrangers en situation irrégulière. Une grande majorité, diffuse sur l’ensemble du continent, juge ‘’trop élevé’’ le taux d’immigration dans son pays. De même, la plupart sont convaincus que l’arrivée d’étrangers représente une menace pour leur ‘’identité nationale’’, une perception partagée par 44% des Italiens. Dans l’ensemble, 60% des interrogés jugent qu’il y a ‘’trop d’immigration’’ dans leur pays. L’Italie est en tête avec 77% de réponses dans ce sens, mais il y a des disparités politiques : c’est l’avis de 91% des électeurs de la Ligue et de 63% des électeurs du Parti démocrate. Il y a également une césure Nord/sud de ce point de vue : la perception de la menace est plus forte au Nord qu’au Sud. Cette opinion est plus contenue en France (66%) ou au Royaume-Uni (51%), et, paradoxalement, elle chute à 39 et 34% en Pologne et en Hongrie. Ces derniers sont toutefois les plus bas favorables à la construction de murs, à 58 et 71%, contre 36% des Français et des Espagnols. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Giorgia Meloni : "Nous défendons notre identité et nos traditions. Toujours."

FI-AN.jpg

Italie. La dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni : « Nous défendons notre identité et nos traditions. Toujours. »

M.jpeg

22/12/2021

UE : Viktor Orban annonce que son pays ne modifiera pas ses lois sur l'immigration.

Fidesz.png

Hongrie. Viktor Orban annonce que son pays ne modifiera pas ses lois sur l'immigration, malgré une décision de la plus haute juridiction de l'UE en ce sens : « Nous ne changerons pas le système de protection des frontières (...) Nous ne laisserons entrer personne. »
 
La juridiction UE s'est opposée à ce que la Hongrie renvoie des migrants vers la Serbie.

Primauté du droit européen : la Commission européenne lance une procédure d'infraction contre la Pologne.

PiS.jpg

Pologne et UE. Primauté du droit européen: la Commission européenne lance une procédure d'infraction contre la Pologne :

https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20211222-primaut%C3%A9-du-d...

"Letta et Meloni se rendent visite depuis quelques temps."

M5S.jpg

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Certains soulignent également un recul de l’Italie dans la transition écologique pour face à la hausse des coûts de l’énergie :  « L’énergie est trop chère, l’Italie aussi revient au charbon » (La Stampa), « Réouverture des puits italiens afin de contrer la hausse des tarifs » (Il Messaggero), « Nouveaux records pour l’électricité et le gaz, les coûts pour l’industrie s’envolent (+22%) » (Il Sole 24 Ore).

ARTICLE, Repubblica, d’E. Lauria, « Letta, un pacte Pd-5S et de bonnes relations avec Meloni pour arrêter Berlusconi » : « L’objectif commun de Meloni et Letta est de contrecarrer les ambitions de Silvio Berlusconi. C'est ce que disent, entre les dents, les sympathisants des uns et des autres. Le secrétaire démocrate a compris, depuis un certain temps déjà, que pour briser le front de centre-droit et déjouer la menace qui vient d'Arcore, il doit tout miser sur FdI. Le secrétaire du PD continue d’affirmer la méthode qu’il entend suivre : une large coalition qui parvienne à une présidence inspirée par des choix de neutralité en impliquant aussi les forces à l’opposition. D’autre part, les clarifications continues de Meloni au sujet de Berlusconi laissent entrevoir une adhésion peu enthousiaste de sa part. Avec tout le respect dû au noble père de la coalition, la jeune leader de la droite voit dans l'ascension de Berlusconi au Palais des Papes un obstacle à son propre avenir en tant de Présidente du Conseil car cela mettrait fin à son rêve d’élections anticipées et Draghi pourrait rester au gouvernement même après 2023. Mais malgré leurs chamailleries – Letta avait qualifié Meloni d’‘’invité d’honneur des franquistes de Vox’’ tandis que Meloni avait défini le leader démocrate de ‘’Rocco Casalino (communicant des M5S, ndlr) de Macron’’ – le mariage, consolidé par l'intérêt, se poursuit. Parce que Letta et Melon partagent une même vision sur de nombreux fronts : voulez-vous mettre la passion commune pour la majorité et la bipolarité ? Après tout, l'un légitime l'autre. On ne sait cependant pas si ce dialogue débouchera réellement sur une solution commune pour le Quirinal. Certes, avec sa rivale bien-aimée, Letta partage silencieusement l’intention de transférer Draghi au Quirinal, voire l'hypothèse d'élections anticipées qui lui permettraient de fidéliser ses élus, s'il n'y avait pas de résistance de la part des parlementaires sortants. Enfin, c’est également un jeu de positionnement. Parce que l'axe entre le secrétaire du Parti démocrate et la leader de FdI, en ce moment, fonctionne en miroir de celui entre Renzi et Salvini. Un défi pour voir qui est le plus transversal, dans le but ultime de ne pas cesser de compter. »

