Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2018

"Italie-UE, négociation à outrance."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Budget/UE : Unes - : « Dernier duel sur le budget » (Corriere della Sera), « Un budget qu’il faut réécrire : bras-de-fer sur les coupes » (La Repubblica), « Italie-UE, négociation à outrance » (La Stampa), « Budget, les dernières requêtes de l’Europe » (Il Messaggero), « L’étau sur le budget pour réduire le déficit » (Il Mattino), « L’Europe demande un ultime effort » (Avvenire).

ARTICLE, Corriere della Sera F. Fubini « Juncker, la ‘’colombe’’ envers et contre tous, veut maintenant un geste sur les retraites » : « Juncker et Moscovici remarquent qu’en Italie, il n’y a pas la perception qu’ils sont isolés à l’intérieur même de la Commission. Les deux colombes se retrouvent donc contre tous les autres membres et pas seulement le vice-président Dombrovskis. Raison pour laquelle ils ont été déçus après la rencontre avec G. Conte et G. Tria, jeudi soir. Après plusieurs appels au dialogue, le Président du Conseil et son ministre se sont présentés les mains presque vides. Juncker et Moscovici se sont montrés toutefois constructifs : ils veulent à tout prix éviter une procédure aux effets imprévisibles pour l’Italie. Le Luxembourgeois craint qu’une éventuelle décision d’infraction, alors que Paris en serait dispensé, ne soit instrumentalisée par la Ligue et le M5S dans la campagne pour les élections européennes. On demande un effort sur les retraites. Pour cela, Conte et Tria ont besoin du feu vert de Salvini. Il faudra faire vite, mercredi la Commission tranchera ».

EDITORIAL Corriere della Sera M. Franco « L’italo-sceptique qui ne sait pas faire l’arbitre – Histoire du Commissaire Moscovici avec le cœur à Paris, et par intermittence, à Rome » : « La phrase avec laquelle le Commissaire Moscovici a presque remis en cause l’équilibre précaire du compromis auquel est parvenu Conte, soutenant que ‘’l’Italie devrait faire d’autres efforts sur la loi de finances 2019’’, a surpris le gouvernement italien. Le fait qu’il ait ajouté que c’est un ‘’pas dans la bonne direction, mais nous n’y sommes pas encore : il y en a d’autres à faire, sans doute des deux côtés’’ n’a pas beaucoup rassuré. Moscovici se montre indulgent vis-à-vis des mesures annoncées par Macron et dur vis-à-vis de l’Italie qui, même si cela est après beaucoup d’erreurs, a montré qu’elle sait s’imposer un simulacre d’autodiscipline financière. Moscovici sait cependant qu’il doit rejeter l’accusation des autres Etats qui le disent sensible aux demandes de l’Italie pour aider la France ».

COULISSES Il Messaggero M. Conti « Conte fait pression sur les dirigeants européens et réécrit les mesures de la loi de finances avec le Trésor » : « Le jour suivant l’annonce de réduction de 8 milliards la loi de finances, Conte retourne à Bruxelles pour le Conseil européen, pour faire ‘’campagne’’ pour le quasi-accord avec la Commission. De Merkel à Rutte, l’appréciation pour le travail qu’il a accompli ces dernières semaines est quasi-unanime. Le temps à disposition est court pour la Commission qui doit présenter son rapport lundi à l’Ecofin sur le budget italien. Il est également court pour le gouvernement italien qui doit présenter le même jour au Sénat l’amendement modifiant la loi de finances. »

COMMENTAIRE, La Repubblica, S. Folli : « Et maintenant, un scénario Tsipras s’ouvre » : « Quelque chose a changé ces dernières heures : le scénario « Tsipras » s’est ouvert dans notre pays. Tsipras, du nom du président du Conseil grec, étaituin important contestataire des règles européennes et qui maintenant, est en train de gouverner sous le signe de l’orthodoxie. Sa transformation a eu lieu après un référendum convoqué pour dire ‘’non’’ aux requêtes de l’UE. Il avait gagné triomphalement sur ce présupposé, mais ensuite ne l’avait pas du tout respecté. Nous n’en sommes pas encore là et le couple Salvini-Di Maio a encore du chemin à faire avant de devenir la version locale de la girouette d’Athènes. Toutefois, le point de non-retour a été frôlé, quand le président du Conseil a accepté de fixer le déficit à 2,04 %, en le présentant comme un grand succès. Ce compromis entre les deux faiblesses, celle du gouvernement italien et celle de la Commission Juncker, est un acte de réalisme mais aussi un adieu à l’ambition de la Ligue et du M5S de représenter une alternative radicale, presque révolutionnaire, à l’Europe d’Angela Merkel ou plutôt de l’ancien pacte privilégié franco-allemand ».

ANALYSE, La Repubblica, C. Tito : « La saison des deux gouvernements » : « Un gouvernement double, sans une route crédible, capable d’hypothéquer l’avenir avec un pari d’aventuriers. Une Union européenne suspendue, dans les limbes électoraux, préoccupée uniquement par le règlement des comptes qui aura lieu en juin, quand la nouvelle Commission s’installera. Le résultat : une loi de finances hypocrite dans laquelle tout le monde prétend avoir trouvé une solution. Quand on comprendra que les prévisions du gouvernement sont sans fondement et que la donnée sur la croissance à 1,5 % est une mystification, consciemment occultée par la Commission, le château des illusions s’effondrera. La seule donnée positive pour l’Italie est la possibilité d’éviter la procédure d’infraction, mais seulement pour le moment, parce que le pêché original de ce gouvernement est toujours le même. Ce n’est pas une coalition, c’est une somme de partis ; ce n’est pas un gouvernement, ce sont deux gouvernements qui se passent le flambeau sans cesse sur un échiquier fermé ».

ANALYSE Sole 24 Ore L. Palmerini « Le prix (différent) que Di Maio et Salvini paient après la marche arrière » : « La déclaration conjointe des deux leaders, assurant leur ‘’pleine confiance’’ au Président du Conseil Conte pour négocier avec l’Europe, est la démonstration de la volonté de trouver un accord. Dans les derniers sondages, 58% des Italiens se déclarent favorables à un accord avec Bruxelles. La désillusion de la base 5 Etoiles a explosé sur les réseaux sociaux. Même le ‘’Capitaine’’ Salvini a été critiqué sur le web. Toutefois, ce dernier l’emporte sur Di Maio puisque 53% de son électorat, selon un sondage Ipsos, est favorable à un accord avec l’UE ».

