Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2019

Le FPÖ remonte au sein du dernier sondage Unique research pour le magazine Profil.

FPÖ.jpg

Autriche. Les sociaux-chrétiens de l’ÖVP sont donnés à 32 % (soit - 3 points par rapport à janvier 2019) au sein du dernier sondage Unique research pour le magazine Profil, les patriotes du FPÖ atteignent 25 % (soit + 4 points). Les sociaux-démocrates du SPÖ sont donnés à 26 % (soit - 1 point).

Les libéraux de NEOS sont donnés à 8 %, les écologistes à 6 % et la liste Jetzt de Peter Pilz [écologiste dissident] à 1 %.

Matteo Salvini en campagne en Sardaigne.

Ligue.jpg

Italie. Le dirigeant de la Ligue, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur Matteo Salvini est en campagne électorale en Sardaigne en vue des élections régionales du 24 février 2019.

L 5.jpg

L 1.jpg

L 2.jpg

L 3.jpg

L 4.jpg

16/02/2019

"Le PVV est pour les personnes ordinaires, peu importe leur couleur."

PVV.jpg

Pays-Bas. Le président du parti anti-islamisation PVV Geert Wilders écrit sur Twitter :

« J’ai serré aujourd’hui plus de mains de personnes de couleur sur le marché de La Haye – et s’était super sympathique – qu’il n’y en avait de présentes au congrès complètement blanc crème des écologistes.

Le PVV est pour les personnes ordinaires, peu importe leur couleur. Les écologistes sont pour l’élite blanche du centre d’Amsterdam. »

Le FPÖ donné à 22 %.

FPÖ.jpg

Autriche. Un sondage Demox Research et GfK donne les sociaux-chrétiens de l’ÖVP à 34 %, les sociaux-démocrates du SPÖ à 27 %, les patriotes du FPÖ à 22 %, les libéraux de NEOS à 9 % et les écologistes à 5 %.

L’ÖVP augmente donc son score de 3 points par rapport aux élections législatives de 2017, le SPÖ est stable et le FPÖ recule de 4 points.

Ce sondage a été réalisé entre le 5 et le 8 février 2019.

Geert Wilders en campagne sur le marché à La Haye.

PVV.jpg

Pays-Bas. Le président du PVV Geert Wilders a fait campagne, ce samedi 20 février 2019, sur le marché à La Haye (Den Haag) en vue des élections provinciales du 20 mars 2019.

PVV 1.jpg

PVV 2.jpg

PVV 3.jpg

PVV 4.jpg

PVV 5.jpg

Affiche du PVV pour les élections provinciales.

PVV.jpg

Pays-Bas. Affiche du PVV pour les élections provinciales du 20 mars 2019.

PVV 1.jpg

Geert Wilders. "Votez PVV".

PVV 2.jpg

Militants en Frise

Flandre : sondage pour les législatives.

N-VA.jpg

VB.jpg

Belgique. Flandre. Un sondage IPSOS en vue des élections législatives de mai 2019 montre, en Flandre, un recul du parti nationaliste flamand N-VA, de 5 points par rapport à 2014. Les écologistes augmentent leur score de 7 points. Les trois partis du système (sociaux-chrétiens, libéraux et socialistes) chutent. Le parti nationaliste flamand Vlaams Belang augmente son score de plus de 5 points.

Flandre.jpg

N-VA : nationaliste flamands

Groen : écologistes

CD&V : sociaux-chrétiens

Open-Vld : libéraux [situés à droite]

Vlaams Belang : nationalistes flamands

Sp.a : socialistes

15/02/2019

Geert Wilders désire empêcher les détenteurs de la double nationalité d'élire ou d'être élus.

PVV.jpg

Pays-Bas. À la suite de disputes au sein de la Chambre des députés entre des élus du PVV de Geert Wilders et du parti [qui défend les intérêts des Néerlandais d’origine étrangère] Denk, Geert Wilders et Martin Bosma (PVV) ont introduit une proposition de loi en vue d’empêcher les personnes disposant de la double nationalité de pouvoir voter ou être élues.

Geert Wilders a déclaré à propos des élus de Denk : « Ils siègent ici parce qu’ils sont aussi Néerlandais, mais il est clair pour tous qu’ils défendent avant tout les intérêts turcs. Ce sont les plus grands défenseurs aux Pays-Bas du régime d’Erdogan. »

Wilders estime que le parti Denk est « une cinquième colonne ».