COMMENTAIRE, Repubblica, de C. De Gregorio, « Faites attention à ces deux-là. Le couple Meloni-Letta » : « C'est un peu comme dans ces mariages où elle apporte la dot et il apporte le titre, ou vice versa. Peu importe qui est riche et qui est noble, ce qui compte est qu'ils aient le même objectif en commun : le saut dans la société. Cela doit leur convenir à tous les deux, et c'est le cas. Voyons voir. Elle veut entrer dans le gouvernement, et lui aussi. Elle a un allié, Matteo Salvini, qui lui sourit le jour et qui, la nuit, réfléchit à la manière de l'éliminer de la course. Lui aussi, mais pire : il a un ancien allié nommé Matteo Renz> qui l'a déjà éliminé une fois du Palais Chigi. Elle est puissante mais pas assez autoritaire. Il est autoritaire mais pas assez puissant. Elle a besoin du titre de crédibilité démocratique qu'il peut lui donner, il a besoin du poids de ses voix pour éviter une défaite au Quirinal, et donc il n’exclut rien. Letta et Meloni se rendent visite depuis quelques temps, par exemple hier encore à la présentation d'un livre de Luciano Violante au titre éloquent Pedagogia politica. C'est là que les amis se mêlent, comme dans les fêtes, car le co-auteur du livre est Pietrangelo Buttafuoco, un écrivain et intellectuel aux sympathies nettement conservatrices, que Violante, dans cette histoire le dernier des communistes, voulait à ses côtés dans la Fondation Leonardo. Giorgia, quant à elle, a filtré le nom alternatif de Letizia Moratti. Enrico a prétendu ne pas y avoir pensé en premier et a dit, pourquoi pas, parlons-en. Mais alors pourquoi pas Gianni Letta, pour tout dire équivoque. Ou pourquoi pas Violante lui-même, qui était certes un peu diviseur mais toujours très bien relié aux principales structures de l'État. C'est à ce moment-là qu'Enrico Letta a dit que j'aurais aussi une candidate : Anna Finocchiaro, qui est très proche de Violante même si elle n'est clairement pas Violante elle-même. Giorgia aurait du mal à convaincre son propre peuple de voter pour elle, explique-t-il, elle serait donc une candidate phare. Et c’est là que l’histoire risque de s’assombrir. Mais nous ne voudrions pas d’une fin tragique, puisque cette histoire entre Meloni et Letta est un conte heureux. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Les Pays-Bas ont passé des accords juridiquement contraignants avec le Forum économique mondial de Klaus Schwab !

FvD.png

Pays-Bas. En réponse à des questions parlementaires du député du Forum voor Democratie Gideon van Meijeren, le gouvernement admet que des accords, qui sont « juridiquement contraignants », ont été passés avec le Forum économique mondial de Klaus Schwab !

Fem 1.jpeg

Frères d'Italie a 9 ans.

FI-AN.jpg

Italie. Le parti Frères d'Italie a 9 ans. Il est dirigé par Giorgia Meloni depuis 2014.

Giorgia Meloni 2.jpeg

21/12/2021

Inger Støjberg se voit retirer son mandat de député.

Danemark. L’ex-ministre libéral Inger Støjberg s’est vu retirer, aujourd’hui, par un majorité des membres de la Chambre des députés, son mandat de député, suite à sa condamnation.

Inger Støjberg avait été condamnée, par une juridiction spéciale, à 60 jours de prison ferme pour avoir séparé, afin de protéger les mineures contraintes à des mariages forcés, des couples de demandeurs d’asile dont un des 2 partenaires avait entre 15 et 17 ans.

