Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Bavière : la CSU et les Électeurs libres ont débuté les négociations.

CSU.jpg

Allemagne. Bavière. Les sociaux-chrétiens de la CSU et les Électeurs libres ont débuté ce 19 octobre 2018 les négociations en vue de former un gouvernement. Les représentants des deux partis ont discuté des finances et du coût de la mise en place, de la mesure proposée par les Électeurs libres, de la gratuité des crèches, au moins pour les enfants à partir d’un an et pour cinq heures par jour.

Selon un sondage, une majorité des Suisses rejettent l'initiative pour la suprématie du droit suisse.

UDC.jpg

Suisse. Selon un  sondage pour la SSR réalisé par gfs.bern en vue des votations du 25 novembre 2018, 55% des Suisses rejettent l'initiative de l'UDC baptisée « Le droit suisse au lieu des juges étrangers (initiative d'autodétermination) », alors que 39% la soutiennent.

UDC 1.jpg

Affiches qui émanent de l’UDC

"Affrontements et accusations entre la Ligue et le M5S."

M5S.jpg

Ligue.jpg 

Italie. Revue de presse.

Loi de finances/gouvernement : Unes - : « Affrontements et accusations entre la Ligue et le M5S » - ‘’Divisés sur l’amnistie fiscale’’ (Corriere della Sera), « Amnistie, le gouvernement en danger »- ‘’L’UE critique la loi de finances’’ (La Repubblica), « Salvini humilie Di Maio mais évite la rupture » - ‘’Tria (Indépendant) tente de négocier avec Bruxelles’’ (La Stampa), « Budget, l’ultimatum de l’UE » - ‘’Le spread à 328 pts’’ (Sole 24 Ore), « Amnistie, déchirement au sein du gouvernement » (Il Messaggero), « Amnistie fiscale et UE, une crise possible » (Il Mattino).

ARTICLE, D. Martirano, Corriere, « Paix fiscale : duel Salvini-Di Maio - Le chef de la Ligue ‘’ce texte ne changera pas’’ – Di Maio : ‘’je ne le voterai pas’’- Conte convoque un Conseil des ministres sur le décret, Salvini décline puis change d’avis » : « La journée des règlements de compte a concerné la loi de finances qui porte le déficit à 2,4%. D’autres sujets sont arrivés sur la table, certains depuis Bruxelles mais aussi depuis le front interne. Une grande manifestation ‘’Italie 5 étoiles’’ a lieu ce week-end à Rome et Di Maio ne peut pas s’y présenter avec des dispositions prévoyant un « bouclier » pour les fraudeurs fiscaux, Di Maio a insisté ‘’je ne vote pas le décret tel qu’il est’’, demandant à Salvini de déplacer un ou deux rendez-vous et à la fin ce dernier a cédé : ‘’je serai au Conseil des ministres’’ a-t-il dit ».

COULISSES, F. Verderami, Corriere, « Pour le ministre de l’Intérieur, l’objectif est d’arriver au moins jusqu’aux européennes » - « Après le vote de mai, il a dans l’idée de revendiquer un commissariat UE – Côté M5S Casaleggio avait lancé l’alerte sur le décret ‘’paix fiscale’’ » : « Comment est-il possible que le M5S se soit focalisé sur de la menue monnaie et ai laissé passer un « bouclier » qui concerne des millions ? Comme l’a révélé la Ministre Garavaglia (Ligue) : « Après que Giorgetti soit parti, Di Maio a lui-même rédigé le compte-rendu de la séance », une manière vindicative pour dire que le chef du M5S ne pouvait pas ignorer le contenu du texte. Casaleggio savait que le décret fiscal allait se transformer en polémique politique. Ce qui est évident c’est que la quadrature du cercle est impossible pour Di Maio et Salvini : bien que leurs rapports personnels soient excellents, ils doivent affronter la première vraie faille dans leur alliance. Et la prochaine sera terrible, dans l’autre sens, sur le revenu de citoyenneté que la ligue se refusera à voter, dans la mesure où il risque d’être étendu aux immigrés. Le président de la Chambre Fico est vu comme celui qui est à la manœuvre. Pour la Ligue, Di Maio ‘’ne tiendra pas longtemps’’ et le M5S est destiné ‘’à se diviser’’. Bien que Salvini jure que l’exécutif durera cinq ans, il suffit qu’il dure jusqu’aux européennes ; il faut qu’il soit encore au Palais Chigi pour réaliser son dessein : dépasser le M5S dans les urnes et revendiquer ainsi un poste de commissaire européen. »

ARTICLE La Stampa A. La Mattina et I. Lombardo « Le M5S accuse maintenant un bureaucrate » « Di Maio doit se justifier vis-à-vis de sa base et ceux qui l’ont critiqué pour ne pas avoir été suffisamment attentif sur l’amnistie voulue par la Ligue. Derrière cette hausse de ton, il y aurait eu un appel téléphonique de Beppe Grillo, sur les craintes de protestations pendant le meeting annuel du M5S qui doit se tenir demain à Rome. La 5 Etoiles Laura Castelli pointe du doigt le chef du bureau législatif des finances, G. Zaccardi ».

ARTICLE, A. Trocino, Corriere, « Chaos au sein du M5S, Fico à l’attaque. Le chef tente de freiner : pas de crise » : « Le président de la Chambre a attaqué très durement : ‘’la ‘’paix fiscale’’ n’est pas dans le contrat avec la Ligue. De toute façon, le M5S ne comprendrait pas et aurait raison : il est juste de demander un éclaircissement politique urgent’’ ».