La Ligue est donnée à 34,5 % en vue des élections européennes.

Ligue.jpg

M5S.jpg

FI-AN.jpg 

Italie. Un sondage Euromedia en vue des élections européennes donne la Ligue à 34,5 %, le M5S à 23,5 % et Frères d’Italie à 5 %. Forza Italia de Silvio Berlusconi est donné à 10,8 % et le Parti Démocrate [centre-gauche] à 15,5 %.

L'AfD entre au Conseil de la Radio-télévision publique bavaroise.

AfD.jpg

Allemagne. Bavière. L’AfD dispose désormais d’un représentant au sein du Conseil de la Radio-télévision publique bavaroise : le député au Parlement de Bavière Uli Henkel. Il combattra afin d'obtenir la suppression de la redevance obligatoire.

AfD 1.jpg

(http://eurolibertes.com/politique/uli-henkel-candidat-lis...)

"Autonomies, le stop du M5S."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

La réforme des autonomies régionales fait les gros titres des médias transalpins. La presse écrite souligne notamment les fortes divisions au sein du gouvernement, le M5S épousant les perplexités des régions les moins riches, surtout celles du Sud, qui seraient économiquement pénalisées par la réforme  « Autonomies, le stop du M5S » - ‘’Tension avec Salvini sur les pouvoirs spéciaux aux régions’’ (Corriere della Sera), « Régions autonomes, pas d’entente » - ‘’Le Trésor prévient : attention au budget’’ (La Repubblica), « Autonomies, le stop des 5 Étoiles » - ‘’Le Conseil des ministres n’adopte pas la réforme’’ (La Stampa), « Autonomies, un enjeu de 11 milliards » - ‘’Mais c’est la bagarre’’ (Sole 24 Ore), « Autonomies, le coup de frein du M5S » (Il Messaggero), « Stop des 5 Étoiles à la réforme qui divise l’Italie » (Il Mattino). 

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, M. Franco « L’enlisement d’un gouvernement bloqué par les résultats des élections locales » : « Après le résultat des élections dans les Abruzzes, la majorité du gouvernement s’était empressée de dire que rien n’aurait changé. Or, les relations entre le M5S et la Ligue sont déjà en évolution : en pire. D’ici les élections de mai, il est difficile que le ton baisse. La stratégie de la précipitation sur le ‘’revenu citoyen’’ du M5S, et celle de la Ligue sur les autonomies régionales, a provoqué une paralysie réciproque. Les Léghistes craignent que soutenir la mesure-phare des 5 Étoiles ne déplaise aux électeurs du Nord. Les fidèles de Di Maio ne veulent pas donner à Salvini une autonomie de la Lombardie, de la Vénétie et de l’Emilie-Romagne vécue, surtout au ‘’Mezzogiorno’’, comme le début de la désintégration de l’Unité de l’Italie ». 

ARTICLE, La Repubblica, S. Folli « Une stabilité en mode bagarre, en attendant les élections européennes» : « La majorité n’est pas en train de se fissurer et le gouvernement tient debout. Le paradoxe : il tient bien qu’il ait perdu sa force de propulsion. Bloqués sur la ligne grande vitesse, confus sur l’autonomie demandée par les Régions du Nord, incertains sur les points de l’agenda politique, les deux pôles de la coalition sont statiques. Un gouvernement inerte reste debout non seulement en raison de l’absence d’alternatives mais surtout car aucun des deux actionnaires de la coalition n’a intérêt à ouvrir une crise aujourd’hui. La preuve, c’est le bouclier qu’est en train d’offrir Di Maio à Salvini sur l’enquête du navire Diciotti. Ce qui prouve aussi l’extrême faiblesse du Mouvement à la suite des élections aux Abruzzes ».

ARTICLE, Sole 24 Ore, F. Greco, M. Perrone : « Salvini retoque les calculs sur la Tav » : « Salvini lance sa pique contre l’analyse coûts-bénéfices sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin écrite par M. Ponti et son équipe. ‘’Cela ne m’a pas convaincu’’, explique-t-il.