"Présidentielle, le jeu de Meloni vis-à-vis de Moratti provoque la colère de Berlusconi."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse. 

Le débat et les divisions autour de nouvelles mesures pour contenir la diffusion du virus et des variants fait la une de la presse italienne. L’introduction envisagée de tests pour certaines activités y compris pour les personnes vaccinées suscite le mécontentement au sein de l’opinion publique mais aussi dans une partie du gouvernement : « Tensions sur les tests pour les personnes vaccinées » (Corriere della Sera), « Port du masque obligatoire, y compris en extérieur ; le tour de vis du gouvernement prévoit un Pass sanitaire renforcé pour les employés travaillant au contact du public » (La Repubblica), « Le gouvernement se divise sur les tests » (La Stampa), « Pass renforcé, un possible durcissement pour les travailleurs » (Il Messaggero). 

La plupart des quotidiens reprennent également les propos du Président de la République Sergio Mattarella hier, qui a appelé à l’unité de la majorité : « Mattarella ‘´Restons unis en vue des grandes décisions ; nous devons conserver un esprit constructif pour le pays’’ » (Corriere della Sera), « Mattarella ‘ˋL’Italie doit rester unie face au virus, les médias donnent trop de place aux anti-vaccins’’ » (La Repubblica), « L’appel de Mattarella aux partis pour préserver l’unité nationale ; trop d’espace est donné aux no-vax dans les medias » (La Stampa), « ‘´Trop de visibilité pour les no-vax’´ » (Il Messaggero), « Mattarella ‘´Il faut conserver un esprit d’unité, les no-vax ont trop d’espace’´ » (Il Sole 24 Ore). 

Certains journaux citent en une la rencontre hier à Rome entre le chancelier Olaf Scholz et Mario Draghi : « Scholz et l’Italie : l’idée d’un pacte » (Corriere della Sera), « Draghi-Scholz : des positions plus proches concernant le nouveau pacte de stabilité » (Il Sole 24 Ore). 

PREMIER PLAN, Corriere della Sera, « Nouvelles mesures pendant les fêtes : la question des tests. Les régions demandent à ce qu’on ne les exige pas pour les personnes vaccinées » : « "Il y a encore du travail à faire et il faut être prudent". Le Premier ministre, Mario Draghi, confirme l’inquiétude exprimée sur la reprise des contaminations par le ministre de la Santé, Roberto Speranza. Jeudi, une réunion doit se tenir sur les nouvelles mesures à appliquer pendant les vacances.  La réaction de l'opposition de Giorgia Meloni est attendue : "Malgré le pass sanitaire, les restrictions sont de retour. L'échec de Speranza est officiel, il doit démissionner". Le PD, avec Simona Malpezzi, défend le ministre. Mais l'hypothèse d'autres mesures à Noël n'enthousiasme pas même les représentants des partis majoritaires et les présidents des régions et des municipalités. Le leader du M5S, Giuseppe Conte, semble corriger le chemin tracé par Luigi Di Maio, qui, il y a deux jours, se disait favorable à des mesures plus dures : "Il me semble que celles en vigueur sont adaptées.  La solution contre Omicron est, selon moi, d’accélérer sur la campagne pour la troisième dose et de réduire la durée de validité du pass, et non de forcer les vaccinés se faire tester“. Matteo Salvini déclare pour sa part : "Jusqu'à il y a une semaine, les tests n'étaient pas nécessaires, maintenant on les demande pour les vaccinés. La communauté scientifique devrait se mettre d'accord. “ Mais les critiques émanent aussi des membres du PD, Francesco Boccia et Stefano Bonaccini. "Plutôt que le test pour aller au cinéma ou au théâtre, il vaudrait mieux imposer la vaccination à tout le monde", dit le premier. "Demander le test aux personnes vaccinées est contre-productif : cela affaiblit la priorité absolue de poursuivre la campagne de vaccination", déclare le second. Le taux de présence d’Omicron serait passé de 0,5% à 1,1%. Probablement pas encore assez pour estimer correctement le nombre de personnes infectées par cette souche du virus. En fait, si "rien n'a encore été décidé", comme l'assure Draghi, la seule certitude est que le gouvernement attendra les résultats de l'enquête lancée par l'Institut supérieur de la santé pour comprendre la propagation réelle de la nouvelle variante. Les premiers résultats seront sur la table du palais Chigi entre demain et jeudi. Ces données sont considérées comme le seul moyen d'éviter les divisions politiques sur les nouvelles mesures. »