COULISSES La Stampa, P. Baroni « Marche arrière M5S-Ligue sur le revenu et les retraites : ‘’nous mettre dans une position de rigidité a été une erreur’’ » : « Au sein du gouvernement, certains – comme le légiste G. Centinaio – estiment que le bras-de-fer avec l’Europe sur le budget a eu un coût et personne n’y a gagné. Le responsable de l’Agriculture, S. Costa, avoue ‘’nous devrions faire nous aussi un mea culpa. Ils auraient dû moins se crisper et chercher le dialogue’’. Salvini et Di Maio peuvent lire sur leurs réseaux sociaux (tant aimés) de nombreuses critiques, protestations et déceptions. Les deux vice-présidents du Conseil ont fini par céder à la ligne du dialogue de G. Conte ». 

ARTICLE La Stampa M. Bresolin « Le blitz en Europe des 5 Étoiles tombe à l’eau, la Ligue vote en faveur de la Ligne Lyon-Turin » : « À Strasbourg, l’amendement présenté par les 5 Etoiles pour exclure la ligne grande vitesse Lyon-Turin (Tav) des financements européens a été largement repoussée. Par conséquent, la ‘’Tav’’ demeure parmi les premières 10 grandes œuvres qui font partie du ‘’connecting Europe Facility’’ (Cef). Un avertissement clair nous vient de Bruxelles : en cas d’ultérieurs retards, il y a un risque de voir les fonds passer à d’autres chantiers. Et l’Italie pourrait même être appelée à rembourser l’argent jusque-là encaissé. La Commission attend des évolutions ‘’dans les prochaines semaines’’ »

ARTICLE Corriere della Sera V. Piccolillo « Toninelli se rend : l’analyse des coûts sauve le troisième tunnel Tortona-Novi Ligure-Gênes » : « Le ministre des infrastructures D. Toninelli (M5S) se rend par le biais de Facebook. Il prévient aussi les critiques ‘’nous avons affronté sans préjugés un dossier envenimé que les professionnels de la politique nous ont laissé’’. [Selon les experts], ne pas réaliser l’œuvre publique coûterait 2 milliards et demi. Voici donc la première des analyses complétée parmi celles demandées par le ministre. On attend encore les résultats de la ligne Lyon-Turin (Tav), peut-être d’ici la fin de l’année ».

LETTRE ouverte du comité en faveur de la ligne Lyon-Turin, La Stampa : « Cher Président Fico, sortons de l’isolement » : « Monsieur le Président de la Chambre, dans votre lettre à La Stampa vous évoquiez un modèle différent de développement du territoire. Laissez-nous raconter le nôtre. La ‘’Tav’’ ne sera certainement pas la solution à tous les maux, mais elle constitue certainement une manière concrète de s’ouvrir et de se connecter aux autres zones de la planète, donnant une opportunité de croissance et favorisant les entreprises locales ».

COMMENTAIRE Corriere della Sera E. Franco « Pourquoi le Nord-Est aime-t-il les grandes œuvres » : « Le gouvernement a mis un peu de temps pour comprendre la nécessité d’une confrontation avec les entreprises. Certains chantiers alimentent le PIB, alors que les droits commerciaux américains et le spread préoccupent les entrepreneurs. Le gouverneur de la région Vénétie, Zaia (Ligue), a prôné ouvertement pour la réalisation des grandes œuvres (Tav, l’autoroute ‘’Pedemontana’’, celle du Valdastico, celle Romea Commerciale...). La circulation est un problème concernant aussi la qualité de la vie et la compétitivité des territoires ».

ARTICLE Corriere della Sera « ‘’Nous nous portons candidats pour la Cop26 » : « C’est le ministre de l’Environnement Sergio Costa (Indépendant, proche du M5S) qui l’annonce par Twitter ‘’avec le Président du Conseil G. Conte nous avons décidé de formaliser la candidature’’. Le rendez-vous de 2020 sera crucial pour la pleine opérativité de l’accord de Paris sur la réduction des émissions de Co2 et pour la décarbonisation ».

ARTICLE, V. Di Giacomo, Messaggero« Battisti, le juge demande son arrestation, l’extradition semble porche. La Cour suprême brésilienne a lancé un mandat de capture à Interpol contre l’ex terroriste, qui pourrait cependant être déjà en fuite – Il avait été surpris à la frontière avec la Bolivie en octobre, en possession de beaucoup d’argent, préparant sans doute son nouvel ‘’exil’’ ».

ARTICLE, Il Mattino, F. Pacifico : « Sud, l’écart avec le Nord a augmenté » : « Le rapport Istat de 2017 montre l’écart du PIB entre Sud et Nord : le retard a augmenté de 44,1 % à 45 %. La Campanie a été en ligne avec la moyenne italienne, + 1,6 %, au sommet le Haut-Adige, avec une valeur presque triple de la Calabre ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

13/12/2018

Les citoyens devront avoir vécu 7 ans sur 12 au Danemark afin d’avoir droit aux allocations de chômage.

DF.jpg

Danemark. Le gouvernement et le Parti du Peuple danois se sont mis d’accord sur les propositions suivantes : les citoyens devront avoir vécu 7 ans sur 12 au Danemark afin d’avoir droit aux allocations de chômage. Diverses exceptions seront cependant introduites (pour les personnes qui ont travaillé à l’étranger pour des entreprises ou les autorités danoises ou ont vécu à l’intérieur de l’Union Européenne et les étudiants et employés d’organisations humanitaires qui ont séjourné dans ce cadre à l’étranger). Ces mesures seront introduites successivement jusqu’en 2021.

La Ligue donnée à 31 ou 32 % et le M5S à 26 ou 29 %.

Ligue.jpg

M5S.jpg

FI-AN.jpg

Italie. Un sondage EMG donne la Ligue à 32 %, le M5S à 26 % et Frères d’Italie à 4 %. Un sondage Piepoli donne la Ligue à 31 %, le M5S à 29 % et Frères d’Italie à 4 %.