ARTICLE, La Repubblica, A. Cuzzocrea : « Adieu à la limite de deux mandats pour le M5S : un autre tabou abandonné » - « Diciotti, oui au vote en ligne » : « Il y a une vidéo dans laquelle le M5S explique aux inscrits ce qui est en jeu dans l'affaire Diciotti. Et pourquoi les sénateurs de la commission des élections sénatoriales voudraient voter non à la demande de la Cour des ministres de Catane contre Matteo Salvini. Ce vote devrait donner le coup d’envoi de la « restructuration » du mouvement annoncée par Di Maio. Avec un autre vote en ligne, l'un des dogmes absolus du mouvement sera l’adieu à la limite du double mandat, qui ne vaudra plus que pour des parlementaires, des députés et des conseillers régionaux. Les choses changeront pour les conseillers communaux et peut-être pour les maires. Le deuxième dogme est l'interdiction des alliances. Le leader M5S a déjà mentionné la possibilité de s'inscrire avec des listes civiques aux prochaines élections municipales et régionales. Troisième dogme : le mouvement vit sur le net. Di Maio est certain que ce n'est pas assez. Et il est prêt à choisir une personne par région pour s'occuper du territoire et résoudre les désaccords fréquents entre les groupes de militants. Enfin, le tabou du tabou : la naissance d'un "secrétariat politique". Les dirigeants politiques pensent à une sorte de direction élargie à dix personnes pour permettre au chef de l'Etat de se décharger de certaines responsabilités, de les partager et de justifier ainsi son quadruple rôle : leader, ministre du Développement économique, ministre du Travail et vice-premier ministre ».

ARTICLE, Fatto Quotidiano « Le hors-antenne de Chalençon - Gilets jaunes, l’allié du M5S : ‘’Paramilitaires prêts contre Macron’’ » : « ‘’Nous avons des paramilitaires prêts à intervenir parce qu’ils veulent aussi faire tomber le gouvernement. Aujourd’hui tout est calme mais nous sommes à l’aube d’une guerre civile’’ dit Christophe Chalençon, un des représentants du mouvement des gilets jaunes, invité de l’émission Piazza Pulita sur La7. Luigi di Maio a rencontré une délégation de gilets jaunes, dont Christophe Chalençon, en France la semaine dernière. Ce dernier a annoncé une prochaine rencontre à Rome avec le M5S « avec qui, il y a une alliance ». Et cela pourrait être un problème pour le M5S et Di Maio qui présentera ce matin les « leaders des mouvements européens » avec qui le Mouvement veut créer un nouveau groupe parlementaire à Bruxelles ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

14/02/2019

Le Parti du Peuple danois propose un accès direct aux physiothérapeutes sans passer par les médecins généralistes.

DF.jpg

Danemark. Le Parti du Peuple danois propose, en vue de réduire le nombre de consultations médicales, que les citoyens soient autorisés à se rendre directement chez un physiothérapeute sans devoir disposer d'une ordonnance médicale, tout en bénéficiant des remboursements de soins.

Umberto Bossi hospitalisé.

Italie. Umberto Bossi (77 ans), l’ancienne figure de proue de la Ligue du Nord, a été hospitalisé en urgence : son état est considéré, par les médecins, comme étant grave.

Umberto Bossi.jpg

Umberto Bossi

HC Strache organise un débat sur le thème "antisémitisme islamique".

FPÖ.jpg

Autriche. Le vice-chancelier patriote Heinz-Christian Strache (FPÖ) a invité ce mercredi 13 février 2019 au soir à Vienne la population à prendre part à un débat qu’il a organisé sur le thème « antisémitisme islamique » dans le cadre de son nouveau think tank Denkwerk Zukunftsreich (Atelier de pensée riche d’avenir).

Parmi les intervenants figuraient Heinz-Christian Strache, le publiciste juif Henryk M. Broder, l’ex-musulmane Laila Mirzo - qui critique désormais cette croyance - et le sociologue, spécialiste de la science politique et auteur Michael Ley. 750 personnes ont répondu à l’appel.

FPÖ 1.jpg

Conte : "C’est le chant du cygne de cette Europe et le gouvernement ne tombera pas ."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Les déclarations du Président du Conseil G. Conte, qui revient notamment sur les critiques dont il a fait l'objet au Parlement européen. La presse écrite souligne notamment les propos du chef du gouvernement qui assure être ‘’un vrai leader’’ à la tête de l’exécutif : « Conte : le vrai leader c’est moi et mon gouvernement ne tombera pas » (La Repubblica), « Conte : des attaques déplacés » - ‘’C’est le chant du cygne des vieux partis’’ (Corriere della Sera).

Le Corriere della Sera titre sur l'entretien accordé par le MinistreLa Stampa titre sur une invitation qui serait adressée au Quirinal par le Président de la République : « Le Drian : le retour de l’ambassadeur à Rome est prêt » (Corriere della Sera), « Crise avec Paris : Macron devance le Palais Chigi et invite Mattarella à l’Elysée » (La Stampa).