ARTICLE, Corriere della Sera, « Le message de Mattarella : les antivax prennent trop de place dans les médias » : « Sergio Mattarella estime que le bilan de l'année qui s'achève est "globalement positif" car nous avons réussi à "élever le niveau de protection des citoyens et à remettre la société en mouvement". Et c'est précisément parce que "nous sommes sur la bonne voie" et que nous ne sommes plus "à la merci des événements", grâce à "des choix courageux, au progrès scientifique, au comportement consciencieux des citoyens et à un sens généralisé du devoir civique", que son appel - pas exactement direct, mais néanmoins transparent - est le suivant : maintenant, cependant, ne gâchez pas tout. Ne pas laisser filer cette "convergence entre les institutions et la société", c'est-à-dire le climat de cohésion, de confiance et d'unité qui s'est formé autour du gouvernement Draghi. Le chef de l'État ne mentionne pas le Premier ministre, et ne se prononce pas sur le destin et la portée de son gouvernement. Il ne le fait pas car toute allusion à ce sujet pourrait prêter à des jeux tactiques entre les partis, étant donné la proximité du vote parlementaire sur le Quirinal. Certains pourraient penser que Mattarella, en faisant l'éloge de Draghi, le bloque à Chigi ou, selon la lecture, le pousse à prendre sa succession.  À quoi Mattarella fait-il allusion lorsqu'il évoque "les fictions et les distractions" et appelle à "la clarté et la loyauté" ? A certaines déformations de la réalité, souvent ravivées dans les milieux populistes et souverainistes, qui ont alimenté des formes de contestation désordonnées, voire violentes, du mouvement no vax. Un "cartel" composite de la dissidence représenté par "quelques exceptions" et auquel, souligne-t-il sévèrement, "une importance médiatique disproportionnée a peut-être été accordée“ »

PREMIER PLAN, La Repubblica, d’E. Lauria et M. Pucciarelli, « Présidentielle, le jeu de Meloni vis-à-vis de Moratti provoque la colère de Berlusconi » : « Ce ne sera peut-être pas le choix n°1 du centre-droit pour la course au Quirinal mais Letizia Moratti, chargée de Santé auprès de la région Lombardie et vice-présidente de région, plaît vraiment à Giorgia Meloni. Les alliés du centre-droit sont déstabilisés par les initiatives de la présidente de Fratelli d’Italia. Berlusconi a immédiatement réagi et une réunion est prévue jeudi dans sa villa afin de pouvoir trouver une entente. Moratti réplique qu’il n’y avait rien de secret dans cette rencontre et qu’il s’agissait d’une banale discussion sur la réforme sanitaire lombarde. Mais au sein du parti de Meloni, on souligne l’importance de garder plusieurs portes ouvertes, or Moratti incarne une candidature féminine et un centre-droit modéré, avec un CV et un réseau particulièrement denses. C’est une figure qui rassemble, et même Giuseppe Conte ne lui serait pas hostile. Mais cela ne plaît pas à Berlusconi, dont la candidature plane depuis des mois sans être officialisée. En attendant, Meloni et Salvini s’agitent car ils ne veulent pas laisser la place à l’improvisation.  Salvini qualifie de bluff cet épisode mais la tension est palpable également du côté de la Ligue. Fratelli d’Italia est le premier parti de la coalition et une certaine défiance monte parmi ls alliés. Fratelli d’Italia est seul à vouloir que Draghi soit élu à la Présidence de la République, afin que le parti puisse ainsi se porter candidat plus tôt que prévu à la Présidence du Conseil et ‘encaisser’ le consensus accumulé en tant que seul parti d’opposition. De plus, comme le souligne également le Financial Times, avec Draghi à la tête du pays, la scène internationale serait rassurée alors qu’un parti néofasciste prendrait le pouvoir. »