ENTRETIEN de Matteo Salvini, vice-président du Conseil, ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue (La Stampa) : « Di Maio connaissait déjà le texte. Mais je ne briserai pas l’accord avec le M5S » : « ‘’Je ne me suis disputé avec personne. Conte est un président du Conseil correct, équilibré. Il sait faire son travail. En réalité, j’ai des relations optimales avec tous mes collègues ministres. Le décret incriminé, en réalité, ne concerne pas les corrompus ou les mafieux, ni le blanchiment d’argent. C’est une mesure de bon sens. Une partie des électeurs de la Ligue ne sont pas contents du revenu de citoyenneté, pourtant il figure bien dans les accords et il sera réalisé. La légitime défense et le décret sur la sécurité devraient être adoptés avant le budget. Enfin, j’espère. Tout le monde nous critique la loi de finances ? C’est la preuve que nous avons raison. Ils avaient apprécié les anciens budgets, mais les résultats sont évidents pour tous. Le spread baissera. Toutes les données économiques sont positives. Pendant ces 4 mois de gouvernement, les 5 Etoiles ont été fiables. Enfin, tous sauf Fico (Président de la Chambre des Députés). Quand il parle on a l’impression d’entendre ses prédécesseurs : Bertinotti, Fini ou Boldrini. La LGV Turin-Lyon ? J’attends le rapport des techniciens. Je ne suis pas ingénieur’’ ».

ENTRETIEN de Giancarlo Giorgetti, sous-secrétaire à la Présidence du Conseil : « ‘’ Les Cinq Etoiles ont la ‘’ petite main ‘’ chez eux. Ainsi on ne va pas loin, mais ce seront eux qui s’écraseront ’’ » (La Repubblica) : « ‘ Je suis un homme bien et je ne permets à personne de faire allusion à des complots avec des déclarations si décousues. La Ligue a l’intention d’aller de l’avant mais si le M5S continue d’attaquer ceux qui tentent de maintenir les choses en état, le gouvernement n’ira pas loin. Le passage de la paix fiscale, relatif à la déclaration complémentaire, a été discuté pendant dix jours au ministère de l’Economie et nos collaborateurs en ont longuement parlé avec la vice-ministre du M5S Castelli. Moi, j’ai suivi les travaux jusqu’à l’article 6, tandis que la règle contestée fait partie de l’article 9. Je ne sais pas du tout ce qui s’est passé après, mais je sais que le décret a été adopté après la supervision du Président du Conseil Conte. Matteo est devenu le point de référence de tout le monde. Macron l’a désigné en tant que son alter-ego. Nous sommes désolés pour Marine Le Pen ou d’autres qui avaient souhaité le même projet, mais la candidature de Salvini à la présidence de la Commission européenne est devenue désormais incontournable ‘’ ».

ARTICLE Corriere della Sera F. Fubini « La course du Spread et la crainte d’une contamination » : « Pour la première fois en 6 mois, les marchés semblent trembler pour l’intégrité de la zone euro. Il y a des symptômes clairs de la contamination financière de la dette publique italienne à l’égard d’autres économies normalement stables comme celle de l’Espagne ou du Portugal. Le rendement des titres d’État italiens à dix ans a commencé à augmenter de manière brusque jusqu’à atteindre 3,73%, soit le double du niveau avant la formation du gouvernement. L’Italie semble encerclée par une défiance de plus en plus générale. Tous les pays européens, même ses alliés, sont critiques à l’égard de la politique économique de l’Italie. Enfin, il y a cette impression par les opérateurs que le gouvernement ne comprend pas la dynamique. Ainsi, la phrase de Salvini et de Savona déclarant qu’ils interviendraient quand le spread serait à 400 points a été comprise comme la possibilité pendant encore 70 pts (le spread est à 327 points) de ne pas se faire taper sur les doigts. Hier, un autre évènement a pesé sur la balance : ce soir ou vendredi prochain au plus tard l’agence Moody’s se prononcera sur l’Italie ; elle a déjà indiqué des perspectives négatives. Une dégradation semble inéluctable ».

ARTICLE La Stampa G. Agliastro « Le sherpa de Salvini rencontre l’idéologue de Poutine » : « D’après la photo d’une journaliste de l’agence AGI, la rencontre entre Gianluca Savoini et Aleksandr Dugin [Alexandre Douguine] a bien eu lieu. Cela remonte à mercredi dernier, quand Salvini était à Moscou en tant qu’invité du patronat Confindustria Russia pour lancer à nouveau le slogan ‘’non aux sanctions’’ contre son ‘’ami’’ Poutine. Savoini est celui qui a tissé les liens entre la Ligue et le parti Russie Unie. Douguine est le grand théoricien de l’‘’autoritarisme d’en bas’’ de Poutine. Il n’a pas de charges institutionnelles mais il aurait une grande influence sur le président russe ».

ARTICLE, La Repubblica, M. Lignana, M. Pucciarelli : « L’ancienne secrétaire de Bossi (ancien secrétaire de la Ligue du Nord) attaque : ‘’ Salvini était au courant de l’argent disparu » : « L’ancienne secrétaire d’Umberto Bossi a accusé Roberto Maroni (ancien président de la Région Lombardie ainsi qu’ancien leader de la Ligue) d’avoir provoqué le krach financier dès son arrivée au secrétariat fédéral du parti. Elle a souligné, en outre, que Matteo Salvini n’avait rien fait à ce propos, même s’il avait été informé, par elle-même, de tout ce qui était en train d’arriver. Elle a affirmé qu’elle lui en avait parlé parce qu’elle l’aimait ».