La liaison ferroviaire Lyon-Turin (Tav) est encore largement reprise. La presse évoque notamment les pressions de la Commission Européenne pour avoir des clarifications de la part du gouvernement italien ainsi que les polémiques sur la véridicité des chiffres publiés : « Tav, la guerre des chiffres » - ‘’Un contre-dossier révèle des avantages à hauteur de 400 millions » (La Stampa), « Tav, Bruxelles demande des explications » - ‘’Le contre-dossier dévoile des bénéfices supérieurs’’ (Sole 24 Ore).

 ARTICLE/RENCONTRE, La Repubblica, C. Tito : « Conte : ‘’C’est le chant du cygne de cette Europe et le gouvernement ne tombera pas ‘’ » : « ‘’ Ceux qui m’ont critiqué appartiennent aux vieux partis et se sont dressés contre le vent de nouveauté qui souffle en Italie. Je n’étais pas confus mais tout simplement plein d’amertume parce que l’occasion très importante de discuter de l’avenir de l’Europe a été perdue ‘’. Le lendemain de l’affrontement entre Conte et le parlement européen de Strasbourg, le président du Conseil italien souligne sa déception pour l’occasion perdue et n’a aucune intention de passer pour le bouc émissaire d’un conflit qui a une seule origine : les prochaines élections européennes. Conte a souligné que le véritable leader du gouvernement italien c’était lui et que le gouvernement ne tombera pas. La crise avec Paris sera rapidement résolue. L’Italie n’a jamais été contre l’UE mais elle est plutôt en train de travailler pour un changement de route et pour une Europe plus juste et équitable ».

RENCONTRE avec Giuseppe Conte « Pour ceux qui m’ont attaqué au Parlement européen, c’était le chant du cygne », M. Franco (Corriere della Sera) : « ‘’Mon gouvernement exprime le changement qui a lieu en Italie et en Europe. C'est pourquoi ils m'ont attaqué’’. Pourtant, ces insultes ont matérialisé l'image d'une Italie encerclée, isolée de ses alliés historiques. L'Italie, selon Conte, resterait un îlot de stabilité entouré de l'instabilité des autres ».

COULISSES, Il Messaggero S. Canettieri-F. Pierantozzi, « Conte et les attaques contre l’Italie : il s’agit seulement de propagande électorale. Avec Paris le dialogue repart » : « Verhofstadt (allié manqué du M5S) a attaqué Conte mais ce dernier s’attendait à ‘’entrer dans la fosse aux lions’’. Ce qui l’a ‘’vraiment surpris’’ c’est l’attitude des parlementaires européens du PD : hurlements et insultes arrivaient de leurs bancs et ils ont même tenté de ‘’boycotter’’ le salut du président du Conseil à l’ensemble de la délégation italienne. Le thème de l’isolement de l’Italie en Europe demeure, même si Conte nie et dit qu’il s’agit de ‘’dialectique politique’’ ».

Liaison ferroviaire Lyon-Turin (Tav) :

ARTICLE, La Repubblica, P. Griseri : « Liaison ferroviaire Lyon-Turin (Tav) : l’avis contraire de Coppola : ‘’ Positive jusqu’à 2,4 milliards ‘’ » : « Un contre-dossier sur l’analyse de la liaison ferroviaire Lyon-Turin (Tav) a été présenté, au ministre des Transports Toninelli, par Pierluigi Coppola, le seul expert de la commission non aligné contre la Tav. Ce contre-dossier révèle des avantages à hauteur de 400 millions qui pourraient arriver jusqu’à 2,4 milliards d’euros si l’UE, comme promis, apportait sa contribution de 40 à 50 % et si l’on renonçait au tunnel à côté d’Orbassano ».

COULISSES, M. Conti, Messaggero, « Salvini ‘’vide’’ le revenu de citoyenneté et avertit les siens : ‘’tenez-vous prêts’’ » - « Engagement pour résoudre le problème Tav avec Di Maio. Mais la Ligue fait reporter l’ok à la mesure du M5S » - « Le ministre de l’Intérieur, décidé à faire le plein aux Européennes, se prépare au pire des scenarii » : « Salvini et Di Maio semblent tous deux résignés à l’impossibilité de mener une action de gouvernement réelle avant fin mai ».

