Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2020

"Donnez-nous le symbole de l’ancienne Ligue."

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

 ARTICLE, Stampa, F. Capurso, « Entente sur le décret Août. Interdiction des licenciements jusqu’à la mi-novembre » : « L’accord sur le décret Août a été atteint hier au Palais Chigi à la fin de la rencontre entre les chefs de délégation de la majorité. À la demande des syndicats, le stop aux licenciements a été approuvé jusqu’à la mi-novembre, un mois de plus par rapport à la première proposition contenue dans le décret. La requête de la ministre de l’Education, Lucia Azzolina, pour le recrutement de 85milles nouveaux enseignants et de 11.000 membres du personnel ATA a également été acceptée. Le PD semble satisfait de cette entente sur le décret mais il faudra encore attendre le Conseil des Ministres pour que le feu vert définitif arrive et les discussions ne soient pas renvoyées au mois de septembre. »

ARTICLE, Repubblica, C. Lopapa, « La première rébellion des ‘nordistes’ : ‘’Donnez-nous le symbole de l’ancienne Ligue’’ » : « Les hypothèses avancées ces derniers jours d’une possible fracture entre la Ligue du Nord et la Ligue ‘’de Salvini président du Conseil’’, qui ont été immédiatement démenties, semblent cependant trouver un fond de vérité dans les faits. La minorité ‘nordiste’ au sein de la Ligue du Nord, qui n’a pas accepté le tournant nationaliste prôné au cours du congrès de décembre, a demandé de pouvoir utiliser le symbole électoral de la Ligue du Nord aux prochaines élections administratives. Cette proposition a été avancée en particulier dans certaines municipalités de la Romagne, à Mantoue et Viadana sous l’initiative de deux anciens députés adversaires de Salvini au congrès de 2017, Gianluca Pini et Gianni Fava, qui revendiquent leur inscription au parti ‘Ligue du Nord pour l’indépendance de la Padanie’, différent de la Ligue de Salvini, libre selon eux de faire sa campagne électorale avec d’autres candidats. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

06/08/2020

Thuringe : l'AfD donnée à 20 %.

AfD.jpg

Allemagne. Thuringe.

(https://www.wahlrecht.de/umfragen/landtage/thueringen.htm)

Thuringe 1.png

Die Linke : post-communiste

AfD : patriotes

CDU : démocrates-chrétiens

SPD : sociaux-démocrates

Grüne : écologistes

FDP : libéraux

Sonstige : autres

"Région Vénétie : désaccord entre Zaia et Salvini sur l’alliance avec Meloni."

M5S.jpg

Ligue.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

ENTRETIEN, La Repubblica, A. Cuzzocrea, de Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères, « Di Maio ‘’La majorité trouvera un accord. Et Forza Italia ne sera pas nécessaire’’ » : « ‘’Je crois qu’après la réduction du nombre des parlementaires, l’Italie aura besoin d’une nouvelle loi électorale. Je comprends les craintes du PD ; l’accord devait prévoir un changement de la loi électorale et des règlements parlementaires parallèlement à la réforme des parlementaires. Je compte sur la possibilité d’ouvrir un dialogue au sein de la majorité pour trouver une solution. La majorité est solide : ni moi ni le M5S ne souhaitons un remaniement du gouvernement. A propos de la situation en Libye, la voix européenne doit être plus forte et il faudrait travailler pour arrêter toute interférence extérieure. Concernant la Tunisie, pays qui est en train de vivre une phase d’instabilité politique et économique, due notamment au manque d’un gouvernement en ce moment, l’Italie est prête à fournir son aide et son soutien au peuple tunisien dans ce défi. Il s’agit d’un pays sûr et nous avons déjà dit que toutes les personnes qui arriveront dans notre pays seront rapatriées. En aide au peuple libanais, l’Italie enverra deux avions C-130 de l’Aéronautique militaire qui transporteront huit tonnes de matériel sanitaire et des corps de pompiers, coordonnés par la Protection civile. Des hommes et des moyens seront fournis pour aider dans les travaux de reconstruction. En termes de coopération aussi, nous sommes prêts également à donner notre contribution’’. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, M. Ainis, « Le report, l’élixir du président du Conseil » : « Sur les principales questions politiques, comme l’état d’urgence, l’utilisation des fonds du MES avec la réforme des décrets sécurité et la nouvelle loi électorale, la majorité au gouvernement semble avoir décidé de ne pas décider, se trouvant tous d’accord dans le désaccord. Mais si le président Conte croit qu’enterrer momentanément les problèmes puisse faire gagner du temps, en réalité cela est souvent la source de problèmes supplémentaires. Si le gouvernement décide de prolonger l’état d’urgence sans les présupposés qui en avaient justifié l’adoption au mois de janvier, un précédent pourra être créé ; si la majorité promet une nouvelle loi électorale pour équilibrer la réduction du nombre des parlementaires, mais après elle renie sa promesse ou elle la renvoie, probablement le référendum de septembre décrétera la victoire des non. En effet, reprenant les mots de George Canning, Premier ministre britannique du XIXe siècle, ‘’l’indécision et le report sont les parents de l’échec’’. »