SONDAGE Corriere della Sera « Italiens, un peuple de fatalistes qui considèrent la Mafia et la corruption comme des phénomènes normaux » : « Dix mille Italiens ont été sondés par l’association Libera sur la ‘’perception et la présence de la mafia et de la corruption’’. Seuls 11,8% se disent engagés politiquement, 53% se disent informés mais sans participer. Le restant 34% se divise entre ceux qui estiment que la politique doit être laissée aux gens compétents, que la politique ne l’intéresse pas, voire qui lui suscite du dégoût. Seuls 20% pensent qu’il soit important de voter des candidats honnêtes. Le fatalisme varie beaucoup selon les zones géographiques : il atteint 10% au Nord-Est ; 40% au Sud. Sur la Mafia, 22,6% des Italiens disent qu’il s’agit d’un phénomène préoccupant mais pas socialement dangereux. 29,1% estiment que dans leur territoire la Mafia est un phénomène marginal »

Réunion à Bruxelles des Chefs d’État et de gouvernement : ARTICLE Corriere della Sera M. Galluzzo « La colère pendant la longue nuit de Bruxelles. E Conte évoque sa démission » : « Je suis le chef » dit-il aux journalistes comme pour se persuader lui-même. À la fin de cette première journée au Conseil européen, G. Conte semble fatigué. C’est visible au son de sa voix et à ses réponses hésitantes. Il tente, tant bien que mal, d’expliquer que son gouvernement est modéré à l’instar de son budget sur lequel Bruxelles doit avoir confiance. C’est un travail inutile compte tenu des nouvelles qui arrivent de Rome, qui provoqueront chez lui une véritable explosion : « ils ne peuvent pas penser que je supporterai tout, je l’ai dit, je suis même prêt à donner ma démission ». Le second jour du conseil, il a offert d’autres preuves justifiant le scepticisme de ses collègues sur l’Italie, la tenue de la majorité gouvernementale et de l’exécutif qu’il préside. Et pendant qu’il tient sa bilatérale avec E. Macron, ses deux vice-présidents du Conseil continuent de se disputer sur les détails de l’amnistie fiscale. Il a suscité l’hilarité de ses collègues européens quand il est venu pour dire que la loi de finances était « belle et claire » et quand il s’en est allé en déclarant qu’il fallait un autre Conseil des Ministres. Ce fut un désastre du point de vue de la communication ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

L'AfD donnée à 16 % et les sociaux-démocrates du SPD à 14 %.

AfD.jpg

CSU.jpg

Allemagne. Un sondage Infratest dimap donne les patriotes de l'AfD à 16 % et les sociaux-démocrates du SPD à 14 %.

AfD 1.jpg

CDU : démocrates-chrétiens / CSU : sociaux-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

AfD : patriotes

FDP : libéraux

die Linke : post-communistes

Grüne : écologistes 

Sonstige : autres

18/10/2018

Alors que plusieurs pays expriment leurs réticences à propos du Pacte migratoire de l'ONU, Thierry Baudet se voit refuser un débat.

FvD.png

Pays-Bas. La coalition gouvernementale a rejeté l’appel du dirigeant du Forum voor Democratie Thierry Baudet à un débat sur le Pacte migratoire de l'ONU qui doit être entériné en décembre 2018.

FPÖ.jpg

Autriche. Le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache a déclaré le 10 octobre 2018 à propos de ce pacte : « Il y a des points qui sont en contradiction avec notre programme de gouvernement » :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/10/97001-201810...

Bavière : la CSU désire négocier avec les Électeurs libres.

CSU.jpg

Allemagne. Bavière. Les sociaux-chrétiens de la CSU ont décidé d’ouvrir des négociations, en vue de former un gouvernement, avec les Électeurs libres.

Hesse : l'AfD donnée à 12 %.

AfD.jpg

Allemagne. Hesse. Un sondage en vue des élections pour le Parlement de Hesse du 28 octobre 2018 donne l'AfD à 12 %. [En 2013, l'AfD avait obtenu 4,1 % et les écologistes 11,1 %]

AfD 1.jpg

CDU : démocrates-chrétiens

SPD : sociaux-démocrate

Grüne : écologistes

die Linke : post-communistes

FDP : libéraux

AfD  patriotes

Sonstige : autres

19:24 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

"Clash entre Di Maio et la Ligue."

M5S.jpg

Ligue.jpg 

Italie. Revue de presse.

Loi de finances/gouvernement : Unes - : « Di Maio : un budget manipulé » - ‘’Le leader 5 Etoiles dénonce. Querelle avec la Ligue’’ (Corriere della Sera), « Une amnistie qui pardonne les recycleurs. Di Maio dénonce, la Ligue en colère » (La Repubblica), « Di Maio : ‘’un décret fiscal truqué’’. Salvini : ‘’surréaliste’’ » (La Stampa), « Amnistie, bras-de-fer Di Maio-Salvini » (Il Messaggero), “Fisc, amnistie pour les délits, clash entre Di Maio et la Ligue » (Il Mattino), « ‘’Le décret truqué’’, Di Maio fait appel aux juges » (Il Giornale), « Décret sauve-recycleurs, Di Maio dénonce » (Il Fatto Quotidiano).