Mouvement 5 Étoiles :

ARTICLE, La Repubblica, A. Cuzzocrea : « Cinq Etoiles, le tournant de Di Maio : de mouvement à parti politique. Mais les orthodoxes freinent » : « Luigi Di Maio, leader du M5S et vice-président du Conseil, a passé deux jours difficiles, surtout après la débâcle aux élections régionales aux Abruzzes. Il a fait son autocritique et a souligné que le Mouvement devrait changer de route et devenir un parti politique, s’il veut avoir des possibilités de l’emporter dans des compétitions comme les élections régionales. Di Maio a décidé de repartir, en imposant sa vision et ses choix surtout à Giuseppe Conte, qui est en train de jouer  un rôle de plus en plus autonome, et avec qui les tensions sont très fortes. Di Maio voudrait donc réorganiser les alliances mais les orthodoxes du Mouvement ainsi que Davide Casaleggio, fils du fondateur des Cinq Etoiles, ne sont pas du tout d’accord avec cette réforme ».

Autonomie régionale :

ARTICLE, Corriere della Sera, D. Martirano « La journée de l’autonomie qui divise les alliés » : « Ce soir, le Conseil des ministres abordera la question politique de l'autonomie régionale. Un rocher à fleur d’eau très dangereux qui sépare la Ligue et le M5S mais aussi les gouverneurs du Nord et du Sud du parti démocrate. Ces thèmes constituent une menace pour le Sud appelé à s'opposer à ‘’un nouveau Risorgimento [période historique coïncidant avec lunification de l’Italie, ndt.]’’ par le gouverneur Vincenzo De Luca (Pd). Le chef du syndicat CGIL Maurizio Landini alerte « parce que l'unité du pays est remise en question ». Mais le gouverneur lombard Fontana a déjà répondu : « Ce sont les administrateurs politiques du Sud qui n'ont pas su mettre en valeur tout le potentiel de leurs territoires ».  Ce soir, après un intense travail entamé en juillet, la ministre de la Ligue Erika Stefani illustrera les points sur lesquels les ministères composés de membres de la Ligue ont déjà donné le feu vert au renforcement des pouvoirs des Régions et qui sont cependant en attente des ministres du M5S. Les trois projets, s'ils sont signés par les trois gouverneurs, devront passer par la commission bicamérale des Affaires régionales et ensuite, sous la forme de trois projets de loi distincts, devront être approuvés par la Chambre à la majorité absolue. S'agissant de la possibilité de modifier les textes, les présidents Elisabetta Casellati (Forza Italia) et Roberto Fico (M5S) seraient orientés à ne permettre des interventions que sur les modalités d'application des accords ».

Enquête sur l’affaire du Navire Diciotti :

ARTICLE Sole 24 Ore « Le président propose à la Commission de ne pas poursuivre Salvini » : « Sur l’affaire Diciotti, M Gasparri (Forza Italia) n’a pas de doute : Matteo Salvini ne doit pas être placé sous enquête car, comme il l’explique dans sa note de président de la Commission pour les immunités des Sénateurs, les décisions prises furent conditionnées par ‘’un intérêt public urgent’’ partagé par tout le gouvernement. D’où sa proposition de rejeter la requête d’autorisation d’enquête du Tribunal de Catane. La parole passe maintenant aux 22 membres de la commission. Pour l’emporter, Salvini a besoin aussi des voix des 5 ÉEtoiles. Si officiellement aucune décision n’a été prise, des sources indiquent que les 5 Étoiles seraient plutôt orientés vers le ‘’non’’ à poursuivre ».

ENTRETIEN de Gianluigi Pellegrino, avocat spécialisé en droit public et administratif « Si l’Italie refuse le procès du ministre, il risque d’y avoir une sanction de la Cour européenne des droits de l’Homme, S. Truzzi (Fatto Quotidiano) : « Ce qui est reproché par les juges à Salvini est une conduite spécifique, à laquelle ni Conte, ni Di Maio, ni Toninelli ne disent avoir collaboré. Les magistrats affirment qu'il s'agit d'un enlèvement : le processus est complexe. Les magistrats demandent si agir dans le périmètre de la politique gouvernementale était nécessaire pour défendre l'intérêt national suprême d’accueillir les migrants avec cinq jours de retard en les gardant sur le navire. Selon eux, il s'agit d'un enlèvement. Parce que cet isolement a été utilisé pour avoir plus de pouvoir pour négocier avec les pays de l'UE. Si l'Italie affirme que la justice ne peut déterminer si des hommes ont été enlevés ou non, elle risque une sanction retentissante de la Cour européenne des droits de l'Homme. Un ministre peut faire une fausse déclaration dans l'exercice de ses fonctions dans l'intérêt national, mais ne peut jamais se considérer autorisé à tuer ou à isoler des personnes. Ce n'est pas parce que ce sont des migrants qu'ils n'ont pas de droits humains fondamentaux ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Autriche : paquet législatif anti-violence.