L'AfD ne dispose toujours pas d'une vice-présidence à la Chambre des députés.

AfD.jpg

Allemagne. Mariana Harder-Kühnel de l’AfD n’a pas été élue ce jeudi 13 décembre 2018 au poste de vice-présidente de la Chambre des députés. Plus d’un an après l’assemblée constitutive de la Chambre des députés, l’AfD ne dispose toujours pas de la vice-présidence à laquelle elle a droit. 

241 députés sur 659 ont voté pour, 377 contre et 41 se sont abstenus. La majorité nécessaire est de 355 votes.

[Mariana Harder-Kühnel avait déjà échoué une première fois à la fin du mois de novembre 2018.]

Mariana Harder-Kühnel.jpg

Mariana Harder-Kühnel

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/11/29/l-a...)

"Juncker ouvre à Conte."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Budget/UE : Unes - : « Budget, ouvertures de l’UE » - ‘’ Budget revu, mais la TVA à nouveau évoquée. Tension entre les deux vice-présidents du Conseil’’ (Corriere della Sera), « Tournant dans les négociations avec l’UE » - ‘’Conte : déficit à 2,04%’’ (La Repubblica), « Rome cède, dégel entre l’Italie et l’UE » - ‘’Médiation du Quirinal. Les retraites revues’’ (La Stampa), « Conte : déficit à 2,04% avec le revenu citoyen et la réforme des retraites » (Sole 24 Ore), « L’Italie réduit son déficit, ouverture de l’UE » (Il Messaggero), « Budget, la procédure d’infraction s’éloigne » (Il Mattino).

ARTICLE, La Repubblica, T. Ciriaco, A. D’Argenio : « Loi de finances, tout change. Le déficit revu à 2,04 %, Juncker ouvre à Conte » : « Les propos du Président du Conseil Conte, après sa rencontre avec le Président de la Commission européenne Juncker, ont annoncé un déficit public revu à la baisse à 2,04%. Après des mois d’affrontements avec l’UE, le gouvernement fait un « pas en arrière » et revoit la loi de finances, afin d’éviter une procédure d’infraction. C’est un tournant dans les négociations avec l’UE qui entraîne un dégel entre l’Italie et l’Europe. L’énorme effort fait par le gouvernement italien a été pris en considération par la Commission européenne qui a déclaré que "de bons progrès" avaient été accomplis ».

RETROSCENA (Coulisses), La Repubblica, G. De Marchis : « Chiffres et mesures pour convaincre l’UE. La médiation de Mattarella derrière le tournant » : « Le Président de la République Sergio Mattarella a précisé hier, lors d’un déjeuner avec une partie du gouvernement, qu’il n’a pas directement participé aux négociations avec Bruxelles pour le budget, parce qu’il appartient au gouvernement de les mener. Mais lors du déjeuner, le Président de la République a donné des informations tellement précises et détaillées, qu’elles ont fait apparaitre clairement son rôle dans la réécriture de la loi de finances. Le Quirinal considère que Juncker et Moscovici sont « ouverts » aux discussions avec l’Italie, tandis qu’il considère beaucoup moins disponibles les chefs de gouvernement des pays rigoristes. Mais les considérations sur les points du budget laissent comprendre qu’un fil direct existe entre le Président Mattarella et ceux qui comptent dans l’Union et qu’il est constant. Avec Mario Draghi, par exemple, président de la BCE et aussi avec Juncker, le Président de la Commission. A travers ces canaux informels et le rôle de G. Conte, il y a l’espérance que le dialogue reste vivant et que le Commission européenne ne décide pas d’engager la procédure contre l’Italie ».

COULISSES Corriere della Sera, F. Fubini « Salvini et Macron, alliés insolites » : « L’accord qui paraissait impossible semble à portée de main. Juncker a fait une ouverture à Conte et pour cela, Salvini et Di Maio peuvent remercier leur grand adversaire, Emmanuel Macron, qui apparaît de fait – malgré eux et malgré lui – comme le principal allié des leaders italiens. Juncker remet la crise à plus tard, sachant qu’il ne peut pas mettre également la France sous procédure, après l’annonce de Macron de dépenses pour répondre à la révolte des gilets jaunes. Mais Juncker sait aussi que s’il frappait uniquement l’Italie, Salvini et Di Maio utiliserait la discrimination de Bruxelles comme une arme lors de la campagne pour les européennes de mai. Car au fond Macron et les deux Italiens sont des ennemis avec trop de points communs : dépense ou dette publiques qu’ils ont du mal à contrôler et des électeurs irascibles qui n’arrivent pas à terminer le mois. Ils sont tellement ennemis, mais avec des problématiques tellement semblables, au point de devenir alliés de fait, malgré eux ».

ARTICLE La Stampa A. Barbera « Moscovici prévient ‘’il ne faut pas faire de comparaison avec Paris, les comptes publics italiens sont sous la loupe depuis longtemps’’ » : « Selon le Commissaire français aux affaires économiques, ‘’la comparaison avec les comptes publics italiens est séduisante mais erronée, car il s’agit de situations totalement différentes. Depuis des années, l’Europe surveille la dette de Rome alors qu’elle ne l’a jamais fait avec la France’’. Du point de vue technique, les propos de l’ancien ministre socialiste sont corrects. La plupart du déficit français n’est qu’épisodique et permet d’atteindre un solde structurel de 2 décimaux. Toutefois, il faudra voir si les nouvelles dépenses promises par Macron seront couvertes par d’autres coupes ou si Paris ira à nouveau contre les règles européennes. Conte et Tria se gardent bien d’ouvrir un conflit avec Paris : ‘’aucun double standard’’, ‘’ne nous laissons pas distraire par d’autres choses’’. Du reste l’Italie, aujourd’hui, n’a pas intérêt à utiliser Paris comme un levier pour ses négociations. Non seulement car la situation française est différente. Il y a aussi une raison diplomatique : Bruxelles est en train de jouer un match délicat autour de la réforme du fonds de sauvetage et aux hypothèses de restructuration automatique des dettes publiques en cas de crise ».