COULISSES, La Stampa, A. La Mattina : « Région Vénétie : désaccord entre Zaia et Salvini sur l’alliance avec Meloni » : « Aux élections régionales du 20 septembre, Luca Zaia ne veut pas Fratelli d’Italia dans la coalition de centre droit. La raison est le manque de conviction du parti de Giorgia Meloni sur l’autonomie, qui pour le gouverneur est un élément central de l’identité passée, présente et future de la Ligue. Chez Frères d’Italie, on pense que la Ligue est en train de décharger ses problèmes, Giorgia Meloni a donné l’ordre de ne pas répondre aux provocations. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Créé par Vox, un nouveau syndicat naît en Espagne.

Présent.png

Vox.jpg

Espagne. Créé par Vox, un nouveau syndicat naît en Espagne :

https://present.fr/2020/08/05/cree-par-vox-un-nouveau-syn...

05/08/2020

Alexander Gauland commente la visite du ministre-président de Rhénanie du Nord-Westphalie en Grèce.

AfD.jpg

Allemagne et Grèce. Le coprésident du groupe des élus de l’AfD au sein de la Chambre des députés Alexander Gauland commente la visite du ministre-président de Rhénanie du Nord-Westphalie Armin Laschet dans un camp de migrants en Grèce qui a dû être interrompue pour des raisons de sécurité : « La courte excursion d’Armin Laschet dans la politique mondiale a heurté brutalement la réalité. » Il ajoute que la Rhénanie du Nord-Westphalie a assez de problèmes et qu’Armin Laschet ferait bien de se concentrer sur la résolution de ceux-ci.

"Les fragiles frontières du pays."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

L’explosion du port de Beyrouth est reprise par tous les médias.  Le Corriere della Sera titre sur la conversation avec le président du Conseil, Giuseppe Conte : « Voici comment l’Italie peut repartir » ; l’évolution de la pandémie de Covid est reprise par La Stampa : « Covid, alarme deuxième vague en Europe ». Le débat de politique intérieure sur la loi électorale et l’intervention du Président Mattarella sur le rôle des Régions : « Loi électorale, le défi du Pd » (Repubblica), « Même droits au Nord et au Sud » (Messaggero).