FPÖ.jpg

Autriche. Le paquet législatif anti-violence est passé ce 13 février 2019 devant le Conseil des ministres du gouvernement regroupant les conservateurs de l’ÖVP et les patriotes du FPÖ. Parmi les nombreuses mesures contenues dans ce paquet figurent : le renforcement des peines, la protection des victimes ainsi que des peines de travail pour les auteurs des faits. Ces changements législatifs sont une réponse à la violence croissante, notamment des viols et des agressions sexuelles, exercée par des demandeurs d’asile ou des étrangers contre les femmes et les enfants.

13/02/2019

Geert Wilders visite une synagogue à Amsterdam.

PVV.jpg

Pays-Bas. Le président du PVV Geert Wilders a visité ce 13 février 2019 une synagogue à Amsterdam et y a affirmé son soutien à la communauté juive et à l’État d’Israël.

PVV 1.jpg

Au centre : Geert Wilders

Le FPÖ de Basse-Autriche demande des logements financièrement abordables.

FPÖ.jpg

Autriche. Basse-Autriche. Le FPÖ de Basse-Autriche a présenté ce 13 février 2019 les points forts de son programme pour cette année. Le thème principal est le fait que des logements financièrement abordables soient disponibles, avant tout pour les jeunes afin d’éviter leur départ.

Vox prend part à Madrid à une manifestation contre le gouvernement.

Vox.jpg

Espagne. Ce Dimanche 10 février 2019, 50.000 personnes ont pris part à Madrid à un rassemblement, contre le gouvernement, auquel ont participé les libéraux de Ciudadanos, les conservateurs du Parti Populaire et les patriotes de Vox.

"Giuseppe Conte au Parlement européen."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Réseaux sociaux : Ils traitent principalement du discours de Giuseppe Conte au Parlement européen hier. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne fait également partie des sujets de conversation. Sur Twitter, les hashtags les plus utilisés sont #Verhofstadt, #Grillo, #burattino, #Conte, #PresidentedelConsiglio. 

Journaux télévisés : Les journaux télévisés traitent principalement de l’analyse coûts-bénéfices de la ligne Lyon-Turin qui a été diffusée hier, de la lettre du pape François à Maduro ainsi que des polémiques de l’intervention de Giuseppe Conte au Parlement européen. La protestation des agriculteurs sardes est également évoquée. 

Presse écrite : 

L'intervention de G. Conte au Parlement européen à Strasbourg fait les gros titres des médias transalpins. La presse souligne, "l'humiliation" du Président du Conseil italien après les très vives critiques dont il a fait l'objet, notamment celles de la part de Guy Verhofstadt, le traitant de ‘’marionnette’’ de L. Di Maio et M. Salvini : « Le Parlement Européen accuse Conte : ‘’tu es une marionnette’’ » - ‘’Conte réplique : vous êtes des lobbyistes’’ (La Repubblica), « L’Europe humilie Conte : marionnette » (La Stampa). 

La publication de l’analyse coûts-bénéfices de la ligne Lyon-Turin (TAV) fait également les Unes. La presse quotidienne souligne notamment les divisions au sein de l’exécutif sur l’opportunité de continuer le chantier ainsi que les critiques sur l’objectivité des chiffres de l’analyse des experts : « TAV et revenu, le gouvernement divisé » - ‘’Avis négatif sur l’œuvre, les amendements de la Ligue contre le revenu citoyen’’ (Corriere della Sera), « La Tav bloquée jusqu’aux élections européennes » - ‘’Le M5S confirme le stop, la Ligue menace d'un référendum’’ (Il Messaggero), « La Tav paralyse le gouvernement » (Il Mattino), « Tav, des coûts supérieurs aux bénéfices, les entreprises préviennent : 50 000 emplois en danger» (Sole 24 Ore), « Tav, la colère du Nord » (La Repubblica), « Les chiffres retoquent la Tav » (Fatto Quotidiano), « La folie 5 Étoiles, l’Italie bloquée » (Il Giornale). 