ANALYSE Sole 24 Ore L. Palmerini « La pression du Quirinal pour l’accord avec l’UE, en ligne avec Conte » : « Plus qu’une ‘’moral suasion’’ on devrait parler de véritable pression de la part de S. Mattarella sur le gouvernement, notamment sur les deux vice-présidents du Conseil. Il y a eu plus qu’une rencontre. Des tête-à-tête ont eu lieu au Quirinal, avec Salvini et aussi Di Maio, dès que le duel avec la Commission européenne a commencé. Le chef de l’Etat s’est fait immédiatement le porte-parole non pas des règles de l’Union mais des raisons ‘’patriotiques’’ pour prôner une médiation à la lumière des risques pour l’Italie en cas d’une procédure d’infraction pour déficit excessif. Au déjeuner de mercredi, Salvini n’était pas présent en raison de sa mission en Israël. L. Di Maio (M5S) était, quant à lui, silencieux. Tout comme le ministre de l’Economie Tria. Le ministre pour l’Europe Savona aurait exprimé ses préoccupations pour les mois à venir, faisant allusion aux conditions de l’économie réelle et aux risques de devoir remettre la main au budget. Etait présent également le Secrétaire d’Etat G. Giorgetti (Ligue) qui a poussé Salvini depuis le début à accepter de passer de 2,4% à 2,04% ».

ARTICLE Sole 24 Ore L. Palmerini « La condition obligée pour que Salvini déclenche la crise de gouvernement » : « Conte présentera à l’UE une retouche comptable plus qu’un réel compromis politique et financier, misant sur le fait que la Commission européenne a trop de fronts ouverts (la France et le Brexit) pour s’entêter sur un rejet du budget qui aurait alors un goût d’une punition. A la buvette de la Chambre, on discute beaucoup de ce climat de défiance et on évoque les possibles dates de la crise gouvernementale. Certains parlent du printemps, soit juste avant les élections européennes. D’autres misent pour l’après élections UE. Mais les craintes sont apaisées par la coutume institutionnelle qui veut que le Président Mattarella tentera tout pour trouver une majorité alternative avant de dissoudre les Chambres. Salvini pourrait décider une crise gouvernementale uniquement s’il y aura une majorité en sa faveur ou bien l’impossibilité de gouvernements alternatifs ouvrant ainsi la voie aux élections anticipées ».

ARTICLE, La Stampa, F. Schianchi : « Buccino nouvel ambassadeur en Libye, Salvini battu, la ligne de Moavero l’emporte  » : « Le jour après les déclarations du ministre de l’Intérieur Salvini qui a qualifié à plusieurs reprises le Hezbollah libanais de mouvement ‘’terroriste’’, le Conseil des Ministres a décidé de remplacer l’ambassadeur italien en Libye. Après quatre mois de bras-de-fer au sein du gouvernement, le ministre des Affaires Etrangères Enzo Moavero l’a emporté sur Salvini, avec la nomination de Giuseppe Buccino Rinaldi ».

ENTRETIEN, Elisabetta Trenta (M5S), ministre italienne de la Défense, au Corriere, « Je change les missions : maintenant hors de l’Iraq et nous retirons 100 autres soldats de l’Afghanistan » : « Sur l’attaque de Strasbourg : les dimensions de la menace ont changé. Le concept de défense nationale doit être remodelé, je suis en train de réaliser un projet avec d’autres ministères. Sur Mossoul : nous clôturerons l’opération Presidium, le Califat a été battu. Sur l’Iraq : nous resterons aux côtés de l’Otan pour la formation. Sur le Niger : nous avons pu débloquer la mission après 8 mois, les militaires sont opérationnels avec le gouvernement du Niger pour la formation visant au contrôle des flux migratoires vers l’Italie : en bref, nous suivons l’intérêt national’’. Sur la Libye : ‘’notre engagement pour la pacification est au maximum, la stabilisation de la Libye avec tous ses acteurs est prioritaire. Une Libye plus sûre signifie une Italie plus sûre’’.

ARTICLE La Stampa F. Capurso « Référendum sur la ‘’Tav’’, les 5 Etoiles divisés » : « C’est le président de la Chambre Roberto Fico (M5S) qui revient sur la ligne Lyon-Turin ‘’Si un référendum devait se tenir, je voterais contre’’, prenant ainsi de court les alliés de la Ligue. Mais le risque le plus élevé retombe sur le Mouvement 5 Etoiles. Un représentant de la ligne la plus orthodoxe, A. Colletti, explique ‘’nous ne pourrions jamais accepter une victoire du ‘’oui’’ à la Tav. Le groupe parlementaire ne tiendrait pas, ni le réseau d’activistes sur le territoire. Nous risquons l’implosion’’. Et S. Berlusconi révèle ‘’J’ai entendu Salvini, il est convaincu qu’il est impossible de bloquer le chantier’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

12/12/2018

Matteo Salvini reçu par Benyamin Netanyahou.

Ligue.jpg

Italie et Israël. Lors de son voyage en Israël, le dirigeant de la Ligue Matteo Salvini (Italie) a rencontré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et s'est rendu au Mur des Lamentations.

Ligue 2.jpg

Matteo Salvini et Benyamin Netanyahou

Ligue 2.jpg

Matteo Salvini devant le Mur des Lamentations

(http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2018/12/11/mat...)

HC Strache n'a plus pour objectif de devenir maire de Vienne.

FPÖ.jpg

Autriche. Le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache, interrogé par le Kronen Zeitung, déclare qu’il désire se concentrer sur sa fonction de vice-chancelier plutôt que de tenter de devenir maire de Vienne.

Le Vlaams Belang opposé au fait que des travailleurs EU aient droit à des allocations après un jour de travail.

VB.jpg

Belgique et Union Européenne. Le Vlaams Belang dénonce la décision du Parlement européen affirmant qu’un travailleur d'un autre État de l'UE doit avoir droit à une allocation de chômage après une seule journée de travail dans le pays où il a presté.

(https://www.rtl.be/info/monde/europe/les-allocations-de-c...)

FvD opposé au fait que des travailleurs EU aient droit à des allocations après un jour de travail.