CONVERSATION, Corriere della Sera, F. Sarzanini, avec Giuseppe Conte, président du Conseil, “De cette manière l’Italie peut repartir. Sur l’école, c’est moi qui donne les garanties” : « A la veille du nouveau Décret de la présidence du Conseil des ministres qu’il devra signer avant la fin de la semaine, le président du Conseil Giuseppe Conte a déjà confié à ses bureaux le schéma à suivre. Il est conscient que la situation épidémiologique est susceptible de muter rapidement. Mais les données favorables de ces jours lui permettent d’être optimiste et de réfléchir à des possibles assouplissements de son programme d’action : en premier lieu en matière de tourisme, avec la reprise des voyages des bateaux de croisière et de l’organisation de foires et de meetings. Mais c’est l’ouverture des écoles la grande priorité des prochaines semaines : ‘’C’est mon engagement envers les jeunes, les familles, le pays. C’est mon engagement envers les enseignants et le personnel scolaire. L’école va rouvrir sans aucun doute. Je suis convaincu que nous n’aurons pas d’autres confinements. Je le sais car nous continuons à travailler pour la poursuite de cet objectif chaque jour avec le gouvernement, la Protection civile et le comité technique scientifique. Nous sommes tranquilles car nous avons créé un réseau sanitaire efficace et efficient, source de compliments de la part des autres gouvernements étrangers’’. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli, « Le PD dans le labyrinthe de Palais Chigi » : « La campagne du mois d’août menée par le PD sur la loi électorale se poursuit. C’est une course désespérée contre la montre afin d’obtenir un accord avant le référendum de septembre sur la réduction du nombre de parlementaires. Il s’agit d’un thème qui révèle la précarité des rapports politiques et qui se combine à l’autre délicate question de la gestion des migrants qui engage la relation entre le leader du PD Zingaretti et le président du Conseil Conte. Si le choix stratégique d’un pacte avec le M5S pour un président du Conseil ‘’de législature’’ a été défendu longtemps, maintenant on comprend que probablement le seul et unique bénéficiaire de ce pacte est Giuseppe Conte, qui a su naviguer habilement parmi les limites et les insécurités de sa majorité. Jour après jour, il a mis au point un mécanisme de pouvoir qui se développe autour de lui, comme le témoignent la gestion du fond de relance, le contrôle des services secrets, la gestion des télécommunications et de la fibre rapide. Le PD vit alors un évident état de frustration, dans lequel il est conscient d’être plus fort que son partenaire de gouvernement mais il ne peut pas sortir d’un schéma qui évolue contre ses prévisions. Dans ce contexte, le PD pourrait arriver à ne plus supporter cette situation et décider de prendre la voie des élections anticipées. Dans ce cas, il devra considérer que Conte sera prêt à jouer ses cartes, désormais conscient d’être plus aimé par les Italiens que ses adversaires, Zingaretti et Di Maio ».

COMMENTAIRE, Corriere della Sera, F. Venturini, « Les fragiles frontières du pays » : « Les flux importants de migrants de la Tunisie et le vote parlementaire qui a envoyé Matteo Salvini au procès ont confié à nouveau une place privilégiée sur la scène politique italienne à la question de l’immigration clandestine. Salvini aspire à l’acquittement, mais encore plus à un débat qu’il pourrait utiliser comme une rampe de lancement pour reconquérir l’ancien consensus de la part des Italiens. Pensant aussi au leadership dans le Mouvement, Di Maio parie qu’une initiative ferme et immédiate à l’égard de Tunis et de l’Europe puisse convaincre les électeurs plus que les proclamations de Salvini ou les blocus navals irréalisables proposés par Giorgia Meloni. Et entretemps, l’Italie commence à avoir peur de l’automne, elle ne sait pas ce qu’elle voudra faire avec l’argent du fond de relance, elle se divise sur les milliards comptants du MES, et elle assiste à la hausse des contagions d’un virus qui nous tourmente de la Catalogne aux Balkans. A propos de la Libye, le plan du ministre Minniti apparaissait à maints égards très efficace, mais le PD n’avait pas voulu ou su valoriser ses progrès auprès de l’opinion publique. Et aujourd’hui, le secrétaire Zingaretti, comme la ministre Lamorgese, réclame une évacuation humanitaire des camps de détention et de torture en Libye. La Tunisie représente une question différente, puisque les migrants sont principalement économiques. Dans ce contexte, l’Italie doit sûrement s’adresser à l’Europe. Peut-être rappelant à Angela Merkel les temps pendant lesquels son gouvernement était favorable à une révision des règlements de Dublin. La répartition équitable des migrants n’est cependant pas pour le moment à l’ordre du jour et il faut se contenter de systèmes d’accueil volontaires annoncés par certains gouvernements. Mais il est opportun de considérer que les migrants peuvent bouleverser nos démocraties et, avec elles, l’Europe entière. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

04/08/2020

La chaîne YouTube de Tomio Okamura supprimée.

Vpost.jpg

SPD.png

Tchéquie. La chaîne YouTube du dirigeant populiste tchèque Tomio Okamura (SPD) a été supprimée par le réseau social. « Nous assistons à une censure sévère et à un totalitarisme émergent », a déclaré M. Okamura, « Je considère le fait que YouTube ait annulé ma chaîne, où j’ai publié des informations non censurées, une grave attaque contre la liberté d’expression, une attaque contre les libertés civiles fondamentales donnée par la Charte des droits et libertés et une violation de la libre concurrence des partis politiques donnée par l’ordre constitutionnel tchèque ».