L’appel téléphonique d’hier soir entre le Président de la République et le Président S. Mattarella est largement repris par les journaux télévisés, les sites internet des quotidiens et les réseaux sociaux. 

RETROSCENA, Corriere della Sera, M. Galluzzo « Le président du Conseil qui sait encaisser : ‘’je ne représente pas les lobbies’’ » : « Il a encaissé pendant longtemps, comme les boxeurs qui s'entraînent pour ça. Il est apparu embarrassé, contrit, étonné, parfois désorienté. Mais il n'a pas perdu patience. Ces attaques ont brisé l’idylle présumée en raison de la querelle permanente de ses deux vice-premiers ministres avec l’Union Européenne. Tous étaient contre lui, comme dans un procès contre l’Italie. Après un procès parlementaire sans précédent, parfois violent, dans une salle presque déserte, après avoir subi des moqueries, Conte s'accorde une pause avec des représentants italiens à Bruxelles et à Strasbourg ». 

COMMENTAIRE La Repubblica A. Bonanni « Un pays qui est resté seul » : « Le gouvernement italien a offert hier à Strasbourg un bien mauvais spectacle. Ce qui est le plus préoccupant, c’est le spectacle de l’isolement de l’Italie en Europe. Certes, ce n’était pas nouveau. Mais le voir de manière aussi directe, dans un hémicycle à demi vide en signe de protestation et de mépris, avec la colère et l’embarras de l’avocat Conte, donnent la mesure des dégâts provoqués et une anticipation de ce qui nous attend ». 

ARTICLE La Stampa F. Bei et U. Magri « Macron devance le gouvernement et appelle Mattarella : ‘’Président, nous vous faisons confiance’’ » : « A la fin, c’est Mattarella qui s’est chargé de la tâche de recoudre les liens avec la France. L’impasse a été surmontée grâce à un appel téléphonique d’E. Macron à notre Président. Un geste significatif, qui, du côté français, s’interprète comme la reconnaissance de Mattarella en tant qu’interlocuteur privilégié. La Présidence française n’indique pas si elle renverra l’Ambassadeur Christian Masset immédiatement au Palais Farnèse. L’entretien téléphonique en jette les bases et, selon des sources diplomatiques, le point a effectivement été évoqué par les deux présidents. Si d’un côté il y a un contact positif, de l’autre il y en a un en attente : la lettre du chef de Confindustria V. Boccia, signée avec son homologue français Roux de Bézieux, adressée à Conte pour l’inviter au bilatéral qui se tiendra à Paris dans un mois. L’espoir est que l’éventuelle participation du Président du Conseil à la réunion bilatérale qui se tiendra à Paris dans un mois puisse pousser Macron à faire un pas en avant et renvoyer l’Ambassadeur à Rome. Conte hésite : serrer la main à Macron alors que Di Maio et Di Battista rencontrent les gilets jaunes, signifierait désavouer les chefs 5 Étoiles ». 

ARTICLE, La Repubblica, A. Ginori, A. Oppes : « Mattarella et Macron, appel téléphonique pour débloquer la crise » : « […] Les attaques de Salvini et de Di Maio, avec un Président du Conseil incapable de freiner l’escalade, ont convaincu Paris que seul Mattarella pouvait être l’arbitre du match en cours. […]».

Liaison ferroviaire Lyon-Turin (Tav) : ANALYSE, Corriere della Sera, D. Di Vico « C’est le pays qui paie » : « Les derniers rapports parlementaires indiquent que les représentants de la Ligue travaillent d'arrache-pied en ce moment pour déposer des amendements au décret sur le revenu citoyen. Le leitmotiv des textes est de délimiter le périmètre, de rendre son exécution plus difficile, de modifier l'identité de ce que Luigi Di Maio et ses collaborateurs considèrent comme la réforme sociale la plus importante de l'après-guerre à ce jour. Il est facile de penser à la réplique des hommes de Matteo Salvini dans la publication et la courbe de l'analyse coûts-avantages du TAV, qui associe pleinement les thèses du M5S de l’inutilité des travaux et qui conteste la récente visite du vice-premier ministre de la Ligue au chantier de Chiomonte. Après cette réponse, la conclusion la plus immédiate que l'on puisse tirer est que nous sommes entrés dans une saison post-contractuelle. Le fameux contrat entre la Ligue et le M5S, c’est-à-dire la forme politico-programmatique avec laquelle les lignes de base de deux forces politiques, qui avaient remporté les élections sans se présenter aux électeurs comme des alliés potentiels, avaient été habilement comprimées, ne semble plus tenir ». 