FvD.png

Pays-Bas et Union Européenne. Le Forum voor Democratie dénonce la décision du Parlement européen affirmant qu’un travailleur d'un autre État de l'UE doit avoir droit à une allocation de chômage après une seule journée de travail dans le pays où il a presté.

" Au Palais Chigi, la crise n’est plus un tabou."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

RETROSCENA (Coulisses), La Repubblica, T. Ciriaco, C. Lopapa : « Au Palais Chigi la crise n’est plus un tabou et maintenant la Ligue est tentée par des élections en mars » : « Pendant une journée entière, le gouvernement Ligue-M5S a été exposé aux vents de la tempête de l’Union européenne. Le fait de se présenter à Bruxelles avec un budget à 2,1 % de déficit serait pour Giuseppe Conte un échec. Tout semble s’effondrer tellement rapidement qu’hier soir, au Palais Chigi, le scénario le plus extrême est devenu manifeste : celui d’une crise de gouvernement et d’élections anticipées d’ici le mois de mars. La situation est grave et dramatique, la Commission européenne avait été très claire sur les modifications de la loi de finances ainsi que sur la réduction du déficit. La possibilité d’annulation de la rencontre Conte-Juncker est devenue donc réelle. L’alarme s’est déclenchée immédiatement au Palais Chigi et le président du Conseil Conte a essayé, par tous les moyens, de sauver sa rencontre avec le président de la Commission. Mais la certitude de la rencontre n’aura lieu qu’aujourd’hui, à 11 heures, quand l’avion de Conte décollera de Rome pour Bruxelles ».

ARTICLE, La Repubblica : « Loi de finances, procédure plus proche. ‘’ L’UE doit nous traiter comme Paris ‘’ » : « L’accord sur le déficit, au sein du gouvernement, pour éviter la procédure d’infraction de la part de la Commission européenne est encore loin. Aujourd’hui le président du Conseil Conte rencontrera le président de la Commission Juncker, mais un air de pessimisme filtre. Conte et Tria chercheront, jusqu’au dernier moment, une médiation parce que la stabilité même du gouvernement est en jeu. Mais le leader de la Ligue, Salvini, ne veut pas céder sur le point le plus important de sa campagne électorale, la réforme de la loi Fornero pour les retraites. La seule mesure possible pour en réduire l’impact serait de limiter la loi Fornero à un seul an, en économisant ainsi presque 2 milliards d’euros. Mais Salvini ne veut pas en entendre parler et, au contraire, il continue de tirer sur l’Union et sur Macron, parce il considère inacceptable un comportement particulier envers Paris et différent envers Rome. Il ne veut pas penser à ‘’ ds yeux fermés pour Macron ‘’ et, en même temps, à des sanctions lourdes à l’égard de l’Italie ».

ARTICLE La Stampa, A. La Mattina-F. Schianchi « Fonds, le M5S attaque la Ligue, Salvini réagit, furieux : ‘’Sans queue ni tête’’ » - « Les léghistes soupçonnent qu’il puisse s’agir d’une vengeance de Di Maio, agacé par l’initiative du ministre de l’Intérieur avec les entrepreneurs » : « Un communiqué officiel de deux députés du M5S a été publié rappelant que ‘’depuis toujours’’, le M5S se battait ‘’contre les financements ‘’illicites’’ des partis. Des sources proches de Di Maio ont indiqué qu’il était ‘’juste de souligner nos sensibilités’’. Mais cela a été le début des hostilités avec des coups de part et d’autre, à travers des communiqués. Hier, six membres de la Ligue romaine ont fait un communiqué sur l’incendie du dépôt de déchets dans la capitale, n’hésitant pas à mettre dans le même sac, la maire Raggi (M5S) et Zingaretti (président de la région, PD), parlant ‘’d’un échec total’’ du conseil municipal ».

LETTRE de Roberto Fico, président de la Chambre italienne, Stampa, « Contre la Lyon-Turin, en défense du territoire » - « La bataille anti-TAV n’est pas pour détruire, nous voulons construire un monde différent » : « Cette œuvre nous projette-t-elle dans un avenir meilleur, ou est-ce un modèle de développement déjà dépassé ?  Notre bataille est environnementale, sociale et avec une vision différente du monde. Je n’accepte pas que les opposants soient étiquetés comme étant des barbares, vivant en autarcie. Nous avons le devoir d’agir, à plus forte raison comme institution, en voyant loin et en pensant aux générations futures. Et d’avoir l’ambition d’être, d’abord en tant qu’UE, une locomotive culturelle sur les thèmes de l’environnement, des grandes œuvres, du rapport entre développement et protection des ressources d’un territoire ».

COULISSES La Stampa U. Magri « Derrière l’affrontement Ligue-M5S approches opposées au Moyen Orient » : « Etincelles entre Salvini et Di Maio sur le Hezbollah : c’est l’effet de deux stratégies opposées qui se défient à l’intérieur du gouvernement. La première soutient fortement Israël et est interprétée par le leader de la Ligue ; l’autre ligne, celle des 5 étoiles voudrait s’insinuer dans les espaces de négociations qui, au Moyen Orient, s’appuient sur les Palestiniens. La visite de Salvini à la frontière israélienne et ses propos contre le terrorisme islamiste ont fait exploser cette contradiction dont on peut comprendre la portée à la lumière de la récente mission romaine de Mahmoud Abbas, le 3 décembre dernier. Même si elle est passée au second plan, après celle avec le Pape, la rencontre avec Conte est autre chose qu’une rencontre de routine : Mahmoud Abbas espère dans une relance du processus de paix, où l’Italie pourrait jouer un rôle de tout premier plan. Ramallah espère en fait en une action conjointe de l’Italie, de la France, de la Belgique et de l’Irlande. Reste le doute sur le fait que Salvini ait été informé. »

(Traduction : ambassade de France à Rome)

11/12/2018

Pacte de l'ONU : les pressions de l'UDC ont eu de l'effet.