ARTICLE Corriere della Sera D. Martirano « Amnistie, tension Mouvement 5 Etoiles-Ligue » « Le décret fiscal a été bloqué par le Président du Conseil. Mais Luigi di Maio s’est déchainé à la TV sur un complot qui n’existe pas, pour ensuite faire une vigoureuse marche arrière. Le vice-président du Conseil a commencé très fort sur le plateau télévisé chez B. Vespa (Rai Uno) menaçant de saisir les juges car « une petite main technique ou politique » aurait modifié la copie du décret de loi (ndr : sur l’amnistie fiscale) adressée au Quirinal. Entretemps, une note du service de presse du Quirinal a précisé que ‘’le texte du décret de loi en matière fiscale n’était pas encore parvenu au Quirinal’’. A ce moment, Di Maio qui était encore dans les studios de la Rai, fait marche arrière : ‘’On nous a dit que le texte avait été envoyé au Quirinal. Si cela n’est pas vrai, il est inutile de réunir le conseil des ministres. Il suffira d’éliminer le paragraphe’’. Des sources du Palais Chigi ont indiqué que Conte avait bloqué l’envoi du décret au Quirinal. Dans le texte incriminé, figure un nouvel article 9 permettant d’accorder un « bouclier fiscal » pour les délits de blanchiment. L. Di Maio qui a récemment exprimé des propos peu flatteurs sur Giorgetti, a indiqué qu’il « ne se permettrait jamais d’avancer des soupçons’’ de manipulations sur le puissant sous-secrétaire léghiste à la présidence du Conseil. Mais la Ligue n’a pas voulu rester immobile et a indiqué qu’ils étaient des gens sérieux et qu’ils ignoraient tout de cet imbroglio »

COULISSES La Stampa A. La Mattina et I. Lombardo « Giorgetti à nouveau dans le collimateur. Colère de Salvini » : « En mission en Russie, Salvini a été pris de court. Le vice-responsable de la Ligue, Giorgetti, surpris par l’initiative de Di Maio, est furieux. Nous sommes au bord d’une crise politique du gouvernement. Nous avons assisté à la demi-heure la plus folle et bizarre de la majorité populiste et tout se passe à la télévision. Un sous-secrétaire de la Ligue, voulant rester anonyme, se demande ‘’comment [Di Maio] a-t-il pu ne pas lire le texte ? Il l’a lu sans le comprendre ? Ou peut-être fait-il semblant ?’’ ».

EDITORIAL Corriere della Sera M. Ferrera « Un effort qui risque d’être inutile » : « Considérant le taux de pauvreté en Italie, le revenu citoyen ne suscite pas de perplexités. Toutefois, la réforme n’arrive pas à convaincre. Tel qu’il est conçu (pour peu qu’il soit possible de le comprendre) le revenu de citoyenneté ne traite pas du problème de la pauvreté dans son ensemble ; il mise uniquement sur un seul aspect : les allocations. C’est un effort qui pourrait engendrer un échec sérieux. Pour combattre la pauvreté, il faut un éventail de politiques de prévention, de réparation et de compensation »

ARTICLE, Il Messaggero C. Mangani « Coupes à hauteur de 500 millions sur les missiles, les drones et les avions F35 » : « La confirmation est venue du Palais Chigi ‘’une réduction des dépenses militaires est prévue afin de faire face à la réforme des centres pour l’emploi’’. Une politique d’économie dans le secteur de la défense qui va à l’encontre de la voie suivie par les autres États européens, notamment la France qui a atteint désormais un budget de 40 milliards. D’où le fort mécontentement dans les milieux militaires italiens. Conformément au programme du M5S, la ministre de la Défense Trenta (M5S) veut revoir l’engagement italien dans les missions à l’étranger. Mais ce qui préoccupe surtout les experts du secteur, ce sont les coupes des investissements ».

COMMENTAIRE Il Messaggero G. Gaiani « Moins de militaires en Afghanistan et en Irak » : « La défaite de Daech rend inutile la présence d’une grande partie des 1 400 soldats italiens déployés en Irak. En Afghanistan, environ 200 soldats sur 900 devront rentrer. Sur ce point, nous avons pu voir l’‘’indulgence’’ de Washington. Toutefois, sur le front des coupes aux achats d’armement, un bras-de-fer pourrait se faire entre Rome et la Maison Blanche ».

Réunion à Bruxelles des Chefs d’Etat et de gouvernement : COULISSES Corriere della Sera M. Galluzzo « La Chancelière demande des garanties pour l’avenir. Conte dément tout plan B » : « ‘’Parlons un peu en tête à tête’’, lance la Chancelière en prenant de court l’équipe du Président du Conseil et peut-être aussi la sienne. Deux heures plus tard, des sources de la délégation allemande dévoilent les contenus de cette entrevue : ‘’la Chancelière a demandé à Conte des garanties précises sur le parcours européen de l’Italie, pour mieux comprendre la stratégie de Di Maio et de Salvini. Vue de Berlin, la politique italienne est parfois incompréhensible. Cela n’est plus tolérable, notamment si derrière un dérapage budgétaire il y a l’intention cachée de mettre en crise l’euro et la structure même de l’Union. Conte rassure ‘’il n’y a pas de plan B et quand les marchés auront compris notre budget, il sera accepté’’. Les garanties données par Conte seront répétées lors des réunions bilatérales avec E. Macron et le Hollandais Rutte ».

COMMENTAIRE La Stampa M. Sorgi « La solitude des deux vice-présidents du Conseil » : « Salvini et Di Maio sont désormais en campagne électorale pour les élections européennes de mai, tout comme les membres de la Commission. D’où la prudence du chef de l’État Mattarella face aux pressions de ceux qui lui demandent d’exercer son autorité morale à l’égard de Conte et du ministre de l’Economie Tria (Indépendant). Si le gouvernement italien ne prend pas acte des risques venant des marchés, il est difficile qu’il tienne compte de Juncker, Moscovici et d’Oettinger ».