(Source : https://visegradpost.com/fr/2020/07/26/lessentiel-de-lact...)

Ce mercredi, Matteo Salvini sera en Ligurie.

Ligue.jpg

Italie.

L 1.jpg

Andreas Kalbitz annonce qu’il laisse de côté sa fonction de président du groupe des élus de l’AfD au Parlement du Brandebourg.

AfD.jpg

Allemagne. Brandebourg. Andreas Kalbitz annonce qu’il laisse de côté sa fonction de président du groupe des élus de l’AfD au Parlement du Brandebourg en attendant l’aboutissement de ses recours contre son exclusion du parti devant la justice.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/07/30/la-...)

Conte : "Migrants, plus de rapatriements sont nécessaires."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

De nombreux thèmes occupent ce matin les Unes. La « renaissance » du Pont de Gênes, désormais appelé « Pont Saint Georges », inauguré hier, est au centre de l’attention de tous les médias avec photos en Unes sur les quotidiens : « Un arc-en-ciel sur le pont, ainsi Gênes retrouve son union » (Corriere), « Le jour du Pont : Gênes essaie maintenant de renaître » (Repubblica), mais  c’est « ‘’Une blessure qui ne guérit pas’’ a dit le Président Mattarella » (Stampa), « Mattarella et la blessure du pont » (Messaggero). « Mattarella et Conte clouent Benetton au pilori » - « Le chef de l’Etat : ‘’l’identité des responsables est connue’’ » écrit le Fatto.

Une enquête de l’ISTAT est également largement reprise avec les « vrais chiffres de la contagion par Covid-19 en Italie » - « Les Italiens entrés en contact avec le virus sont 1 million et demi » (Corriere, Stampa).

La plupart des quotidiens se fait l’écho des déclarations de G. Conte sur les « Migrants, plus de rapatriements sont nécessaires », indiquant que « le décret arrivera après les élections régionales, alors que des débarquements ont encore lieu à Lampedusa » (Stampa). « La majorité se dispute sur les migrants » écrit le Corriere.

Enfin, La Repubblica évoque une « crise de nerfs au sein de la Ligue » avec « l’irritation de Zaia et Giorgetti envers Salvini ».

RETROSCENA (Coulisses), Corriere della Sera, M. Galluzzo, M.T. Meli, « Conte donne la ligne ‘’Durs et inflexibles’’. Zingaretti critique : nous courons après la Ligue » : « A la lueur de la vague importante d’arrivées quotidiennes de migrants sur les côtes italiennes, et de la coopération croissante entre l’Italie et la Tunisie, une réunion conjointe s’est tenue hier au Palais Chigi entre les autorités du Ministère des Affaires étrangères et du Viminal pour de mettre au point une stratégie articulée sur différents points. En premier lieu, l’accord atteint avec les autorités tunisiennes pour le rapatriement des immigrés irréguliers à travers deux vols par semaine qui permettront le retour en Tunisie de 80 personnes. En même temps, le gouvernement est en train de proposer au gouvernement tunisien un éventail d’aides possibles, notamment l’offre d’expertise aux garde-côtes, la fourniture d’appareils radars, jusqu’à l’éventuel contrôle conjoint des frontières maritimes. Accusé surtout par les membres du PD d’avoir agi en retard par rapport à l’émergence, le président du Conseil Giuseppe Conte a souligné hier sa ligne d’action basée sur la fermeté : ‘’On ne rentre pas en Italie de cette manière et surtout pas en ce moment délicat ; nous ne pouvons pas permettre que la communauté internationale soit exposée à d’ultérieurs dangers non contrôlables. Nous devons être durs et inflexibles. Nous devons coopérer avec les autorités tunisiennes pour contrer les trafics illicites alimentés par les groupes criminels et nous devons intensifier les rapatriements’’. »