UDC.jpg 

Suisse. Communiqué de l’UDC : 

Suisse. Les pressions de l'UDC ont eu de l'effet : après le Conseil des États [Sénat], le Conseil national [Chambre des députés] vient lui aussi de décider que le Pacte de l'ONU pour les migrations doit être soumis au Parlement fédéral. Le Conseil fédéral [gouvernement] devra donc présenter aux chambres législatives une proposition d'adhésion sous la forme d'un arrêté fédéral, de sorte que le peuple pourrait éventuellement se prononcer sur ce document dangereux pour la Suisse.

Matteo Salvini en Israël.

Ligue.jpg

Italie et Israël. Le vice-Premier ministre italien et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue) est ce 11 décembre 2018 en Israël. Il s’est rendu sur la frontière située au nord du pays et a rencontré le patriarche catholique Monseigneur Pierbattista Pizzaballa :

http://www.francesoir.fr/actualites-monde/israelpalestini...

Ligue 2.jpg

Matteo Salvini

Ligue 1.jpg

Monseigneur Pierbattista Pizzaballa et Matteo Salvini

Gianluca Savoini à un rassemblement de membres de l'AfD.

AfD.jpg

Ligue.jpg

Allemagne et Italie. Le 24 novembre 2018, 300 membres de l’AfD se sont rencontrés à Augustdorf en Rhénanie du Nord-Westphalie en présence des figures de proue de l’aile nationaliste du parti Björn Höcke et Andreas Kalbitz, du président de l’AfD de Rhénanie du Nord-Westphalie Thomas Röckemann et du député AfD au Parlement de Rhénanie du Nord-Westphalie Christian Blex, ainsi que de Gianluca Savoini (Ligue) – un conseiller de haut-rang du président de la Ligue (Italie), ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre italien Matteo Salvini -.

(https://www.youtube.com/watch?v=BGyco25xjvY)

Gianluca Savoini.jpg

Gianluca Savoini

Changement d'attributions pour Guy Parmelin.

UDC.jpg

Suisse. Le ministre UDC Guy Parmelin, à la tête depuis 2016 de la Défense, s’occupera l’année prochaine du Département fédéral de l’Économie, de la Formation et de la Recherche (DEFR). Le ministre UDC Ueli Maurer conserve le Département fédéral des Finances.

Guy Parmelin.jpg

Guy Parmelin

Zadar : Neovisni za Hrvatsku obtient 19 % lors de l'élection des conseils de quartier.

Neovisni za Hrvatsku.png

Croatie. Zadar. Lors de l’élection des conseils de quartier, le parti patriotique Neovisni za Hrvatsku (Indépendants pour la Croatie) a obtenu 19 % des voix et 20 conseillers au total au sein de 12 conseils de quartier. Le taux de participation, très faible, est de près de 10 %.

Bruna Esih.jpeg

Le présidente du parti Bruna Esih

"Salvini surprend le M5S sur la Lyon-Turin, "oui au référendum"."

M5S.jpg 

Ligue.jpg 

Italie. Revue de presse.

ARTICLE, G. Vitale, Repubblica, « TAV : Salvini surprend le M5S sur la Lyon-Turin, ‘’oui au référendum’’. Di Maio glacial : ‘’une consultation populaire ? Ce n’est pas à un ministre de décider s’il faut ou non la mener » : « Salvini avance sur l’échiquier : la Ligue veut faire la Tav, pas le M5S ? Il dit oui à un référendum, instrument privilégié des 5 étoiles. Non seulement il met les alliés en position de ne pas pouvoir refuser comme en témoigne la réaction agacée de Di Maio mais il fait perdre aussi du poids à l’analyse coûts-bénéfice de Toninelli. C’est un coup très étudié : le légiste isole son allié tandis que les 169 maires de la Cité métropolitaine votent en faveur de la ligne, isolant la maire M5S de Turin Appendino ».

 ENTRETIEN d’Armando Siri (Ligue) adjoint du ministre des infrastructures « Il ne faut pas fermer les chantiers, arrêtons les retards et laissons les gens se prononcer » : « La Ligue ressent de plus en plus la nécessité de récupérer le retard infrastructurel qui nous met en marge de l’Europe. Il nous faut réaliser des infrastructures pour éviter que l’Espagne et la Grèce profitent de nos retards. J’espère que l’on ne gaspille pas du temps précieux, ni argent, ni emplois. C’est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. J’espère que le bon sens l’emportera. Quand il y a une impasse, il faut alors demander au citoyen de se prononcer. J’espère qu’un accord entre nous et l’UE pourra être trouvé. Eviter l’augmentation de la TVA va dans cette direction. Certes, ce qui est en train de se passer en France n’est pas un bon présage ».

ENTRETIEN d’Antonio Tajani, Président du Parlement Européen « L’Europe est prête à écouter May mais l’accord ne peut pas être modifié » : « L’accord sur le Brexit a été négocié et atteint après plusieurs mois. Si maintenant T. May a des doutes, l’Europe est prête à l’écouter pour comprendre les concessions dont elle parle. Mais sur le fonds, l’accord ne peut qu’être celui qui existe, comme l’a souligné notre négociateur M. Barnier. Si la Grande-Bretagne souhaite revenir sur ses pas [et éviter le Brexit], comme le souhaite la majorité des Britanniques, nous en serions bien heureux. Le Brexit est entrain de nuire surtout la Grande-Bretagne, son économie et sa place dans le monde’’ ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Un député social-démocrate favorable à l'interdiction de l'AfD.

AfD.jpg

Allemagne. Le député social-démocrate Johannes Kahrs (SPD) demande sur Twitter l’interdiction du parti patriotique AfD.

10/12/2018

Brexit : le vote du Parlement britannique reporté : Theresa May veut renégocier l’accord avec l’UE.

Royaume-Uni et UE. Brexit : le vote du Parlement britannique reporté : Theresa May veut renégocier l’accord avec l’UE :

https://www.lepoint.fr/monde/brexit-vers-un-report-du-vot...

Brexit.jpg

Pacte de l’ONU sur la migration : le Vlaams Belang introduit un recours devant le Conseil d’État.

VB.jpg

Belgique. Les trois députés fédéraux du parti nationaliste flamand Vlaams Belang Filip Dewinter, Barbara Pas et Jan Penris déposeront ce 11 décembre 2018 un recours devant le Conseil d’État [juridiction administrative] afin d’obtenir la suspension de la décision du gouvernement d’approuver le Pacte de l’ONU sur la migration.