ENTRETIEN de Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur : « ‘’ Je pourrais poser ma candidature pour diriger l’Europe, c’est le front populiste qui le demande ’’ » (La Repubblica) : « ‘ J’imagine, pour moi et mes enfants, un avenir en Europe, mais pas dans cette Europe-là. Si la Commission européenne rejetait la loi de finances, le pourcentage des eurosceptiques pourrait atteindre 70 % et pas seulement 44 % comme l’indique le sondage. Beaucoup d’amis de différents pays européens m’ont demandé de poser ma candidature à la tête de l’Europe. Je suis heureux qu’ils voient en moi un point de référence pour la défense des peuples. Je n’ai pas encore eu le temps d’y réfléchir. L’Italie s’est toujours occupée toute seule des migrants, mais maintenant nous sommes en train d’entamer un dialogue avec nos amis polonais et hongrois. Le décret sur l’ajustement fiscal n’a pas du tout été truqué, il a été adopté, avec la loi de finances, par le Conseil des ministres à l’unanimité. Donc, il n’a pas été manipulé. Je me sens chez moi, à Moscou, je suis venu parce que je suis convaincu que les sanctions sont une folie économique, sociale et culturelle. J’ai rencontré l’Ambassadeur américain Eisenberg au Viminal et j’irai bientôt à Washington, mais je ne changerai pas d’avis sur cette question ‘’ »

ENTRETIEN de Sandro Gozi, ancien sous-secrétaire PD à la Présidence du Conseil des ministres : « ‘’ Avec Macron pour lancer l’alliance progressiste avant les élections de mai ’’ » (La Repubblica) : « ‘ Je suis en contact permanent avec le Président français Macron. Nous nous sommes engagés à lancer une alliance progressiste avant les prochaines élections européennes. Nous sommes en train d travailler ensemble à une charte de refondation européenne à adresser à toutes les forces pro-européennes. Le PD doit absolument adhérer à cette charte et travailler pour une alliance, la plus vaste possible. Dans le PD, la formule ‘’de Tsipras à Macron ‘’ est bien passée, mais les amis du parti doivent comprendre qu’il s’agit d’un choix politique qu’il faudrait faire avant les élections européennes de mai et pas après ».

ANALYSE, La Repubblica, A. Bonanni : « Italiens européens réticents » : « Européens réticents, les Italiens sont en train de se réconcilier très lentement avec l’UE, mais ils restent les plus sceptiques sur le caractère bénéfique de l’Union. C’est le résultat de la dernière enquête de l’Eurobaromètre réalisée pour le Parlement européen. 65 % de citoyens italiens désirent rester dans la monnaie unique, mais ils sont les moins enthousiastes parmi les pays qui l’ont adopté. La donnée la plus négative, qui démontre que la désaffection envers l’Europe est davantage le résultat d’une déception plutôt que d’un préjugé idéologique, est que les Italiens sont les Européens les moins convaincus que l’UE ait amélioré leur vie. Seulement 43 % des interviewés le pensent tandis que 45 % sont persuadés du contraire. En général, ce sondage démontre une forte augmentation du consensus envers l’Europe et ses institutions et une large majorité de citoyens européens est satisfaite de l’Europe et voudrait y rester. Si les Italiens continuent de suivre les sirènes du populisme de la Ligue et du M5S, l’Italie sera de plus en plus isolée dans une Europe qui n’a aucune intention de se dissoudre ou de se refonder ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Denderleeuw : le Vlaams Belang premier lors des élections communales.

VB.jpg

N-VA.jpg

Belgique. Flandre. Denderleeuw. Lors des élections communales [municipales] du 14 octobre 2018, le Vlaams Belang est arrivé en première position avec 26,2 % des voix. Le parti national-centriste N-VA obtient 12, 9 %.

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/gemeent...)

Kristof SLAGMULDER.jpg

La tête de liste Kristof Slagmulder

Sam Van Rooy sera le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Conseil communal d'Anvers.

VB.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). La tête de liste du Vlaams Belang Filip Dewinter, qui a proposé au bourgmestre (maire) N-VA d’Anvers Bart De Wever un soutien de l’extérieur aux élus N-VA au sein du Conseil communal [municipal] d'Anvers, a déclaré que Sam Van Rooy sera le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Conseil communal.

[Sam Van Rooy a publié plusieurs ouvrages en néerlandais.]

[La N-VA et le Vlaams Belang disposent ensemble d'une majorité de sièges au sein du Conseil municipal.]

Sam van Rooy.jpg

Sam Van Rooy

17/10/2018

Ninove : la N-VA refuse de gouverner avec Forza Ninove.

N-VA.jpg

Forza Ninove.jpg

VB.jpg

Belgique. Flandre. Ninove. Le parti national-centriste flamand N-VA ne constituera pas une majorité avec la liste Forza Ninove conduite par le député au Parlement flamand du Vlaams Belang Guy D'haeseleer.

Le journaliste flamand Jan Segers estime que la raison de ce choix réside dans le fait que le dirigeant de la N-VA Bart De Wever a déclaré avant le scrutin qu’une voix pour le Vlaams Belang est, selon lui, une voix perdue. Si la N-VA entre dans une coalition avec Forza Ninove, cet argument ne sera plus valable lors des élections régionales et fédérales de mai 2019.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/10/16/nin...)

Anvers : la N-VA obtient 35,3 % et le Vlaams Belang 10,5 %.

N-VA.jpg

VB.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). Lors des élections communales [municipales] du 14 octobre 2018, le parti national-centriste flamand N-VA obtient 35,3 % (contre 37,73 % en 2012) et le parti nationaliste flamand Vlaams Belang 10,5 % (contre 10,2 % en 2012).

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/gemeent...)

[La N-VA a gouverné Anvers an cours des six dernières années avec les sociaux-chrétiens et les libéraux.]

PEGIDA fête ses 4 ans le 21 octobre 2018.

PEGIDA.jpg

Allemagne. Saxe. Dresde. PEGIDA fête ses 4 ans le 21 octobre 2018.