ENTRETIEN, V. Raggi, Maire de Rome, Repubblica, « Jamais un musée : Rome ne peut risquer de célébrer le fascisme » - « Rome est orgueilleusmeent anti-fasciste » : « Après avoir lu que trois conseillers M5S avaient proposé la création d’un musée du fascisme, la Maire de Rome est intervenue rapidement : une sorte de censure pour bloquer la motion avant qu’elle ne soit présentée dans l’hémicycle. ‘’La conseillère Guerrini n’avait pas pris la mesure de cette proposition puis elle l’a retirée’’ (elle avait signé la motion avec les conseillers Simonelli et Coia). Le front antifasciste et la communauté juive s’étaient élevés contre ce projet, face au danger qu’une réaction opposée à l’idée préliminaire n’ait lieu et permette de ‘’favoriser les révisionnistes et négationnistes’’, comme l’explique V. Raggi ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

03/08/2020

"Salvini éloigne la Ligue du Nord."

M5S.jpg

Ligue.jpg 

FI-AN.jpg

Italie. Revue de presse.

L’inauguration du Pont de Gênes est reprise par tous les médias : « Le nouveau pont après la blessure » (Corriere), « Gênes, le jour de l’orgueil » (Repubblica), « Le miracle de Gênes, inauguration du pont San Giorgio » (Stampa), « Inauguration du nouveau pont » (Messaggero), « 15 ans de négligence : aucune prescription pour le pont » (Fatto Quotidiano). Les quotidiens italiens titrent aussi sur l’évolution de la pandémie de Covid : « Les scientifiques : maintenant distanciation sur les vols » (Messaggero), « Conflit gouvernement-Régions sur les trains » (Corriere). Ainsi que sur la relance économique italienne : « Décret août, voici le bonus pour les consommations » (Stampa).  En politique intérieure, Repubblica ouvre sur le changement interne à la Ligue : « Salvini éloigne la Ligue du Nord » (Repubblica).

L’hashtag #IoMettoLaMascherina (‘’Je porte un masque’’) domine suite aux déclarations de Matteo Salvini sur l’inutilité du port du masque pour limiter la diffusion du Covid 19.

ENTRETIEN (extraits), de la ministre de l’Intérieur italienne, Luciana Lamorgese (Indépendante), Corriere della Sera de samedi, « Plus de rapatriements en avion et en bateau. Ceux qui arrivent ne seront pas régularisés » : « ‘’Au cours de ce mois de juillet, les flux continus de migrants vers l’Italie ont été influencés par la crise économique sans précédents que la Tunisie est en train de vivre. J’ai dit au ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin au cours de notre rencontre au Viminal que la crise tunisienne ne peut pas être gérée par un seul pays mais par l’Europe entière. J’ai obtenu de la commissaire à l’immigration de l’Union européenne, Ylva Johansson, la preuve de la volonté de mettre en place un engagement conjoint en Tunisie le plus tôt possible, pour qu’une crise économique avec des effets migratoires si importants puisse avoir une solution de l’autre côté de la Méditerranée. La Tunisie a besoin de stabilité et l’Italie ne doit pas se retirer face à ce devoir parce que c’est seulement dans un cadre de sécurité qu’il sera possible de gérer le contrôle des frontières et les flux de l’immigration irrégulière, veillant toujours au respect des droits de l’homme et à la sauvegarde des vies en mer et sur terre. Lundi dernier, j’ai rencontré à Tunis le président de la République Kais Saied et le ministre de l’Intérieur Hichem Mechichi et nous avons décidé que pour le mois d’août il y aura une augmentation des vols de rapatriements prévus deux fois par semaine. Nous avons également sollicité la mise en place de modalités moins strictes de retour, par exemple à travers des bateaux’’. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, E. Mauro : « La course pour l’après-Salvini » : « À la fin même Matteo Salvini se découvre victime du virus d’un point de vue politique, comme si la pandémie avait affaibli l’organisme de la Ligue en isolant son Capitano dans une sorte de quarantaine immatérielle qui le tient séparé des problèmes du pays sans plus avoir la capacité d’agir en protagoniste. C’est l’effet de la phase déclinante qu’il est en train de vivre et qui est sous les yeux de tous. Salvini a encore les votes, même si en baisse, mais semble ne plus avoir l’âme pour les représenter ni les idées pour les investir dans un projet politique qui sache remettre la Ligue au centre du Pays. Ce que Salvini n’a pas compris est que le virus n’a pas seulement bouleversé la richesse des Nations mais a touché aussi le ‘marché de la peur’ dont profitaient les populismes de tout genre. Pour la droite cela pouvait représenter une occasion historique pour reformuler son vocabulaire, sa culture, les fondements de son hégémonie particulière : et donc d’un côté son rapport avec les citoyens, et, de l’autre, avec l’Etat. Il est évident qu’elle n’est pas arrivée prête à ce rendez-vous. Un leader capable d’incarner une droite normale pourrait dominer. Pour des hommes de gouvernement, comme Zaia, et pour la troisième génération de la droite, le concours est ouvert. »