Filip Dewinter considère que le Premier ministre viole les fondements juridiques du pays car le gouvernement, qui est responsable en vertu de l'article 167 de la Constitution belge de la politique étrangère, est désormais minoritaire [depuis le départ des ministres du parti nationaliste flamand N-VA].

Le Parti du Peuple danois s’oppose à la signature du Pacte de l’ONU sur la migration.

DF.jpg

Danemark. Le Parti du Peuple danois a été le seul parti du Parlement à s’opposer à la signature du Pacte de l’ONU sur la migration.

"Conte prévient l’UE : le gouvernement est le seul rempart contre la violence de la rue."

M5S.jpg

Ligue.jpg

Italie. Revue de presse.

Budget/UE: Unes - : « Revenu, retraites, les conditions dures de l’UE » (La Repubblica), « Salvini freine sur les coupes aux retraites d’or » (Corriere della Sera), Conte prévient l’UE :‘’le gouvernement est le seul rempart contre la violence de la rue’’ » (La Stampa), « Un plafond pour les retraites et le revenu de citoyenneté (Il Messaggero, Il Mattino).

ARTICLE La Repubblica, C. Tito. « Les conditions de Bruxelles au gouvernement : retraites anticipées uniquement en 2019 et revenu de citoyenneté limité » : « Le canal de communication entre Bruxelles et Rome est ouvert. L’accord demeure difficile, puisqu’il concerne les deux réformes-phare de la Ligue et du M5S sur lesquelles les deux partis veulent fonder leur campagne électorale pour les élections européennes de mai. La réforme des retraites ‘’Fornero’’ (sous le gouvernement Monti) est considérée comme la pierre angulaire pour l’Italie : une modification structurelle de cette loi constituerait une alarme pour la Commission. Quant au revenu de citoyenneté, la Commission n’a pas exprimé de commentaires négatifs. En revanche, elle est perplexe sur sa réalisation à ce stade, sans contrôles ou contrepoids. Il y a aussi un troisième facteur : les investissements. L’UE souhaiterait que l’Italie lie les investissements à des projets tels les ponts ou les écoles et pas à des micro-interventions (jusque-là privilégiées) incapables de générer des effets sur la croissance. Pour les commissaires, une extension de la ‘’flat tax’’ offrirait plus de certitudes du point de vue des résultats économiques. Les commissaires ont compris qu’en baissant de ton cela favoriserait le dialogue. Au Palais Chigi, on a compris que la procédure d’infraction serait désastreuse pour l’Italie, avec des coûts sociaux sans précédents ».

ARTICLE, La Stampa, A. La Mattina, F. Schianchi : « Conte à l’UE : après les désordres français, nous sommes le seul rempart contre la violence de la rue » : « Nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur la stabilité financière, nous devons prêter attention à la stabilité sociale également ». Le président du Conseil Conte a lancé un message à l’Union européenne. Aujourd’hui, une énième rencontre du gouvernement se tiendra entre la Ligue et le M5S, pour décider les propositions et les marges de négociation avec lesquelles Conte se présentera au président de la Commission Juncker (peut-être mercredi après-midi). De Rome, Conte et ses deux vice-présidents du Conseil Salvini et Di Maio, observent ce qui est en train de se passer en France et ils donnent une clé de lecture différente : ils affirment qu’en Italie cela n’arrive pas, parce que le gouvernement, pour la loi de finances, a considéré les plus faibles en premier, et que ce gouvernement est le seul rempart contre la violence de la rue. Le seul risque pourrait être que l’Union européenne dise toujours et encore non ».

ENTRETIEN de Riccardo Fraccaro (M5S), ministre pour les rapports avec le Parlement « Le budget sera amendé au Sénat avec des facilitations sur l’emploi et des allègements pour ceux qui embauchent » : « ‘’Le ministre Di Maio est en train de préparer des dispositifs d’aides pour les entreprises qui privilégieront les CDI. Il y aura beaucoup d’amendements pour améliorer le décret. Nous misons beaucoup sur les investissements car nous croyons que tout ne se joue pas uniquement sur le PIB, mais aussi sur la confiance du pays : repartir du territoire avec de nombreux petits chantiers, partout. Sur les grands chantiers, nous sommes pour ceux qui sont utiles et contre ceux qui sont inutiles. Il est faux de dire que le M5S est contre le progrès et contre l’entreprise. Outre la dimension éthique, ceux qui sont sous le seuil de la pauvreté auront l’argent du revenu de citoyenneté et les dépenseront pour relancer la consommation’’ ».

ARTICLE, La Repubblica, C. Lopapa : « Salvini, rencontre avec les entreprises, une nouvelle gifle à Di Maio » : « Le Viminale à la place du Palais Chigi. L’étrange parade d’entrepreneurs, de commerçants, d’agriculteurs et d’artisans s’est déroulée dans le cabinet du ministre de l’Intérieur au lieu du Palais Chigi. C’est un fait inédit qui marque un saut dans le processus d’éloignement de Matteo Salvini envers le Président du Conseil Conte et de son allié Luigi Di Maio. En réponse, le Palais Chigi a communiqué sur la rencontre aujourd’hui avec les représentants syndicaux. Contrairement à Conte et Di Maio, Salvini se pose comme l’interlocuteur de référence pour la réalisation des grands travaux, à partir de la ligne ferroviaire Lyon-Turin (Tav). Ces infrastructures qui sont considérées comme incontournables par le président de la Confindustria Boccia. Le ministre de l’Intérieur a déclaré qu’il voulait maintenir toutes les promesses faites lors de sa campagne électorale. Maintenant, la véritable priorité est d’éviter la procédure d’infraction de l’Europe. La réunion du gouvernement pour mettre au point la stratégie à adopter – en vue de la rencontre de mercredi, encore à confirmer, entre Conte et le président de la Commission européenne Juncker – n’aura finalement pas lieu aujourd’hui. La disponibilité à réduire le rapport déficit/PIB du budget à 2,1 % arrive du Palais Chigi. Des sources du M5S ont communiqué la publication des mesures sur le revenu de citoyenneté et sur les retraites d’ici Noël. C’est la confirmation que Di Maio n’a aucune intention de les reporter à juin pour faire des économies supplémentaires ».