Dresde.jpg

Herbert Kickl désire limiter l’influence des ONG dans le domaine de l'asile.

 FPÖ.jpg

Autriche. Le ministre de l’Intérieur patriote Herbert Kickl (FPÖ) planifie la mise en place d’une politique plus restrictive en matière de demande d’asile. Les préparatifs sont en cours. Il désire instaurer une nouvelle agence qui s’occupera de l’asile et permettra de contrôler les ONG comme Caritas, qui sont très engagées dans le domaine de l’asile. Elles ne seront plus autorisées à y travailler seules. Herbert Kickl déclare à ce propos : « Je veux contrôler moi-même cela. »

Herbert Kickl.jpg

Herbert Kickl

"Les anciens sénateurs verront leurs retraites réduites de 40 à 80 %."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Loi de finances/gouvernement : Unes - : « Budget, l’Europe prévient l’Italie » (Corriere della Sera), « La course à l’amnistie fiscale pour 10 millions d’Italiens a commencé » (La Repubblica), « Budget, Juncker attaque et Merkel affronte Conte »  - ‘’Moscovici : le problème est la dépense’’ (La Stampa), « Budget, couperet pour l’Industrie 4.0 » (Sole 24 Ore), « Le coin fiscal ne baisse pas » - ‘’Juncker : des dérogations inacceptables’’ (Il Messaggero, Il Mattino), « Budget revu mais objections de l’UE » (Avvenire), « Crise Ligue-M5S » - ‘’Salvini en difficulté pour la disparition de la flat tax, Di Maio pour l’amnistie fiscale’’ (Il Giornale).

EDITORIAL, Il Foglio, C. Cerasa : « Le budget « à la Macron » » est devenu ‘’ Micron ’’ » : « La nouvelle loi de finances aurait pu être la loi du travail, de la croissance et de la réduction des impôts mais, malheureusement, elle est devenue la loi du non-travail, de la décroissance et des impôts qui ne baissent pas. Luigi Di Maio avait promis que l’Italie adopterait une loi comparable à celle d’E. Macron en France. Si seulement les choses s’étaient passées comme ça. La dérogation (de 0.2 %) obtenue par Macron sur le déficit a permis de construire une loi de finances destinée à diminuer les impôts par un méga rabais fiscal de 24,8 milliards d’euros. Au contraire, la dérogation sur le rapport déficit/PNB choisie par l’Italie conduira le pays au déclassement de la part des agences de notation ainsi qu’au rejet de la loi de finances par la Commission européenne ».

ARTICLE, Corriere della Sera D. Martirano « Le Sénat adopte lui aussi l’abolition des retraites des parlementaires. Le M5S exulte » : « A partir du 1er janvier, les anciens sénateurs soit environ 2 500 parlementaires verront leurs retraites réduites de 40 à 80%. Des centaines de recours ont été fait. Le Mouvement 5 Etoiles exulte et met en scène dans la rue le versement de monnaies de chocolat dans une tirelire : 56 millions d’euros d’économisés. Le PD et Forza Italia ont vainement tenté d’apporter des amendements afin d’éviter les recours ‘’mais le M5S s’est contenté d’une loi-manifeste’’, déplore la vice-présidente du Sénat Anna Russomando (PD) ».

ARTICLE, La Repubblica, R. Petrini : « Ajustement fiscal : plus de dix millions d’Italiens se préparent au grand rabais » : « Dans un pays où il existe une fraude fiscale de 108 milliards d’impôts, beaucoup de citoyens, qui ont une dette au fisc sont intéressés par l’ajustement fiscal adopté par le gouvernement Ligue- M5S. Il est difficile de calculer exactement le nombre de personnes concernées. L’État, de son côté, s’attend à une hausse des recettes même si l’attente de l’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure risque de lui faire subir une baisse de recettes de presque trois milliards ».

ARTICLE, La Stampa, P. Mastrolilli « Salvini et Di Maio tardent à se rendre aux Etats-Unis – Tensions sur la Chine et la Russie » : « Les relations Italie-Etats-Unis sont bonnes car Trump a pris Conte en sympathie, il a besoin d’un appui en Europe et il y a une harmonie avec le caractère anti-establishment du nouvel exécutif. Sur les dossiers concrets, la convergence est moins évidente. Le climat de quasi-guerre froide avec Pékin de la part des Etats-Unis alors que Di Maio a fait des accords en Chine, notamment avec Huawei pour gérer la technologie 5 G de l’Italie inquiètent les services secrets italiens et américains qui pensent que cela peut être utilisé par la Chine pour espionner. Idem sur la Russie, les américains se demandent de quel côté est l’Italie. Salvini va de nouveau à Moscou, la Ligue a signé un accord avec le parti de Poutine prévoyant l’échange d’informations et cela soulève des interrogations. Autre question délicate : l’Iran. Ces incertitudes pèsent sans doute sur l’absence de leaders du gouvernement à Washington, excepté la visite positive de Conte ».

ARTICLE Corriere della Sera G. Sarcina « Les craintes des USA sur Rome, pression pour renouveler les sanctions contre la Russie » : « Mi-novembre, une délégation de fonctionnaires de haut niveau viendra à Rome pour une série de rencontres réservés au ministère des Affaires Etrangères, de la Défense et de l’Economie (pour faire un examen technique sur l’impact des sanctions sur l’export et les entreprises). Objectif : convaincre le gouvernement M5S-Ligue de confirmer l’engagement sur les sanctions contre la Russie. Depuis des semaines, les Américains suivent de près les déclarations du Président du Conseil Conte, de Di Maio et de Salvini, avec une perplexité croissante. À Washington, on craint que l’Italie ne soit le pays qui mettra à mal l’unité, utilisant son véto pour bloquer les décisions du Conseil européen des 13 et 14 décembre. Ce dossier pourrait devenir un problème sérieux entre Washington et Rome ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Wallonie : les partis patriotiques n'obtiennent aucun élu lors des élections provinciales.