ARTICLE, La Stampa, « Berlusconi : je ne me retirerai que si Mario Draghi se présente. Les noms de d’Amato, Casini et Moratti émergent pour trouver un accord sur le Quirinal » : « Silvio Berlusconi est sur le terrain, mais il est inévitable que les alliés travaillent sur une alternative si sa candidature prend une mauvaise tournure.»Si Mario Draghi devait être de la partie, Silvio se retirerait", affirme un fidèle. Cependant, cette théorie ne convainc pas les alliés, qui craignent l'ambition débridée du Cavaliere. L’hypothèse est la suivante : si Draghi ne sort pas vainqueur lors des trois premiers votes (il est déjà difficile pour lui d'aller au-delà du premier), alors le Cavaliere entrera en scène. Les quatrième et cinquième tours seront cruciaux. Mais si les voix n'étaient pas au rendez-vous, il faudrait alors chercher un accord et les noms dans ce cas pourraient être ceux de Giuliano Amato, Pier Ferdinando Casini et Letizia Moratti.  En effet, il y a une chose qu'Enrico Letta redoute comme la peste : l'ascension de Berlusconi sur la Colline du Quirinal. "S'il parvenait à réunir les voix du centre-droit et celles de Renzi, il ne lui en faudrait qu'une vingtaine pour y arriver", admet l'un des ministres démocrates. Ainsi, Letta, conscient de sa faiblesse ("le PD compte 12% du grand électorat", répète-t-il), cherche à désamorcer la bombe Berlusconi en désarticulant le centre-droit et la carte Moratti jouée par Meloni fait son jeu : "Elle serait une candidate astucieuse et difficile à contrer, un nom plus acceptable que celui du Cavaliere", confesse un membre éminent du secrétariat du PD. En fait, les poids lourds du centre-gauche observent la division du centre-droit depuis la Chambre des députés, et ils y voient une marge de manœuvre. En attendant, une candidature phare pour s'opposer à Berlusconi, "pourrait être celle d'Anna Finocchiaro, une femme des institutions qui n'est pas mal aimée de Forza Italia, en phase avec Boschi et les Renziens. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Le Fidesz nominera Katalin Novák pour la fonction de prochain président de Hongrie.

Fidesz.png

Hongrie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán annonce que son parti, le Fidesz, nominera l’actuel ministre Fidesz de la Famille Madame Katalin Novák pour la fonction de prochain président de Hongrie.

Novak.jpeg

Les deux partis patriotiques Frères d'Italie et la Ligue sont toujours donnés en deuxième et troisième position.

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Les deux partis patriotiques Frères d'Italie et la Ligue sont toujours donnés en deuxième et troisième position.

Swg 1.jpeg

Parti Démocrate : centre-gauche

Frères d'Italie : patriotes

Ligue : patriotes

M5S : anti-système

Forza Italia : conservateurs

20/12/2021

"La réunion secrète entre Meloni et Moratti sur la course au Quirinal."

FI-AN.jpg

Ligue.jpg

M5S.jpg

Italie. Revue de presse. 