ARTICLE, La Stampa, M. Indice : « Enquête sur les comptes de la nouvelle Ligue, le trésorier est placé sous enquête » : « Le Parquet de Bergame est en train d’enquêter sur les finances de la ‘’ nouvelle ‘’ Ligue de Matteo Salvini. L’infraction présumée est le financement illégal aux partis ainsi que le soutien à l’entrepreneur de Bergame, Luca Parnasi. Le trésorier de la Ligue, Giulio Centemero, est placé sous enquête. Une enquête qui est encore dans sa phase préliminaire. Il y a la plus grande discrétion sur cette affaire ».

EDITORIAL, S. Folli, Repubblica, « Salvini, l’anti-européen modéré » : « Entre le Paris de Macron et les désordres en France et la Rome de Salvini et la manifestation de la ligue samedi, il existe un lien à ne pas sous-estimer. Macron et Salvini sont aux antipodes l’un de l’autre. Le premier est le champion de l’Europe et un rempart anti-populiste. Il aurait voulu, et veut certainement encore, être le grand réformateur de l’Union Européenne. Mais en ce moment, il doit avant tout sortir de la crise des « gilets jaunes ». Côté Salvini, vu les sondages, on peut se permettre d’adopter un ton rassurant et d’avoir l’air de celui quoi pense désormais représenter une force historique. En attendant, l’Italie vit depuis des années en campagne électorale permanente. Salvini a d’ailleurs précisé que le contrat de gouvernement pouvait être modifié, en bref que la Ligue n’est pas prête à faire trop de concessions à Di Maio et les siens.  Salvini cependant vise vraiment l’Europe et c’est son point commun avec Macron, et il jouera l’anti-Macron au nom d’une Europe ‘’différente’’ et pas bien définie. Le but est fumeux, mais la nouveauté des derniers jours – comme l’ont noté des observateurs – est le ton moins agressif et moins extrémiste du ministre de l’Intérieur.  Le fait est que Salvini, à tort ou à raison, rêve de la fin de l’hégémonie franco-allemande et l’avènement d’une Europe divisée en divers ‘’souverainismes’’. Les gilets jaunes sont donc ses alliés dans l’œuvre de déligitimisation d’E. Macron et avec lui de l’Europe que nous connaissons.  La partie est ouverte et il n’est pas facile de prévoir comment elle finira ».

ARTICLE La Repubblica, P. Ignazi « Cette Italie sans gilets » : « L’insatisfaction est commune à la France et l’Italie mais la protestation française ne se diffuse pas chez nous. En effet, entre autres explications possibles, l’insatisfaction profonde et latente des Italiens n’a pas débouché en protestations violentes, parce qu’elle s’est tournée vers les 5 étoiles, qui leur ont donné une place politico-parlementaire. Leur échec ne déchainera pas non plus les manifestations car la Ligue est prête à les récupérer, à gérer le vent du mécontentement, éventuellement en désarçonnant les alliés ».

PROPOS de Beppe Grillo, co-fondateur du Mouvement 5 Etoiles, Il Fatto Quotidiano de dimanche « ‘’Les gilets jaunes ont 20 points de programme, ils ne parlent pas uniquement d’impôts, ils veulent le revenu de citoyenneté, des retraites plus élevées... des sujets que nous avons lancé, nous, mais qui ne sont pas reportés par les quotidiens, qui évoquent uniquement la contestation des taxes sur les carburants : la seule décision juste qu’a fait le Président Macron ».

EDITORIAL Il Messaggero A.Campi « Les adeptes italiens à l’assaut de la Bastille » : « En France, tout ce qui s’est traduit dans le phénomène difficilement déchiffrable des ‘’gilets jaunes’’ commence à avoir un soutien politique et intellectuel même dans d’autres pays. Le Président E. Macron représenterait le symbole principal d’un système encore au pouvoir retranché sur soi-même, souvent arrogant et qui ne sait plus reconnaitre (et donc gérer) les conflits sociaux. L’existence de requêtes diffusées et partagées par une grande partie des mouvements ‘’populistes’’ a poussé B. Grillo à considérer les ‘’gilets jaunes’’ comme une variante française et une imitation tardive du M5S, jusqu’à faire comprendre que la limite de ce dernier serait d’avoir pris la voie institutionnelle, en diluant ses batailles. Par ailleurs, les manifestants français n’ont pas de chefs reconnus ni une organisation pouvant en assurer la survivance dans le temps ».

(Traduction : ambassade de France à Rome)

Alice Weidel : "Nous pouvons apprendre des vestes jaunes !"

AfD.jpg

Allemagne.

AfD 1.jpg

Alice Weidel, co-présidente des élus de l'AfD à la Chambre des députés : "Contre une politique hostile aux citoyens ! Nous pouvons apprendre des vestes jaunes !"

09/12/2018

Certaines des thèses de Thilo Sarrazin sont en contradiction avec les valeurs fondamentales du SPD.

Allemagne. Une commission mise en place par le parti social-démocrate SPD, à la suite de la publication par Thilo Sarrazin de son dernier ouvrage, estime que certaines des thèses de l’écrivain sont en contradiction avec les valeurs fondamentales du SPD.

(http://www.bvoltaire.fr/lecrivain-social-democrate-thilo-...)

Belgique : la N-VA quitte le gouvernement.

N-VA.jpg

Belgique. Les ministres du parti nationaliste flamand N-VA ont quitté le gouvernement belge, en conséquence du désaccord portant sur le Pacte de l’ONU sur la migration. Le gouvernement est désormais minoritaire.

HC Strache aura bientôt un nouveau fils.

FPÖ.jpg  

Autriche. Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache (49 ans) et sa femme Philippa (31 ans) attendent un enfant. Ce sera un garçon. Il doit naître avant la Noël.

[HC Strache a déjà deux enfants d’un premier couple : Heidi (17 ans) et Tristan (15 ans).]

FPÖ 1.jpg

FPÖ 2.jpg

FPÖ 3.jpg