Agir.jpg

PP.jpg

La droite.jpg

Belgique. Wallonie. Lors des élections provinciales du 14 octobre 2018, les partis patriotiques n’obtiennent aucun élu.

La parti patriotique Agir, le parti ultralibéral et opposé à l’islamisation La Droite, le parti conservateur favorable à une immigration choisie et opposé à l’islamisation Parti Populaire et le parti ultranationaliste Nation n’ont aucun élu.

(https://elections2018.wallonie.be/fr/election?el=CG)

Municipales en Région bruxelloise : aucun conseiller communal patriote.

VB.jpg

PP.jpg

La droite.jpg

Belgique. Région de Bruxelles. Lors des élections communales [municipales] de ce 14 octobre 2018 au sein des 19 communes de la région bruxelloise, aucun candidat patriote n’est élu.

Le parti nationaliste flamand Vlaams Belang, le parti ultralibéral et opposé à l’islamisation La Droite, le parti conservateur favorable à une immigration choisie et opposé à l’islamisation Parti Populaire et le parti ultranationaliste Nation n’ont aucun élu.

(https://www.lameuse.be/elections-communales/)

Les Électeurs libres désirent une collaboration constructive avec l’AfD au sein du Parlement de Bavière.

Allemagne. Bavière. En cas de formation d’un gouvernement CSU-Électeurs libres, les Électeurs libres désirent mettre en place une collaboration constructive avec l’AfD au sein du Parlement de Bavière.

16/10/2018

Bavière : les écologistes obtiennent leur meilleur score dans le centre de Munich.

Allemagne. Bavière. Les résultats obtenus pas les écologistes varient fortement entre les différentes circonscriptions électorales. Les écologistes obtiennent leur plus haut score des élections pour le Parlement de Bavière du 14 octobre 2018 dans le centre de Munich.

(https://sciencefiles.org/2018/10/15/grune-425-in-munchen-...)

"Accord trouvé sur le budget."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Loi de finances/gouvernement : Unes - : « Ajustement fiscal et retraites, feu vert »  - ‘’Coupe des retraites au-delà de 4 500€, revenu citoyen en mars’’ (Corriere della Sera), « Accord trouvé sur le budget » - ‘’ajustement fiscal, retraites et revenu’’ (La Repubblica), « Feu vert à l’ajustement fiscal, réforme des retraites dès février » (La Stampa), « Feu vert au Budget et à l’ajustement fiscal » (Sole 24 Ore), « L’ajustement fiscal immédiat, les retraites en février » (Il Messaggero, Il Mattino).

RETROSCENA (Coulisses), Corriere della Sera, E. Marro, A. Trocino : « Di Maio cède à Salvini et donne son accord à l’ajustement fiscal : ‘’ Mais nous l’avons neutralisé ‘’ » : « La journée d’hier a été très nerveuse, pour arriver à trouver un accord afin de réaliser les réformes promises. Matteo Salvini a dû rappeler énergiquement « aux amis des cinq Etoiles » l’existence d’un contrat de gouvernement qu’il fallait respecter. Mais au terme de ce marathon budgétaire, le Conseil des ministres a adopté les grandes lignes du budget 2019, la Ligue et le M5S lâchant du lest pour parvenir à un accord. Luigi Di Maio, après avoir juré qu’il n’y aurait pas eu d’ajustement pour les fraudeurs du fisc, a dû céder vis-à-vis de Salvini et accepter d’inclure l’ajustement fiscal dans le budget ».

ARTICLE, Corriere della Sera, D. Martirano : « Affrontement au sein du gouvernement, puis le « oui » à la loi de finances. Tria (Indépendant) : ‘’ Nous ne voulons pas faire sauter l’Europe ‘’ » : « L’accord entre les deux partis de majorité (M5S et Ligue) sur le budget existe mais le gouvernement doit continuer à travailler pour maintenir l’équilibre des comptes publics. A la fin d’une journée très difficile, le Conseil des ministres a adopté le budget 2019 avec l’ensemble des mesures promises : la paix et l’ajustement fiscal, la réforme des retraites et le revenu de citoyenneté. De son côté, le ministre de l’Economie Giovanni Tria a assuré que "les couvertures financières sont prévues", il a démenti sa démission et a souligné que l’Italie ne veut pas faire sauter l’Europe. Un extrait du document du budget a été présenté à la Commission européenne ».

ARTICLE La Stampa, M. Bresolin « Diplomatie européenne en action pour obliger Rome à baisser son déficit » : « Le pressing diplomatique de Bruxelles sur l’Italie se poursuivra même après avoir pris connaissance du projet de budget et s’intensifiera dans les prochains jours avec deux moments-clés : le déjeuner de jeudi au Conseil européen et la venue de Moscovici jeudi à Rome (la rencontre avec le président de la République Mattarella n’est pas encore confirmée officiellement mais est ‘’très probable’’. Jusqu’à la dernière minute, l’UE cherchera à convaincre l’Italie de faire un pas en arrière ».