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa, C. Tito : « Le parti de Matteo naît, mais 30 % au sein de la base du Nord ne renouvelle pas la carte » : « Demain, juste demain, la Ligue Nord meurt.  Ce n'est pas un paradoxe mais il s’agit d’une date officielle. Parce qu’il s’agit de la journée où l’adhésion au nouveau parti de Matteo Salvini, ‘’ Ligue pour Salvini président du Conseil ‘’, se termine. A partir de demain, les membres ne seront plus les mêmes, le Nord disparaît ainsi que la ‘’ question septentrionale ‘’, comme déjà annoncé lors d’un congrès fantôme d’il y a quelques mois, pour céder la place au thème de la ‘’ droite du Sud ‘’. Zaia et Giorgetti désertent la fête du parti, le malaise croît et la base des membres commence à couver la révolte dans une situation totalement anormale où le mouvement de la Ligue vivait historiquement dans l'identification totale du chef avec les membres. Le passage à la nouvelle ‘’ Ligue Nationale ‘’ de Salvini ne sera pas du tout facile, non seulement en raison de l'abandon des idées originales, mais aussi en raison de l'absence de consensus et de résultats au sein du leadership. Salvini a provoqué la crise de gouvernement, a promis de remporter les élections en Emilie-Romagne, il a été partisan du souverainisme anti-européiste pendant l’épidémie de Covid et il a demandé de rouvrir les régions lorsque les présidents les fermaient : ce sont tous les facteurs qui ont contrarié les partisans et les membres du parti et qui les ont éloignés du leader ».

ARTICLE/SONDAGE, La Repubblica, Ilvo Diamanti : « Cette droite qui grandit, poussée par Meloni et au détriment de Salvini » : « Fratelli d’Italia, le parti dirigé par Giorgia Meloni, est le seul à avoir connu une croissance régulière et significative depuis les élections politiques de 2018. Il y a un an, FdI avait 6,5 % et maintenant les sondages sont supérieurs à 16 %. Un électeur de la Ligue sur cinq voterait pour le parti de Meloni, qui a eu un consensus supérieur à 40 %, même si elle reste liée à un rôle d’opposition. Aujourd’hui, Giorgia Meloni est certainement le rôle moteur du centre-droit, dépassée seulement par Giuseppe Conte mais devant Salvini et Berlusconi. Le tournant a été en septembre dernier, en raison de la crise de gouvernement ouverte par Salvini et des difficultés de la Ligue et FDI a ainsi occupé un espace laissé libre par Salvini, qui a transformé la Ligue du Nord en Parti National de Droite, comme son amie Marine Le Pen, perdant une partie de son identité historique ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

01/08/2020

La Commission fédérale d’arbitrage du Parti social-démocrate a exclu l’écrivain Thilo Sarazzin du parti.

Allemagne. La Commission fédérale d’arbitrage du Parti social-démocrate (SPD) a exclu l’écrivain Thilo Sarazzin du parti. Sarazzin poursuivra ses recours en utilisant la voie juridique.

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2020/01/23/all...)

(https://www.bvoltaire.fr/lecrivain-social-democrate-thilo...)

L'AfD hérite de 14,4 millions d'euros.

AfD.jpg

Allemagne. Au début de l’année 2020, l’AfD avait annoncé qu’une personne décédée lui avait légué sa fortune. Il apparaît désormais que celle-ci a plus de valeur que cela n’avait été estimé. Elle est de 14,4 millions d’euros a lieu des 7 millions à laquelle elle avait été estimée.