ARTICLE, La Repubblica, A. D’Argenio, C. Lopapa : « Ligne Lyon-Turin (Tav), la carte du report : encore trois mois pour éviter de perdre les fonds ». 

COMMENTAIRE Il Messaggero D. Tabarelli « TAv, les contradictions environnementales dans l’analyse » : « Les calculs faits par l’abc du M5S sont difficiles à comprendre, dans un document farfelu où trouver un raisonnement lucide est impossible. Notamment sur le côté environnemental, où l’impact semble bien sous-estimé. Dans les révolutions et les mouvements, les imprécisions et les contradictions sont inévitables mais quand elles deviennent la règle, on finit à la farce, une farce vouée à la tragédie ». 

ENTRETIEN d’Edoardo Rixi (Ligue), vice-ministre des transports « Ne pas réaliser l’œuvre est un scénario absurde. Nous sommes prêts au référendum » (Il Messaggero) : « Le rejet était prévisible mais il y a encore les marges pour améliorer le projet du côté des coûts, comme par exemple faire arriver la contribution des fonds européens de 40 à 50%. Maintenant il faut comprendre si on veut ou pas faire le tunnel. Nous ne pouvons pas réduire à zéro la connexion ferroviaire avec la France. Il y a plusieurs aspects de cette analyse qui ne me convainquent pas. Il faut du bon sens, pas une approche idéologique’’ ». 

ARTICLE, La Repubblica, A. Ginori, C. Bonini : « Terroristes, le jour de la vérité : d’autres noms dans la liste des fugitifs » : « Le rendez-vous est pour aujourd’hui à place Vendôme. Une délégation de magistrats italiens se rendra donc à Paris pour rencontrer les collègues français au siège du ministère de la Justice. Il s’agit d’une ‘’ réunion technique ‘’, mais avec une valeur hautement politique, vu le moment de crise diplomatique en cours entre les deux pays. Le but de cette rencontre sera d’évoquer le sort de quinze terroristes fugitifs en France depuis des décennies, plus deux noms qui viennent d’être ajoutés à la liste, deux personnes visées d’un mandat d’arrêt européen pour des faits plus récents. Les négociations seront longues et complexes aussi parce que cette réunion bilatérale, la première à ce niveau depuis 2002, intervient dans un contexte politique très tendu ». 

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Conte.jpg

Giuseppe Conte au Parlement européen

Ana Gil Román, présidente de la Commission de la Culture et du Patrimoine du Parlement d’Andalousie.

Vox.jpg

Espagne. Andalousie. Vox a désigné Madame Ana Gil Román à la présidence de la Culture et du Patrimoine du Parlement d’Andalousie. La presse met en avant le fait qu’elle avait publié sur Twitter des vers du fondateur de la Phalange José Antonio Primo de Rivera.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2019/02/07/vox...)

12/02/2019

La Ligue et Frères d'Italie remercient les électeurs des Abruzzes.

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. La Ligue et Frères d'Italie remercient les électeurs des Abruzzes.

Abruzzes 1.jpg

Le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini

Abruzzes 2.jpg

La dirigeante de Frères d'Italie Giorgia Meloni et le nouveau président des Abruzzes Marco Marsilio : "Merci les Abruzzes".

FdI 2.jpg

Marco Marsilio : "Merci !"

(http://www.bvoltaire.fr/italie-les-patriotes-triomphent-d...)

Le Jobbik annonce qu’il se présentera seul aux élections européennes.

Jobbik.jpg

Hongrie. Le Jobbik annonce qu’il se présentera seul aux élections européennes, et pas en coalition avec d’autres partis.

SME Rodina rejoint le MENL.

SME Rodina.jpg

MENL.jpg

Slovaquie et Union Européenne. Le parti patriotique SME Rodina, qui dispose d’élus au sein de la Chambre des députés, rejoint officiellement le Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés (MENL) [Rassemblement National, FPÖ, PVV, Ligue,...].

Oskar est de retour !

UDC.jpg

Suisse. Oskar Freysinger sera le coordinateur de la campagne de l'UDC romande en vue des élections fédérales d’octobre 2019 :

https://www.letemps.ch/suisse/ludc-romande-mise-oskar-fre...

Oskar Freysinger.jpg

Oskar Freysinger