ENTRETIEN de Vincenzo Spadafora (M5S), sous-secrétaire à la présidence du Conseil, responsable de l’égalité des chances et de jeunes : « ‘’ Sur les droits, nous sommes différents de la Ligue. Non à une régression culturelle ’’ » (Corriere della Sera) : « ‘ Je suis très préoccupé pour le climat dans le pays et je voudrais lancer une alarme sur le risque d’une ‘’ régression culturelle ‘’. Sur les droits, nous sommes très différents de la Ligue, on ne peut pas discriminer les homosexuels et les migrants. Le revenu de citoyenneté était dans le contrat du gouvernement et il faut le respecter. J’annonce, en outre, une mesure extraordinaire pour les jeunes par un investissement de 30 millions pour 2019-2020 ‘’ ».

ARTICLE Il Messaggero, C. Mangani « Macron craint un durcissement aux frontières et ouvre une porte sur le rôle de l’Italie en Libye » : « Moavero et Le Drian se sont rencontrés à Rome dimanche (le ministre français s’y trouvait pour la canonisation de Paul VI). Le thème : la conférence sur la Libye, vingt-quatre heures avant l’affaire Clavière et la demande d’éclaircissement de la Farnesina à l’Ambassadeur français en Italie en France. Si Salvini attaque Macron, Conte et Moavero ont tendance à baisser de ton, pour des raisons politiques et diplomatiques. La France est considérée comme étant un partenaire important pour la stabilisation de la Libye. Et en soirée, l’accord de Paris arrive : ’’nous donnons notre soutien à la conférence en Italie pour faire avancer le processus politique’’. Le gouvernement français sait qu’il risque gros en alimentant une guerre avec Rome : le danger d’une ‘’nouvelle jungle de Calais’’ existe si l’Italie renforçait les contrôles et ne reprenait pas les personnes non souhaitées. Pour cette raison, d’un côté Macron attaque Salvini, et de l’autre, il dit vouloir travailler ‘’main dans la main’’ avec l’Italie. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Résultats des élections communales en Wallonie.

Agir.jpg 

PP.jpg

La droite.jpg

Belgique. Wallonie. Lors des élections municipales de ce 14 octobre 2018, le parti patriotique AGIR obtient un élu à Fleurus : le président du parti Salvatore Nicotra.

Le parti ultralibéral et opposé à l’islamisation La Droite n’obtient pas d’élu.

Le parti conservateur « Parti Populaire », favorable à une immigration choisie et opposé à l'islamisation, obtient 11 conseillers communaux, dont 2 à Verviers et 3 dans la commune voisine de Dison.

PP 1.jpg

Le parti ultranationaliste Nation n’obtient pas d’élu.

(https://www.lameuse.be/elections-communales/)

Salvatore Nicotra.jpg

Salvatore Nicotra, le seul élu patriote en Wallonie

Ninove: Forza Ninove obtient 40 % lors des municipales.

Forza Ninove.jpg

VB.jpg

Belgique. Flandre. Flandre orientale. Ninove. La liste Forza Ninove dirigée par le député du Vlaams Belang au Parlement flamand Guy D'haeseleer obtient 40 % des voix lors des élections communales [municipales] du 14 octobre 2018.

(https://www.demorgen.be/politiek/in-kaart-alle-uitslagen-...)

Guy D'haeseleer.jpg

Guy D'haeseleer

Article de Lionel Baland : Luxembourg, Bavière, Belgique : percée électorale des écologistes et des patriotes.

Breizh-info.png

ADR.jpg

déi Konservativ.png

AfD.jpg

CSU.jpg

VB.jpg

Luxembourg, Allemagne, Belgique. Percée électorale des écologistes et des patriotes :

https://www.breizh-info.com/2018/10/16/104138/luxembourg-...

Anvers : élection des conseils de district.

VB.jpg

N-VA.jpg

Belgique. Flandre. Anvers (Antwerpen). Lors des élections de district de ce 14 octobre 2018, le parti nationaliste flamand Vlaams Belang reste stable en nombre de sièges (27) par rapport à 2012. Selon des explications fournies par la tête de liste Filip Dewinter à la presse, le parti recule dans des districts qui connaissent une forte arrivée de migrants et progresse dans ceux au sein desquels vivent les autochtones. Le parti national-centriste flamand N-VA recule légèrement en nombre de sièges. [Le nombre total de sièges à très légèrement augmenté par rapport à 2012.]

[Les districts n’existent qu’à Anvers.]

La N-VA et le Vlaams Belang obtiennent :

district d’Anvers : N-VA : 28,5 % / Vlaams Belang 6,9 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Berendrecht-Zandvliet-Lillo : N-VA : 35,9 % / Vlaams Belang : 22 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district d’Ekeren : N-VA : 40,5 % / Vlaams Belang : 17,3 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Merksem : N-VA : 37,8 % / Vlaams Belang 17, 2%

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Deurne : N-VA : 35, 7 % / Vlaams Belang : 13,6 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district d’Hoboken : N-VA : 32,5 % / Vlaams Belang : 14,8 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Wilrijk : N-VA : 38,3 % / Vlaams Belang : 10,7 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Berchem : N-VA : 32,6 % / Vlaams Belang : 6,7 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

district de Borgerhout : N-VA : 21, 4 % / Vlaams Belang : 6,6 %

(https://www.vlaanderenkiest.be/verkiezingen2018/#/distric...)

Anvers.jpg

La Grand-Place d'Anvers

15/10/2018

Les éditions Egmont pourront prendre part à la Foire du livre.

VB.jpg

Belgique. Les éditions Egmont, proches du Vlaams Belang, sont autorisées à prendre part aux futures foires du livre à Anvers à la suite d’un arrêt de la Cour d’appel d’Anvers. Celui-ci précise, par ailleurs, que le Vlaams Belang est un parti démocratique.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2016/11/04/pas...)

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2013/11/09/le-...)

(http://www.uitgeverijegmont.be/)

VB 2.jpg

Les 16 fardes qui composent le dossier