ARTICLE, La Repubblica, « La réunion secrète entre Meloni et Moratti sur la course au Quirinal » : « La rencontre a eu lieu il y a quelques jours dans la capitale. Un long face-à-face entre deux femmes : l'une, Giorgia Meloni, aspirante faiseuse de roi (plus précisément de reine) pour le Quirinal ; l'autre, Letizia Moratti, candidate potentielle au rôle de chef d'État, qui pour la première fois serait décliné au féminin. Une conversation confidentielle, qui intervient au plus fort des négociations pour le Quirinal, avec Matteo Salvini souhaitant jouer un rôle central dans la coalition en favorisant des consultations tous azimuts, et avec Berlusconi prêt à mesurer le niveau de confiance des alliés sur son dernier terrain, le plus difficile. Rien n'a filtré sur le contenu de la conversation mais la nouvelle a déjà filtré dans le cercle restreint de la présidente de Fratelli d’Italia.  Berlusconi lui-même, depuis quelques jours, n'est plus aussi convaincu du consensus en sa faveur de ses jeunes compagnons de route. En particulier Giorgia Meloni, qui a d'abord émis publiquement l'hypothèse que le Cavaliere ne soit plus intéressé par la présidence de la République, puis en rappelant qu’il y a un doute sur sa capacité à rassembler un nombre de votes suffisant. Et elle enfonce le clou avec sa rencontre avec Moratti, figure appréciée par Berlusconi mais qui représente - avec Maria Elisabetta Casellati et Marcello Pera - un adversaire interne pour le Quirinal. D'autre part, la coalition doit réfléchir à des alternatives à la candidature de Berlusconi, dont le PD et le M5S ont fait savoir qu'ils n'avaient pas l'intention de tenir compte. Ignazio La Russa, l'un des fondateurs de Fratelli d'Italia, a également laissé entendre : "Nous espérons que Berlusconi gagnera. Sinon, nous avons besoin des hypothèses B et C, mais elles sont encore prématurées“. Bien qu'elle ait toujours été proche de Fi, Moratti n'est pas membre du parti, Salvini l'apprécie, elle est une amie de Renzi et a généralement un profil qui plaît aux modérés. En outre, elle est appréciée par ceux qui attendent depuis des années l’arrivée d'une femme à la plus haute fonction de l'État. On dit qu'elle est aussi discrète que très active, pour l'instant, en tant que vice-présidente de la région Lombardie. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, « Les trois droites et le trône vacant » par Ezio Mauro : « Allons-nous mourir réactionnaires ou conservateurs ? L'alliance entre Fratelli d'Italia, Ligue et Forza Italia est en tête dans les sondages depuis un certain temps, mais il y a quelques grincements dans un électorat agité, à tel point qu'il a ramené le PD à la première place parmi les partis, laissant les jeux momentanément ouverts. La vérité est qu'il n'y a pas deux droites, comme on l'a toujours pensé, qui font la distinction entre l'oxymore libéral-césariste de Silvio Berlusconi et le populisme nationaliste de ses alliés. En réalité, il y en a trois, car on ne peut pas réunir Ligue et Fratelli d'Italia, alliés à Rome, mais adversaires au-delà. Comme toujours, c'est l'Europe, l'épreuve décisive de nos identités confuses et embrouillées, qui révèle la contradiction. Alors qu'ils demandent (Meloni au moins) de voter le plus tôt possible, et se préparent donc à se présenter unis devant les électeurs, à Strasbourg les deux partis de l'extrême droite italienne sont empêtrés dans des stratégies ouvertement divergentes. La Ligue et Fratelli appartiennent à deux groupes parlementaires distincts, "Identité et démocratie", qui avec Salvini réunit Marine Le Pen et les extrémistes allemands d’Afd, et "Conservateurs et réformistes", dirigé par la présidente Meloni elle-même, avec les Polonais du Pis et les Espagnols de Vox. L'idée que la Ligue se fait de la droite est celle d'un parti de l'ordre, qui est passé de la défense du Nord au nationalisme et du sécessionnisme à l'anti-européanisme, mais en transformant toujours l'identité politico-territoriale en une idéologie belliqueuse contre la gauche, contre les migrants, contre la bureaucratie du super-État de Bruxelles. Dans l'autre camp, Giorgia Meloni a été plus prompte à se dire conservatrice qu'à le devenir. Ce n'est pas un pas facile dans un pays qui, à droite, a été progressivement fasciste et berlusconien sans jamais connaître la culture moderne d'un parti conservateur à structure européenne et occidentale : et qui n'a donc pas de racines, de conventions, de langues et d'habitudes dans ce monde, capables de former une tradition de référence. En effet, le problème est encore plus compliqué car Fratelli d'Italia a une tradition, mais se rend compte que sur le marché politique actuel, elle est inutile, voire imprononçable. Nous vivons une expérience sans précédent à droite, d'une politique sans théorie d'elle-même, automatique et en campagne continue, où le geste compte plus que la pensée. Les alliés-concurrents, tout en se disputant la direction d'un gouvernement qu'ils n'ont pas encore gagné, n'ont pas compris que celui qui réussira à imposer l'hégémonie culturelle à la nouvelle droite aura gagné l'Opa sur tout le terrain. Vingt ans plus tard, rien n'a encore remplacé l'imagerie mythologique de Berlusconi, démultipliée par la télévision, garantie par l'omnipotence économique, souveraine par son excès même : et finalement si égocentrique qu'elle s'est révélée stérile, sans héritiers. C'est pourquoi le trône de droite est vacant. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)